Avertir le modérateur

24/08/2010

Desouche History X

Lorsqu'ils ont expulsé les sans-papiers, je me suis tu parce que c'est moi qui les avais rageusement dénoncés, Ils creusaient le trou de Notre Sécu!

Lorsqu'ils ont expulsé les roms, je me suis tu parce que c'est moi qui les avais rageusement dénoncés, Ils nous volaient Notre rare boulot!

Lorsqu'ils ont expulsé les "demi-français du droit pénal", je me suis tu parce que c'est moi qui les avais rageusement dénoncés, Ils refusaient de s'intégrer!

Lorsqu'ils ont expulsé les parents d'enfants multirécidivistes, je me suis tu parce que c'est moi qui les avais rageusement dénoncés, Ils les éduquaient comme des cons!

Lorsqu'ils ont expulsé les enfants multi-récidiviste, je me suis tu parce que c'est moi qui les avais rageusement dénoncés, Ils allaient fatalement recommencer!

Lorsqu'ils ont eu fini, il n'y avait plus personne, ni rien à expulser, hormis cette RAGE aveugle et sourde qui m'étreignait.

Lorsqu'ils ont eu fini, j'ai rageusement expulsé ma cervelle hors de ma boîte cranienne, d'un bon coup de flingue. Elle n'a jamais permis à une quelconque réflexion de faire taire ma RAGE, et d'y voir clair, cette pute.

 

(Dernier texte d'Adolphe Baudler, poète (heureusement) méconnu, en réponse à celui attribué à Martin Niemöller, pasteur (heureusement) plus connu).



Extrait american history x
envoyé par HiD3f. - Regardez plus de films, séries et bandes annonces.


10/08/2010

L'Hideuse bête qui monte, qui monte. Doucement doussement mais Ssûrement SSûrement.

Ce qu'il y a de fascinant avec les gauchiss', c'est leur inextinguible propension à voir du fascisme PARTOUT.

L'arcade sourcilière d'un militant qui choit, malencontreusement, sur un tonfa; un ou deux déçès dont les circonstances sont un peu troubles, le hasard ayant voulu qu'ils surviennent à l'entrée ou la sortie d'un commissariat; un flashball qui dysfonctionne; une politique de chasse implacable et inhumaine aux sans-papiers d'immigration raisonnée et voilà le gauchiss' qui pousse alors des cris d'orfraie: "Police partout, Justisse nulle part!", rapport d'Amnesty International à l'appui (L'Organisation en question étant tenue, n'en doutons point, par des gauchiss'...)

Ce qu'il y a de désolant, en revanche, avec les gauchiss', c'est leur manque total d'humour.

Qui les prive cruellement du plaisir de rire des traits d'esprit et fines saillies de B. Hortefeux, en lesquels ils ne voient que l'expression d'un racisme longtemps tû, alors qu'il s'agit, en l'occurrence, d'une manière bien à lui (et pleine d'humour) de manifester sa camaraderie.

Carence sans doute congénitale qui les pousse à beugler "Fachooooooooo" lorsqu'il conviendrait de crier "Bravoooooooo!" alors que "Dédé Valentin" lançait  sa célèbre boutade: "On va s'faire bouffer, y' sont déjà dix millions".

Amusant, tout de même, comme ces gens sont étroits d'esprit.

Inquiétant, en revanche, que cette névrose obssessionnelle ne se transforme en psychose incontrôlable et socialement inadaptée.

Puisque, désormais, cette "phobie de la chemise brune et du bruit de bottes" se manifeste convulsivement, à l'occasion de chacune des déclarations et/ou de chacun des projets de loi du gouvernement FRANCAIS, qui pourtant, ne fait jamais QUE son TRAVAIL.

Tâche (ingrate) après tâche (ardue), comme ce devrait être (partout) dans la France de l'Ordre nouveau, jusque dans chaque (respectable) FAMILLE.

Avec une opiniâtreté et un dévouement qui force le respect, avec une ferveur quasi-mystique qui quasi-tire les larmes, dans le seul but de servir (corps et âme) notre (glorieuse) PATRIE.

Mais ça, les citoyens politiquement déviants sus-cités ne le voient pas, EUX!

Et retournent dans ces rassemblements, appelés manifestations, tant inutiles que bruyants (qui les exposent, en sus, à un juste retour de Tonfa, dans la gueule un accident bête d'arcade sourcilière) au lieu d'aller "Travailler plus, pour moins perdre (que les autres)".

Plus inquiétant encore, cette tendance à illustrer leur propagande gauchiss' par des vidéos violentes, honteusement alarmistes, qui illustrerait le fait que nos sociétés dériveraient lentement, bien qu'inexorablement, vers un type d'organisation sociale totalitaire, selon eux.

Rien que ça.

Et le gauchiss' d'alors hurler au retour de la brune pesste sur YouTube et autres plateformes de vidéos en ligne (tenues, également, par des gauchiss', n'en doutons point bis...).

Ces gens n'ont décidément aucun sens de la mesure. (Saint Sardou, Patron des artiss' engagés, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu'ils font...)

Ainsi en va-t-il du clip suivant, dont tout jeune FRANCAIS normalement constitué (et donc membre des "jeunes(ses UMPeriennes) populaires") se doit de prendre connaissance, afin que de mieux cerner l'étendue de la folie toujours grandissante qui étreint l'Ennemi, en ces temps où la Fransse est ENFIN droitement tenue:

 

M.I.A, Born Free from ROMAIN-GAVRAS on Vimeo.

 

Comment ne point voir dans ces images, censément dénonssiatrisses d'une actuelle dérive fascisante de nos sossiétés, un appel au crime forcedelordriçide?

(Parce qu'à bien y regarder, en outre, les Ssitoyens peu intégrés, capillairement, dans l'idyllique soSSiété qui nous est dépeinte ici, jettent tout de même des cocktails Molotov sur ce fier et flamboyant bus des "ForSSes de l'Ordre Nouveau". Peut-être même certain d'entre eux s'adonnent-ils au nomadisme, tractant des caravanes à l'aide de véhicule hors de prix, tout en ne suivant pas les mêmes routes que celle empruntées par les braves gens? Et comment savoir, en outre, si certains ne se sont pas rendus coupables du crime de polygamie...)

Voilà donc à quelles viles extrêmités en sont réduits ces dangereux ultra-terroriSSto-autonomes.

DénonSSer une soi-disante fascisation des eSSprits...

Sses gens n'ont déSSidément aucun sens de la "diSSipline soSSiale".

Que n'entendrions-nous pas, si l'un des ministres FRANSSAIS, membre de l'actuel parti au Pouvoir, venait à réellement tenir des propos dépourvus de la moindre hauteur d'eSSprit, du moindre recul un tant soit peu raisonné, sur des questions complexes, désignant au Peuple par la crise enragé, une portion de population plus démunie encore, contre laquelle diriger sa colère?

Que n'entendrions-nous pas, si l'un des ministres FRANSSAIS, membre de l'actuel parti au Pouvoir, venait à réellement tenir des propos xénophobes, populiSStes et nationaliSStes?

Que n'entendrions-nous pas, SSSSelui-SSi concluait telle allocuSSion par un habile clin d'oeil à l'extrême Droite, en un tonitruant:

"Moi, j'ai déSSidé de m'occuper des FRANSSAIS!"

 


Lefebvre : "Les étrangers, un problème majeur"
envoyé par Europe1fr. - L'info internationale vidéo.


Imaginez, itou, que l'un de nos brillants élus propose de déporter d'emprisonner les parents de mineurs délinquants.

Ou que le maire d'une importante (bien que fort vieilliSSante) ville FRANSSAISE, ultra vidéo-surveilléeprotégée, dans laquelle SSerait imposée un couvre-feu pour les mineurs, ne déclare qu'un voyou ne peut être FRANSSAIS.

Imaginez encore que le président de la République lui-même, malgré SSa formaSSion d'avocat, ne tienne des propos aberrants, au regard du Droit Constitutionnel, et ce, uniquement dans le but de flatter la partie extrêmement à droite de SSon électorat.

Ou que nombre de politiques au Pouvoir ne soient d'anSSiens membres d'un groupuSScule d'extrême-droite naguère particulièrement actif.

Ou que la campagne présidenSSielle, SSelle-là même qui mit N. SSarkozy au Pouvoir, n'ait peut-être été finanSSée par la riche héritière d'un empire économique, fondé par le chef de file d'un mouvement faSSiste...(*)

LorSSqu'il contemple, mi-amusé, mi-inquiet, la rage avec laquelle SSes agités gauchiSS' dénonSSent SSette SSoi-disant dérive totalitaire, tout FRANSSAIS NORMAL ne peut que se réjouir que la DEMOCRASSIE ne SSoit point menaSSée, dans les faits, en FRANSSE.

Et que SSes chimériques angoisses ne SSoient SSimplement que le fruit d'une dévianSSe idéologique gauchiSS'.

Car SSi SSes affabulations les plongent dans tel état, de quoi SSeraient-ils capables SSi cette montée du raSSisme d'Etat était réelle et avérée?

 

 

 

 

 

 

 

 

(*) Info dénichée chez cui-cui, oiseau gauchiss' de mauvaise augure dont le chant est constitué principalement de pépiements rouges, mais pas que.

20/06/2010

Magistrale leçon d'Elegance

C'est d'un sourcil d'à peine un quart levé (et encore, le moins épais) que nous avions, chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", accueilli l'envolée du toujours très lyrique (tant que poètique) Nicolas Anelka, lorsque celui-ci s'adressait à Raymond Domenech, en ces termes:

 

"Va te faire enculer, sale fils de pute!".

 

Et en première page, de surcroît, du nauséabond quotidien sportif "L'Equipe".

Relais médiatique bruyant qui finissait de ne point nous étonner, aux vues des pratiques journalistiques (?) habituelles dudit torchon.

Parce que découvrir, et s'indigner, qu'un type qui déclare, par ailleurs, pareilles âneries, manifeste sa colère avec si peu d'originalité dans le verbe, serait, mettons, comme s'offusquer du fait que LeBorgne et ses amis considèrent que les chambres à gaz sont "un point de détail" de la seconde guerre mondiale.

Par exemple.

Parce qu'il faut tout de même être lecteur assidu de pareil torchon pour encore s'exciter vainement sur pareil pseudo-scandale en Une.

Qui n'a de but que d'attirer le Robert moyen en maison de la presse, dès sa sortie du café des sports, avec pareils propos orduriers, étalés en couverture. Propos qui seront répétés avec délectation, à loisir et à Raymonde, une fois le chemin du doux foyer retrouvé, malgré une alcoolisation tant massive qu'anisée:

"Tu t'rends compte, maman, comment qu'y cause à c' con de Domenech, le grand échalas douteux du point de vue de l'identité nazionale, non, mais quand même, c'qu'tu t'rends compte?"

En clair, les mots orduriers d'un crétin dont on se doutait, fortemement, qu'il ne fût le nouveau Beaudelaire de sa génération (pas plus que le nouveau Pelé), relayés par des journalistes dont on se doutait, clairement, qu'ils ne fûrent les héritiers d'Albert Londres, conspués par des blaireaux dont on se doutait, évidemment, qu'ils ne fûrent capables de s'intéresser à autre chose qu'au foutrebaule, en cette période pré-estivale, propice à la mise en place de réformes estivales, elles, bien ultra-libérales, tant que bien profondes, dans ton postérieur de citoyen.

A peine le quart de sourcil évoqué précédemment sur le point de retomber, que notre attention fût attirée par les déclarations du philosophe le plus haut perché sur le mont Vérité, Alain Finkielkraut himself, qui n'hésite pas à les froncer (les sourcils) lui, et plus qu'à son tour.  

Tendu.jpg

Et prouve, une fois de plus, qu'en matière d'Elégance, le type est à lui seul, LA référence, l'Unique Etalon qui vaille en cette France moralement déliquescente.

Parce qu'à l'inverse de notre beauf anisé, qui s'offusque en tenant d'àpeuprèzidentiques propos que l'Anelka qu'il fustige, Alain Finkielkraut s'offusque, certes, mais pare l'immonde vulgarité des siens d'une sémantique moins "colorée", de celle qu'on ne verra sans doute jamais en Une de "L'Equipe", attendu que "c'est pas super-vendeur comme accroche, Coco! Fais nous du Anelka, bordel!".

Alors qu'en y regardant de plus près, c'est chez "Minute" que pareille diatribe devrait être publiée. Et que plutôt que l'horreur des mots, c'est bel et bien de celle des idées dont il s'agit là.

A la question assez... Goûtue du journaliste qui l'interroge (accroche-toi, c'est du très très lourd) :

"On se dit les grecs et les portugais ont les mêmes pépins du point de vue social, mais les grecs ne veulent pas mourir et jouer au ballon, les portugais sont dignes, mais nous, non seulement on a plus d'industrie mais on est la risée du monde entier en foot! Que FAIRE?"

(Essaie de lire cette question sans rire. Ou pleurer.)

Le sportif philosophe Alain Finkielkraut répond, tous sourcils froncés et poings serrés, tant la menace planant sur la République est grande, qu' "(...) il faut prendre acte de ce qui se passe, des divisions qui minent cette équipe, ces clans, ces divisions ethniques, ces divisions religieuses".

(Essaie de lire cette réponse sans vomir. Ou crier.)

Et reconnais, entre deux hauts le coeur, que Robert ne l'eût formulé ainsi.

Que nenni.

Robert eût, pour sa part, préféré quelque sentence frappée au coin du bon sens racisto-patriotique, du type de celle-ci:

"Sûr qu'en faisant jouer de bons et braves français d'souche avec des bougnoules métèques, pis de dangereux musulmans barbus zintégristes islamistes en plus, pas très catholiques, ça peut pas fonctionner, ma pauv' Raymonde..."

Ce qui est tout de même, reconnais le, vachement moins "Gentlemen", en termes de prose.

Car c'est ça, vois-tu, l'Elégance selon Saint Alain:

Parer les plus nauséabonds des propos d'une trompeuse apparence d'appel à la Morale.

 

10/06/2010

Rances purs

Ami voyageur des "Terres du Ouaib", toi qui entre ici, abandonne toutes cartésiennes convictions.

Défais toi, avant que de parcourir les lignes qui vont suivre, de toutes les rationnelles certitudes qui ont pu, jusqu'ici, forger ton âme.

Tu t'apprêtes, toi qui te tiens là; hésitant; à la frontière de ce monde, à pénétrer dans un sombre univers, où tout devient possible.

TOUT.

ABSOLUMENT TOUT.

De l'existence des elfes, créatures issues de la mythologie nordique, au retour des plus viles théories eugénistes, naguère développées, et parfois mises en oeuvre, par les hordes nazies, ivres d'idéologie raciste.

TOUT, te dis-je.

ABSOLUMENT TOUT.

Y compris l'odieux mélange de ces deux notions dont tu pensais, pour la première, qu'elle n'existait point, et dont tu étais viscéralement convaincu, pour la seconde, qu'elle ne pourrait JAMAIS PLUS venir souffler son insupportable et fétide haleine à la face de l'Humanité.

Sache, pourtant, qu'enfanté par âme plus noire que celle de Sauron en personne, cet improbable salmigondis est en train de prendre corps.

Sache, toutefois, qu'engendré par esprit plus fol que celui d'Himmler lui-même, cette répugnante union est sur le point d'être célébrée.

Le terrifiant périple que tu t'apprêtes à vivre débutera; et c'est là l'un des plus pernicieux atours de cette vicieuse invitation au voyage; par ce qui ressemble à une envoûtante escapade dans le fantastique univers de J.R.R Tolkien.

Ce que l'obscure volonté, qui meut l'ensemble du projet, ricanant dans l'ombre, s'efforce de te faire croire, afin que de t'attirer dans son antre.

Terrifiant périple, donc, qui te mènera initialement, en ces lieux.

Reconnais, intrépide aventurier, qu'aussi rompu aux stratégies de l'Ennemi que tu sois, le "paysage" peut paraître apaisant, lorsque l'oeil fatigué du voyageur ne s'y attarde point trop.

Admets qu'harassé par tes longues chevauchées, sur les innombrables et tortueux sentiers des "Terres du Ouaib", tu puisses être abusé par la douce mélopée qui s'ouït en ces lieux:

"Consommation responsable", "Détente", "Nature", "Produits de terroir", "Solidarité", "ASSOCIATION", ...

Reconnais itou que tu refuses également (et fièrement, d'ailleurs) de t' "(...)agenouiller devant l'autel de l'uniformisation et du matérialisme le plus forcené"...

Que toi de même, tu crois, de toute ta foi, en "un mode de vie alternatif", puisque tu as décidé, du fond de ton âme, de briser l'allégeance qui te liait au ténébreux Prince Kapitalism, le dévoreur de mondes. Et que tu souhaiterais "agir concrètement" de concert, puisque tu as décidé, vaillamment de te battre, toi aussi ...

 

 

Ami voyageur, saches cependant que tu es abusé, tout bonnement.

Que ce chant, ces paysages, ces images ne reflètent en rien l'immonde bête qui s'en pare.

Que ta colère t'aveugle et t'égare, et que ta fougue est sur le point de servir un bien sordide et répugnant Ennemi.

L'Ennemi.

Historique.

Eternel.

Que tu as cru légendaire, sans doute...

Détourne ton regard, voyageur. Plonge tes yeux dans les miens. Et suis les chemins qui s'y dessinent.

Les elfes que tu viens de découvrir appartiennent à la pire espèce (qu'il convient de pourfendre sans pitié aucune, en ces "Terres du Ouaib") :

Celle des elfes NOIRS (oui, cela devrait particulièrement leur seoir, et c'est grande joie que d'y penser...), particulièrement maléfiques.

De celle dont on ne peut comprendre les réelles motivations qu'en étudiant leur proche cousinée.

Celle des Desouche.

Autrement appelés Souchiens (tu prendras garde de bien prononcer ce terme de la langue Elfique, branche brune, d'un seul trait. Ce qui, dans l'inverse cas, est perçu comme une insulte, que l'on peut traduire, approximativement, par "Sous-Chiens". Reconnais que ce n'est point flatteur...).

Tu découvriras, à l'aune de telle étude, que les habitants du "Royaume des racines et des elfes", si paisibles et si peu belliqueux en apparence soient-ils, sont désignés chez les "sous-chiens" (aaaarh... Oui, il n'est point aisé de maîtriser cette langue prestement...) comme le peuple de la "Desouchière".

Comme se fera lumière, une fois l'oracle "Google" consulté, qu'il n'est nullement exagérance que de parler d'eugénisme, quant au mode de vie qu'ils prétendent développer. Et de vomitive idéologie, donc, inhérente au concept de "Race pure" qu'ils prétendent préserver.

Mais je vois, maintenant que tes yeux sont plongés dans les miens, que tu doutes de mes paroles.

Que tu me penses fou dans ma cabesse. Ou bien aveuglé par la colère. Ou encore simple disciple de la "philosophie gauchistodroitdel'hommiste", comme ils ont coutume de la désigner, dans cette langue qui leur est propre.

Mais, pour qui sait chercher, les signes foisonnent.

Car l'elfe noir est aussi intrinsèquement idiot que l'elfe blanc est naturellement bon. Au point qu'il parsème les "Terres du Ouaib" de multiples échos des funestes desseins qui l'anime:

 

 

 

Sois attentif jusqu'au bout, concentre-toi, même s'il est grande peine d'ouïr pareille sordideries.

Et lorsque leur chef évoque ici l'éducation de leurs petits elfes  (07:53), écoute le attentivement.

Avant que d'aller lire cette missive du sieur CSP.

Tu comprendras alors les raisons pour lesquelles le triste personnage s'exprimant sur "Radio Courtoisie" (sur laquelles s'est longtemps exprimé, et vomit sa haine s'exprime encore parfois l'un des leurs, d'une branche différente, celle des elfes masqués) évoque "(...)les carences du système scolaire, notamment en Histoire".

Tu prêteras également attention au fait que le nazillon chefaillon qui s'exprime là (12:08) évoque d'autres foyers d'un mal qui tend visiblement à se répandre.

Mais je pressens que tu doutes toujours.

Il est vrai que vouloir vivre entre elfes noirs, et éduquer les pitis zelfes noirs "comme il faut" ne fait pas de cette espèce, certes quelque peu particulière, des disciples du démon Himmler, comme l'évoquait initialement ce long texte (quasi-épique, pour le coup).

Certes.

Et c'est grande justerie de raisonnement, tout à ton honneur, que d'exiger preuves de pareilles accusations.

Chausse tes guêtres, voyageur, nous allons emprunter désormais des chemins particulièrement fangeux, dans lesquels les elfes noires s'ébrouent et se répandent quelque peu.

Je t'emmène désormais sur "Apocastase demain: Le Forum Identitaire, Ontique & Libertaire" où tu peux lire ceci, après une présentation du projet de blason de la "Desouchière":

"Proposition 4: "La signification du blason est la suivante: Au centre, un symbole européen connu de tous : la louve nourricière avec Remus et Romulus. Mon principal souci était d'utiliser une image clairement européenne pour symboliser la fécondité, la fécondité étant tout à la fois la fin et le moyen. Nous souhaitons perpétuer notre peuple, et c'est une "arme" relativement facile et à portée de tous (ou presque)."

Puis, plus loin, dans une boueuse déclaration de plus, à propos du projet, en général:

"C'est une "reserve" pour les blancs, conscient de la réalité quand à l'allogènisation de notre europe."

En poursuivant, prudemment, ton chemin, en page 2, tu trouveras également les termes de "refondation patrio-géniques".

Des termes (que les elfes noirs le reconnaissent ou non) qui font furieusement écho à la définition de l'eugénisme, tel qu'il fût défini au sein de l'Allemagne nazie, lequel visait à:

" (...)favoriser la fécondité des humains considérés comme supérieurs (politique nataliste, soutien familial, pouponnières..."

Voilà donc, ami voyageur, maintenant que tu es mis en garde, que cette pénible aventure touche à sa fin.

N'oublie pas de consulter l'oracle "Google" régulièrement.

Celui-ci t'indiqueras sans faillir, si tu sais lever le voile des mots, les lieux maudits, qui peuvent, à l'instar de ceux que nous venons d'arpenter, cacher les dangereux elfes noirs. Comme ceux qui sont longuement évoqués ici.

Qui te révèlera que les elfes démoniaques que tu viens de croiser n'hésitent pas à s'adresser directement à ta progéniture, en des espaces tels que le forum de "jeuxvidéo.com". Ou qui te permettra de découvrir que "Miniville", jeu en ligne apparemment inoffensif, compte des bourgades virtuelles au nom bien évocateur, pour un esprit désormais éveillé, tel que le tien...

Et il se peut qu'il t'indique également plus sereines places, de valeureux guerriers peuplées, à qui il conviendra de prêter main forte, en ces "terres du Ouaib", dont les elfes noirs aimeraient s'assurer la suprématie.


30/05/2010

Maximus Cynicus

L'Ultra-libéralisme, qui rend heureux tout plein, se développe à vitesse grand V ("Vvvvvvvvvvvvvvv", un peu le son que produit le corps d'un salarié fendant l'air après qu'il ait sauté du énième étage d'une tour de Foxconn), en ce grand pays néocapitalobienkexcoco qu'est devenu la Chine.

Une révolution industrielle avec exode rural et esclavagisme moderne, joyeusetés notoires qu'ont connu, en leur temps, une partie des grandes puissances européennes.

Révolution, donc. Certes.

Mais en plus vite. Vachement plus vite. Imagine.

Et en plus cynique, du coup. Foutrement plus cynique. Imagine Bis.

Au point que, tiens toi bien (et ne te penche point comme ça, au-dessus du vide)- certaines sociétés en plein "Baoum économique"; en ces contrées qui concurrencent, de manière non-libre et faussée, nos "NéoLibéros locaux" à nous; de gentils zentrepreneurs (qui n'ont qu'un souci, qu'un but, qu'un Graal dans la vie, celui de rendre heureux tout plein leurs zemployés) tentent de faire signer à leurs salariés un engagement contractuel de ne point se suicider.

Et reconnais que la bonté d'âme desdits patrons n'a pas de limite, puisqu'il serait tout de même ballot de ne point profiter du système néo-libéral et des conditions de vie idyllessques qu'il engendre NATURELLEMENT.

Reste un problème. De taille.

Comment punir le salarié ne respectant pas l'avenant qu'il vient de signer.

Hein?

Comment?

Comment don' qu'y fait le système pour châtier ceux qui ont l'outrecuidance de ne pas respecter leurs engagements?

Comment don' qu'y fait pour prouver à TOUS que même LA MORT n'est pas l'unique moyen d'échapper à son Amour?

Faudra-t-il en passer par la profanation de leurs sépultures, faudra-t-il traîner leurs dépouilles en place publique afin que de réveiller d'éduquer les (sur)vivants et leur faire comprendre que "Non, même pas la peine de songer ne serait-ce que penser qu'on peut échapper au BONHEUR!" ?

Faudra-t-il?

"Oui, et comment Bertrand!" répondront à coup sûr les fous furieux cyniques mêmes qui ont pondu pareille clause des contrats en question.

D'autant que ça développera l'activité des fossoyeurs (hausse de 100% de l'activité inhumatoire, faudra bien enterrer les restes MAIS business is busines), ça boostera velu l'activité des sociétés chargées de l'entretien des voies de communication, lesquelles feront exploser les ventes des sociétes commercialisant les détergents adéquats (le cadavre de salarié qui respecte pas sa clause, ça dégueulasse sèvère la voirie, c'est connu MAIS business is business), etc...

Puisqu'on te dit que, quel qu'en soit le coût, ce système rend heureux tout plein.

C'est comme ça.

C'est "comme les lois de la pesanteur".

 

13/05/2010

Bis repetita placent (?)

 

"Citoyennes, Citoyens, mes chers compatriotes, mes zamis, mes frères zésoeurs, mâ'ame Chabot,

L'heure est grave.

Tellement grave que Je n'y irais pas par quatres chemins, j'suis pas homme a tourner le dos aux responsabilités auxquelles qu'il doit faire face, hein, vous commencez à m'connait':

 

LA GUERRE EST DECLAREE! (Bordel!)

 

 

Une guerre sans pitié, dramatiquement inévitable, contre un ennemi qui refuse tout dialogue. Un ennemi qui en est à ce degré d'auto-ostracisme qu'il refuse, malgré moultes tentatives d'accords à l'amiable (qui nous ont coûté un bras, quand même -celui de la Rolex, en plus- depuis le début de la crise des subprimes, là), d'entendre raison.

Malgré des Myards et des Myards de notre sainte monnaie réinjectés dans le système financier, en ce mois de Mai 2010 (mais pas seulement)), les terribles zésombres pésculateurs, dont on ne voit jamais le visage, même en plein jour (et qui mangeraient des enfants, si l'on en croit les journaux) ne veulent pas entendre Nos souffrances.

Un ennemi sourd tant qu'aveugle. Un ennemi qui n'a pas de petit coeur qui bat (contrairement à Moi qui, sous mes costards à 50 000, en ait un).

Un petit coeur qui saigne, d'ailleurs, à l'idée que CHACUN devra participer à l'effort de guerre. Surtout maintenant que c'est clair qu'elle est déclarée, mâ'ame Chabot. Un petit coeur qui saigne parce que j'ai changé (Mâ'ame Chabot, oui, et j'n'ai pas peur de le dire), et que je vois clair désormais dans le jeu de ces terribles pésculateurs, responsab' de tous nos maux.

Ces types-là, mâ'ame Chabot, citoyennes (même en Burqa), citoyens, voulaient garder la puissance de Lémarché pour eux!

Et vous devez donc voir les 750 Myards d'euros que nous venons de lâcher (et croyez-moi, c'est douloureux, Mâ'ame CHabot, ça coûte en encre au moment de la signature) comme UN ACTE DE RESISTANCE!

Oui, il ne faut pas avoir peur des mots et de la Vérité qu'ils expriment:

Ces 750 Myards, nous les avons réinjectés dans l'économie afin de soutenir un système que nous allons assainir, seule garantie d'une vie meilleure pour toutes zétous.

Ces 750 Myards d'euros, nous les avons arrachés aux traders et autres machiavéliques financiers sanguinaires. Lesquels voulaient vous priver, ricanant sous capes, dans l'ombre de la nuit qui fait peur, de la puissance de Lémarché dont on sait, depuis toujours, qu'elle rend heureux et prolonge la vie. Et qu'ils tentaient (perfidement) de détourner, selon d'obscures principes, pour eux seuls, ces félons.

Alors qu'une puissance de lémarché, pour TOUS, citoyennes, citoyens, mes chers conpatriotes de dedans mon coeur, c'est la perspective de systèmes de retraites (privés) qui fonctionnent et qui vous permettent de vivre heureux, avec du soleil dans votre vie toute l'année, même en Bretagne, où il ne pleut que sur les cons (mais souvent).

La puissance de lémarché, citoyennes, citoyens, têtes de veaux que j'aime du plus profond de mes entrailles, c'est la garantie indiscutab'  de frais de santé remboursés par une assurance (privée) avec des bisounours épanouizésouriants qui te répondent au téléphone et qui débordent de plein d'amour pour toi, client-citoyen.

Ce qui n'est, ni plus, ni moins, ces 750 Myards d'euros, hein, faut l'reconnait', que la mise en application des principes défendus par le Conseil national de la Résistance. La pierre d'angle, l'acte fondateur d'une résistance jamais abandonée, sans cesse renouvellée. Mais genre actualisée, quand même.

MO-DER-NI-SEE.

Faut vivre avec son temps. Hein? Et quoi d'autres que la puissance de Lémarché pour assurer à tous une santé et une retraite sereine?

 

 

 

Conscient d'ailleurs que l'effort de guerre doit être partagé par tous, je vais m'adresser à celles et ceux, anonymes jusqu'ici, qui vont payer un lourd tribut dans cette guerre contre les pésculateurs. Pour remercier ces braves patriotes, et les exhorter à continuer de résister (pour ceux qui le peuvent encore), avec Nous.

"Ensemble, tout est possib' ", j'vous l'rappelle:

Un grand "Merci!" de la Patrie donc, à Anne-Marie de la M., de rendre les Myons d'euros que le bouclier fiscal lui permettaient de protéger.

Un grand "Merci!" aussi de la Patrie à Pierre-Yves R., qui ne va plus aller au Fouquet's que deux fois par mois.

"Merci" patriotique, tout autant, à Raymond S. qui vient d'être expulsé de chez lui, (On peut pu se permett' de l'aider, mâ'ame CHabot mais Raymond l'a compris, fier résistant de la première heure, qui déjà, aux prémisces de cette putain de guerre, n'avait plus guère à manger. Brave Raymond).

Un grand "Merci" (mais posthume) à Lucie A., qui vient de se pendre, parce que sa boîte délocalisait son emploi, afin que de faire remonter le cours de l'action et de redonner de la puissance à Lémarché.

Voyez, citoyennes, citoyens, comme "Ensemble, tout est possib' ".

Voyez comme il est possible de répartir, équitablement, l'effort inhérent à cette guerre impitoyab'.

 

 

Vive la France, Vive la République, Vive la Résistance, Vive Lémarché! "

21/04/2010

In bus with Nicolas

On s'offusque souvent (et ce jusqu'à Droite) des formes que peut prendre "l'humour" présidentiel.

Jusqu'à une partie de la majorité, murmure-t-on,  pour qui les vannes du président, jugées maladroites et déplacées seraient "vachement éloignées du trait d'esprit gaullien, qu'avait une aut' gueule quand même, nom de Dieu, Bernadette!". (C'est dire le degré d'offuscation atteint...).

On s'indigne, donc.

Au motif que l'humour en question serait constitué, notamment, de plaisanteries... Plutôt... Grasses. Disons.

De celles dignes de tes pires repas de famille, mettons.

De celles aux tables desquelles fleurissent les propos les plus décomplexées. De plus en plus fréquemment. (Au point que, ne cherche même pas à le nier, tu vois parfaitement ce qui est évoqué ici. Malheureusement).

Familles toutes unanimes, également, quant au fait qu'on puisse, dorénavant, ouvertement vomir proférer les (pires) blagues racistes au nom du fait que "C'est de l'humour quoi, merde! Arf-Arf..."

De cet humour que ne désavouerait pas Tonton Gégé qui s'est laissé aller, dimanche dernier, entre gigot et Côtes du Rhône, à une décomplexitude certaine en matière de vannes pas claires (ou trop, peut-être?). Celui durant lequel il a cru bon de faire profiter Nordine, le nouveau petit copain de la cousine Valérie, de son humour labellisé "Terroirs d'antan". Une manière, selon lui, de "Partager avec les gens d'ailleurs. Aaaaaaah! Ah! ALors! Tu vois biiien qu'on est pas racistes!

Que même que j'te plaindrais presque. Pass'que ca va pas être facile avec un prénom comme Nordine, Arf-Arf. T'as des papiers au moins?... J'dis ça, j'dis rien. J' suis pas raciste, j'te diiis. J'ai même un pote musulman, t'as qu'a voir... Mais bon, un seul, hein. Quand y'en a un, ça va encore... Arf-Arf. Reuuuuu... S'cuzez, belle maman, la bière... Ou le 51, Arf-Arf".

Juste avant que Tonton Gégé ne réalise que ce genre de "saillie", en matière de "partage avec les gens d'ailleurs", s'avère être une méthode assez peu adaptée lorsque ton interlocuteur, en l'occurrence NORDINE, se révéle originaire du village d'à côté...

Mais donc, pour en revenir à nos moutons (qu'on égorge dans la baignoire, à l'ombre des minarets, selon Saint Kozy et Saint Roselmack,  priez pour nous, pauvres DeSouches), Comment s'offusquer d'un tel... "Humour"?

Quand il est manié par le président d'une majorité dont certains membres ne rechignent pas plus à l'idée d'une alliance (finalement) assumée avec un parti comme celui du Front National? (Et dont nombre de membres, également, appartenaient à Occident , mouvement dont ils n'auraient pas gardé que la nostalgie et les bottes, mais bel et bien les convictions et les méthodes, au vu de certaines politiques menées actuellement.) Après le système des franchises, dans lequel l'UMP fournissait boutiques et plan marketing au parti d'extrême droite sus-cité, LA FUSION, pure et simple. Business is bussiness, baby. What Helze?

Pourquoi s'étonner également que cet "humour" ne se manifeste parfois en de forts solennelles circonstances. Et en de bien symboliques endroits, a priori fort peu appropriés pour cela?

Comme lors de la première visite de Nicolas Sarkozy aux plateaux des Glières, haut lieu commémoratif de la Résistance française, par exemple.

Puisque ce rire-ci, à bien y regarder, faisait simplement écho à la joie, à peine dissimulée, qu'il manifeste (régulièrement) en piétinant (sans relâche), un à un, avec ses amis prédateurs néo-libéraux, les acquis sociaux mis en place par le Conseil National de la Résistance, au sortir de la seconde guerre mondiale.

Non, décidément, tout cela est bel et bien cohérent. Et plutôt que de s'offusquer, il conviendrait de s'incliner. Devant tant de génie comique.

Le chef de la Nation, guide suprême de la vanne ultime, est au sommet de son art. Puisqu'il n'hésite pas (même un instant, c'est dire) à partir à la conquête des terres vastemenzinconnues du... Tin-tin-tin:

Comique de situation.

Et à déclarer, la main sur le coeur (qu'il a gros malgré tout), à un public atterré bailloné drogué pour l'occasion sans voix face à tel génie du mal propagandesque de la Comédie:

"Nous ne laisserons personne au bord de la route".

...

Imagine. Et savoure. Tu peux rire, évidemment, oui. (Ce qui t'évitera d'en pleurer, peut-être?).

Le même type, celui-là même qui ne se déplace plus nulle part sans bloquer une ville toute entière -ne serait-ce que pour la bête raison qu'il ne reste plus aucune place pour se faufiler entre les cars de keufs présidentiels CRS- ce type là, donc, VA TE PRENDRE EN STOP, ami démuni!

...

Savoure, oui, et incline toi respectueusement (plutôt que de t'agacer bêtement, en pensant que décidément, on te prend pour un con) devant pareille maîtrise du comique de situation. Parce que fatalement, avec le MONDE qui va se retrouver sur le bord de ladite route, dans très peu de temps, c'est en bus que tu vas voyager avec Nicolas Sarkozy, mon ami! Et les échanges imaginaires qui pourraient naître de pareille équipée sauvage (tant qu'absolument improbable) sont savoureux d'absurdité et de loufoqueries.

Un voyage au cours duquel ses passagers auraient, à loisir, tout le temps de lui faire part de quelques rumeurs:

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui refuse (l'ingrat) de travailler jusqu'à ce que mort s'en suive.

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère des "travailleurs  pauvres" (les idiots) dont le "nom" même est une aberration, dans un système qui donnerait, comme on le répète à l'envie en hauts lieux, une chance à TOUS.

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui finit par comprendre (qu'il est lent) que le sacro-saint système kapitaliste qui rend heureux ne serait pas ce qu'on lui a dit.

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui est de plus en plus dans la merde, victime d'injustices intrinsèques au beau système qui rend heureux (mais surtout la classe dominante).

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui refuse, violemment, par absence d'autres choix, d'être licencié afin que son employeur n'aille exploiter d'autres travailleurs du même système, plus démunis encore.

Qu'y a-t-il de drôle dans tout cela? (Légitime question. Que l'on pourra se poser, entre deux arrachages (rageurs) du peu de cheveux qu'il nous reste. A force.)

La situation, nous te le disions, en premier lieu.

Nicolas Sarkozy, au volant de ce bus, qui s'acharne à prétendre ne vouloir "laisser personne au bord de la route". Et la seule réaction qu'il puisse avoir, une fois au volant de son engin salvateur (et quasi-providentiel), face aux flots (qui ne font pas que clapoter) de revendications de ses passagers. Attirer l'attention sur la seule et unique rumeur qu'il pense pouvoir maîtriser qui semble l'intéresser, LUI:

"Et pour ma femme, vous êtes au courant?"

Force est de reconnaître qu'en termes de comique de situation, ça déchire grave velu.  D'autant que celui-ci est doublé d'une forme d'humour supplémentaire, maîtrisée (au laser) également par Rigolo 1er:

Le comique de répétition.

Parce que le coup du "bord de la route" a déjà été utilisé par l'artiste. Durant la campagne présidentielle, entre les deux tours, plus précisément:

"Vous voulez une France fraternelle, une France qui ne laisse personne au bord de la route, une France qui aide les plus fragiles, les personnes handicapées, les personnes âgées, les exclus, ceux qui traversent une période difficile, une France, au fond, où ceux qui sont forts mettent leur force, leur talent et leur énergie au service de ceux qui sont faibles."

Et l'on mesure bien là toute l'étendue du talent de Nicolas Kozy.

Comme l'on voit très nettement qu'en imaginant ce tour (salutaire) en bus avec le président qui ne veut "laisser personne sur le bord de la route", "Affreux, Sale, Bête et Méchant" ne se fait que l'humble serviteur de ce génie comique. "Affreux, Sale, Bête et Méchant" ne se fout pas de ta gueule à toi, lecteur, que tu sois révulsé (de Gauche) ou offusqué (de Droite).

Non, non. 

Ou, quoi qu'il en soit, nous y allons vachement moins fort que LUI.

 

sarkoChamp.jpg

 

11/03/2010

Fissa. Et c'est déjà beaucoup. Trop.

"Affreux, Sale, Bête et Méchant" te fait gagner du temps (et n'en perd pas, par la même occasion).

Voilà la couverture du dernier ... livre d' E. Zemmour.

 

 

Vertigo.jpg

 

Alors, toujours envie de le lire?

 

 

 

17/02/2010

Protéger et servir ta gueule, ingrat!

Français (véritable), réjouis-toi, l'Histoire est en marche!
Tu devrais d'ailleurs entendre poindre le doux son de ses bottes, si tu tends l'oreille.
Et cela ne manquera, nous n'en doutons point, de te plonger dans un état extatique, toi qui attendais cela depuis des siècles.

Rien ne t'empêche d'ailleurs, à cette occasion, d'entonner joyeusement, et dans une sincère ferveur patriotique, l'hymne nazional (chéri). Non sans avoir préalablement embrassé, (oui, tu peux mettre la langue, ce jour est historique, te dit-on) le saint drapeau, fier emblème de notre Patrie (chérie).
Libre à toi de te caresser, également, nous ne te jugeons pas. Et comprenons que cela te remue à ce point.

Figures-toi, français (véritable), que ta poulice (chérie), dernièrement fort décriée, alors même qu'elle cherchait simplement à faire (honnêtement) son travail, est sur le point, d'être enfin reconnue. Voire aimée.

Oui, carrément.

Est arrivé, enfin, le temps où les droits-de-l'hommiste-bobo-gauchiss' vont taire, à tout jamais, leurs critiques dégoulinantes d'idéologie communiss'.

Certes E. Zemmour, ton héros, sera contraint de se trouver un credo différent pour ses brillantes et éclairées chroniques matinales.
Mais ne tremble point. Les combats à mener contre la bien-pensance sont légions. Eric Z., ton vengeur masqué, a de beaux jours devant lui.

Ainsi, comme tu le sais, les hordes d'étrangers continuent-elles de déferler sur notre patrie (chérie), invasion encouragée, je ne te l'apprends pas, par la politique humaniste (il l'avoue lui-même, le pleutre!), et donc intrinsèquement laxiste, d' E. Besson.


Oui, tu as raison, vivement qu' A. Soral prenne la tête du ministère...

N'as tu point noté, français (véritable), qu'un tendre rapprochement s'opère, ces derniers jours, particulièrement, entre les civils (jusque là zinsoumis) et ta poulice vénérée?

Comme un début de communion.
Comme une osmose naissante.

Les preuves se multiplient, pour qui sait les voir.
Et nous ne doutons point de tes capacités, en ce domaine, toi l'un des derniers résistants clairvoyants, en ce monde déliquescent, au sein duquel se terre la femme voilée, à l'ombre (menaçante) des minarets (qui pullullent).

Tu ne manqueras pas de t'émouvoir du fait que les forces de l'Ordre (Nouveau) n'hésitent plus à participer, avec force joie, aux riantes festivités de la population. (De quelque nature qu'elles soient, d'ailleurs, les manifestations sportives étant également une occasion de s'aimer, TOUS).

Tu constateras, la larme à l'oeil, que la poulice (chérie) défend, corps et âmes, le droit du Peuple à accéder, librement, à la Culture, et notamment au septième art (quand bien même canettes, sandwichs et enfants n'ayant rien à faire dans une salle obscure se dresseraient contre elle).

Tu noteras, avec toute l'émotion légitime que te procureras ce constat, que celle-ci n'hésitera pas à venir chez toi, sur ton propre ordinateur, afin de te montrer la voie des sites fréquentables, et te protéger des autres, tel un bon patriarche, sévère mais juste, veillant sur sa progéniture avec bienveillance et amour.

Tu seras touché, en ton petit coeur bleu-blanc-rouge, que celle-ci n'hésite plus à venir en aide aux parents démissionnaires, afin de corriger, avec amour aussi, et toujours, les comportements déviants, et ce, dès leurs plus tendres années, des enfants de la République (Nouvelle).

Le Pays (tant aimé) ne pourra continuer à être aveugle et sourd à ces grands élans d'amour (encore, et encore).
Enfin.

Français (véritable), oui, réjouis-toi, l'Histoire est bel et bien en marche!
Au pas.

Vive la France (Surveillée Protégée), vive la Poulice (De la pensée Chérie), vive l'Ordre (Rétabli Nouveau)!

 

 

 

[Edit de 21h00 et des bananes: Tu ne manqueras point également, ami de l'Ordre, de t'esbaudir du fait que la poulice nous aime à ce point qu'elle vienne jusque chez nous, en de forts matinales heures; du genre de celles auxquelles ont lieu les perquisitions; afin de s'assurer que nous avons de SAINES lectures, de DROITS amis et d'ACCEPTABLES opinions. Tant d'Amour était, il y a encore peu, inenvisageable...]

 

11/02/2010

Georges qui rit, Georges qui pleure

Georges qui rit. (A tes dépens):

« …On ruine les paysans africains en vendant nos produits subventionnés par l’Europe, mais c’est pas les agriculteurs qu’il faut subventionner, Blair a raison c’est les chercheurs. On s’en fout des agriculteurs, on s’en fout. D’ailleurs aujourd’hui avec 5 % d’agriculteurs en France, on produit autant qu’avec 40 % en 1945 et avec 2 % on produira aussi bien qu’avec les 5 % actuels, donc on peut encore en perdre les trois cinquièmes.

Oui, Ce que je vous dis c’est l’évidence. Ah, mais si les gens fonctionnaient avec leur tête, mais les gens ils ne fonctionnent pas avec leur tête, ils fonctionnent avec leurs tripes. La politique c’est une affaire de tripes, c’est pas une affaire de tête, c’est pour ça que moi quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a 5 à 6 %, il y en a 3 % avec moi et 3 % contre, je change rien du tout. Donc je fais campagne auprès des cons et là je ramasse des voix en masse.

Enfin, aujourd’hui je fais ce qui m’intéresse, comme Président de Région, j’aide les lycées, j’aide la recherche et quand je ferai campagne, dans deux ans pour être de nouveau élu, je ferai campagne sur des conneries populaires, pas sur des trucs intelligents que j’aurai fait. Qu’est ce que les gens en ont à foutre que je remonte les digues, les gens s’occupent des digues quand elles débordent, après ils oublient, ça les intéresse pas, les digues du Rhône, les gens ils s’en foutent, ah à la prochaine inondation, ils gueuleront qu’on n’a rien fait. Alors moi je mets beaucoup d’argent sur les digues du Rhône, mais ça ne me rapporte pas une voix, par contre si je distribue des boites de chocolat à Noël à tous les petits vieux de Montpellier, je ramasse un gros paquet de voix. Je donne des livres gratuits dans les lycées. Vous croyez que les connards me disent merci, ils disent non ils arrivent en retard, comme si c’était ma faute parce que l’appel d’offres n‘avait pas marché et que donc il y avait quinze jours de retard dans la livraison.

Les gens, ils disent pas merci, d’ailleurs les gens ils disent jamais merci. Les cons ne disent jamais merci. Les cons sont majoritaires, et moi j’ai toujours été élu par une majorité de cons et ça continue parce que je sais comment les « engrainer », « j’engraine » les cons avec ma bonne tête, je raconte des histoires de cul, etc… ça un succès de fou, ça a un succès fou. iIs disent, merde, il est marrant, c’est un intellectuel mais il est comme nous, quand les gens disent « il est comme nous », c’est gagné, ils votent pour vous. Parce que les gens ils votent pour ceux qui sont comme eux, donc il faut essayer d’être comme eux.

Là, les catalans me font chier, mais je leur tape dessus parce qu’ils m’emmerdent, mais dans deux ans, je vais me mettre à les aimer je vais y revenir je vais leur dire, mon Dieu, je me suis trompé, je vous demande pardon, ils diront : qu’il est intelligent, ils me pardonneront, ils en reprendront pour 6 ans. C’est un jeu, qu’est ce que vous voulez il faut bien en rire. Avant je faisais ça sérieusement, maintenant j’ai tellement l’habitude de la manœuvre que ça me fait marrer.

Les cons sont cons et en plus ils sont bien dans leur connerie. Pourquoi les changer, pourquoi voulez vous les changer ? Si vous arrivez à faire en sorte que les gens intelligents passent de 6 à 9 % voire à 11, vous ne pourrez pas aller au-delà. Mais les cons sont souvent sympathiques, moi je suis bien avec les cons, je joue à la belote, je joue aux boules. Je suis bien avec les cons parce que je les aime, mais ça ne m’empêche pas, mais après quand vous avez raison, après ils vous donnent raison, mais toujours 3 à 4 ans après.

Toujours 3 ou 4 ans après, ils disent, mais il est pas si con parce que après tout ce qu’il a fait ça marche.Donc vous faites des trucs, vous vous faites élire, 6 ans. Les 2 premières années vous devenez maximum impopulaire, vous leur tapez sur le claque bec, etc… ah salop le peuple aura t’a peau, on t’aura, moi je dis cause toujours, je vous emmerde. Ensuite 2 ans vous laissez reposer le flan, vous faites des trucs plus calmes. Et les deux dernières années, plus rien du tout, des fontaines, des fleurs, et des bonnes paroles, je vous aime, oh catalans, je vous aime, oh occitans mes frères, je vous aime, vous faites un petit institut, une merde pour propager le catalan auprès de 4 guguss, tout le monde est content, tout le monde est content, évidemment ils parlent catalan comme ça personne les comprend à 3 km de chez eux.

Mais ça leur fait plaisir. Moi je men fous, je parle l’occitan, parce que ma grand-mère parlait occitan, mais je le parle pas, parce que j’ai peur qu’on pense que je parle patois, donc, en plus bêtement, on m’a pas appris l’anglais, alors moi je parle le latin, le grec, l’allemand, l’italien je suis donc un demeuré, parce que ça sert à rien. Aujourd’hui faut parler anglais, ça prouve rien du tout, ça prouve pas qu’on est intelligent, mais ça prouve qu’on peut communiquer avec les trois quart de la planète. Apprenez l’anglais, mais surtout pas avec les profs d’anglais de Montpellier et de France, qui sont parmi les plus mauvais du monde. Les 4/5èmes des profs d’anglais parlent l’anglais comme une vache espagnole. Non, vous apprenez l’anglais, si vous êtes une fille, vous baisez avec un mec, si vous êtes un garçon, vous baisez avec des anglaises, et là vous apprenez vite, rien de tel que la communication orale.

Moi je suis allé en Angleterre, j’ai baisé une quarantaine d’anglaises et je commençais à apprendre, mais après on bouffait tellement mal que je n’y suis plus revenu, parce que je supportais pas leur bouffe et alors je faisais que bouffer libanais, je passais mon temps à bouffer libanais à Londres, c’est fatigant de bouffer libanais tout le temps, du taboulé et compagnie, ça j’en ai bouffé du taboulé à Londres, du taboulé, du poulet farci.

C’est un peuple merveilleux les Anglais, mais leur bouffe tuerait père et mère, d’ailleurs c’est pour ça qu’ils viennent en France. Vous savez, eux, ils sont pas cons, c‘est pourquoi ils ont colonisé le monde, celui qui l’a dit le mieux c’est Disraeli, le grand premier ministre anglais de la fin du 19ème siècle. Il disait un jour à l’impératrice Victoria, il lui dit Majesté savez vous pourquoi les anglais ont colonisé le monde ? C’était au moment où les britanniques dominaient les deux tiers de la planète, et Victoria regardait son premier ministre, et Disraeli lui répond, en plus c’était un juif avec un humour extraordinaire, Majesté enfin, c’est pour échapper à leur cuisine. ça c’est bien vu…. il vaut quand même mieux bouffer la cuisine du Kénya ou la cuisine indienne ou la cuisine d’Afrique et autre c’est quand même meilleur que la cuisine anglaise. Je sais pas comment ils font pour arriver à faire aussi dégueulasse. Ils s’acharnent.

J’y suis encore allé parce que j’ai envoyé ma fille faire des études en Angleterre, j’y suis allé l’an dernier, dans une ville magnifique au Nord, c’est toujours aussi dégueulasse, ils n’ont pas progressé depuis 40 ans que j’y étais allé, en plus les anglaises elles baisent comme des savates.

Vous avez tout ce qu’il faut sur place, c’est pas la peine d’aller la bas, les françaises c’est quand même autre chose, maintenant c’est fini je suis marié. Je vous rapporte de très vieux souvenirs, des souvenirs d’enfance quand j’étais tout petit, gentil et que j’allais trainer mes guêtres en Angleterre. Ceci dit, je vais quand même vous dire un truc, les Anglais c’est un peuple formidable, un des plus beaux peuples qui soit, c’est des gens intelligents, courageux, magnifiques, d’ailleurs c’est comme les juifs.

Alors, moi les juifs, j’adore les juifs, j’adore Israël, alors ils ont une cuisine ! Mais alors en plus eux ils sont plus têtus que les anglais, parce que les anglais il y a longtemps qu’ils ont renoncé à ce que leur cuisine soit bonne, ils n’ont plus aucune illusion, mais les juifs, je suis copain avec des masses de juifs, mais ils sont têtus comme des bourriques, ils veulent absolument m’expliquer que la cuisine kacher est bonne.

Enfin, vous l’avez bouffée la cuisine kacher ? c’est dégueulasse, c’est abject. Enfin, ce peuple qui est extraordinaire, intelligent qui fournit les meilleurs chimistes, les meilleurs physiciens, les meilleurs pianistes, les meilleurs mathématiciens, vous ne voulez pas en plus qu’ils fassent de la bonne cuisine. Non la cuisine kacher est dégueulasse, c’est une évidence, dès fois elle est un peu bonne quand ils font de la cuisine libanaise, c’est-à-dire les marocains font de la bonne cuisine, les juifs marocains font de la bonne cuisine, mais ce n’est pas de la cuisine juive, c’est de la cuisine marocaine, c’est la cuisine berbère, la cuisine berbère marocaine, elle est délicieuse, mais c’est autre chose.

Bon enfin c’est pas grave tout ça, moi ça ne m’empêche pas d’aimer les Anglais parce que j’oublie pas que c’est les seuls qui ont tenu le coup de 40 à 42 tout seuls contre les allemands. Alors ça c’est un peuple extraordinaire, mais c’est pas parce que leur cuisine est pas extraordinaire qu’on va en vouloir aux Anglais, alors allez y mais ne restez pas trop longtemps et je vous recommande les restaurants pakistanais qui sont très bons, les restaurants libanais qui sont très bons, les restaurants italiens qui sont parfaits, puis de temps en temps vous pouvez allez bouffer dans un restaurant anglais, c’est rigolo. Et dès fois, même c’est pas mauvais, mais c’est quand ils font de la cuisine européenne, alors elle n’est pas anglaise, mais la cuisine anglaise, vraiment ça .

Si il y a qu’un peuple qui fait encore plus mauvais que les anglais, c’est les norvégiens, la cuisine est norvégienne est abjecte et en plus elle c’est la plus chère du monde. Essayez d’aller bouffer à Oslo, vous verrez ce que ça coûte. Moi quand je vais en Norvège, j’amène les boîtes de conserve, et je me fais ma propre cuisine, un, je fais des économies, deux, je bouffe correctement ».


Georges qui pleure. (Sur ton épaule):

Frêche, entre colère et larmes
envoyé par Europe1fr. - L'actualité du moment en vidéo.

En version longue ci-dessous.

 

Long. Et chiant. Donc.

Mais Ô combien goûteux lorsqu'on vient de lire "l'exposé" de Georges "Roidec' " Frêche cité ci-dessus (et trouvé .)

Et puisque tu es en promenade, va donc faire un tour par là, à propos de Gauche...

 

28/01/2010

F(Qu)ête nationale

Nous pensions, chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", qu'Eric Zemmour, libre penseur incorrect politiquement décomplexé, avait vu juste. (Ne te moque pas, écoute ça, et dis-nous franchement, mais franchement, hein, si tu n'es pas, toi non plus, convaincu par pareille logorrhée mono-obsessionnelle. Ah. Tu vois...)

Que les tribunaux étaient, donc, aux mains de dangereux trotsko-communisto-droits de l'hommiste. De ceux prêts à se livrer à toutes les exactions terroristo-gauchiss' qui entraveraient un tant soit peu la bonne marche (au pas) de la République.

Que chaque sentence rendue était le reflet de cette dictature intellectuelle du politiquement correct qui baillone la France qui pense (extrêmement) droit, Elle.

Pour tout te dire, nous scrutions même l'horizon, tenaillés par la peur de voir déferler, d'une minute à l'autre ("ils" l'ont dit à RTL, merde!) une horde de corso-kurdes, sans doute intégristes, certainement terroristes. Peut-être même dealers (sur le point d'être relachés, plutôt que pendus, c'est un monde, mâ'ame Michu, quand même) ou  pire , Noirs!

D'autant plus que d'aucuns, d'un autre bord, persistaient à répandre l'idée (fieffés gauchiss' ultra-autonomes) que le torchon brûlait encore entre notre bien-aimé président et la Justice.

Mais quelle preuve plus éclatante qu'il ne s'agit là que de fantasmes extrêmistes, que ce geste touchant, sans doute initié par le syndicat national de la magistrature, consistant à lancer, en cette journée de fête nationale, un grand emprunt pour l'anniversaire de notre président?

Un euro dans la corbeille, déjà.

Voilà qui est rassurant, conviens-en.

Deux bémols, toutefois, en cette journée bénie:

Tu peux faire une croix, DEFINITIVE, sur la VERITE quant à/aux la/les véritable/s affaire/s Clearstream;

Les cadeaux consentis aux riches, qu'il s'agisse d'endettement pour sauver le sacro-saint système, de bouclier fiscal ou autres joyeusetés ultra-libérales ne peuvent être considérés comme un présent au président. C'est SON anniversaire, il convient donc de mettre la main à la poche (oui,oui, celle-là même que tu as désespérément vide, déjà) afin d'emboîter le pas (joyeux) de notre belle Justice. (Un escadron de gentils CRS passera d'ailleurs chez toi, afin de collecter ta contribution, généreux citoyen).

Et puis une pensée, également, pour chacun des magistrats ayant de près ou de loin participé à ce procès, et fait pencher, de quelque manière que ce soit, la Balance en faveur de ce verdict. Ainsi que pour Lahoud et Gergorin.

Les uns devront désormais éviter la proximité de toute boucherie, les autres ne surtout pas demander à travailler en cuisine durant leurs incarcération. Il serait dommage qu'un accident bête ne vienne gâcher la fête nationale qui s'annonce.

06/01/2010

"Z" le Zombie

z.jpg

Il est des lectures (sacrément) désagréables qui n'en sont pas moins nécessaires.
Ainsi s'est on obligé, chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant" (et un peu maso, pour le coup), à aller promener notre souris (révulsée) sur le site du "Parisien", afin d'y subir lire une interview réalisée à l'occasion de l'arrivée d'Eric "C'était mieux avant" Zemmour, sur les ondes d'RTL, pour une chronique hebdomadaire, fort judicieusement intitulée "Z comme Zemmour".

Oui, "Z comme Zemmour" est un putain de bon titre (et ne doutons pas un instant, d'ailleurs, qu'il ne s'agira là, que du seul et unique point positif de ladite chronique).

D'une part, parce qu'il n'est point permis; lorsque l'on connaît le mépris qui anime le bestiau médiatique en question; de douter qu'au coeur de ses rêves les plus humides et les plus fous, Eric "Fuck la bien-pensance" Zemmour s'imagine endosser le costume du célèbre justicier (et surtout LE masque), afin d'aller griffer d'un "Z" rageur la grasse et ventripotente bedaine des zassistés, toutes catégories confondues, qui rongent littéralement la France, de l'intérieur (et accessoirement qui occupent également ENORMEMENT de place dans son esprit):

Fainéants Chômeurs, sans-abris (mais bon, "C'est quoi un mal logé?", mâ'ame Michu, huh?), immigrés (avec ou sans-papiers, de 2eme ou 3eme génération voire plus si affinités) et autres, en vrac, féministes dévirilisantes tant que castratrices, gauchos bien-pensants bobos, rappeurs débilisants, etc...

Eric "je n'aime personne sauf tant que ma patrie" Zemmour voit large, très large en matière de responsabilité quant à la déliquescence dans laquelle est plongée sa France chérie actuellement.
Et se pense investi de la sacro- sainte mission de se "battre contre le conformisme, le politiquement correct, dans le fond comme dans la forme"... Rien que ça.

(Au passage, note qu'un type qui dit être anti-conformiste, et qui exerce la profession de "Grand reporter" (rien que ça bis) au "Figaro" (rien que ça ter), ça a le mérite d'être plutôt drôle, déjà).

Donc, oui, la référence au justicier masqué est particulièrement pertinente. Et involontairement drôle, aussi.

D'autre part, il est -pour qui pousse le masochisme au point de chercher à savoir qui est réellement ce personnage rongé par la haine de tout ce qui ne lui ressemble pas- évident que "Z" avance masqué, et ce, depuis toujours.

Il s'agit là d'un vengeur masqué d'un genre bien particulier, sévèrement burné (et pas une tapette en collant à la Superman, culte névrotique de la virilité oblige):
Le héros de l'Exxxtrême Droite, celle-là même qui s'estime privée de toute liberté d'expression, et passe son temps à le dire, l'écrire, le brailler partout... Et qui voit en lui un héraut particulièrement intéressant en ce qu'il permet à leurs (nauséabondes) idées d'être relayées dans les medias qu'ils accusent de les bailloner...

Idées dont il parsème joyeusement sa première chronique (dont l'objet était un sondage du JDD, "Le classement des 50 personnalités préférées des français") où les références a "l'idéologie desouchienne" sont flagrantes, et le vocabulaire clairement emprunté à la rhétorique habituelle de ces "gens-là":
Les trois premiers ne sont "(...) Que des enfants d'immigrés..."; "(...) Les grands prêtres de l'anti-racisme" en prennent un coup au passage; et Zemmour de tenter de nous faire regretter avec lui le temps (béni) ou l'Abbé Pierre, "(...) français de chez français, chrétien depuis 1500 ans, comme la France, quoi!" (Bah oui, mon, con!) était le préféré des français, monsieur.

Allusions sémantiques relativement claires (tout de même), qu'on eût pu croire éclipsées par la (mini) polémique créée par les propos de Zemmour à l'égard de Mimi Mathy. C'est là. Notamment.

On pourra penser, à première vue, qu'il s'agit d'une énième de ses provoc' à deux balles, dont il a le secret.
Et force est de constater qu'hors de ces attaques réaco-exxxtrêmo droitistes dont il est coutumier chez Laurent "calembours à deux balles" Ruquier, personne ne s'intéresserait au vide intersidéral qui caractérise ce que "Z" a le culot de concevoir comme relevant d'une quelconque "pensée".

"Z" est donc tenu, afin que l'on se penche sur cette "pensée", de faire du bruit.
Et il le fait généralement très bien.

Mais il ne s'agit pas de cela uniquement, cette fois-ci, même si, évidemment, le (mini) buzz est bel et bien déclenché.

Mimi Mathy n'est pas uniquement attaquée dans sa "différence" pour faire parler de Zemmour.

Celle-ci avait déjà provoqué des réactions épidermiques au sein de la fachosphère.
, notamment.

Et sur un sujet qui leur tient particulièrement à coeur: le refus du "métissage". (Pour ceux qui ne parleraient pas desouche fréquemment, en gros, le "métissage", c'est la disparition du français pur jus. L'invasion des métèques par l'accouplement, la dilution du français de souche dans une nouvelle France multi-ethnique, etc... Oui, ces "gens-là" sont carrément perchés très haut. D'où la nécessité de bien savoir à quoi l'on a affaire avec "Z", leur principal porte-parole au sein des medias).

"Z" se paie donc le luxe, pour sa première daube radiophonique chronique sur RTL de:

  • Créer un buzz dégueulasse sur le dos d'une personne atteinte de nanisme;
  • Répandre tranquillement la bonne parole nationaliste;
  • Faire un petit big Up à ses potes, fanatiques de la dite parole.

Tiens, cadeau d' "Affreux, Sale, Bête et Méchant", nos deux commentaires préférés, sur le site des français de souche, quant à sa première intervention matinale:

"Zemmour encore et toujours au top !
Si on a sur fds.com des gens “introduits” dans le milieu , ce serait vraiment bien de faire une interview de lui.
"

Et notre favori parmi les favoris, réponse au précédent:

"“ce serait vraiment bien de faire une interview de lui.”
Tu veux tuer sa carrière?
Le Pen pourrait aussi le féliciter publiquement,ce serait radical!!!"

"Nanophobe", Zemmour?
Non.
Professionnel de l'agitation (sa seule compétence), oui.

Et défenseur et porte-parole d'un nombre certain d'idées d'extrême droite.

Assurément.

Mais ne le répetez pas, ca pourrait tuer sa carrière...

 

18/12/2009

Récidive? Naaaaaan!

Ce serait être sacrément "Affreux, Sale, Bête et Méchant" que d'établir un quelconque parallèle entre le vol, (purement) sémantique, du slogan "Arbeicht macht frei" (et sa (quasi-littérale) traduction en "Le travail, c'est la Liberté"), perpétré lors de la campagne du candidat N.S, en 2007, ET le vol, (tout bonnement) physique, du panneau en fer forgé "trônant" à l'entrée du camp d'auschwitz, perpétré ce vendredi matin.

C'est dire s'il n'y a aucun; mais AUCUN, hein; rapport.
Evidemment.

14/12/2009

Histoire de lards

L'Esssssstrême Droite (celle-là même que l'on croise dorénavant dans les meetings UMPiens) est une mouvance dont on sous-estime, à tort (?), l'incommensurable amour de l'Art.
(Pictural, notamment).

 

MosquéeCastres.jpg

 

L'Esssssstrême Droite (celle-là même dont les idées affleurent dorénavant jusque dans les traits d'humour de Brice Hortefeux et consorts, définitivement décomplexés) est une mouvance dont on sous-estime, à tort (?), l'incommensurable amour de l'Histoire.
(Du IIIeme Reich, principalement).

 

JuifsDehors.jpg

 

Une mouvance dont on ne devrait pas nier, quoi qu'il en soit, qu'elle tente de réaliser de kolossales avancées en matière de dialogue inter-religieux.

Puisque les efforts desouchiens, dans ce domaine, ne devraient plus tarder à amener juifs et musulmans à leur foutre, communément, sur la gueule.

Espérons-le.
FORT.

Ce ne serait que juste récompense pour tout le mal que les (fiers et bruns) militants de ce (fier et brun) courant de pensée (?) se donnent.

 

09/12/2009

Mal élevés et pleins d'air

Parce que rien n'est trop beau pour toi, lecteur (dont le nombre est méchamment en hausse, ces derniers temps), "Affreux, Sale, Bête et Méchant" s'est lancé dans une enquête de terrain (boueux, celui-ci) comme on dit dans le jargon journalistique (et au café du coin, aussi).

ASBM a donc retrouvé, pour TOI (et les amis que tu ne manqueras pas d'inviter ici, enthousiasmé jusqu'au déraisonnable que tu es par les heures de joyeuses bidonnades que tu passes en lisant ce blog), Monsieur Raymond Poulaga, éléveur de poulets de père en fils. Le "papa", en quelque sorte, des deux flics méchants-pas-beaux-zéripoux qui volent des téléphones portab' en direct sur le ninternet.

 Deux policiers filmés en flagrant délit de vol
envoyé par Europe1fr . - L'actualité du moment en vidéo.

"ASBM -Raymond, vous êtes éleveur de poulets, qui courent en plein air depuis qu'y sont tout petits, et qu' ça leur donne bonne mine (on le voit bien sur la vidéo qui tourne un peu partout sur le net, d'ailleurs, ces deux là pètent la forme).
Les deux joyeux lurons qui sont au centre de la polémique (et prochainement au centre de la cour de promenade d'une maison d'arrêt surpeuplée et inhospitalière, surtout pour eux), actuellement, sont deux de vos ouailles, alors, Raymond, qu'est-ce qu'il s'est passé, dis-donc, mon Raymond, dis-donc?

R.P -Bah ça, mon pov' gars, figure-toi qu'c'était un peu prévisib', quand même...

ASBM -Ah? Euh... Vous pouvez développer, mon Raymond, steplé?

R.P -Bah oui, qu'est ce que j'veux dire, c'est que Gomez et Tavarez, on les connaît bien, nous à l'élevage. Z'ont jamais été très éveillés, si tu vois c'que j'veux dire...

ASBM -Pas éveillés, certes, on le conçoit aisément, (le choix d'orientation de leur carrière étant, entre autres, un premier indice) mais aller braquer un magasin sous vidéo surveillance avec un brassard de poulice, faut être franchement limités...

R.P -Aaaaaaaaah, oui, oui, c'est le moins fin des deux, ça. Heckle a toujours été plus con que Jeckle, c'est comme ça qu'on les différenciait. L'a jamais compris qu'le brassard, tu le mets APRES être sorti du magasin, à une bonne dizaine de mètres. Comme ça, au pire, si on cherche à entraver (oui, n'a du vocabulaire en Creuse, qu'est-ce tu crois, con de blogueur) ta fuite , tu fais le flic en enquête, t'embarques le commerçant en disant qu'il a plus tous ses esprits, qu'il t'accuse à tort, sous le choc, pis tu t'en occupes tranquillement au poulailler poste. Ou dans la bagnole, si t'as un autre racket à organiser d'autres affaires à traiter.

ASBM -Sinon, comme ça, pour savoir, ça arrive souvent ce genre de problèmes?

R.P -Non, non, en général, l'éducation finit par rentrer. Y' sont prudents, y' z'appliquent bien qu'est-ce qu'on leur apprend. Et si vraiment y'a des soucis, on les r'cycle.

ASBM -"Recycle", c'est à dire?

R.P -Bah, on leur trouve un poste différent. En même temps, des fois, ça pose des problèmes aussi. Tiens, le Dédé Valentin, "Calimero" qu'on l'appelait, l'aut' fois, il nous a fait marrer avec Jeanine. L'a confondu l'micro qu'on lui tendait avec un tonfa. Du coup, l'a cru qu'il était avec des collègues et qu'y pouvait s' lâcher.


 

«Ils sont déjà 10 millions»: un maire UMP au débat de Besson
envoyé par 20Minutes. - L'info internationale vidéo.

La Jeanine, l'a failli en crever, bon dieu. C'te marrade! Faut croire que maire c'était pas une bonne idée au moment de le recaser. On avait pas pensé au coup des micros. On peut pas tout prévoir non pu... Tiens, c'est comme la fois où y'en a un qui s'était fait piéger avec une caméra cachée. Saleté de journalistes...

ASBM -Et les causes de cet état de fait, sont-elles identifiées, M. Poulaga? (Nous aussi on peut causer élégant, con d'éleveur!)

R.P -Pourquoi donc qu'y sont agressifs? C'est-y ça que tu veux signifier, gamin?

ASBM -Oui.

R.P -Bah c'est assez simple. Ces enfoirés de l'agro-alimentaire, pour faire des économies, à compter de 2005, ils nous livraient plus qu'en "Kozy". Des trucs avec des OGM dedans, une vraie saloperie. Ca nous a rendu les bêtes agressives. On en avait qui tournaient en rond dans le champ, en répétant des trucs comme: "Vous voulez qu'on vous en débarrasse de cette racaille, hein?" ou "Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux" Et après, ça s'est empiré, même. En ce moment, on les nourrit au "Trefeux". Qu'on doit mixer avec de la "Besson". C'est pas naturel tous ces trucs là. Tiens, maintenant, t'as qu'a voir, y' z'ont plus d'odorat, pis de sérieux problèmes de vue. Une véritable hécatombe. Y' z'en sont rendus à bouffer de la bourgeoise. Si c'est pas un signe, ça...

ASBM -Raymond, merci pour cette interview. Et pour la gnôle. Bisous à Jeanine."

20/11/2009

La lumière est venue de Thierry Henry!

Il n'y avait guère qu'un humoriste intellectuel (et inversement) comme Pierre Desproges pour penser et oser dire, en son temps, que les footballeurs sont de gros cons décérébrés. [1]
Supportés par une bande de boeufs au QI d'huître (et inversement bis), dont la principale occupation serait de répèter, en beuglant et sans les comprendre, des slogans braillés par leurs meneurs, eux-même fort dépourvus en matière d'intelligence (lorsque le coup d'envoi fût venu).

Et il faut bien reconnaître qu'au vu des derniers JT qui font peur, (le soir, devant la soupe notamment) que Monsieur "Rions intelligent mais pas avec n'importe qui, y'a des limites" semblait avoir footrement raison.

Entre les "ennemis" [2] du camp adverse écrabouillés à grands coups de pare-chocs et ceux qui foutent la ville à feu et à sang après le match (sans oublier les gros cons qui tendent le bras façon salut néo-nazi "Adolf reviens ils sont pas comme nous"), il y avait de quoi penser, comme ça, de prime abord, qu'il n'avait pas tort, le bougre.

 

Fafs.jpg


Mais...
Mais, vient d'avoir lieu le match "France-Irlande".
Celui-là même dont la victoire devait Nous assurer l'accession à la coupe du monde, (saint graal moderne bien que simplement sportif), le menton haut, l'oeil humide durant l'hymne nazional.

Match dont tu ne peux être sans connaître le triste dénouement.

Ou bien il convient urgemment de règler ton téléviseur, ton poste de radio, ta connexion internet.
Ou de te mettre à t'intéresser aux zinfos, tout simplement.
D'ailleurs, si tu n'aimes pas le foot, ni ne regarde religieusement les zinfos, saches que c'est grandement suspect, au passage.

Mais admettons que tu fasses partie des mauvais citoyens sus-évoqués, et ne te laissons pas dans une ignorance crasse, avant que de t'envoyer la maréchaussée (c'est pour ton bien, n'en doutes point. Pour le salut de ton âme forcément déviante. Tu le reconnaîtras une fois rééduqué. Si,si.):

Thierry Henry, capitaine de l'équipe de France de football (chérie), a triché!
Et c'est cette tricherie qui permet à l'équipe de France (chérie) de jouer la coupe du Monde 2010.



Main de Thierry Henry contre l'irlande, 18/10/2009
envoyé par garath31. - Découvrez les dernières vidéos de sport.

 

Et le supporter français moyen de se sentir honteux.
Merdeux.
INDIGNE.

Et de s'apprêter à suivre, l'écharpe tricolore en berne, le chant guerrier en sourdine, l'évolution de son équipe nazionale en Afrique du Sud, la tête basse (comme le capitaine de ladite équipe).

Parce que Non, NON, mâ'ame Michu, en FranceFootball, on est DIGNE.
On ne joue pas avec les mains.
On ne vole pas.
On ne triche pas!

En un mot comme en cent, on RESPECTE les conventions.

Et c'est là, sur cet aspect précis de la polémique qui n'en finit plus de secouer, dans ses fondements même, la FranceFootball, que l'espoir renaît.

"La lumière est venue de Thierry Henry" aurait sans doute dit un autre Thierry (Gilardi, celui-ci), en son temps.
Réconcilliant, du même coup, les zintellectuels zumoristes et les hordes de supporters à vue basse qui se déplacent, foulistiquement, autour des stades.

Parce que si les "travers" du capitaine de l'équipe nazionale peuvent provoquer l'indignation d'un pays tout entier, au point que celui-ci ne se dresse fièrement pour défendre, de toute son âme, le respect des règles, des conventions, alors nul doute que le même pays ne manquera pas de se révolter, de s'indigner contre le viol permanent, en son sein, d'une autre convention, dont on fête aujourd'hui le vingtième anniversaire:

La convention internationale relative aux droits de l'Enfant.

Dont l'article 3 énonce, lui aussi, un nombre certains de règles fondamentales:

1. Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu'elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale.

2. Les États parties s'engagent à assurer à l'enfant la protection et les soins nécessaires à son bien-être, compte tenu des droits et des devoirs de ses parents, de ses tuteurs ou des autres personnes légalement responsables de lui, et ils prennent à cette fin toutes les mesures législatives et administratives appropriées.

3. Les États parties veillent à ce que le fonctionnement des institutions, services et établissements qui ont la charge des enfants et assurent leur protection soit conforme aux normes fixées par les autorités compétentes, particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé et en ce qui concerne le nombre et la compétence de leur personnel ainsi que l'existence d'un contrôle approprié.


Regles fondamentales qui sont bafouées, piétinées, régulièrement, journellement (et joyeusement de surcroît), par la politique d'immigration appliquée par M. Besson.
Qui lui est échue de M. Hortefeux.
Qu'il tenait lui-même de M. Sarkozy.

Ainsi, dans nombre de centres de rétentions français, en cette belle journée d'anniversaire de la convention internationale relative aux droits de l'Enfant, dans ce fier pays qui réclame à corps et à cris l'application stricte et MORALE des règles en vigueur, en matière de foutreball, sont maintenus enfermés pleins de petits nenfants, sous prétexte que leurs parents ne sont pas en règle, d'un point de vue purement administratif.

 

BebeReten.jpg


Et puisque nous en sommes à établir des parallèles, réclamons également dans ce domaine, le "recours à la vidéo".
Parce qu'il est vrai que sans images, dans nos sociétés zévolués surmédiatiques, point d'existence à un phénomène, même viscéralement révoltant.


Et puisqu'un pays entier se lève, le coeur au bord des lèvres, pour une main qui se tend (alors qu'elle ne devrait pas), ne doutons pas qu'il s'étouffera de rage à la vue de celles des gamins derrière les grilles qui, eux, la tendent légitimement.

Exhortons les journalistes à "promener" leurs caméras dans les centres de rétention de la République (de la Nouvelle France).
Enjoignons les à remplacer (avantageusement) les yeux des caméras de surveillance par ceux de leurs caméras à eux.

Le Peuple réclame, après tout, la preuve par l'image, persuadé que c'est là la garantie d'une Justice infaillible, sur un terrain de football.
Alors pourquoi pas sur celui du Droit des mômes?

Et si cela ne suffisait pas, remplaçons l'ONU par la FIFA.





[1] Bien évidemment, il le disait vachement mieux que ça.

[2] "L'ennemi est un con, il croit que c'est Nous l'ennemi alors que c'est lui." P. Desproges

 

18/11/2009

Votez SEBASTIEN!

Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", lorsque nous apprîmes que Patrick Sébastien allait se "lancer en Politique", nous nous réjouîmes chaudement, évidemment.

On allait (enfin) avoir un ministère du tournage de serviettes, de la charcuterie et de la boyaunnade.
Sans compter le Secrétariat aux Droits du p'tit bonhomme en mousse.

Ré-joui-ssant!

Puis on a découvert cette vidéo.

 

 


 


Et réalisions alors, dépités, que notre futur candidat n'avait aucune chance.
Il faut se rendre à l'évidence, son principal concurrent est beaucoup trop fort.

Et NON, on ne parle pas de Dany "Hamidou, bon, quand même... Va faire une carrière avec ça..." Boon.

On parle de l'autre, évidemment.

Il faudra donc instaurer la "République Sébastienne" par la force, nous le craignons.

Ardemment.

 

27/10/2009

"Pose ce sécateur, tu m'fais peur"

A l'UMP, on aime les histoires.
Mais pas n'importe lesquelles:

A l'UMP, on aime les BONNES GROSSES HISTOIRES.

Celles avec du sanzédélarme dedans. Et s'il y flotte un ou deux glaviots, en sus, c'est un bonheur ineffable qui s'empare des rangs de la majorité (du sein desquels il devient quasi-impossible de retenir F. Lefevbre; penseur chevelu bien que réactionnaire, et inversement; pour qu'il ne s'empresse de s'y vautrer avec joizéfrénézie).

Mais Fredéric est déçu, cette fois.
Car ce n'est pas lui que le Maître a désigné pour alimenter la dernière polémique de comptoirs (de beaufs), et les prochaines engueulades de chaumières (de gueux), où l'on n'a point encore sa rolex, même à 50 ans, mais un gigot sur la table quand même, pour s'étriper joyeusement autour, le dimanche.

Notre conteur gouvernemental, cette fois, c'est Michelle Alliot-Marie.
MAM, pour les intimes, genre président de la République et fils; Michelle A.M, future ministre de la hache (émoussée) et du sécateur (rouillé), pour les autres.

Celle-ci vient d'être désignée,donc, par le Chef de la Nation (Gloire à lui) pour allumer le dernier contre-feu, qui fera buzzer (dans le vide), et qui permettra, par une habile manoeuvre dont sont coutumiers nos (fiers) représentants de masquer:

Le chômage de masse (Oui, mais c'est la crise, mâ'ame Michu?) ;
Les profits zonteux des banquiers qui s'en collent plein les fouilles, malgré que le président il les a grondé fort fort fort , ces vilains;
Le mensonge de l'"H1N1 Qui qu'en veut d'mes vaccins?";
Les magouilles zélectorales du député décomplexé du kimono;
L'attentat de Karachi, rien de moins qu'une affaire d'Etat (Qui a dit "De plus?");
Le renvoi d'hommes, femmes et enfants dans des pays en guerre (Mais pas trop, selon E. Besson, pis tous frais d'hôtels payés, faut pas déconner, on est pas des bêtes non plus, même l'identité nazionale à un petit coeur qui bat, qu'est ce que tu crois?).
(Liste non exhaustive)

Campagne d'enfumage façon artillerie lourde et polémique à deux balles (mais en plomb, quand même) en perspective, donc.

MAM, (sur une idée de Francis Evrard, violeur récidiviste) déclarait, il y a peu (entre deux embastillements de dangereux ultra-anarcho-autonomes encagoulés):

"Pour l'instant, la castration physique est interdite en France, mais elle existe ailleurs. Je pense que cela mérite une analyse et qu'aujourd'hui la question de la castration physique peut se poser et être débattue, y compris au Parlement".

Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", plusieurs questions nous taraudent, depuis...:

Hannibal Lecter va-t-il, à l'instar du triste personnage P. Evrard, devenir consultant/conseiller/membre d'une quelconque commission pour le gouvernement?
Si oui, nous avons d'ores et déjà quelques sujets de réflexion à lui soumettre...

A quel exemple précis se réfère MAM en déclarant :"(...)mais elle existe ailleurs"?

Parce qu' après moultes recherches, force est de constater que les nations qui raccourcissent leurs consultants délinquants sexuels ne sont pas légions:
La Suisse, le Canada et la République Tchèque, selon l'un des rares journalistes à s'être penché sur cette aspect de la déclaration de MAM (qui ne sait sans doute elle-même, au moment où elle profère ces paroles, si celles-ci sont belles et bien fondées, mais qu'importe, pourvu que ça agite les médias...).

Et encore faudrait-il savoir, de surcroît, dans quelles proportions? (On parle ici de pourcentage de peines de ce type, et non pas de centimètres, tu l'auras compris, les détails importent peu ici).

Voyant notre nouveau griot UMPien dans la peine, "Affreux, Sale, Bête et Méchant", dans un grand élan du coeur, a décidé de voler à son secours.

Point d'exemples géographiques frappants?
Foutre, que c'est gênant!
La polémique qui devait détourner l'attention des boeufs risque de retomber comme le brushing de F. Lefebvre sous les crachats du peuple.

A moins que plutôt que d'en appeler à la Géographie, il ne faille se référer à l'Histoire?

(Avec un grand "H". Comme dans "Hache", oui).

Car là, oui, les exemples ne manquent pas et foisonnent littéralement, de (joyeuses) contrées où les (joyeux) régimes en place eûrent recours au coupage de balloches déviantes et anormales.

Allemagne, Etats-Unis, Suède, Pérou, Japon, etc...


Toutes ces fières nations, naguère (mais dans un naguère assez proche, toutefois), pratiquèrent la castration physique, pour diverses raisons, plus vomitives les unes que les autres.
Ce qui n'empêchera pas MAM, sois-en certain, de garder la tête haute, et de pouvoir affirmer, sans crainte, que "cela s'est fait, ou se fait ailleurs", et que donc, "Partant de là, mâ'ame Michu, pourquoi donc qu'on leur couperait pas, nous non p'u? Hein? Pourquoi donc? Gégé, tu r'mettras un jaune."

Un passage attire l'attention, particulièrement, lorsque l'on se penche plus avant, sur ces fiers exemples, puisqu'il traite précisément de la castration physique des délinquants sexuels dans l'Allemagne nazie:

"En 1935, le code pénal est modifié pour permettre la castration "volontaire" des délinquants sexuels condamnés au titre du Paragraphe 175. Le 20 mai 1939, le Reichsführer-SS Himmler autorise la castration forcée des délinquants sexuels. Leur consentement n'est pas requis, explique-t-il, car ces détenus savent qu'ils pourront être libérés une fois l'intervention réalisée avec succès".
"Hidden Holocaust? Gay and lesbian persecution in Germany 1933-45", Günter Grau (ed.).

De quoi être définitivement rassurés:

Le buzz va être de GROS, très GROS calibre.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu