Avertir le modérateur

30/06/2010

L'expert


"Ségolène Royal a déclaré, hier soir, sur TF1 : "Le système Sarkozy est aujourd'hui corrompu". Et bien entendu, à l'UMP, tout le monde s'indigne.

Eh bien, quand j'entends ça, je me dis que c'est surtout le système socialiste qui est perverti au sens où il a perdu ses repères. Qu'est-ce que ça veut dire, un parti qui est incapable de produire des idées, incapable de dire ce qu'il ferait dans un certain nombre de domaines et qui pratique une chasse à l'homme que je trouve honteuse ? Et songez au cocasse de la situation..."

E. Besson, RTL, le 30/06/2010

Oui, certes.

Comment ne point songer au "cocasse de cette déclaration la situation"?

Hein?

Comment donc ne point y songer, dis donc, Eric?

Et comment ne point penser, également, que le ministre en charge des camps de rétention et de l'Identité Nationale emploie sciemment les termes qui créeront, à coup sûr, un énième outrancier buzz, maladroit cache-fondement d'une République sévèrement, tant que régulièrement,  prise d'assaut par derrière?

En s'intéressant au fond, boueux, de l'affaire Bettencourt, plutôt qu'aux vagues remous qu' "on" tente de faire en surface?

 

Hehehe.jpg

 

21/06/2010

Non, ne réponds pas...

 

"Est-ce que j'ai une tête à couvrir la fraude fiscale?"

 

Serieux.png
Non, ne réponds pas.

En revanche, tu peux rire.

Ou pas.

20/06/2010

Magistrale leçon d'Elegance

C'est d'un sourcil d'à peine un quart levé (et encore, le moins épais) que nous avions, chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", accueilli l'envolée du toujours très lyrique (tant que poètique) Nicolas Anelka, lorsque celui-ci s'adressait à Raymond Domenech, en ces termes:

 

"Va te faire enculer, sale fils de pute!".

 

Et en première page, de surcroît, du nauséabond quotidien sportif "L'Equipe".

Relais médiatique bruyant qui finissait de ne point nous étonner, aux vues des pratiques journalistiques (?) habituelles dudit torchon.

Parce que découvrir, et s'indigner, qu'un type qui déclare, par ailleurs, pareilles âneries, manifeste sa colère avec si peu d'originalité dans le verbe, serait, mettons, comme s'offusquer du fait que LeBorgne et ses amis considèrent que les chambres à gaz sont "un point de détail" de la seconde guerre mondiale.

Par exemple.

Parce qu'il faut tout de même être lecteur assidu de pareil torchon pour encore s'exciter vainement sur pareil pseudo-scandale en Une.

Qui n'a de but que d'attirer le Robert moyen en maison de la presse, dès sa sortie du café des sports, avec pareils propos orduriers, étalés en couverture. Propos qui seront répétés avec délectation, à loisir et à Raymonde, une fois le chemin du doux foyer retrouvé, malgré une alcoolisation tant massive qu'anisée:

"Tu t'rends compte, maman, comment qu'y cause à c' con de Domenech, le grand échalas douteux du point de vue de l'identité nazionale, non, mais quand même, c'qu'tu t'rends compte?"

En clair, les mots orduriers d'un crétin dont on se doutait, fortemement, qu'il ne fût le nouveau Beaudelaire de sa génération (pas plus que le nouveau Pelé), relayés par des journalistes dont on se doutait, clairement, qu'ils ne fûrent les héritiers d'Albert Londres, conspués par des blaireaux dont on se doutait, évidemment, qu'ils ne fûrent capables de s'intéresser à autre chose qu'au foutrebaule, en cette période pré-estivale, propice à la mise en place de réformes estivales, elles, bien ultra-libérales, tant que bien profondes, dans ton postérieur de citoyen.

A peine le quart de sourcil évoqué précédemment sur le point de retomber, que notre attention fût attirée par les déclarations du philosophe le plus haut perché sur le mont Vérité, Alain Finkielkraut himself, qui n'hésite pas à les froncer (les sourcils) lui, et plus qu'à son tour.  

Tendu.jpg

Et prouve, une fois de plus, qu'en matière d'Elégance, le type est à lui seul, LA référence, l'Unique Etalon qui vaille en cette France moralement déliquescente.

Parce qu'à l'inverse de notre beauf anisé, qui s'offusque en tenant d'àpeuprèzidentiques propos que l'Anelka qu'il fustige, Alain Finkielkraut s'offusque, certes, mais pare l'immonde vulgarité des siens d'une sémantique moins "colorée", de celle qu'on ne verra sans doute jamais en Une de "L'Equipe", attendu que "c'est pas super-vendeur comme accroche, Coco! Fais nous du Anelka, bordel!".

Alors qu'en y regardant de plus près, c'est chez "Minute" que pareille diatribe devrait être publiée. Et que plutôt que l'horreur des mots, c'est bel et bien de celle des idées dont il s'agit là.

A la question assez... Goûtue du journaliste qui l'interroge (accroche-toi, c'est du très très lourd) :

"On se dit les grecs et les portugais ont les mêmes pépins du point de vue social, mais les grecs ne veulent pas mourir et jouer au ballon, les portugais sont dignes, mais nous, non seulement on a plus d'industrie mais on est la risée du monde entier en foot! Que FAIRE?"

(Essaie de lire cette question sans rire. Ou pleurer.)

Le sportif philosophe Alain Finkielkraut répond, tous sourcils froncés et poings serrés, tant la menace planant sur la République est grande, qu' "(...) il faut prendre acte de ce qui se passe, des divisions qui minent cette équipe, ces clans, ces divisions ethniques, ces divisions religieuses".

(Essaie de lire cette réponse sans vomir. Ou crier.)

Et reconnais, entre deux hauts le coeur, que Robert ne l'eût formulé ainsi.

Que nenni.

Robert eût, pour sa part, préféré quelque sentence frappée au coin du bon sens racisto-patriotique, du type de celle-ci:

"Sûr qu'en faisant jouer de bons et braves français d'souche avec des bougnoules métèques, pis de dangereux musulmans barbus zintégristes islamistes en plus, pas très catholiques, ça peut pas fonctionner, ma pauv' Raymonde..."

Ce qui est tout de même, reconnais le, vachement moins "Gentlemen", en termes de prose.

Car c'est ça, vois-tu, l'Elégance selon Saint Alain:

Parer les plus nauséabonds des propos d'une trompeuse apparence d'appel à la Morale.

 

05/06/2010

Grand Incompris

Jean-Louis Masson n'est pas tant le dangereux censeur que tente de décrire la (vilaine tant que diffamatrice) blogosphère, qu'un homme accablé, désireux de mener à bien la (sainte) mission sénatoriale dont il est investi.

Mais qui cache, en fait (et pudiquement), la réalité de l'ingratitude de pareille tâche.

Car ce n'est pas tant ce que dit Jean-Louis Masson qui est intéressant, que ce qu'il ne dit pas.

Ce que Jean-Louis tait, tout en maxillaires serrées, fièrement, c'est la presssion permanente des lobbies divers et variés, prêts à toutes les turpitudes stratégiques pour assurer, à ceux dont ils défendent les intérêts, un maximum de pognon, au travers de lois favorables au bon engraissement de leur business (et c'est pas une grandeur d'âme à deux balles et un sens de l'intérêt commun au rabais dont il faut être doté afin que de résister aux sirènes des comptes en Suisse, mâ'ame Michu).

Tout comme Jean-Louis, drapé dans son abnégation, tait la violence des cadences infernales subies par le sénat, le rythme  diabolique des projets de lois qui se succèdent à une échevelante vitesse, qui ferait passer celle d'une chaîne de production pour celui d'un run-trainer utilisé  par une limace sous Valium.

Pareille pudeur est infiniment émouvante.

Tant la (terrible) Vérité, concernant ces (terribles) conditions de travail (terriblement) inhumaines, atteste du Courage avec lequel ces héros de la République officient, opiniâtrement, dans l'ombre, pour être ensuite copieusement diffamés, voire grassement insultés sur LeTernet.

Des conditions de travail déshumanisantes puisqu'elles ne te laissent pas même une (poignée de) minute(s) pour consulter le dernier buzz sur Twitter.

Pas plus que le temps d'acquérir l'Ipad flambant neuf que ton fils t'a réclamé, les yeux humides,  il ya quelques jours, depuis que tous ses camarades ont décrété qu' "en étant dépourvu, il est un parfait trou du cul" (oui, parfois le jeune Geek s'exprime en vers, lol ptdr).

Quant à espérer penser pouvoir hypothétiquement peut-être éventuellement écouter un bon Sardou sur Deezer...

 

 

Voilà.

Voilà l'étendue de ce que Jean-Louis Masson épargne à ses concitoyens.

Et à ses camarades (dans un grand élan de retenue qui tire les larmes) brisés par les cadences infernales, comme lui,  qui devront profiter d'une retraite bien méritée bien plus tard que prévu. Non sans avoir consenti à une baisse de salaire, vraisemblablement, avant que n'arrive cette trêve salvatrice.

Mais un député, comme un ministre, se doit d'être exemplaire, c'est ainsi.

Alors qu'en son for intérieur, Jean-Louis serre ses petits poings, rageusement, et voudrait, de toute son âme, avoir tout simplement LE TEMPS.

LE TEMPS de VERITABLEMENT pouvoir se pencher sur les problèmes dont il a la très haute charge.

De ce temps, Ô luxe incommensurable, qui permettrait de comprendre que l'anonymat sur Internet est une vaste plaisanterie, DANS LE FOND.

Qu'il suffit, concernant la plupart des blogueurs, de leur adresser un mail (ou de le faire expédier par sa sécrétaire qui, elle, l'a le temps, la bougresse) afin qu'il ne te révêlat leur identité véritable. Qu'il y a extrêmement souvent un lien permettant de le faire sur leurs infâmes blogs noircis de leur infâme prose.

Que la plupart d'entre eux ne chercheront nullement à se soustraire à une action en justice, pour la simple et bonne raison qu'il ne sont ni Mesrine, ni Carlos.

Et pour l'autre et simple bonne raison itou que la Justice, parfois, pourrait même débouter leurs poursuivants.

Que les moyens légaux de poursuivre ceux qui n'appartiendrait pas à cette catégorie de gens censés, simplement soucieux de profiter du peu de liberté d'expression et des lambeaux de moyens d'action qu'il leur reste, existent déjà. Et qu'il n'ait point besoin de surcharger un emploi du temps, déjà dantesque, afin que de s'atteler à cette tâche.

Que les services de renseignements et de police adéquats oeuvrent déjà pleinement en ce sens.

Que finalement, on est toujours le con de quelqu'un. Particulièrement lorsqu'on occupe des fonctions politiques.

Qu'eu égard à la dignité de celles-ci, il convient de prendre quelque hauteur. Particulièrement lorsque ladite critique se résume à un flot d'insultes.

De ce temps, Ô luxe incommensurable,  qui permettrait de comprendre que, dans ce cadre-ci, particulièrement, il vaut mieux laisser dire qu'on est un con, plutôt que de s'en offusquer.

Et de ne point laisser le moindre doute à ce sujet (comme le disait, à peu près en ces termes, le regretté Coluche. Qui aurait  vraisemblablement eût beaucoup de peine à s'exprimer, en des temps aussi troublés, en matière de Liberté d'expression, que les nôtres).

De ce temps, Ô luxe incommensurable, qui permettrait à nos fiers sénateurs d'étudier les textes qu'ils votent, et la moindre de leurs implications. De ne plus menacer une carrière politique exemplaire en dénoncant, courageusement, à l'instar de Charles de Courson, député Nouveau Centre de la Marne qu': "On n’a pas le temps d’examiner correctement les textes. Le gouvernement nous ensevelie sous les projets de loi".

De profiter pleinement, une fois ce temps reconquis, des diverses sources d'information que constituent LeTernet.

De pouvoir prouver, par un rapide clic, qu'en matière d'anonymat, on en connaît un rayon. Quand même.

M. Masson, "Affreux, Sale, Bête et Méchant" est de tout coeur derrière vous.

Courage.

Ca va être dur.

 

 

21/05/2010

Coprologias

"Le rôle du FMI, c'est de vous soigner" . (D. Strauss-Kahn, chef de file du sociallibéralisme (Mais de Gauche quand même, Ah-ah), le 20/05/10, "À Vous de juger", France 2.)

Ou comment, à l'aune de pareille déclaration, la peur qui étreint le citoyen grec s'éclaire d'un jour nouveau, puisqu'en proférant pareille énormité, Dominique (nique-nique-nique) se caresse le thermomètre -qu'il a énorme- exhibant fièrement la (gigantesque) conscience qu'il a de son devoir de "médecin des populations nécessiteuses".

Et son désir PROFOND de s'en servir.

Dans un but totalement thérapeutique, 'videmment.

 

20/05/2010

Apéros Facebook: Gueule de bois en perspective au plus haut de l'Etat?

Après les pitbulls sauvagéécumantsderage des faits divers (mais qui mordent TOUT le monde & TOUT le temps, quand même, méfie-toi, Citoyen. D'ailleurs, je crois qu'on grogne dans ton dos...); après les femmes en burqa qui sont toutes de dangereuses terroriss'  afghanes (piskon peut même pas voir c'qu'elles cachent dessous, mais que c'est sûrement pas la déclaration des droits de l'Homme, réfléchis deux secondes, je t'en prie. Quand bien même tu ferais partie du Conseil Constitutionnel. Faut pas déconner, non plus); le gouvernement vient de décréter qu' 'AAAAAAAA 'y 'est:

Voici venu le temps des rires et des chants!

Le temps des rires de des chants, certes (mon bon Brice), mais des rires et des chants:

ZEN-CA-DRES.

SE-CU-RI-SES.

PO-LI-CI-SES.

Parce que ce temps là, c'est comme celui des cerises, ça peut vite tourner à l'orage, lorsque les rires et les chants en question émanent d'une bande de dangereux révolutionnaires (c'est ce qu'en disent les anciens, 'tous cas, et reconnais qu'ils disent rarement des bullshits [1]).

Dangereux terroristes qu'on croise sur le dangereux Ternet, notamment. Et plus particulièrement cette engeance là:

L' organisateur d'apéro Facebook!!! (Qu'il convient d'isoler médiatiquement, avant qu'en cellule, en parlant de lui au singulier, note bien).

Que même que: "Si, c'est pas une preuve de la dangereuse emprise totale des ultra-anarcho-autonomes du clavier sur cette horreur gauchisto-fasciste qu'est LeTernet, mâ'ame Michu, ben j'sais pas ce que c'est!" aurait déclaré F. Lefebvre, illustre pourfendeur chevelu de toutes formes d'incivilités déviantes tant que numériques.

Gageons que dans les jours à venir, le refrain (appelé également "éléments de langage") repris en choeur, par la majorité (et ce, jusqu'à plus soif) sonnera un peu comme ça:

"L'ALCOOL (prochainement prohibé pour le bien-être de ta santé), c'est le Diable, Citoyen. Point barre. Preuve en est, même, que les fessoubekiens et fessboukiennes, une fois enivrés, lui embrasseraient le fondement, lors de diaboliques sabbats (et ce, comble du satanisme, avant que de de jeter bas la Démocratie, sans même la moindre autorisation préfectorale)".

 

KissMyRedAss.jpg

 

Ou quelque chose d'approchant.

Cependant, (et afin de ne point dévier du sacro-saint principe d'objectivité absolue qui caractérise ce blog) force est de constater que certaines (pseudo-)tentatives d'attentats apérotesques ont d'ores et déjà eu lieu. Dans un passé très proche, même.

Et qu'aux vues de celles-ci,  plutôt ambiance "A contester avec modération", l'idée d'un apéro Facebook à l'Elysée, (par exemple, le 14 Juillet prochain), puisse faire trembler le Pouvoir en place.

Dans la mesure où, jusqu'ici, la violence de la lutte éthylico-révolutionnaire donna, à peu près, ceci:

 

RebellePunch.jpg

Guerillero (à droite) fortement contrarié -limite explosion sociale, mais contenue, tout de même- parce qu'il ne reste que quelques malheureuses cahouètes, "que c'est scandaleux, même".

 

RebelleDuchesne.jpg

Guerillero (toujours à droite) déposant les armes puisque "Bon, le Canard-Duchêne du patron, finalement, avec les cacahuètes, ç'eût été une fort mauvaise idée. Voire une alliance douteuse, Ah-ah."

Et que, par ailleurs, les déclarations de guerre (Oh-oh) qui en ont découlées (à flot), donnèrent à peu près ceci.

Ne doutes point, donc, qu'à l'idée de quelques 20.000 (?) invités surprise, le Pouvoir ne tente, comme à son habitude, d'engloutir le phénomène, par quelque moyen que ce soit.

Pour l'assimiler. L'intégrer. Le maîtriser. Le réorienter. Le refaçonner.


VerDune.jpg(Clique&Lis)


A moins que...

Le fameux 14 Juillet...

Le fameux "verre de trop"? [2]

 

TropPlein.png

[2] Merci de ne pas parler de, ni faire allusion à ce jeu de mot pourri en relation avec l'image le précédant. Ne serait-ce que par bonté d'âme, tout simplement.

 

13/05/2010

Bis repetita placent (?)

 

"Citoyennes, Citoyens, mes chers compatriotes, mes zamis, mes frères zésoeurs, mâ'ame Chabot,

L'heure est grave.

Tellement grave que Je n'y irais pas par quatres chemins, j'suis pas homme a tourner le dos aux responsabilités auxquelles qu'il doit faire face, hein, vous commencez à m'connait':

 

LA GUERRE EST DECLAREE! (Bordel!)

 

 

Une guerre sans pitié, dramatiquement inévitable, contre un ennemi qui refuse tout dialogue. Un ennemi qui en est à ce degré d'auto-ostracisme qu'il refuse, malgré moultes tentatives d'accords à l'amiable (qui nous ont coûté un bras, quand même -celui de la Rolex, en plus- depuis le début de la crise des subprimes, là), d'entendre raison.

Malgré des Myards et des Myards de notre sainte monnaie réinjectés dans le système financier, en ce mois de Mai 2010 (mais pas seulement)), les terribles zésombres pésculateurs, dont on ne voit jamais le visage, même en plein jour (et qui mangeraient des enfants, si l'on en croit les journaux) ne veulent pas entendre Nos souffrances.

Un ennemi sourd tant qu'aveugle. Un ennemi qui n'a pas de petit coeur qui bat (contrairement à Moi qui, sous mes costards à 50 000, en ait un).

Un petit coeur qui saigne, d'ailleurs, à l'idée que CHACUN devra participer à l'effort de guerre. Surtout maintenant que c'est clair qu'elle est déclarée, mâ'ame Chabot. Un petit coeur qui saigne parce que j'ai changé (Mâ'ame Chabot, oui, et j'n'ai pas peur de le dire), et que je vois clair désormais dans le jeu de ces terribles pésculateurs, responsab' de tous nos maux.

Ces types-là, mâ'ame Chabot, citoyennes (même en Burqa), citoyens, voulaient garder la puissance de Lémarché pour eux!

Et vous devez donc voir les 750 Myards d'euros que nous venons de lâcher (et croyez-moi, c'est douloureux, Mâ'ame CHabot, ça coûte en encre au moment de la signature) comme UN ACTE DE RESISTANCE!

Oui, il ne faut pas avoir peur des mots et de la Vérité qu'ils expriment:

Ces 750 Myards, nous les avons réinjectés dans l'économie afin de soutenir un système que nous allons assainir, seule garantie d'une vie meilleure pour toutes zétous.

Ces 750 Myards d'euros, nous les avons arrachés aux traders et autres machiavéliques financiers sanguinaires. Lesquels voulaient vous priver, ricanant sous capes, dans l'ombre de la nuit qui fait peur, de la puissance de Lémarché dont on sait, depuis toujours, qu'elle rend heureux et prolonge la vie. Et qu'ils tentaient (perfidement) de détourner, selon d'obscures principes, pour eux seuls, ces félons.

Alors qu'une puissance de lémarché, pour TOUS, citoyennes, citoyens, mes chers conpatriotes de dedans mon coeur, c'est la perspective de systèmes de retraites (privés) qui fonctionnent et qui vous permettent de vivre heureux, avec du soleil dans votre vie toute l'année, même en Bretagne, où il ne pleut que sur les cons (mais souvent).

La puissance de lémarché, citoyennes, citoyens, têtes de veaux que j'aime du plus profond de mes entrailles, c'est la garantie indiscutab'  de frais de santé remboursés par une assurance (privée) avec des bisounours épanouizésouriants qui te répondent au téléphone et qui débordent de plein d'amour pour toi, client-citoyen.

Ce qui n'est, ni plus, ni moins, ces 750 Myards d'euros, hein, faut l'reconnait', que la mise en application des principes défendus par le Conseil national de la Résistance. La pierre d'angle, l'acte fondateur d'une résistance jamais abandonée, sans cesse renouvellée. Mais genre actualisée, quand même.

MO-DER-NI-SEE.

Faut vivre avec son temps. Hein? Et quoi d'autres que la puissance de Lémarché pour assurer à tous une santé et une retraite sereine?

 

 

 

Conscient d'ailleurs que l'effort de guerre doit être partagé par tous, je vais m'adresser à celles et ceux, anonymes jusqu'ici, qui vont payer un lourd tribut dans cette guerre contre les pésculateurs. Pour remercier ces braves patriotes, et les exhorter à continuer de résister (pour ceux qui le peuvent encore), avec Nous.

"Ensemble, tout est possib' ", j'vous l'rappelle:

Un grand "Merci!" de la Patrie donc, à Anne-Marie de la M., de rendre les Myons d'euros que le bouclier fiscal lui permettaient de protéger.

Un grand "Merci!" aussi de la Patrie à Pierre-Yves R., qui ne va plus aller au Fouquet's que deux fois par mois.

"Merci" patriotique, tout autant, à Raymond S. qui vient d'être expulsé de chez lui, (On peut pu se permett' de l'aider, mâ'ame CHabot mais Raymond l'a compris, fier résistant de la première heure, qui déjà, aux prémisces de cette putain de guerre, n'avait plus guère à manger. Brave Raymond).

Un grand "Merci" (mais posthume) à Lucie A., qui vient de se pendre, parce que sa boîte délocalisait son emploi, afin que de faire remonter le cours de l'action et de redonner de la puissance à Lémarché.

Voyez, citoyennes, citoyens, comme "Ensemble, tout est possib' ".

Voyez comme il est possible de répartir, équitablement, l'effort inhérent à cette guerre impitoyab'.

 

 

Vive la France, Vive la République, Vive la Résistance, Vive Lémarché! "

10/05/2010

Point barre

Ce qui est fascinant avec Alain Minc, c'est l'étendue vertigineuse (tant qu'éblouissante) des domaines dans lesquels le personnage peut étendre sa prodigieuse capacité d'analyse.

Capacité jamais zentamée par aucun "réflexes idéologiques primaires" comme ceux qu'il dénonce, à l'occasion de son passage dans "Parlons net", émission "orientée web" (?), sur "France Info", le vendredi 07 mai 2010.

Que nenni.

Ce n'est point par réflexe idéologique, donc, qu'Alain Minc explique à l'auditeur (béat devant pareil brillance d'esprit), que "Les marchés, c'est comme les lois de la pesanteur".

Que nenni nenni.

C'est pas d'l'idéologie, c'est de la physique, ma brave dame.

Implacable.

Au point que "Tous les grands pays du vieux monde, Etats-Unis compris, sont dans la même situation, c'est comme ça...Et nous vivrons avec ça pendant une bonne dizaine d'années". Aussi indéboulonnable qu'une équation de Newton qui vient de se prendre une pomme sur la tronche (qu'il avait plutôt bien faite, note bien) et qui braille qu' "Eurêka, j'ai tout capté les lois de la gravitation universelle" (ou quelque chose d'approchant).

Lois physiques qui, semble-t-il s'appliquent moins franchement sur le plan horizontal, et qui donc, n'empêche pas M. Minc de prendre "cette affaire grecque, avec un peu plus de distance", tout de même.

Et de nous expliquer que, d'abord, "La baisse de l'Euro est un accélérateur formidable de croissance".

Et que ces salauds d'anarchiss' grecs ne sont pas capable, eux; profitant d'une soi-disante situation "coton-coton" pour étendre sur le pays leurs tentacules zidéologiques; de se rendre compte que: "L'effet positif est supérieur à l'effet récessif lié à l'effondrement de la Grèce", tout bonnement.

C'est dire si le grec manque de recul, tout de même, que même c''tincroyab', cette petitesse d'esprit dont fait preuve le citoyen (parfois pas même anarchiss' mais manipulé tout de même par ceux-là) lorsqu'il s'angoisse au sujet de ses fins de mois, au (futil) motif qu'elles commenceraient le 5.

Alors qu'il suffit (qu'ils sont sots, décidément) de ne point se référer aux avis des "agences de notation, et [de] tous ceux qui prennent pour pensée révélée ce qu'écrivent ces braves garçons, dont le niveau économique est deuxième année, à peu près, de droit, ou de sciences-po" . Pour la simple et bonne raison qu'ils ommetraient (les cons) que "la Grèce, "c'est pas le Danemark". Ce qui, conviens-en, place le faible niveau des branleurs en question aux zhauteurs où les a décrite M. Minc, et que, donc, en Grèce "50% du PIB est au noir".

Et que, partant de là (a savoir que le grec est un salaud de fraudeur qui enchaîne, le fourbe, les black jobs, dont il planque la moitié des revenus à l'Etat, le salaud. Si c'est pas d'la graine d'anar, qu'est-ce que c'est, ma brave dame?): "Le fonctionnaire grec, qui travaillait jusqu'à 17h00, et qui à 17h30, était chauffeur de taxi, on lui réduit son salaire, en effet, du 13eme et du 14eme mois, et il va partir à 15h30 et il sera chauffeur de taxi à 16h, et en réalité, vous verrez que la société grecque, nonobstant le drame qu'y a eu, mais qu'est quand même, bon bah, un drame, mais bon, c'est pas une révolution, hein, y'a eu un drame, la société grecque va, à cause de l'économie noire, absorber ce choc".

Ce qui permet de conclure à Alain Minc, qui  ne confond pas, LUI, Grèce et Danemark, nan mais, ho, que "La situation grecque n'est pas ce qu'on en dit, indépendamment du fait, qu'elle est difficile".

Et c'est sans doute cette prise de recul, quelque peu violente, qui entraîne M. Minc un peu plus loin, dans son élan, lui permettant de révéler à l'auditeur toujours aussi béat, que tout va vachement mieux qu'on le dit, à l'instar de la situation grecque, puisque, si on s'interroge un peu plus sérieusement que le gauchiss' moyen, on peut constater que "Le monde a crû. LE MONDE. Faut peut-être parfois penser au monde, et pas seulement à soi! Le Monde a crû de 5% par an, c'est une croissance qu'on a a jamais connu dans l'Histoire, JAMAIS."

Ce qui méritait bien, entres autres dégâts collatéraux (relavant quasi du point de détail), reconnais le, à la fin, la mise en concurrence des salariés sur un plan mondial. Et donc l'exploitation des plus fragilisés d'entre eux (sur un plan anal?). Puisque, tu le saurais -si ta générosité allait jusqu'à eux- : " Les chinois et les indiens, ils se félicitent de ce que nous venons de vivre" (ces salauds!).

Succint résumé de mi-parcours (histoire d'y voir plus clair, malgré un farouche aveuglement idéologique qui dût nous empêcher de prendre du recul):

Les marchés, et tout le cortège de saloperies qu'ils peuvent engendrer, sur un plan social, notamment, "C'est comme les lois de la pesanteur". On y peut rien, "C'est comme ça". Et tous les mauvais esprits qui accuseraient (bêtement) les financiers type Madoff and Co. feraient bien mieux de s'en prendre à Newton et la nature.

Bon.

La crise grecque va se règler, d'toutes façons, parce que le grec est bosseur (y compris au black, ma brave dame!). Et c'est pas deux trois ahuris des agences de notation qui vont faire la Loi, d'abord.

Bien.

Le système ultra-libéral que tous les vilains gauchiss' s'évertuent à critiquer est parfait. La preuve, "Les chinois et les indiens, ils se félicitent de ce que nous venons de vivre." Même qu'il serait temps, gauchiste égoïste, de penser un peu au Monde! Et de ne plus t'aviser de ne serait-ce qu'émettre (sournoisement, comme à ton habitude) un doute quant au fait que le système en question répande le bonheur.

Point barre.

A l'inverse, il est un domaine où tu pourras succomber à tes travers nombrilistes, gauchiste de petite vue, celui du problème des retraites. Car ainsi, cédant à tes penchants auto-centrés, tu t'apercevras des bienfaits dudit système:

"On devrait le dire davantage, nous nous en tirons mieux que les autres européens, parce que les français font plus d'enfants, il ne faut jamais l'oublier, et que donc...même s'il faut bouger l'age légal de la retraite, ..., nous ne sommes pas menacés du 67 ans des allemands..."

Ce qui est quand même une putain de bonne nouvelle, dès lors qu'on n'oublie de penser qu'il faut "peut-être parfois penser au MONDE!", c'est vrai...

Ainsi que dans le mur dans lequel il va. Et aux gens qui sont "aux manettes" dont, plutôt que de douter de la sincérité de leur démarche, tu devrais leur "(...)savoir gré,...,de faire leur boulot, c'est à dire d'aborder le sujet". Quand bien même les façons dont ils proposent de le résoudre te paraîtraient être inéquitables, voire profondément injustes (ingrat!).

Ce qui est assez ahurissant dans la mesure où Pascal Lamy, à l'OMC, Jean-Claude Trichet, à la Banque Centrale Européenne et Dominique Strauss-Khan, au FMI sont des gens formidab', qui font partie d'institutions qui n'ont strictement rien à voir avec le bordel actuel, tant elles ne sont ABSOLUMENT pas des clés de voûte du système qui est en train de foutre le monde à genoux.

Limpide.

Nous l'avons dit plus haut, son effondrement est dû aux effets de la pesanteur. Merci de suivre. Et non à un quelconque asservissement de la réalité économique aux agences de notation et à leur estimations assassines.

Non.

Bien au contraire. "Etre attaché au triple A, c'est préserver des emplois" dit Alain Minc, dont le recul de vue lui permet d'éviter habilement, toutes les  (sournoises) attaques qui l'accuseraient de ne pas être à une contradiction près.

 

 

AAA.png

Une dépendance du secteur de l'emploi aux agences de notation, (sans doute fiables, dans ce cas-là), qui justifie de défendre  (aveuglément) le système dont Alain Minc chante les louanges depuis les années 80, contre vents et marées (et contre vagues tsunamesques de chômage et reflux de la part des salaires dans l'océan ultra-libéral. Aussi, oui).

Plutôt qu'a l'instar des blogueurs gauchiss', qui manquant de recul, les sots, relaient la colère du peuple grec, des salariés français licenciés (quand leur entreprise font des bénéfices colossaux), ainsi que la surexploitation de la main d'oeuvre à bas coût des pays sous-développés et autre "effet positif supérieurs à l'effet récessif", brillamment mis en évidence par Alain Minc.

Ce qu'on lit sur le net, d'ailleurs, M. Minc le dit haut et fort: ""C'est une parcelle du monde réel, ce n'est pas LE MONDE."

Et il serait tout de même vraiment "Affreux, Sale, Bête et Méchant" d'en douter. VRAIMENT.

Puisque c'est le même qui écrit, dans la préface du "Dictionnaire politique d’Internet et du numérique" qu'il a signé que: "Ce dictionnaire est l’ultime démonstration que l’Internet n’est plus un simple segment de la réalité. Il est la réalité."

Ce qui place l'avis de M. Minc, en matière d'analyse de la réalité, au dessus de tous soupçons d'invalidité, tant cet homme est droit dans ses convictions, quels que soient le contexte ou les interlocuteurs.

D'autant qu'il le dit lui-même, et c'est son mot de la fin:

"Je suis moins couillon que vous le pensez!".

Point barre.

 

 

[Edit: Il peut être relativement amusant (voire goûtu) de rapprocher l'aveuglement "obstinatoire" d'un Alain Minc à celui d'un autre Alain. Madelin, celui-là, manifesté notamment lors de son passage à l'émission "Ce soir ou jamais", animée par Frédéric Taddéi.

Et de se souvenir, pour finir de rire, qu'Alain Minc se définissait, il y a peu, comme "le dernier marxiste français, à certains égards". Ce qui devrait plaire à Alain 2, ancien membre d'Occident, dont nombre de point de vue sont visiblement pourtant très proches de ceux d'Alain 1.]

03/05/2010

Le Phare

Lorsqu'Alain Finkielkraut, du haut des cimes de LA vérité (de celles-là même d'où le saint philosophe embrasse d'un seul regard les terres de LA Liberté, et t'en dépeint une à une les frontières, avant que de t'enjoindre à ne les point franchir) déclare:

"Le rire contemporain ne relève plus de l’humour. Il est, entre l’injure et le crachat, une forme d’incivilité."

Tu es sommé, homme de petite pensée, qui n'a plus guère d'autre choix que d'avoir recours à cette forme-ci (dérisoire) de rebellion, de cesser de cracher et d'injurier, je te prie.

De là-haut (et de surcroît), Alain ne t'entend pas, quoi qu'il en soit.

Et esquive donc, sans peine aucune, le moindre de tes piètres glaviots humoristiquement zincivils.

C'est donc peine perdue que de tenter d'entrer en contact, de cette manière, avec personnage si haut perché. Et c'est Vérité qu'à telles altitudes, tu parais  bel et bien tant inefficace que ridicule.

Définivitement, petit homme.

Doù la nécessité absolue de saisir ton courage à deux mains, dans le même temps que ton bâton de pélerin, et de commencer la longue ascension du Mont Vérité.

Et si tu n'atteins pas le degré de sagesse escompté, une fois à ses côtés, demande lui donc de se taire.

Ce sera toujours ça de pris.

 

 

22/04/2010

Casse moi le cratère!

 

Lundi, l'hodjatoleslam Kazem Sedighi, imam de Téhéran chargé de la prière du vendredi, a accusé les femmes et leurs manières légères d'être responsables de catastrophes naturelles :

« Il y a beaucoup de femmes qui ne s'habillent pas décemment […] qui détournent les jeunes hommes du droit chemin, corrompent leur chasteté, ce qui augmente les tremblements de terre. »

Rocco Siffredi, expert en branlettes volcaniques, confirme: "Chaque fois que les femmes, elles me corrompent la chasteté, je ne peux plus maîtriser mon éruption. Désolé.".

M. Sedighi est prié, quant à lui, de passer à l'infirmerie. Pour ses gouttes. VITE.

21/04/2010

In bus with Nicolas

On s'offusque souvent (et ce jusqu'à Droite) des formes que peut prendre "l'humour" présidentiel.

Jusqu'à une partie de la majorité, murmure-t-on,  pour qui les vannes du président, jugées maladroites et déplacées seraient "vachement éloignées du trait d'esprit gaullien, qu'avait une aut' gueule quand même, nom de Dieu, Bernadette!". (C'est dire le degré d'offuscation atteint...).

On s'indigne, donc.

Au motif que l'humour en question serait constitué, notamment, de plaisanteries... Plutôt... Grasses. Disons.

De celles dignes de tes pires repas de famille, mettons.

De celles aux tables desquelles fleurissent les propos les plus décomplexées. De plus en plus fréquemment. (Au point que, ne cherche même pas à le nier, tu vois parfaitement ce qui est évoqué ici. Malheureusement).

Familles toutes unanimes, également, quant au fait qu'on puisse, dorénavant, ouvertement vomir proférer les (pires) blagues racistes au nom du fait que "C'est de l'humour quoi, merde! Arf-Arf..."

De cet humour que ne désavouerait pas Tonton Gégé qui s'est laissé aller, dimanche dernier, entre gigot et Côtes du Rhône, à une décomplexitude certaine en matière de vannes pas claires (ou trop, peut-être?). Celui durant lequel il a cru bon de faire profiter Nordine, le nouveau petit copain de la cousine Valérie, de son humour labellisé "Terroirs d'antan". Une manière, selon lui, de "Partager avec les gens d'ailleurs. Aaaaaaah! Ah! ALors! Tu vois biiien qu'on est pas racistes!

Que même que j'te plaindrais presque. Pass'que ca va pas être facile avec un prénom comme Nordine, Arf-Arf. T'as des papiers au moins?... J'dis ça, j'dis rien. J' suis pas raciste, j'te diiis. J'ai même un pote musulman, t'as qu'a voir... Mais bon, un seul, hein. Quand y'en a un, ça va encore... Arf-Arf. Reuuuuu... S'cuzez, belle maman, la bière... Ou le 51, Arf-Arf".

Juste avant que Tonton Gégé ne réalise que ce genre de "saillie", en matière de "partage avec les gens d'ailleurs", s'avère être une méthode assez peu adaptée lorsque ton interlocuteur, en l'occurrence NORDINE, se révéle originaire du village d'à côté...

Mais donc, pour en revenir à nos moutons (qu'on égorge dans la baignoire, à l'ombre des minarets, selon Saint Kozy et Saint Roselmack,  priez pour nous, pauvres DeSouches), Comment s'offusquer d'un tel... "Humour"?

Quand il est manié par le président d'une majorité dont certains membres ne rechignent pas plus à l'idée d'une alliance (finalement) assumée avec un parti comme celui du Front National? (Et dont nombre de membres, également, appartenaient à Occident , mouvement dont ils n'auraient pas gardé que la nostalgie et les bottes, mais bel et bien les convictions et les méthodes, au vu de certaines politiques menées actuellement.) Après le système des franchises, dans lequel l'UMP fournissait boutiques et plan marketing au parti d'extrême droite sus-cité, LA FUSION, pure et simple. Business is bussiness, baby. What Helze?

Pourquoi s'étonner également que cet "humour" ne se manifeste parfois en de forts solennelles circonstances. Et en de bien symboliques endroits, a priori fort peu appropriés pour cela?

Comme lors de la première visite de Nicolas Sarkozy aux plateaux des Glières, haut lieu commémoratif de la Résistance française, par exemple.

Puisque ce rire-ci, à bien y regarder, faisait simplement écho à la joie, à peine dissimulée, qu'il manifeste (régulièrement) en piétinant (sans relâche), un à un, avec ses amis prédateurs néo-libéraux, les acquis sociaux mis en place par le Conseil National de la Résistance, au sortir de la seconde guerre mondiale.

Non, décidément, tout cela est bel et bien cohérent. Et plutôt que de s'offusquer, il conviendrait de s'incliner. Devant tant de génie comique.

Le chef de la Nation, guide suprême de la vanne ultime, est au sommet de son art. Puisqu'il n'hésite pas (même un instant, c'est dire) à partir à la conquête des terres vastemenzinconnues du... Tin-tin-tin:

Comique de situation.

Et à déclarer, la main sur le coeur (qu'il a gros malgré tout), à un public atterré bailloné drogué pour l'occasion sans voix face à tel génie du mal propagandesque de la Comédie:

"Nous ne laisserons personne au bord de la route".

...

Imagine. Et savoure. Tu peux rire, évidemment, oui. (Ce qui t'évitera d'en pleurer, peut-être?).

Le même type, celui-là même qui ne se déplace plus nulle part sans bloquer une ville toute entière -ne serait-ce que pour la bête raison qu'il ne reste plus aucune place pour se faufiler entre les cars de keufs présidentiels CRS- ce type là, donc, VA TE PRENDRE EN STOP, ami démuni!

...

Savoure, oui, et incline toi respectueusement (plutôt que de t'agacer bêtement, en pensant que décidément, on te prend pour un con) devant pareille maîtrise du comique de situation. Parce que fatalement, avec le MONDE qui va se retrouver sur le bord de ladite route, dans très peu de temps, c'est en bus que tu vas voyager avec Nicolas Sarkozy, mon ami! Et les échanges imaginaires qui pourraient naître de pareille équipée sauvage (tant qu'absolument improbable) sont savoureux d'absurdité et de loufoqueries.

Un voyage au cours duquel ses passagers auraient, à loisir, tout le temps de lui faire part de quelques rumeurs:

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui refuse (l'ingrat) de travailler jusqu'à ce que mort s'en suive.

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère des "travailleurs  pauvres" (les idiots) dont le "nom" même est une aberration, dans un système qui donnerait, comme on le répète à l'envie en hauts lieux, une chance à TOUS.

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui finit par comprendre (qu'il est lent) que le sacro-saint système kapitaliste qui rend heureux ne serait pas ce qu'on lui a dit.

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui est de plus en plus dans la merde, victime d'injustices intrinsèques au beau système qui rend heureux (mais surtout la classe dominante).

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui refuse, violemment, par absence d'autres choix, d'être licencié afin que son employeur n'aille exploiter d'autres travailleurs du même système, plus démunis encore.

Qu'y a-t-il de drôle dans tout cela? (Légitime question. Que l'on pourra se poser, entre deux arrachages (rageurs) du peu de cheveux qu'il nous reste. A force.)

La situation, nous te le disions, en premier lieu.

Nicolas Sarkozy, au volant de ce bus, qui s'acharne à prétendre ne vouloir "laisser personne au bord de la route". Et la seule réaction qu'il puisse avoir, une fois au volant de son engin salvateur (et quasi-providentiel), face aux flots (qui ne font pas que clapoter) de revendications de ses passagers. Attirer l'attention sur la seule et unique rumeur qu'il pense pouvoir maîtriser qui semble l'intéresser, LUI:

"Et pour ma femme, vous êtes au courant?"

Force est de reconnaître qu'en termes de comique de situation, ça déchire grave velu.  D'autant que celui-ci est doublé d'une forme d'humour supplémentaire, maîtrisée (au laser) également par Rigolo 1er:

Le comique de répétition.

Parce que le coup du "bord de la route" a déjà été utilisé par l'artiste. Durant la campagne présidentielle, entre les deux tours, plus précisément:

"Vous voulez une France fraternelle, une France qui ne laisse personne au bord de la route, une France qui aide les plus fragiles, les personnes handicapées, les personnes âgées, les exclus, ceux qui traversent une période difficile, une France, au fond, où ceux qui sont forts mettent leur force, leur talent et leur énergie au service de ceux qui sont faibles."

Et l'on mesure bien là toute l'étendue du talent de Nicolas Kozy.

Comme l'on voit très nettement qu'en imaginant ce tour (salutaire) en bus avec le président qui ne veut "laisser personne sur le bord de la route", "Affreux, Sale, Bête et Méchant" ne se fait que l'humble serviteur de ce génie comique. "Affreux, Sale, Bête et Méchant" ne se fout pas de ta gueule à toi, lecteur, que tu sois révulsé (de Gauche) ou offusqué (de Droite).

Non, non. 

Ou, quoi qu'il en soit, nous y allons vachement moins fort que LUI.

 

sarkoChamp.jpg

 

03/04/2010

Démocra$ie

"Ca, c'est le droit.

 

 

droit.jpg

 

Ça, c'est la France.

 

serfdigging.jpg

Ça, c'est une démocratie.


 

crs.19H.jpg

 


Mais dire: "je vais faire sauter (l'usine) si j'ai pas mes 20.000 euros", ce n'est pas une démocratie".

Benoist Apparu (Expert en dialogue social & Sciences démocratiques).

22/03/2010

Barbie (la pouf'), Ken (le survivant) et les bisounours (roses)

Bonne nouvelle (ou pas), "Affreux, Sale, Bête et Méchant" a retrouvé Barbie.

Et contre toute attente, celle-ci a viré féministe (genre épilo-engagée).

Mauvaise nouvelle (ou pas), chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", ces retrouvailles inopinées furent l'occasion d'entrevoir, bien malgré nous, le plaisir subtil du meurtre (de blondasse, ou pas, à QI d'huître en tailleur Chanel).

Parce que comme prévu, elle est toujours aussi conne (cette pouf').

Mais engagée, tout de même, disions-nous.

Qu'au point qu'en cette Journée de la Femme du 8 Mars 2010, Barbie (la pouf') a pris sa plus belle plume (un petit Montblanc sans prétention, rose bonbon avec des pitites paillettes de diam's véritable, toutes mignonnes, offert par Ken son-ex-beau-gosse-chéri).

Et qu'avec celui-ci, Barbie (la pouf') a écrit l'INTEGRALITE du bulletin municipal spécial, publié en cette occasion, par la mairie du 7ème arrondissement (de Paris).

Parce qu'entre deux virées shopping-Dior/Chanel en cab' Audi rose bonbon, on peut très bien avoir une condition de Femme à défendre. T'vois, ma chérie?

Nous te conseillons la page 10, notamment. Sorte d'hybride monstrueux, fruit d'un croisement improbable entre "Gala" et "Le Figaro". Ou quelque chose dans ce(t infect) goût-là.

Et la dernière, celle de l'horoscope (si,si... Dans un bulletin municipal. Et à l'occasion de la Journée de la Femme. Si, si bis.) Véritable ode à la prostitution conjuguale (mais à condition de la pratiquer avec un mec du 7ème. Ok, les filles?)

Il est vrai qu'il était temps, qu'au nom de l'Egalité des sexes, Barbie (la pouf') s'engage en Politique.

Vu que son "ex" est tout de même chef de l'Etat depuis Mai 2007 maintenant. (Oui, c'est long, hein...)

Mais si.

Ken...

LE Ken.

Le Seul, l'Unique.

L'Homme, quoi. (D'aucuns seraient tentés de parler de "Survivant", en ce moment...)

Celui qui fait face à l'adversité avec ses 'tits muscles bandés.

"Oui-Oui, je vous promets, sur la tête à Dominique de Villepin, on a frôlé la catastrophe, mais on va s'en sortir les gars".

"Oui-Oui, je vous promets, sur la tête des Gandrange-Total-Conti, etc..., un recul du chômage est à venir."

"Oui-Oui, je vous promets, sur la tête de la Police Nationale, hein, qu'on va retrouver les coupables."

"Oui-Oui, je vous promets, sur la tête de la France terre d'accueil, je veux que partout dans le monde, les opprimés, les femmes martyrisées, les enfants emprisonnés ou condamnés au travail, sachent qu'il y a un pays dans le monde qui sera généreux pour tous les persécutés, c'est la France !"

"Oui-Oui, je vous promets, sur la tête des gauchos, on va moraliser le Capitalisme."

Nous pensions ces deux-là perdus à tout jamais. A pourrir au fond d'un vieux bac à jouets, refourgués à la Trocante ou Cash-Express, sacrifiés d'un mois difficile, parmi tant d'autres, contre espèces sonnantes et trébuchantes, bientôt converties en steack ED ou LIDL...

Mais ces retrouvailles, bonnes ou mauvaises, tu jugeras toi-même, ne furent rien comparées à notre étonnement de croiser les Bisounours, AU GRAND COMPLET, en cette soirée électorale du 21 Mars 2010.

Ceux-ci avaient pointé à nouveau le bout de leur petit nez (qu'ils ont mignon, forcément ), le 14 Mars au soir.

Souviens-toi:

La défaite de la Droite Extrême annoncée. La déferlante rose. Le retour de LA GAUCHE.

Et notre étonnement de s'accroître proportionnellement à la ferveur avec laquelle cette bande de peluches insipides fut accueillie, célébrée comme le remède à tous les maux engendrés par Barbie, Ken et leurs amis, le 21, une fois la "victoire" effective.

Parce que les bisounours n'ont plus de rose que leur pelage (qu'ils ont doux jusqu'à l'écoeurement).

Qui s'accorde méga-trop-bien avec le cabriolet rutilant de Barbie (la pouf'), ainsi qu'avec son stylo sus-décrit.

Ken (le survivant) et ses potes n'ont pas fini de se marrer.

Et toi de vendre des vieux trucs pour survivre. S'il t'en reste encore.

11/02/2010

Georges qui rit, Georges qui pleure

Georges qui rit. (A tes dépens):

« …On ruine les paysans africains en vendant nos produits subventionnés par l’Europe, mais c’est pas les agriculteurs qu’il faut subventionner, Blair a raison c’est les chercheurs. On s’en fout des agriculteurs, on s’en fout. D’ailleurs aujourd’hui avec 5 % d’agriculteurs en France, on produit autant qu’avec 40 % en 1945 et avec 2 % on produira aussi bien qu’avec les 5 % actuels, donc on peut encore en perdre les trois cinquièmes.

Oui, Ce que je vous dis c’est l’évidence. Ah, mais si les gens fonctionnaient avec leur tête, mais les gens ils ne fonctionnent pas avec leur tête, ils fonctionnent avec leurs tripes. La politique c’est une affaire de tripes, c’est pas une affaire de tête, c’est pour ça que moi quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse.

Enfin, aujourd’hui je fais ce qui m’intéresse, comme Président de Région, j’aide les lycées, j’aide la recherche et quand je ferai campagne, dans deux ans pour être de nouveau élu, je ferai campagne sur des conneries populaires, pas sur des trucs intelligents que j’aurai fait. Qu’est ce que les gens en ont à foutre que je remonte les digues, les gens s’occupent des digues quand elles débordent, après ils oublient, ça les intéresse pas, les digues du Rhône, les gens ils s’en foutent, ah à la prochaine inondation, ils gueuleront qu’on n’a rien fait. Alors moi je mets beaucoup d’argent sur les digues du Rhône, mais ça ne me rapporte pas une voix, par contre si je distribue des boites de chocolat à Noël à tous les petits vieux de Montpellier, je ramasse un gros paquet de voix. Je donne des livres gratuits dans les lycées. Vous croyez que les connards me disent merci, ils disent non ils arrivent en retard, comme si c’était ma faute parce que l’appel d’offres n‘avait pas marché et que donc il y avait quinze jours de retard dans la livraison.

Les gens, ils disent pas merci, d’ailleurs les gens ils disent jamais merci. Les cons ne disent jamais merci. Les cons sont majoritaires, et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les « engrainer », « j’engraine » les cons avec ma bonne tête, je raconte des histoires de cul, etc… ça un succès de fou, ça a un succès fou. iIs disent, merde, il est marrant, c’est un intellectuel mais il est comme nous, quand les gens disent « il est comme nous », c’est gagné, ils votent pour vous. Parce que les gens ils votent pour ceux qui sont comme eux, donc il faut essayer d’être comme eux.

Là, les catalans me font chier, mais je leur tape dessus parce qu’ils m’emmerdent, mais dans deux ans, je vais me mettre à les aimer je vais y revenir je vais leur dire, mon Dieu, je me suis trompé, je vous demande pardon, ils diront : qu’il est intelligent, ils me pardonneront, ils en reprendront pour 6 ans. C’est un jeu, qu’est ce que vous voulez il faut bien en rire. Avant je faisais ça sérieusement, maintenant j’ai tellement l’habitude de la manœuvre que ça me fait marrer.

Les cons sont cons et en plus ils sont bien dans leur connerie. Pourquoi les changer, pourquoi voulez vous les changer ? Si vous arrivez à faire en sorte que les gens intelligents passent de 6 à 9 % voire à 11, vous ne pourrez pas aller au-delà. Mais les cons sont souvent sympathiques, moi je suis bien avec les cons, je joue à la belote, je joue aux boules. Je suis bien avec les cons parce que je les aime, mais ça ne m’empêche pas, mais après quand vous avez raison, après ils vous donnent raison, mais toujours 3 à 4 ans après.

Toujours 3 ou 4 ans après, ils disent, mais il est pas si con parce que après tout ce qu’il a fait ça marche.Donc vous faites des trucs, vous vous faites élire, 6 ans. Les 2 premières années vous devenez maximum impopulaire, vous leur tapez sur le claque bec, etc… ah salop le peuple aura t’a peau, on t’aura, moi je dis cause toujours, je vous emmerde. Ensuite 2 ans vous laissez reposer le flan, vous faites des trucs plus calmes. Et les deux dernières années, plus rien du tout, des fontaines, des fleurs, et des bonnes paroles, je vous aime, oh catalans, je vous aime, oh occitans mes frères, je vous aime, vous faites un petit institut, une merde pour propager le catalan auprès de 4 guguss, tout le monde est content, tout le monde est content, évidemment ils parlent catalan comme ça personne les comprend à 3 km de chez eux.

Mais ça leur fait plaisir. Moi je men fous, je parle l’occitan, parce que ma grand-mère parlait occitan, mais je le parle pas, parce que j’ai peur qu’on pense que je parle patois, donc, en plus bêtement, on m’a pas appris l’anglais, alors moi je parle le latin, le grec, l’allemand, l’italien je suis donc un demeuré, parce que ça sert à rien. Aujourd’hui faut parler anglais, ça prouve rien du tout, ça prouve pas qu’on est intelligent, mais ça prouve qu’on peut communiquer avec les trois quart de la planète. Apprenez l’anglais, mais surtout pas avec les profs d’anglais de Montpellier et de France, qui sont parmi les plus mauvais du monde. Les 4/5èmes des profs d’anglais parlent l’anglais comme une vache espagnole. Non, vous apprenez l’anglais, si vous êtes une fille, vous baisez avec un mec, si vous êtes un garçon, vous baisez avec des anglaises, et là vous apprenez vite, rien de tel que la communication orale.

Moi je suis allé en Angleterre, j’ai baisé une quarantaine d’anglaises et je commençais à apprendre, mais après on bouffait tellement mal que je n’y suis plus revenu, parce que je supportais pas leur bouffe et alors je faisais que bouffer libanais, je passais mon temps à bouffer libanais à Londres, c’est fatigant de bouffer libanais tout le temps, du taboulé et compagnie, ça j’en ai bouffé du taboulé à Londres, du taboulé, du poulet farci.

C’est un peuple merveilleux les Anglais, mais leur bouffe tuerait père et mère, d’ailleurs c’est pour ça qu’ils viennent en France. Vous savez, eux, ils sont pas cons, c‘est pourquoi ils ont colonisé le monde, celui qui l’a dit le mieux c’est Disraeli, le grand premier ministre anglais de la fin du 19ème siècle. Il disait un jour à l’impératrice Victoria, il lui dit Majesté savez vous pourquoi les anglais ont colonisé le monde ? C’était au moment où les britanniques dominaient les deux tiers de la planète, et Victoria regardait son premier ministre, et Disraeli lui répond, en plus c’était un juif avec un humour extraordinaire, Majesté enfin, c’est pour échapper à leur cuisine. ça c’est bien vu…. il vaut quand même mieux bouffer la cuisine du Kénya ou la cuisine indienne ou la cuisine d’Afrique et autre c’est quand même meilleur que la cuisine anglaise. Je sais pas comment ils font pour arriver à faire aussi dégueulasse. Ils s’acharnent.

J’y suis encore allé parce que j’ai envoyé ma fille faire des études en Angleterre, j’y suis allé l’an dernier, dans une ville magnifique au Nord, c’est toujours aussi dégueulasse, ils n’ont pas progressé depuis 40 ans que j’y étais allé, en plus les anglaises elles baisent comme des savates.

Vous avez tout ce qu’il faut sur place, c’est pas la peine d’aller la bas, les françaises c’est quand même autre chose, maintenant c’est fini je suis marié. Je vous rapporte de très vieux souvenirs, des souvenirs d’enfance quand j’étais tout petit, gentil et que j’allais trainer mes guêtres en Angleterre. Ceci dit, je vais quand même vous dire un truc, les Anglais c’est un peuple formidable, un des plus beaux peuples qui soit, c’est des gens intelligents, courageux, magnifiques, d’ailleurs c’est comme les juifs.

Alors, moi les juifs, j’adore les juifs, j’adore Israël, alors ils ont une cuisine ! Mais alors en plus eux ils sont plus têtus que les anglais, parce que les anglais il y a longtemps qu’ils ont renoncé à ce que leur cuisine soit bonne, ils n’ont plus aucune illusion, mais les juifs, je suis copain avec des masses de juifs, mais ils sont têtus comme des bourriques, ils veulent absolument m’expliquer que la cuisine kacher est bonne.

Enfin, vous l’avez bouffée la cuisine kacher ? c’est dégueulasse, c’est abject. Enfin, ce peuple qui est extraordinaire, intelligent qui fournit les meilleurs chimistes, les meilleurs physiciens, les meilleurs pianistes, les meilleurs mathématiciens, vous ne voulez pas en plus qu’ils fassent de la bonne cuisine. Non la cuisine kacher est dégueulasse, c’est une évidence, dès fois elle est un peu bonne quand ils font de la cuisine libanaise, c’est-à-dire les marocains font de la bonne cuisine, les juifs marocains font de la bonne cuisine, mais ce n’est pas de la cuisine juive, c’est de la cuisine marocaine, c’est la cuisine berbère, la cuisine berbère marocaine, elle est délicieuse, mais c’est autre chose.

Bon enfin c’est pas grave tout ça, moi ça ne m’empêche pas d’aimer les Anglais parce que j’oublie pas que c’est les seuls qui ont tenu le coup de 40 à 42 tout seuls contre les allemands. Alors ça c’est un peuple extraordinaire, mais c’est pas parce que leur cuisine est pas extraordinaire qu’on va en vouloir aux Anglais, alors allez y mais ne restez pas trop longtemps et je vous recommande les restaurants pakistanais qui sont très bons, les restaurants libanais qui sont très bons, les restaurants italiens qui sont parfaits, puis de temps en temps vous pouvez allez bouffer dans un restaurant anglais, c’est rigolo. Et dès fois, même c’est pas mauvais, mais c’est quand ils font de la cuisine européenne, alors elle n’est pas anglaise, mais la cuisine anglaise, vraiment ça .

Si il y a qu’un peuple qui fait encore plus mauvais que les anglais, c’est les norvégiens, la cuisine est norvégienne est abjecte et en plus elle c’est la plus chère du monde. Essayez d’aller bouffer à Oslo, vous verrez ce que ça coûte. Moi quand je vais en Norvège, j’amène les boîtes de conserve, et je me fais ma propre cuisine, un, je fais des économies, deux, je bouffe correctement ».


Georges qui pleure. (Sur ton épaule):

Frêche, entre colère et larmes
envoyé par Europe1fr. - L'actualité du moment en vidéo.

En version longue ci-dessous.

 

Long. Et chiant. Donc.

Mais Ô combien goûteux lorsqu'on vient de lire "l'exposé" de Georges "Roidec' " Frêche cité ci-dessus (et trouvé .)

Et puisque tu es en promenade, va donc faire un tour par là, à propos de Gauche...

 

28/01/2010

F(Qu)ête nationale

Nous pensions, chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", qu'Eric Zemmour, libre penseur incorrect politiquement décomplexé, avait vu juste. (Ne te moque pas, écoute ça, et dis-nous franchement, mais franchement, hein, si tu n'es pas, toi non plus, convaincu par pareille logorrhée mono-obsessionnelle. Ah. Tu vois...)

Que les tribunaux étaient, donc, aux mains de dangereux trotsko-communisto-droits de l'hommiste. De ceux prêts à se livrer à toutes les exactions terroristo-gauchiss' qui entraveraient un tant soit peu la bonne marche (au pas) de la République.

Que chaque sentence rendue était le reflet de cette dictature intellectuelle du politiquement correct qui baillone la France qui pense (extrêmement) droit, Elle.

Pour tout te dire, nous scrutions même l'horizon, tenaillés par la peur de voir déferler, d'une minute à l'autre ("ils" l'ont dit à RTL, merde!) une horde de corso-kurdes, sans doute intégristes, certainement terroristes. Peut-être même dealers (sur le point d'être relachés, plutôt que pendus, c'est un monde, mâ'ame Michu, quand même) ou  pire , Noirs!

D'autant plus que d'aucuns, d'un autre bord, persistaient à répandre l'idée (fieffés gauchiss' ultra-autonomes) que le torchon brûlait encore entre notre bien-aimé président et la Justice.

Mais quelle preuve plus éclatante qu'il ne s'agit là que de fantasmes extrêmistes, que ce geste touchant, sans doute initié par le syndicat national de la magistrature, consistant à lancer, en cette journée de fête nationale, un grand emprunt pour l'anniversaire de notre président?

Un euro dans la corbeille, déjà.

Voilà qui est rassurant, conviens-en.

Deux bémols, toutefois, en cette journée bénie:

Tu peux faire une croix, DEFINITIVE, sur la VERITE quant à/aux la/les véritable/s affaire/s Clearstream;

Les cadeaux consentis aux riches, qu'il s'agisse d'endettement pour sauver le sacro-saint système, de bouclier fiscal ou autres joyeusetés ultra-libérales ne peuvent être considérés comme un présent au président. C'est SON anniversaire, il convient donc de mettre la main à la poche (oui,oui, celle-là même que tu as désespérément vide, déjà) afin d'emboîter le pas (joyeux) de notre belle Justice. (Un escadron de gentils CRS passera d'ailleurs chez toi, afin de collecter ta contribution, généreux citoyen).

Et puis une pensée, également, pour chacun des magistrats ayant de près ou de loin participé à ce procès, et fait pencher, de quelque manière que ce soit, la Balance en faveur de ce verdict. Ainsi que pour Lahoud et Gergorin.

Les uns devront désormais éviter la proximité de toute boucherie, les autres ne surtout pas demander à travailler en cuisine durant leurs incarcération. Il serait dommage qu'un accident bête ne vienne gâcher la fête nationale qui s'annonce.

26/01/2010

EdShot

"(...)Le gouvernement soutient cette proposition de loi parce que nous considérons qu’il faut donner au salarié la liberté de travailler le dimanche comme il le souhaite".

Luc "NovlangueMan" Chatel,  "Sois libre mais ferme ta gueule, quand même.", Ed. PuKséGroPuksaPass.

25/01/2010

Questions pour un champion

"Affreux, Sale, Bête et Méchant" s'est procuré, au péril de la vie de son envoyé spécial ("Dieu que ces cons de journalistes sont imprudents, et combien qu'ça va nous coûter, encore, ma pov' dame"), les questions de chacun des dix français choisis au hasard (Si. Maiiiiiis si, allez...) pour s'adresser, les bienheureux, à l'illustrissime petit père du people, Sarkozy 1er (Gloire à lui et sa descendance).

Extrait:

 


""Pourquoi qu'on pourrait pas, d'abord?", Jean-François C., Intérimairo-CDD-CDItisé (en alternance), parce que bon, "Travailler plus, pour gagner plus", il y croit, LUI.

"T'as pas 450 000 balles?", Henri P., nouveau pauv', à 1,6 Million d'euros SEULEMENT.

"T'as pas cent balles?" Raymond R., salarié qui vient de vendre son dernier chiard, pour payer le canapé BUT du salon (avant expulsion).

"A quand un partenariat entre les Grands Groupes et les entreprises de pompes funèbres?" Question conjointe de Martine A., secrétaire général du P.S (Parti Solidaire. Avec la Droite Extême au Pouvoir), Jean-François C., grèviste dont plus personne ne s'aperçoit et Frédéric L., Président de l'association TVABTCMDFDCDM ("Tu vas aller bosser, tétraplégique cardiaco-mucoviscidosé de feignasse de cancereux de merde!").

"Qui qu'en veut? (de mes vaccins aux oeufs)" Roselyne B., collectionneuse de pompes ridicules, mais pas que.

"Il a ses papiers?" Eric B., ministre de la reconduite systématique, bien qu'humaine, aux frontières du Monde civilisé.

"Doit-on avoir honte de son identité nazionale? De sa famille, y compris de coeur? De ses cousins très proches, y compris légèrement "différents"?" Valérie P., diplômée en lapsus contrôlé juste avant les élections.

"Doit-on avoir honte de son identité nazionale chérie, dirais-je, même?" Eric Z., faux ennemi, mais vrai lecteur, de Valérie P. (et inversement).

"Z'auriez un défibrillateur, ou un truc comme ça?" Frédéric L., coiffeur repenti et reconverti en animateur (chevelu) pour vieux (mais qui votent encore, pourvu qu'on leur donne le bon bulletin)."

 

 

Après, tu fais comme tu veux.

Tu regardes.

Ou pas.

Mais nul doute qu'à l'image de ce scoop, la messe l'émission de ce soir sera pleine d'inattendu... Ce serait dommage de rater ça. Nan?

 

19/01/2010

Une Majorité qui Pourrit (Mais bon, c'est la Nature...)


Le (pathologique) mauvais esprit des présentateurs (bobos) de Canal+, chaîne trotsko-cryptée, et plus précisément de l'émission (honteusement) gauchiss' "Le grand journal" , ne cesse de pousser (maladivement) ceux-ci à chercher des poux dans la luxuriante, tant que révolutionnaire, chevelure de F. Lefebvre, porte-parole (et Dieu sait si la tâche est ingrate) de l'UMP, parti au Pouvoir en cette (fière) France de l'Ordre Nouveau.

8,5% des adhérents UMP serait mort en 2009 selon F. Lefebvre
envoyé par zap-tele. - L'info video en direct.

Alors qu'il faut bien le reconnaître, la déclaration du penseur Umpiste (et chevelu) est, à l'évidence (et comme toujours), basée sur un sens aigu de l'observation, ainsi que sur une connaissance profonde (tant qu'admirab') de l'électorat dudit parti auquel il appartient (corps et âme (?), y compris les veuch'). Lequel électorat, particulièrement vieillissant, est donc (naturellement) porté à disparaître dans des proportions plus larges que le reste de la population. CQFD. (Merci camarade Lefebvre).

Preuve en est d'ailleurs fournie par les mêmes "journalistes" (qui décidément disent tout et son contraire, pourvu que leurs buts gauchisto-révolutionnaire puissent être poursuivis, implacablement): 

Il est désormais évident, donc, qu'aucune information émanant de ce repaire bobo-cathodico-ultra-autonome ne peut être créditée d'aucune espèce de confiance.

Les militants UMP (non-morts) tiennent d'ailleurs a adresser un message personnel, dans la plus pure tradition Umpiste, à M. Yann Barthès et autres Jean-michel Aphatie, (dangereux) journalistes (extrêmement) engagés (à Gauche), porté par Germaine Souillac, toujours en vie, et donc, toujours au Parti, elle.

DoigtMamie.jpg

Tenez-le vous pour dit, messieurs les scribouillards et autres vils esprits pétris de mauvaise foi contestataire, la Révolution est en marche, rien ne pourra l'arrêter...

Mais c'est vrai qu'en démbulateur, elle arrive moins vite. Quand même.

14/01/2010

Double discours?

Un des plus grands moments de lucidité (le seul et unique?) du transparentissime premier ministre français (qui ça?):

"Personne ne peut nier que la France a changé depuis 2007".

F.Fillon (Qui ça?), Voeux à la presse 2010, le 14/01/2010.

 

 

Nous saluons, chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", le courage de cet homme (quasi-inconnu jusqu'ici) qui se dresse, fièrement, contre le Sarkozysme et les profonds dégâts, dans de nombreux domaines, qu'engendre cette nouvelle forme de Politique (?). Un homme qui, malgré sa très haute fonction au sein de l'Etat, n'hésite pas à dénoncer, jusque dans les médias, les errements du Pouvoir, qui prennent, en  ce pays, les formes les plus...

 

 

"'Tendez, y'a Truc de la régie qui m'cause dans l'oreillette. Hein? Il est content, Fillon (qui ça?), que ça ait changé? ... Ah. Oui, on s'disait aussi..."

Oui, ça a changé.

On peut pas le nier.

'Ffectivement.

Et ce n'est qu'un début, sans doute.

 

06/01/2010

"Z" le Zombie

z.jpg

Il est des lectures (sacrément) désagréables qui n'en sont pas moins nécessaires.
Ainsi s'est on obligé, chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant" (et un peu maso, pour le coup), à aller promener notre souris (révulsée) sur le site du "Parisien", afin d'y subir lire une interview réalisée à l'occasion de l'arrivée d'Eric "C'était mieux avant" Zemmour, sur les ondes d'RTL, pour une chronique hebdomadaire, fort judicieusement intitulée "Z comme Zemmour".

Oui, "Z comme Zemmour" est un putain de bon titre (et ne doutons pas un instant, d'ailleurs, qu'il ne s'agira là, que du seul et unique point positif de ladite chronique).

D'une part, parce qu'il n'est point permis; lorsque l'on connaît le mépris qui anime le bestiau médiatique en question; de douter qu'au coeur de ses rêves les plus humides et les plus fous, Eric "Fuck la bien-pensance" Zemmour s'imagine endosser le costume du célèbre justicier (et surtout LE masque), afin d'aller griffer d'un "Z" rageur la grasse et ventripotente bedaine des zassistés, toutes catégories confondues, qui rongent littéralement la France, de l'intérieur (et accessoirement qui occupent également ENORMEMENT de place dans son esprit):

Fainéants Chômeurs, sans-abris (mais bon, "C'est quoi un mal logé?", mâ'ame Michu, huh?), immigrés (avec ou sans-papiers, de 2eme ou 3eme génération voire plus si affinités) et autres, en vrac, féministes dévirilisantes tant que castratrices, gauchos bien-pensants bobos, rappeurs débilisants, etc...

Eric "je n'aime personne sauf tant que ma patrie" Zemmour voit large, très large en matière de responsabilité quant à la déliquescence dans laquelle est plongée sa France chérie actuellement.
Et se pense investi de la sacro- sainte mission de se "battre contre le conformisme, le politiquement correct, dans le fond comme dans la forme"... Rien que ça.

(Au passage, note qu'un type qui dit être anti-conformiste, et qui exerce la profession de "Grand reporter" (rien que ça bis) au "Figaro" (rien que ça ter), ça a le mérite d'être plutôt drôle, déjà).

Donc, oui, la référence au justicier masqué est particulièrement pertinente. Et involontairement drôle, aussi.

D'autre part, il est -pour qui pousse le masochisme au point de chercher à savoir qui est réellement ce personnage rongé par la haine de tout ce qui ne lui ressemble pas- évident que "Z" avance masqué, et ce, depuis toujours.

Il s'agit là d'un vengeur masqué d'un genre bien particulier, sévèrement burné (et pas une tapette en collant à la Superman, culte névrotique de la virilité oblige):
Le héros de l'Exxxtrême Droite, celle-là même qui s'estime privée de toute liberté d'expression, et passe son temps à le dire, l'écrire, le brailler partout... Et qui voit en lui un héraut particulièrement intéressant en ce qu'il permet à leurs (nauséabondes) idées d'être relayées dans les medias qu'ils accusent de les bailloner...

Idées dont il parsème joyeusement sa première chronique (dont l'objet était un sondage du JDD, "Le classement des 50 personnalités préférées des français") où les références a "l'idéologie desouchienne" sont flagrantes, et le vocabulaire clairement emprunté à la rhétorique habituelle de ces "gens-là":
Les trois premiers ne sont "(...) Que des enfants d'immigrés..."; "(...) Les grands prêtres de l'anti-racisme" en prennent un coup au passage; et Zemmour de tenter de nous faire regretter avec lui le temps (béni) ou l'Abbé Pierre, "(...) français de chez français, chrétien depuis 1500 ans, comme la France, quoi!" (Bah oui, mon, con!) était le préféré des français, monsieur.

Allusions sémantiques relativement claires (tout de même), qu'on eût pu croire éclipsées par la (mini) polémique créée par les propos de Zemmour à l'égard de Mimi Mathy. C'est là. Notamment.

On pourra penser, à première vue, qu'il s'agit d'une énième de ses provoc' à deux balles, dont il a le secret.
Et force est de constater qu'hors de ces attaques réaco-exxxtrêmo droitistes dont il est coutumier chez Laurent "calembours à deux balles" Ruquier, personne ne s'intéresserait au vide intersidéral qui caractérise ce que "Z" a le culot de concevoir comme relevant d'une quelconque "pensée".

"Z" est donc tenu, afin que l'on se penche sur cette "pensée", de faire du bruit.
Et il le fait généralement très bien.

Mais il ne s'agit pas de cela uniquement, cette fois-ci, même si, évidemment, le (mini) buzz est bel et bien déclenché.

Mimi Mathy n'est pas uniquement attaquée dans sa "différence" pour faire parler de Zemmour.

Celle-ci avait déjà provoqué des réactions épidermiques au sein de la fachosphère.
, notamment.

Et sur un sujet qui leur tient particulièrement à coeur: le refus du "métissage". (Pour ceux qui ne parleraient pas desouche fréquemment, en gros, le "métissage", c'est la disparition du français pur jus. L'invasion des métèques par l'accouplement, la dilution du français de souche dans une nouvelle France multi-ethnique, etc... Oui, ces "gens-là" sont carrément perchés très haut. D'où la nécessité de bien savoir à quoi l'on a affaire avec "Z", leur principal porte-parole au sein des medias).

"Z" se paie donc le luxe, pour sa première daube radiophonique chronique sur RTL de:

  • Créer un buzz dégueulasse sur le dos d'une personne atteinte de nanisme;
  • Répandre tranquillement la bonne parole nationaliste;
  • Faire un petit big Up à ses potes, fanatiques de la dite parole.

Tiens, cadeau d' "Affreux, Sale, Bête et Méchant", nos deux commentaires préférés, sur le site des français de souche, quant à sa première intervention matinale:

"Zemmour encore et toujours au top !
Si on a sur fds.com des gens “introduits” dans le milieu , ce serait vraiment bien de faire une interview de lui.
"

Et notre favori parmi les favoris, réponse au précédent:

"“ce serait vraiment bien de faire une interview de lui.”
Tu veux tuer sa carrière?
Le Pen pourrait aussi le féliciter publiquement,ce serait radical!!!"

"Nanophobe", Zemmour?
Non.
Professionnel de l'agitation (sa seule compétence), oui.

Et défenseur et porte-parole d'un nombre certain d'idées d'extrême droite.

Assurément.

Mais ne le répetez pas, ca pourrait tuer sa carrière...

 

02/12/2009

Content d'en avoir une petite

 

"Quand on voit que la France aura la plus petite récession, on doit quand même honnêtement se dire que la politique économique conduite y est pour quelque chose !"

N. Sarkozy, discours auto-congratulant, 01/12/2009.

27/11/2009

C'est pour mieux te vacciner, mon enfant

 

GML.jpg

 

"Soit un groupe d'individus de 2.000.000 et des bananes, atteint par le virus de la grippe A H1N1 Du Cochon Du Mexique Qui Va Tuer l'Humanité Toute Entière Sauf En Cas De Vaccination Massive En France (AH1N1DCDMQVTHTESECDVMEF);
Soit 68 cas (dramatiques, il n'est pas question de le contester, même sur un blog "Affreux, Sale, Bête et Méchant") de décès imputables au dit virus;
Soit 94 millions de doses de vaccin censé prémunir la population dudit virus;

Questions:
a. Au vu des données énoncées ci-dessus, quel est le taux de mortalité des patients atteints du virus AH1N1DCDMQVTHTESECDVMEF?
b. Au vu des tests (peu pratiqués) censés distinguer les patients atteints du virus AH1N1DCDMQVTHTESECDVMEF de ceux atteints de son cousin saisonnier, quel est le taux de mortalité réel des patients atteints du AH1N1DCDMQVTHTESECDVMEF?
c. Au vu des deux questions précédentes, Roselyne B. est-elle:

c1. Une grosse quiche en maths?
c2. Une grosse truffe en comm'?
c3. A la botte de l'industrie pharmaceutique?
c4. Tremblante a l'idée d'avoir déboursé un gros paquet de brouzoufs pour rien?
c5. Un peu tout ça à la fois?

Mettez vos masques, merci de ne pas vous moucher dans les copies, utillisez votre manche comme indiqué par Notre Saint Gouvernement qui veille sur tout, même sur nos bronches.
Nous rappelons que tout élève pris à éternuer sera abattu sur le champ.

(Non, élève Lefebvre, "sur le champ", c'est une façon de parler, il sera éxécuté ici, dans la salle d'examen. Lefebvre, qu'est-ce qu'on va bien pouvoir faire de vous...?)

Ramassage des copies dans 4 heures, s'il y a des survivants."

 

17/11/2009

Rhume de cerveau

NeedYou.jpg

Ceci est un communiqué du ministère de la peur, de la grosse flippe et du mouchoir qui tremble, à l'intention des citoyens, et plus particulièrement des citoyens ++ que sont les chefs de Nentreprise, Zommes politiques et RESPONSABLES de tous (et avec des) poils (autour).
Ceux qui comptent, quoi. VRAIMENT.

"Responsables de santé, si vous transmettez le virus à un patient et qu’il en décède, votre responsabilité, au moins morale, sera engagée. Ne banalisez pas votre métier, vous avez des responsabilités importantes, pas toujours reconnues à leur juste valeur, il est vrai, mais ne tombez pas dans le piège de la banalisation et de la déresponsabilisation de votre métier.

Il en va de même pour les responsables d’entreprise ou politiques. Si votre staff de dirigeants est atteint, la direction de votre entreprise ne sera-t-elle pas compromise et vos actionnaires en droit de vous demander des comptes ?

Responsables politiques, une épidémie importante ne risque-t-elle pas d’entraîner une vacance du pouvoir et votre responsabilité n’est-elle pas de vous faire vacciner ?

Responsables, qui que vous soyez, vous avez aussi la responsabilité de vous faire vacciner pour protéger votre fonction.

Vous en sortirez grandis, votre fonction aussi et vous serez protégés contre la grippe au prix d’un vaccin dont les effets secondaires, s’ils existent, sont bien moindres que ceux de la grippe elle-même."

 

 

Parodie? Caricature? Pastiche? Oui, en partie.

La grande tirade entre guillemets, qui fait super peur (et pas qu'aux enfants qu'ont le nez qui coule), elle, est belle et bien réelle.

Elle est extraite d'une lettre d'Emmanuel Cuny (Chef du service de neurochirurgie B au CHU Pellegrin, en la belle ville (?) de Bordeaux) parue sur le site des "Echos", le 13 Novembre 2009). (1)

Mais oui, oui, tu peux en rire aussi.

Quand même.

Surtout, d'ailleurs...

 

 

(1) Et lorsqu'il n'écrit pas aux "Echos", des lettres qui font glaglater des dents, dans le noir, la nuit mais pas que, M. Cuny donne des conférences devant ses amis curés, ceci expliquant peut-être (?), en partie, cela.

14/11/2009

Liquidation MONSTRE, tout(e critique) doit disparaître!

Eric Raou(l)t, futur ministre de la pensée juste ET autorisée, vient d'interdire (au sortir d'un rêve humide de dictature décomplexée tant que débridée) l'usage des mots "Monstre(s)", "Streum(s)" (1), "Monstrueux" et "Monstrueusement" sur l'ensemble de son fief du Raincy.

Ainsi ne dira-t-on plus "C'était une fête monstre!" mais "J'ai croisé le prix Goncourt, hier soir!".

La phrase "Elle a un talent monstre!" sera remplacée (avantageusement) par "Elle ferait bien de respecter, enfin, son devoir de fermage de gueule réserve!".

Les sauvageons ("incontrôlables, mais faudra bien, quand même, qu'ils plient face aux flash-ballz, Mâ'ame Michu") des quartiers populaires devront également se soumettre à ce révisionnisme sémantique. "Ta soeur, c'est trop un streum!" étant désormais bannie, ceux-ci diront "Ta soeur, elle a trop des airs de Ndiaye!".

"C'est monstrueux!" se dira, désormais, "C'est excessif!".

"Je suis monstrueusement gêné..." se dira, dorénavant, "Je crois que je vais respecter mon devoir de réserve, vous avez raison, Eric ...".

Ces éléments de langage seront transmis à toutes les écoles de la ville, dès le Lundi 16 Novembre 2009, avec  invitation ordre aux fainéants gauchiss' enseignants de les appliquer immédiatement dans leurs lieux de propagande classes.

Par ailleurs, Eric (R)Ha-ouuuu (2) instaurera une journée de festivités communales baptisée "La Droite, c'est la vie et pis ta gueule!", durant laquelle un pantin (grandeur nature et en cire, c'est plus joli quand ça brûle) de Marguerite Duras sera jugé ET mis à mort en place publique,  pour ces mots désormais tristement célèbres: "La Droite, c'est la mort!".

 

 

Carnaval.jpg

 

(1) Monstre(s) en verlan (dialecte utilisé par les sauvageons, du Raincy et d'ailleurs, qui consiste à inverser; par esprit de rebellion, sans nul doute; les syllabes du bon et juste François, seule langue reconnue autorisée en Sarkozie).

(2) Ici, avec une bande de potes, virilement corrects:

 

10/11/2009

Guerre des g(l)an(d)gs

"La France a peur" disait en 1976, Roger Gicquel (l'homme qui naquit triste).
"Nos banlieues ne sont plus sûres, mâ'ame Michu" pourrait écrire en 2009, Eric Zemmour (l'homme qui naquit réac').

Après qu'il eut constaté qu' "Affreux, Sale, Bête et Méchant"  n'avait que très peu de moyens (tant intellectuels que financiers), ce dernier refusa (catégoriquement et définitivement); alors que nous le sollicitions (admiratifs et quasi transis d'amour), toute idée même de collaboration avec nous.
La vexation passée (d'autant qu'un refus de sa part -en matière de collaboration- semble extrêmement rare, note bien), il fallut bien que nous trouvâmes une solution (dans ta face, Eric, le passé simple. Tu regrettes, hein? Tu regrettes, oui. Amèrement même...)

Aucun autre grand reporter socio-philosophe penseur des pages "Société" du "Figaro" n'ayant daigné illuminer ce blog de ses éclairantezéjustes analyses, nous avons fait avec ce que nous avions sous la main.

C'est donc Charles-Gilles de la Trombinière (rencontre impromptue, tant que charmante, du dernier séminaire  "Alcoolisme ou Journalisme, il faut choisir" auquel nous ayons assisté), pigiste pour "Le Parisien" (et "Détective", des fois, précise l'intéressé) qui s'y colle:

 



"DANS L'ENFER DES GANGS DU 9-2, PLONGEE DANS UNE GUERRE URBAINE:

 

En banlieue parisienne, la guerre des gangs fait rage.

L'honneur bafoué d'un membre d'entre eux (Pierre Sarkozy, dit "Mc P.S") serait à l'origine d'une rixe entre deux bandes rivales, la "TDOEMF", "Les trop des oufs à l'Elysée, mon frère", connue également des services de poulice sous le nom de "Neuilly représente", et la "SCPP", bande moins connue des dits-services, jusqu'ici.

Les deux factions rivales s'opposent violemment, après que le chef du "TDOEMF" ait réclamé à la "SCPP" le versement de 10 000 euros à "Mc P.S".
Pratique usuelle, dans ce milieu, où l'emprise d'un gang sur un territoire se mesure, en grande partie, aux "contributions" qu'il parvient à extorquer à ses concurrents.

Tentative d'intimidation qui intervient peu de temps après "La guerre de la Défense", comme l'ont appelé les services de poulice spécialisés, chargés de suivre l'évolution de ces véritables guerillas urbaines entre bandes organisées, qui se disputent les terres neuilléennes et ses alentours.

Ce qui inquiète particulièrement nos vénérables fonctionnaires de l'Ordre, est la dernière provocation de "Zébulon Staïly", qui aurait été jusqu'à "taguer" (1) le fief de ses ennemis, la MJC de Neuilly.
Le sauvageon se serait, de surcroît, fait photographier par ses "Homeboys" (2), photos envoyées à Marc Guez dit "VynileMan", chef de la SCPP.

Une provocation qui pourrait bien mettre le feu aux poudres.
"Affreux, Sale, Bête et Méchant" a pu se procurer le cliché en question.

 

SarkoTag.jpg

 

Bien que de mauvaise qualité, la photographie en question confirme indubitablement qu'il s'agit bel et bien de "Zébulon Staïly", chef du "TDOEMF". Nul doute n'est possible, "il y était et il l'a fait, le boss", prouvant qu'il n'est pas un "Mytho" (3) et qu'il a bien des "Yeucous" (4), comme le disent, employant un langage bien à eux, ses "Homeboys" (2).

La poulice craint le pire quant à la suite, l'affrontement armé entre les deux clans paraissant inévitable.
Une preuve supplémentaire, s'il en fallait, que l'insécurité progresse INEXORABLEMENT dans les banlieues françaises.

 Charles-Gilles de la Trombinière pour ASBM, en direct du 9-2.

 

 

(1) Action d'écrire ILLEGALEMENT sur un mur, avec un marqueur de calibre certain, généralement dérobé à la supérette du coin.

(2) Membres du gang, généralement détenteur d'un casier judiciaire épais.

(3) Menteur pathologique. De banlieue. Généralement.

(4) Parties génitales. Généralement hypertrophiées à force de sollicitation manuelles incessantes, particulièrement chez les rapeurs. Eric Zemmour en parle très bien d'ailleurs, dans sa dernière OEUVRE : "Sous-culture et gonades" aux Editions "C'était mieux avant!".

 

 

 

09/11/2009

Sans sûr

"Il n'y a aucune censure".

Eric Besson, ministre des immigrés (mais loin, alors).

débat sur le net : NKM vs Besson
par LePostfr

02/11/2009

De "Johnny Raffarin" à "Jean-Pierre La fronde"

Jean-Pierre Raffarin, résistant en treillis (depuis peu) et emmaquisé (fraîchement) dans les caves du Sénat, prend la tête d'une bien curieuse résistance.

De celle qui te ferait presque regretter de ne pas avoir pris ta carte à l'UMP, afin de faire partie du commando (de vieux, et, de Droite majoritairement) qui se dresse soudainement, mais pas tant que fièrement, contre les sombres desseins du monarque entrôné depuis le 06 Mai 2007:

Supprimer la taxe professionnelle, rien que ça, mâ'ame Michu.

Et c'est vrai qu' "au bon vieux temps du Wock'n'woll", fallait pas les lui briser au J.P, dit "Johnny Raffarin", à l'époque.

JpLeOuf.jpg

Dans le plus pur esprit "revival", donc, Jean-Pierre reprend ses airs de rebelles d'alors.

Et s'oppose (en apparence, on va le voir), farouchement, quasi-violemment même (tout en remettant un coup de peigne à sa banane et un coup de bandana "Chanel" sur ses tiags "Versace" clinquantes), à la réforme de la taxe professionnelle, menant même une véritable "fronde" contre le gouvernement, selon nos médias (qui mentent, une fois de plus).

Parce qu'au delà des "éléments de langage" que ceux-ci répètent jusqu'à plus soif, la "fronde" évoquée par ces derniers n'est jamais qu'une sorte de tempête dans un verre d'eau. (Ou de Ricard de "Charlie la poukave". Et encore, petit, le verre.)

Mais bon, faisons comme si.

Comme si J.P était à la tête d'une révolte qui gronderait, menaçante, ourdie sournoisement depuis les bancs même du Sénat (là, tu dois commencer à flipper, normalement).

Parce que bon, c'est vrai qu'il s'agit d'une revendication dont la violence pourrait faire trembler le pouvoir en place, tellement que c'est subversif:

"Si le volet "allègement fiscal" pour les entreprises ne nous pose pas de problème et peut donc être voté rapidement, en revanche le travail relatif au volet territorial de la réforme n’est pas achevé."

Thierry, expert en collant, aurait même déclaré: "Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'en terme de fronde, ça pose grave, cousin".

 

thierry-la-fronde-tv-03-g.jpg

 

C'est tout?

Bah oui, c'est tout, mâ'ame Michu.

En fait, Raffarin et 23 sénateurs figurants jouent les d'jeuns révoltés (sur un air de Jauni) et feraient trembler la monarchie française, empêchant cette dernière de pomper un peu plus (impunément) les gueux, sur fond d'injustice fiscale flagrante.

Les mêmes qui t'annonceront, fièrement, qu'une bataille a été gagnée. Que finalement, la réforme hardcore annoncée ne sera pas si violente que ça, que, tu vois, il y a encore un contre-poids au pouvoir présidentiel dans la monarchie République française.

Mais que bon, pour contre-balancer le manque à gagner, on étudie sérieusement le rétablissement de la dîme, la gabelle, la taille et la corvée.

Parce qu'on peut tout à fait être frondeur et réformiste, bordel.

Pour te le dire autrement, et de manière plus directe, la "fronde" de l'ami J.P n'est ni plus, ni moins, que la vaseline qu'il manquait à la prochaine sodomie fiscale que tu vas devoir subir, venant de la Droite décomplexée à la tête ce pays, et qui tient en cinq mots:

"Suppression de la taxe professionnelle".

 

 

 

 

 

 

 

27/10/2009

"Pose ce sécateur, tu m'fais peur"

A l'UMP, on aime les histoires.
Mais pas n'importe lesquelles:

A l'UMP, on aime les BONNES GROSSES HISTOIRES.

Celles avec du sanzédélarme dedans. Et s'il y flotte un ou deux glaviots, en sus, c'est un bonheur ineffable qui s'empare des rangs de la majorité (du sein desquels il devient quasi-impossible de retenir F. Lefevbre; penseur chevelu bien que réactionnaire, et inversement; pour qu'il ne s'empresse de s'y vautrer avec joizéfrénézie).

Mais Fredéric est déçu, cette fois.
Car ce n'est pas lui que le Maître a désigné pour alimenter la dernière polémique de comptoirs (de beaufs), et les prochaines engueulades de chaumières (de gueux), où l'on n'a point encore sa rolex, même à 50 ans, mais un gigot sur la table quand même, pour s'étriper joyeusement autour, le dimanche.

Notre conteur gouvernemental, cette fois, c'est Michelle Alliot-Marie.
MAM, pour les intimes, genre président de la République et fils; Michelle A.M, future ministre de la hache (émoussée) et du sécateur (rouillé), pour les autres.

Celle-ci vient d'être désignée,donc, par le Chef de la Nation (Gloire à lui) pour allumer le dernier contre-feu, qui fera buzzer (dans le vide), et qui permettra, par une habile manoeuvre dont sont coutumiers nos (fiers) représentants de masquer:

Le chômage de masse (Oui, mais c'est la crise, mâ'ame Michu?) ;
Les profits zonteux des banquiers qui s'en collent plein les fouilles, malgré que le président il les a grondé fort fort fort , ces vilains;
Le mensonge de l'"H1N1 Qui qu'en veut d'mes vaccins?";
Les magouilles zélectorales du député décomplexé du kimono;
L'attentat de Karachi, rien de moins qu'une affaire d'Etat (Qui a dit "De plus?");
Le renvoi d'hommes, femmes et enfants dans des pays en guerre (Mais pas trop, selon E. Besson, pis tous frais d'hôtels payés, faut pas déconner, on est pas des bêtes non plus, même l'identité nazionale à un petit coeur qui bat, qu'est ce que tu crois?).
(Liste non exhaustive)

Campagne d'enfumage façon artillerie lourde et polémique à deux balles (mais en plomb, quand même) en perspective, donc.

MAM, (sur une idée de Francis Evrard, violeur récidiviste) déclarait, il y a peu (entre deux embastillements de dangereux ultra-anarcho-autonomes encagoulés):

"Pour l'instant, la castration physique est interdite en France, mais elle existe ailleurs. Je pense que cela mérite une analyse et qu'aujourd'hui la question de la castration physique peut se poser et être débattue, y compris au Parlement".

Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", plusieurs questions nous taraudent, depuis...:

Hannibal Lecter va-t-il, à l'instar du triste personnage P. Evrard, devenir consultant/conseiller/membre d'une quelconque commission pour le gouvernement?
Si oui, nous avons d'ores et déjà quelques sujets de réflexion à lui soumettre...

A quel exemple précis se réfère MAM en déclarant :"(...)mais elle existe ailleurs"?

Parce qu' après moultes recherches, force est de constater que les nations qui raccourcissent leurs consultants délinquants sexuels ne sont pas légions:
La Suisse, le Canada et la République Tchèque, selon l'un des rares journalistes à s'être penché sur cette aspect de la déclaration de MAM (qui ne sait sans doute elle-même, au moment où elle profère ces paroles, si celles-ci sont belles et bien fondées, mais qu'importe, pourvu que ça agite les médias...).

Et encore faudrait-il savoir, de surcroît, dans quelles proportions? (On parle ici de pourcentage de peines de ce type, et non pas de centimètres, tu l'auras compris, les détails importent peu ici).

Voyant notre nouveau griot UMPien dans la peine, "Affreux, Sale, Bête et Méchant", dans un grand élan du coeur, a décidé de voler à son secours.

Point d'exemples géographiques frappants?
Foutre, que c'est gênant!
La polémique qui devait détourner l'attention des boeufs risque de retomber comme le brushing de F. Lefebvre sous les crachats du peuple.

A moins que plutôt que d'en appeler à la Géographie, il ne faille se référer à l'Histoire?

(Avec un grand "H". Comme dans "Hache", oui).

Car là, oui, les exemples ne manquent pas et foisonnent littéralement, de (joyeuses) contrées où les (joyeux) régimes en place eûrent recours au coupage de balloches déviantes et anormales.

Allemagne, Etats-Unis, Suède, Pérou, Japon, etc...


Toutes ces fières nations, naguère (mais dans un naguère assez proche, toutefois), pratiquèrent la castration physique, pour diverses raisons, plus vomitives les unes que les autres.
Ce qui n'empêchera pas MAM, sois-en certain, de garder la tête haute, et de pouvoir affirmer, sans crainte, que "cela s'est fait, ou se fait ailleurs", et que donc, "Partant de là, mâ'ame Michu, pourquoi donc qu'on leur couperait pas, nous non p'u? Hein? Pourquoi donc? Gégé, tu r'mettras un jaune."

Un passage attire l'attention, particulièrement, lorsque l'on se penche plus avant, sur ces fiers exemples, puisqu'il traite précisément de la castration physique des délinquants sexuels dans l'Allemagne nazie:

"En 1935, le code pénal est modifié pour permettre la castration "volontaire" des délinquants sexuels condamnés au titre du Paragraphe 175. Le 20 mai 1939, le Reichsführer-SS Himmler autorise la castration forcée des délinquants sexuels. Leur consentement n'est pas requis, explique-t-il, car ces détenus savent qu'ils pourront être libérés une fois l'intervention réalisée avec succès".
"Hidden Holocaust? Gay and lesbian persecution in Germany 1933-45", Günter Grau (ed.).

De quoi être définitivement rassurés:

Le buzz va être de GROS, très GROS calibre.

 

23/10/2009

Electric Novlangue

TaserDoux3.jpg

Dans la vraie vie, tu décèdes d'une "crise cardiaque". A Taserland, où tout le monde parle couramment le novlangue,  tu subis "un évènement cardiaque négatif".

On dit également, dans ces belles contrées électriquement sécuritaires, que les 351 décès dûs à l'utilisation du Taser par les forces de l'ordre (électrifiées), entre 2001 et 2008 , sont des "évènements  à létalité réduite accrue".

Et tout de suite, c'est tout de même moins brutal (dans les mots), à défaut  de ne pas être mortel (dans la réalité).

 

 

20/10/2009

Cappelisme d'Etat

Même composé de membres qui pensent que "c'est pas "La princesse de Clèves" et autres gauchiseries littéraires qui vont Nous permettre d'accroître efficacement le Cash-Flow, mâ'ame Michu", le gouvernement n'en reste pas moins profondément zamoureux de la langue française, qu'il s'attache à réformer (avec zamour) quotidiennement:

Ainsi, on ne dira plus désormais "Tante Edvige vient d'enfanter" mais "Oh! Les jolis petits monstres!".
"Forces DE l'ordre" sera, par ailleurs, astucieusement remplacé par "Forces A l'Ordre", "Pousses AU crime" n'ayant pas été retenu, finalement.

On murmure, dans les couloirs (sombres) du château de Versailles, que Maître Capello serait sur le point de prendre la tête du "Ministère de la langue française réformée et en mieux, en plus". Le nom de Danielle Gilbert serait, selon nos sources, sur toutes les lèvres concernant le "Ministère de la Culture mais en plus simple, quand même".

Sous réserve que leur fichage respectif ne fasse apparaître quelque passé compromettant, bien évidemment.

Demain, "Affreux, Sale, Bête et Méchant" vous initiera au vocabulaire auvergnat, et à ses (fines) boutades qui font la joie des petits et des grands, surtout en fin de repas.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu