Avertir le modérateur

17/11/2011

Coup de poing final.

Deux ans, putain.

Deux ans à décortiquer, afin d'en extraire la merdique moelle- pour tenter d'en mieux révéler la puante nature- le discours des plus veules néo-libéraux que la France du Pouvoir compte parmi ses rangs.

De ceux recrutés au sein même de la très active et opiniâtre section, (d'élite, il va sans dire): "Propagande Subtile & Manipulation Grossière de l'Opinion, PASSE MOI CE PUTAIN DE MARTEAU! CA Y EST PRESQUE, J'TE DIS!".

Ceux-là mêmes à qui France Info, LCI et les autres servent la soupe multi-quotidiennement.

Sans jamais être ne serait-ce qu'effleuré par le fait que l'on puisse, même de temps en temps, hein, espérer découvrir d'autres mets à leur table. Pour finir, peut-être -va savoir, Edouard- agréablement surpris par ces repas auxquels on va à reculons.

Jamais.

Et la nausée qui, immanquablement et malgré l'habitude, finit par l'emporter.

Deux ans à tenter de digérer toutes ces saloperies, et sa propre rage qu'on essaie de ravaler, parce que l'indigeste propagande en question engendre, "dans la vraie vie des vrais gens de l'autre côté du poste", toutes les horreurs qu'elle tait dans la bouche de ces médiatiques collaborateurs.

Deux ans à tenter de dénoncer les efforts, de plus en plus violents, d'une police, dont trop, beaucoup trop, peu de membres se souviennent ce qu'était un véritable "Gardien de la Paix".

Sociale, notamment.

Une police qui prépare la guerre, sans jamais que ses donneurs d'ordres ne veuillent la Paix, sinon la leur seule, derrière les barricades grilles de leur luxueuse propriété vidéo-protégée.

Deux ans à chasser du fasciste qui ne s'assume pas, du raciste qui n'en est soi-disant plus, de l'immonde bête qui monte qui monte, inexorablement.

Mais, aussi, deux ans, déjà.

Deux ans à relayer, modestement, nombre de luttes en cours.

Beaucoup de locales.

Certaines nationales.

Quelques internationales.

Deux ans durant lesquels certains liens virtuels, mais pas que, ont fini par se tisser, ajoutant encore quelques motifs à la gigantesque trame du "Ternet Libre" (pour le moment, encore).

Deux ans, également, à tenter, désespérément, de rire de ce dont il est si difficile d'éviter de pleurer.

Objectif de départ qui se dérobe définitivement, tant la dégueulasserie ambiante imprègne désormais chaque jour qui passe, sous le joug de la dictature financière mondiale.

Exercée par de grands groupes multiarchi-bénéficiaires qui jettent leurs travailleurs à la benne, épaulés par un patronat qui n'en finit plus de jouir de la période qui s'annonce, qui va lui permettre, plus encore, de psalmodier béatement que "le travail, comme le reste, c'est précaire, utopistes de Gauche de merde!".

Tout ça dans l'indifférence générale, tant que coupable, de la majorité d'un troupeau de mollusques, qui continuera à en baver sur son p'tit bout d' chemin quotidien, quand bien même ce dernier serait manifestement jonché de tessons de verre.

Trop content que les grosses bottes du Kapital ne s'abattent "que" sur ses infortunés compagnons de route.

Deux ans à se demander jusqu'où faudra-t-il que la dictature politico-financière aille pour que ses léthargiques victimes finissent par se rendre compte que, tout de même, ce picotement permanent au fondement, c'est un peu curieux, finalement...

Deux ans qui ont fini par engendrer une certaine lassitude, donc, à laquelle il convient de mettre un terme, tant elle finit par être présente.

Pour autant, l'absolue nécessité d'exorciser ce trop plein sera toujours supérieur à ladite lassitude, et  il arrivera fatalement que l'envie me prenne d'aller taper, un texte sous le bras, à la porte d'anciens confrères blogueurs, que je sais particulièrement hospitaliers.

Et pour la cynique marrade restera Twitter, ou même Fadebook, allez, soyons ouf.

Impossible de clore ces deux années sans une tournée de spéciales kassdédi à ceux qui ont laissé quelques commentaires ici, créer quelques liens chez eux ou relayer certains billets.

Grand Merci, donc, à:

Zgur, Tgb, Olivier Bonnet, Celeste, Cui Cui, Gauche de Combat, Ruminances, Le Monolecte et tous ceux que j'oublie et Grand Merci aux "commentateurs non-blogueurs" également, 'videmment, la qualité de leurs commentaires contrebalançant efficacement leur rareté!

La lutte contre "la meilleure des polices" continue.

Ailleurs.

Toujours.

A bientôt quand même, donc.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu