Avertir le modérateur

19/03/2012

Liberté surveillée

La Droite Extrême qui nous gouverne (dans un grand hochement de menton, accompagné de son claquement de bottes idoine) peut s'enorgueillir d'un succès incontestable:

La parole a été libérée.

Et avec elle, bien PLUS encore.

Ce qui était fatalement, tant que totalement, inéluctab' à bien y regarder quand même (et en arrière, surtout).

Il y a désormais, en cette belle France qu'on finirait presque par avoir envie de quitter, des tables auxquelles on ne peut plus s'asseoir qu'à condition « d'être de la bonne couleur ».

Les Blancs avec les Blancs, les Noirs avec les Noirs...

 

FontHaine.jpg

 

Comme un lugubre écho à cet article de Rue89 (et aux diverses images qu'il peut évoquer), un ami me faisait part, il y a peu, qu'un prof de sa connaissance, s'était fait insulter pour s'être assis à « la mauvaise table », lui aussi.

D'origine maghrébine, le prof en question avait commis l'erreur de s'asseoir à la table de ses élèves dits « de souche », au lieu-dit « La cantine ». Laquelle erreur était immédiatement et subtilement soulignée, dans ce style propre à tous racistes, de quelques origines qu'ils soient:

« Tu bouffes avec ces chiens de français???!!!»

Les Arabes avec les Arabes, les Français avec les Français...

On notera (pour rire, un peu et tant bien que mal, parce qu'au moins ça évite un temps d'en vomir des paquets de rage impuissante) que ladite subtile remarque lui était adressée par une élève d'origine maghrébine, sans doute  bien française elle aussi, quoi qu'elle en pense.

Ce qui permet (second rire amer) de rapprocher le niveau intellectuel de la demoiselle en question de celui de nos « racistes bien d' chez nous ».

Ceux qui mangent à la table des Blancs.

Qui continuent d'ignorer -et ce n'est pas chose aisée tant est conséquent l'amas de preuves inverses- que les vagues d'immigration successives qui ont construit le Peuple français, ont sûrement vachement nuit à leur pureté ethnique fantasmée.

(Et qu'il va falloir prévoir un budget maousse pour racheter des tables, si l'on continue à vouloir faire manger ensemble les « Que pareils », accessoirement).

Ignorance commune donc, qui leur permet les uns et les autres, de se vomir leur haine, les uns sur les autres, et vice-versa.

(Dans le fond, les racistes sont, du point de vue de la bêtise idéologique qui les anime, extrêmement proches... Réflexion qu'il conviendra de formuler doucement, en détachant bien chaque mot, si toutefois vous tentez d'entamer le dialogue avec l'un d'entre eux. Ne riez plus, à ce moment là).

Une parole libérée, donc, qui a entraîné dans son profond sillage, des actes.

De ceux du quotidien.

Comme manger ensemble. Ou plus. Du tout.

Et, peut-être d'autres, moins quotidiens, heureusement, puisque constitués des pires atrocités.

Comme celles qui consisteraient à tuer froidement un gamin parce qu'il est juif. Ou encore à abattre un homme parce qu'il est d'origine maghrébine.

Une parole libérée qui fait que les atrocités en question, même si celles-ci ne s'avéreraient avoir aucun rapport avec un acte raciste, pourraient y être étroitement liées.

Au point que l'on l'envisage sérieusement cette hypothèse.

Une parole libérée, contre laquelle toute critique est irrecevable, puisque s'y opposant, c'est la Liberté qu'on veut tuer, selon ses adeptes.

Une parole libérée alors qu'elle est peut-être coupable, dans le fond.

Peut-être coupable de pousser certains jeunes français à ne plus manger avec d'autres jeunes français, parce qu'on leur répète à tous et à l'envie, qu'ils sont « d'autres » avant d'être français.

Peut-être coupable du fait que certains Français ne défendent plus certains autres Français, parce que la liberté d'expression des uns serait devenue subitement supérieure, à leurs yeux, aux droits fondamentaux des autres (dont ils oublient qu'ils s'appliquent à eux d'ailleurs, également...)

Visiblement coupable, aux yeux de beaucoup, quoi qu'il en soit, de rendre pensable qu'on puisse encore tuer « pour des questions d'origine ou de religion », au XXIème siècle, en France.

Une bien effroyable liberté que celle soi-disant portée par cette "parole".

Qui, qu'elle s'avère coupable ou non d'avoir poussé un fou à tuer ses semblables et à dévaster la vie de leurs familles, à tout l'air de pouvoir en être à l'origine.

Ce qui est en soi amplement suffisant pour qu'elle soit condamnée.

Définitivement.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu