Avertir le modérateur

30/06/2011

Ferme ta gueule, citoyen!

 

"La Dictature, c'est "Ferme ta gueule", la Démocratie, c'est "Cause toujours!"".

Désormais, tu vas apprendre à fermer ta gueule, citoyen. Poingt dans tes dents barre dans tes côtes.

 

 

 

 

"Far West à Montpellier


Expulsion hors la loi au centre-ville de Montpellier, sur la place publique de l'Esplanade.
Les forces de l'ordre ont chassé un rassemblement de personnes.
Ceci sans jugement ni avertissement et avec une violence inouïe.


Le campement militant des indignés pour un monde meilleur, de Montpellier, réunit en permanence une trentaine de personnes.
Ce rassemblement a débuté il y a plus d'un mois et doit faire face régulièrement à de nombreuses interventions policières similaires (2 à 3 par semaine).
Leur appel national du mercredi 22 juin contre les violences policières a mobilisé un ensemble de réseaux d'une centaine de personnes, dont "Robin des Banques" du mouvement des indignés d'Espagne. Le lendemain, le campement était constitué d'environ cinquante "Indignés" et d'un nouveau tipi de 5 m venant du "campement de résistance pour la liberté" de Toulouse.


Ce jeudi 23 juin à 8h30,
Plus de 25 policiers nationaux, une dizaine de municipaux,
aidés des "nettoyeurs" de la société Nicolin et ses camions broyeurs,
ont détruit, réquisitionné et broyé
l'ensemble des structures et affaires personnelles du campement,
sans sommation, ni dialogue. avec insultes, et menaces de mort.
Une violence sans précédent des garants de nos libertés.


De nombreux militants ont été bousculés, frappés et insultés, beaucoup sont choqués et blessés. Suite aux coups deux personnes, dont un mineur de 17 ans, sont contraints à un arrêt de travail de 2 jours avec certificat médical.
"Sous nos yeux ont été détruits et broyés :
Sacs, affaires et documents personnels (cartes d'identité, papiers officiels), couchages, 1 dizaine de tentes, les toilettes sèches, la douche, le début d'une nouvelle cuisine, une structure en bambou servant de point d'information ainsi que le tipi toulousain (lieu d'habitation d'un sans domicile fixe).
En réaction à ces destructions, agressions et violences, une dizaine de personnes ont spontanément décidé d'aller à la mairie pour récupérer leurs biens (dont cartes d'identité et papiers administratifs). Cinq personnes ont été interpellées et ont passées trois heures au commissariat avec fichage, procès-verbal et empreintes digitales pour utilisation de biens publics."


Des plaintes sont aujourd'hui déposées par les victimes.


Il nous appartient à toutes et à tous de réagir face aux méthodes exécutives de l'État et de ses services. Tous les mouvements sociaux, tous les habitantEs sont concernéEs par ces passages en force du gouvernement qui cherche à bâillonner toute contestation à sa politique. État qui ne tient pas compte de la procédure dont il est le garant et de la justice qu'il est sensé faire appliquer. État qui invente des ennemis intérieurs à la nation dès que des individus remettent en cause les privilèges des riches de ce monde. État qui vend l'espace public au marché et le refuse aux citoyens. État qui pourtant a déjà été rappelé à l'ordre par la Cour Pénale d'Appel de Paris avec la confiscation des tentes du DAL (campement de la rue la Banque).


• Nous réclamons le respect du droit de manifester son opinion (article 9 de la Constitution européenne des droits de l'homme et référé du 31 mai 2011 au sujet du campement de Bayonne),
• Nous dénonçons cette expulsion sans avis d'huissier ni arrêté municipal ou préfectoral. Cette action policière illégale, exécutée sans aucun dialogue, ni sommation à quitter les lieux, ni possibilité de démonter les structures et récupérer les biens personnels. Le tout avec insultes et violence inouïe.
• Nous revendiquons la possibilité d'utiliser l'espace public pour l'expression libre de ses opinions et le débat populaire.
• Nous demandons que le gouvernement s'excuse et restitue ou rembourse les biens individuels et collectifs de ce campement.

Pour le moment, concernant le remboursement des affaires personnelles et du tipi,
un appel à la solidarité et au bénévolat est lancé.

Pour tous dons et/ou aide contactez Ivan au : 06 78 26 41 19


Merci à toutes et à tous de faire passer l'information
par tous les moyens à votre disposition et pour votre soutien à ce mouvement contestataire mondial non-violent.


Chaque jour la détermination des "Indignés" grandit, poussée par ces injustices répétées, n'hésitez pas à les rejoindre
pour faire-valoir notre droit de contestation et militer pour nos libertés avant qu'il ne soit trop tard !

Merci !


Contact info et presse : Abel : 06 34 17 22 74 ou Ivan : 06 78 26 41 19"

24/06/2011

Don't feed the troll! (Ou alors à la Strychnine)

L'humour grinçant est, sans doute, l'une des formes les plus délicates à manier de ce difficile art qui consiste à faire se bidonner son auditoire.

Vraisemblablement celle qui requiert la plus fine maîtrise dans le domaine de "l'alchimie de la vanne".

Le genre de discipline dans laquelle, avant que de parvenir à transformer la plus vile et puante des formules en "pur joyau du bon mot", le néophyte devra maîtriser chacune des étapes de la transmutation, connaître le secret de chacun des ingrédients qu'il manie.

Et comme toute discipline nécessitant telle précision, lorsque le geste n'est pas sûr, le résultat ne peut être que tout bonnement catastrophique.

Désastreux.

Dégueulasse.

Indigeste.

Une main un peu lourde sur la dose de provocation ne fera que générer indignation et colère, peu propices, faut r'connaître, à une bonne marrade expiatoire.

Un zeste trop appuyé de mauvais goût, et l'effet comique recherché n'aura finalement comme bête résultat que de provoquer une bien désagréable nausée.

Des proportions mal maîtrisées d'amertume et de cynisme, et le résultat est simplement à gerber.

Un art aussi difficile qu'il est ingrat, par ailleurs, en ce qu'il ne doit ne peut se partager qu'entre fines gueules de la boyaunnade.

Le genre de mets qu'on ne doit servir que si l'on est bien certain que les convives sauront apprécier à sa juste valeur son amertume, son arrière goût de bile "juste ce qu'il faut", sa pointe de rage bien présente mais méticuleusement dosée, parfums et goûts ô combien complexes à manier sans qu'ils ne prennent le dessus sur l'explosion de réflexion, plus profonde, que doit procurer l'ensemble des saveurs contenues dans le divin plat.

L'humour grinçant est au rire ce qu'un fromage qui "fouette velu mais pas trop quand même" est aux plaisirs de la table.

Comme un bon coup de gnôle qu'a un putain de petit parfum subtil juste après t'avoir arraché la moitié de la gueule.

Un plaisir qui nécessite, pour être savamment maîtrisé, un brin de maturité. Et qui impose d'avoir d'autres repères que le MacDalle en matière de gastronomie, si l'on veut poursuivre dans la métaphore culinaire.

Qui se partage entre personnes disposant de suffisamment de recul pour comprendre que certains sujets NECESSITENT de rire pour ne point céder à l'envie d'hurler. Que certains démons ne peuvent être exorcisés que par le rire, quand bien même ce dernier paraît, A PREMIERE VUE, faire écho aux ricanements desdits démons.

"Un truc d'homme", en somme. (Note aux féministes intégristes: Il s'agit là d'une expression, bien évidemment. Et pose ce sécateur, tu m' fais peur. Merci madame).

Un truc qui, du coup, a tendance à exciter la glande provocatrice hypertrophiée de nombre d'adolescents qui, troipoilus du menton, se prennent pour des grizzly adultes. Le genre toutes griffes dehors, "t'vas voir les vieux, comment qu'on va leur pourrir leur paisible retraite".

Le genre qui, ayant braqué la bouteille de sainte gnôle sus-évoquée dans le bar à Papa, se retrouve fort vite ennivrés. Salement bourrés voire.

Le genre "noeliste".

Et qui aurait alors, grisé par la puissance de l'Interdit,  tendance à confondre finesse et provocation.

Et qui met en ligne sa flaque de vomi encore tiède, "MDR trop LOL, t'vas voir comment qu'y va grave flipper le bourgeois d'base quand y' va percuter comment qu'on enc... les interdits, NOUS".

 

 

Handicap.jpg

 

Ce qui est assez éloigné des traits d'esprits taillés au laser d'un Pierre Desproges dont pourtant notre jeune noeliste débordant de provocatrices hormones n'hésite pas à se réclamer.

Jeune con.

Alors que cet être en transformation (dont on pardonnera les errements en souvenir de nos propres dérèglements hormonaux durant cette même période de notre existence) se place, ce faisant, à l'exact opposé du grand homme qu'il véner même post-mortem vénère.

Parce que TROIS POINTS, FONDAMENTAUX, oppose la démarche de ces jeunes "foufous de la blague qui pue bien et qu'outrage le bourgeois" [1] à celle entrepris naguère par le Grand Maître.

Le premier, évidemment, est que sans point de talent, à arpenter les minuscules sentiers du Mont Provoc', on finit par sombrer immanquablemment dans les ravins du mauvais goût. N'est pas maître des sommets qui veut.

Le second réside dans le but poursuivi par celui qui pratique l'humour "cynico-blasphématoire". Si celui-ci n'est pas d'expulser l'insoutenable de la tripaille de son public, principalement, ce sera inévitablement un fiasco.

Le troisième, sorte de mantra suprême que devrait se répéter à l'infini tout jeune pèlerin empruntant les sentiers escarpés en question : "On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui."

Et c'est là que le bât blesse le plus, d'ailleurs, dans cette pitoyable tentative de (soi-disant) pure provocation, constituée par la mise en ligne de cette nauséabonde page facebook (de merde).

Il ne suffit pas de jouer avec les tabous de l'eugénisme, de l'antisémitisme [2] et du racisme [1] pour être un génial provocateur subversif. Cela se saurait. Et les génies de l'humour seraient légion à bien des repas familiaux tant que dominicaux. Ce qui est loin d'être le cas, c't'évident.

Et à ne jouer qu'avec cela, d'ailleurs, l'on finit fatalement à se tenir les côtes en compagnie de tristes sires, aussi puants et malsains qu'une sale blague très "limite" [1].

Du genre d'individus qui pratiqueraient plutôt le premier degré lorsqu'ils balancent ou rient de bonnes grosses vannes bien trash concernant les juifs [1].

Du genre d'individus qui pratiqueraient plutôt le premier degré lorsqu'ils balancent ou rient de bonnes grosses vannes bien trash concernant les handicapés.

Du genre d'individus qui prône le National-Anarchisme [2]. Et qu'a l'air d'apprécier les posters un peu étranges [2]. D'un autre temps [2]...

Du genre d'individus qui font qu'on se demande, au final, s'il s'agit bien là d'une "simple maladresse" commise par des gamins en mal de provoc'.

Du genre d'individus qui font qu'on se demande, au final, à l'instar de la poignante, tant que sempiternelle, question de la poule et de l'oeuf:

"Est-ce le facho qui a engendré le noeliste, ou bien l'inverse?"

Sans parvenir à répondre à cette question, de manière tranchée et définitive, il semblerait tout de même, qu' AU FINAL, le noelisme, a force que de jouer avec ce type d'humour, ait fini par être bel et bien insidieusement infiltré.

Que certains fafs aient trouvé dans cette démarche provocatrice l'occasion de tenter de banaliser les idées les plus dégueulasses qui constituent ce qu'ils considèrent être une "Pensée".

Et qu'il faille, au regard de ces éléments, en parler.

Même si tous les experts en matière de lutte anti-troll sont unanimes: la meilleure façon d'abattre une de ces bêtes est de ne point alimenter les pseudos-polémiques qu'elles défèquent essaiment aux quatres coins du Ternet.

Sauf que ce troll là est de la pire espèce: le "troll brun" ou "troll de troie". Un cousin très éloigné de "l'elfe brun". Autrement dit un facho qui ne dit pas son nom et qui, sous couvert de faire de la provoc' pour bousculer les conventions, tente de banaliser ses nauséabondes idées.

Il convient, donc, de le nourrir.

Grassement.

A la strychnine. Et à la louche encore.

"Jeuxvideo.com" sera peut-être ainsi contraint de se débarasser de sa carcasse puante. Et de ses congénères encore vivants.

Ce qui évitera bien des questions dérangeantes quant aux intentions des noelistes, par la même occasion.

En attendant, doucement sur la gnôle, les mômes...

 

 

 

[1] Copie écran du forum JeSuisUnJeuneFachoTropLOL.com "Jeuxvideo.com"

[2] Copie écran de comptes Facebook "Lolant à donf" à propos du groupe "Pour que les trisomiques remplacent les taureaux dans les corridas"

30/04/2011

Juste Logique

 

Contrairement à ce que pourrait penser l'extrême gauchiste de base, lire "Valeurs actuelles" est absolument FAS-CI-NANT.

Mieux.

Edifiant.

Parce que lire "Valeurs actuelles" permet, notamment, de mesurer jusqu'où peut aller le maniement de la mauvaise foi, du mépris et de l'insulte, en matière de répugnante propagande ultra-libérale, dès lors qu'il atteint le niveau 9 sur l'échelle de Madoff.

Ainsi découvrira-t-on, à la lecture du journal (?) en question - passé les premiers saignements de nez tout à fait normaux, lorsque l'on est point habitué à pareille prose - que si les "Patrons du Cac" ont vu leurs revenus augmenter de 24% en un an, "quoi de plus normal, mâ'ame la Marquise?", puisque ceux-ci ont permis que les 40 premiers grands groupes Français voient leurs profits augmenter, Eux, "de plus de 80%, pour dépasser les 80 milliards".

"La logique économique est donc respectée et les libéraux que nous sommes ne pourront que s'en féliciter", s'écrie Guillaume Roquette, patron de "Valeurs actuelles", frappé lui-même par l'éblouissante logique de son propre raisonnement. Au point qu'il est contraint, trop fortement incommodé par l'aveuglante évidence de ce qu'il avance, de stopper net son cheminement, si vigoureusement mis en branle, vers une réflexion sur l'incontestable nécessité d'un monde plus juste, dans lequel la redistribution des richesses irait de soi.

Ce qui est fort dommage puisque le bout du chemin eut dû, logiquement, l'amener à considérer également le salarié de base, qui, tout comme les patrons évidemment récompensés, dont parle Guillaume Roquette, eut pu jouir également de la logique (voire légitime) reconnaissance du grand groupe, auquel son travail a permis de faire péter tous les compteurs de cash-flow.

Merde, loupé de peu...

La prochaine fois, se dit-on, le brillant analyste ultra-libéral ne devra point omettre de chausser ses raybans à 40 000, évitant ainsi d'être ébloui par l'insoutenable luminosité de sa puissante logique, et parvenir de la sorte au bout du bout de son idée.

C'était pas loin.

Mais l'on comprend, en parcourant la suite de l'article (?) de Guillaume Roquette, que s'il s'agit bien d'aveuglement, anéfé, celui-ci n'est que bêtement idéologique.

Et que la logique sus décrite est, finalement, assez sommaire, dans le fond:

Quand grands groupes faire gros sous, grands patrons faire grasse ripaille.

Point barre.

Et quand on ripaille grassement, précisément, il n'est point possible d'ouïr les gueux crier famine. Et donc encore moins d'imaginer qu'ils puissent avoir quelque place que ce soit, dans "la logique économique" dont il était question précédemment.

Mais l'on apprend quoi qu'il en soit, dans "Valeurs actuelles", que même s'il se trouvait invité à la table du Maître, le Pauvre ne pourrait, de toutes façons, suivre les débats.

Il faut bien se rendre à l'évidence, Le Pauvre ne dispose pas de la riche expérience du Maître, et ne peut donc réfléchir aux sujets abordés que de manière subjective. Ainsi, s'il commet l'imprudence d'aborder celui du partage des richesses, le Maître devra se fader "un débat sans fin parce que forcément subjectif", ce qui peut s'avérer fort fâcheux pour qui veut digérer paisiblement.

A moins de ne transformer ledit débat en dîner de cons, très amusant, au cours duquel on pourra écouter le Pauvre se plaindre de ne pouvoir régler son loyer ou nourrir ses enfants pauvres, incapable de réaliser que tout ça est "forcément subjectif", dans le fond.

Si, si, si. "Subjectif". Pis c'est tout.

Il suffit, pour se rendre compte de cette évidence, de considérer le brillant argument avancé par Guillaume Roquette:

"Un salaire de 2,5 millions est obscène pour un smicard mais misérable pour un manager de hedge funds."

Un argument qui prouve irrémédiablement que les longues plaintes du Pauvre ne sont que la résultante de ses penchants diptéro-sodomites, et non d'une vie toujours plus merdique jour après jour, mois après mois, années après années.

"Ce fort sentiment d'injustice", fantasmé tant que pénible - est-ce que le Patron se plaint, Lui, de ne pas toucher autant qu'un "un manager de hedge funds"? Hein? - peut d'ailleurs pousser le Pauvre vers  "le vote dit populiste [qui] se nourrit d'un fort sentiment d'injustice qui se cristallise, entre autres, sur la feuille de paye des patrons du Cac".

Ou l'on apprend, au bout du bout de ce brillant article (?), que ce sentiment  "irrationnel" (puisque le Pauvre n'a, en fait, aucune idée de la somme que représente ce chiffre avec tant de zéros derrière...) comporte en son sein un réel danger poliltique, en l'occurrence, "le vote dit populiste".

D'ailleurs, le Pauvre est à ce point aveuglé par son incapacité à être objectif, qu'il n'a pas même compris l'avertissement que lui adressait récemment un illustrateur politique célèbre.

 

 

Court.jpg

C'est dire la bétise du Pauvre, qui même par le biais d'un simple dessin, n'a point saisi.

Bêtise qui le pousse inexorablement vers le plus vil populisme, donc. Vers l'extrême-droite. Ou pire encore, l'EXTREME-GAUCHE! (Et autant - le passé l'a prouvé et même si ce n'est pas glorieux, Business is Business -  s'accomoder de l'arrivée au Pouvoir des premiers est chose possible, lorsque l'on est patron, autant négocier avec les seconds paraît infiniment plus... complexe).

Si l'on n'y prend pas garde, d'ailleurs, les pauvres pourraient bien finir par exiger que les patrons portent une étoile jaune.

Ce qui n'est pas très "actuel" comme "Valeurs", il faut en convenir. Et qui fait du canard dont sont issus ces brillantes réflexions l'un des derniers remparts contre le retour du Fascisme. Ni plus ni moins.

Et du Pauvre un néo-nazi populisto-gaucho, mais point du tout le porteur de légitimes revendications, pour un peu plus de Justice sociale, dans ce monde de merde.

Point du tout.

Alors, quoi, hein? A quoi bon tenter de discuter avec pareille engeance?

 

Découvrez la playlist Fatal Picards avec Fatals Picards

29/04/2011

Suicide d'un salarié de France Telecom: La vérité sur les coupables.

 

Un homme de 57 ans vient de mettre fin à ses jours.

D'une des manières les plus violentes qui soient.

Tenter de mesurer ce qu'il s'est infligé, une fois sa décision mise à éxécution - sans parler même du long processus qui a pu le mener à pareille horreur - est totalement, définitivement, irrémédiablement, im-po-ssi-ble, im-pen-sa-ble, in-con-ce-va-ble.

Tant qu'insoutenable.

Nous serons évidemment d'accord à ce sujet.

Comme nous nous entendrons, forcément, sur le fait qu'il est humain, voire même simplement instinctif, de se protéger, et de décider, consciemment ou non, de ne pas vouloir y penser plus longtemps. Afin de ne pas céder à l'irrépressible envie de s'arracher la peau du visage dont on est immanquablement saisi, lorsque l'on réalise pleinement ce que cet homme s'est imposé, dans ces moments qu'il savait pourtant les derniers de sa vie, puisqu'il les avait lui même fixés comme tels.

Nous aurons d'ailleurs chacun, pour parvenir à fuir la violence du geste de cet Homme là, nos méthodes "propres". Conditionnées, déterminées par un aléatoire mélange de chacune de nos situations personnelles, professionnelles, psychiques.

D'aucuns se réfugieront paradoxalement dans leurs propres emmerdes, sans jamais se rendre compte le moins du monde qu'elles n'en sont pas, finalement. Occupés à se regarder le sort et à pleurer sur leur nombril, estimant que lutter journellement contre "le système" - alors qu'ils n'en combattent que les effets - est amplement suffisant, ceux-ci s'éviteront ainsi d'avoir à contempler l'abîme de réflexion dans lequel ils basculeraient, à coup sûr, s'ils voulaient bien réfléchir aux raisons qui font qu'un Homme choisisse de se détruire par le feu.

D'aucuns continueront de vivre dans la peur du système sus évoqué, collaborant passivement, en quelque sorte, priant que l'attention ne se porte surtout pas sur eux, de crainte que le "coup de cravache" ne soit pire encore que la survie quotidienne, persuadés d'ainsi ne point trop subir - pas trop douloureusement, finalement - s'évitant ainsi d'avoir à contempler l'abîme de réflexion dans lequel ils basculeraient, à coup sûr, s'ils voulaient bien réfléchir aux raisons qui font qu'un Homme choisisse de se détruire par le feu.

D'aucuns continueront à se laisser porter par ledit "système". Convaincus que ceux qui coulent et s'y noient n'avaient qu'à cesser de tenter désespérément de nager à contre-courant, pensant ainsi sortir du flot, ces cons! Occupés à s'emplir la tête d'un esprit d'entreprise qui sera  curieusement le même quel que soit le nom de "la boîte" qui les emploie, quelle que soit "l'orientation stratégique" décidée par la Direction et/ou les actionnaires majoritaires, ceux-ci s'épargneront ainsi d'avoir à contempler l'abîme de réflexion dans lequel ils basculeraient, à coup sûr, s'ils voulaient bien réfléchir aux raisons qui font qu'un Homme choisisse de se détruire par le feu.

D'aucuns continueront aveuglément de penser qu'il s'agit là de "dommages collatéraux", de simples ratés du "système" moteur. Que celui-ci offre tout de même de formidables opportunités à qui sait les saisir. Qu'il s'agit là, dans le fond, de l'acte désespéré d'un individu... "Défaillant", en quelque sorte. Occupés à s'auto-congratuler en permanence -au point que ça en soit devenue une façon de fonctionner socialement, jouissant bruyamment tant qu'indécemment de ne pas venir gonfler le rang des jugés perdants- de leurs incroyables capacités d'adaptation, qui leur permettent de ne pas avoir à contempler l'abîme de réflexion dans lequel ils basculeraient, à coup sûr, s'ils voulaient bien réfléchir aux raisons qui font qu'un Homme choisisse de se détruire par le feu.

Un homme de 57 ans vient de mettre fin à ses jours.

D'une des manières les plus violentes qui soient.

Et chacun dentre nous, à son niveau, est COUPABLE.

A des degrés divers, sans doute.

Mais tous coupables, tout de même, qu'on fasse partie de l'élite (?) déshumanisée "d'en haut", ou de l'immense majorité des larbins résignés et fatalistement serviles "d'en bas".

Qu'on appartienne à ceux qui mettent en place con-sciemment ce fameux "sytème broyeur de vies", puisque les vies en question ne sont pour ceux-là que des chiffres dans les cellules d'un tableau de statistiques, qu'il convient de faire baisser pour en faire augmenter d'autres. Ceux des bénéfices qu'il faut faire grimper, sans cesse, mécaniquement.

Automatiquement.

Systématiquement.

Quel qu'en soit le coût. Et de quelque nature qu'il soit.

De ceux qui ont dû expliquer à cet homme, qui laissait toute une vie - rien que ça -  derrière sa brutale mutation, que "Ce ne sont pas nous, les coupables, ce sont les règles du Marché. Le contexte. La guerre économique. La concurrence. Comprenez bien que nous en soyons sincèrement désolés, mais oui, afin de sauver l'Entreprise, chacun d'entre nous devra faire des efforts. Prenez ces changements comme des opportunités. Un changement de vie. Un nouveau départ, en quelque sorte."

Ou qu'on fasse partie de ceux qui, pitoyablement tant que servilement, attendent que tombent les miettes de la table des Maîtres, fidèles au(x) poste(s), expliquant, convaincus, à cet Homme là qu' "Il s'agit d'être ambitieux. Que si l'on veut, on peut. Que si "tu ne veux pas", moi je vais devoir être ... disons... désagréable. J'ai des objectifs aussi, comprends moi. Et je compte bien les atteindre, MOI. Arrête de voir tout en noir. Le service au client, c'est une vaste connerie. Le travail bien fait? ... Sans déconner, tu crois encore à ces conneries? Tu sais que la boîte nous a offert des actions? Alors? Réfléchis. On est des gagnants, ou pas? On veut le faire monter le cours de l'action de NOTRE entreprise, on veut se faire du blé comme le Patron, ou bien?"

En passant par ces collègues, qui lui expliquaient sans doute, l'air contrit, que "Oui, je suis d'accord avec toi, nos conditions de travail sont tout bonnement inacceptables. De la merde en barre. Mais on a la chance d'en avoir, des conditions de travail. Aussi invivable qu'elles puissent être. Pense à tous ces pauvres gens laissés pour compte, qu'ont même plus de boulot. Nan, tu vois, j'te suivrais bien, mais qu'est-ce qu'ils vont en penser à la Direction? C'est comme ça. On peut pas y faire grand' chose."

Chacun se cachant, à sa manière, selon qu'il appartienne à telle ou telle strate, à tel ou tel rouage de "la machine", derrière la nécessité de continuer à faire tourner ladite mécanique infernale, et laissant, accessoirement, cet Homme-ci, seul, face à son désespoir.

Que ce soit par intérêt, chaque tour de roue contribuant a faire monter les compteurs.

Que ce soit par envie. De pouvoir piloter, même un peu, en dépit des risques de crash évident.

Ou que ce soit par peur de ne pas savoir quoi faire une fois la folle course en avant stoppée, par crainte que celle-ci reprenne alors qu'on est descendu sur le quai pour comprendre ce qui se passe.

Les coupables ne sont pas seulement les actuels pilotes. Ils sont aussi ceux qui espèrent les remplacer, au volant. Ils sont aussi les voyageurs assoupis. Et ils sont également ceux déjà sur les quais. Ceux déjà descendus.

Nous tous qui mettons tant d'énergie à créer, soutenir, supporter, subir ce "système" qu'il est somme toute assez facile d'accuser, alors que Nous en sommes tous responsables. Complices.

Parce que lorsque l'on veut bien réfléchir à ces fameuses raisons, qui ont fait que cet Homme ait choisi de se faire brûler pour mourir, on se dit que c'est la machine elle-même qu'on devrait faire dérailler.

Sauter.

Brûler.

C'est simplement évident. Flagrant. Limpide.

Pourtant, la machine continue de filer... Malgré les milliers de milliers de kilomètres d'horreurs qui défilent.

A toute vitesse.

 


Noir Desir - Gagnants Perdants par zonzon25

 


06/04/2011

Suspension de permis

On ne peut que déplorer que Jean-Louis Borloo ne soit plus "ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement durable (?!) et de la Mer, en charge des Technologies vertes et des Négociations sur le climat" (tu peux respirer, maintenant), comme en Mars 2010, époque à laquelle il donna son feu vert concernant l'activité TOTALement dégueulasse d'exploration en matière de gaz de schiste.

CoupDeVent.jpg

Avec un tel nez creux en matière de sens du vent, et pareille maîtrise de la technologie dite de la "girouette", la production d'énergie basée sur l'éolien avait Grand Avenir.

Si on aurait su, on vous aurait gardu (même chevelu), Nous.

Ce qui vous aurait permis de faire en sorte que cesse, à tout jamais, ce que vous déplorez désormais, en déclarant, héroïquement: "le droit ne donne pas toujours à l’Etat et au public les moyens de s’informer et de s’opposer à des projets susceptibles de s’avérer dangereux".

C'est ballot, M'sieur Borloo.

03/04/2011

Bande de pouilleux!

"Qui vous hait mieux que RTL?"

La nouvelle publicité RTL par TELEOBS

01/04/2011

Bien fait pour ta gueule, Poisson d'Avril!

 

Nous devrions être au regret de vous annoncer qu' "Affreux, Sale, Bête et Méchant" ne pourra honorer la désopilante tradition du poisson d'Avril.

Puisque ce dernier est tout ce qu'il y a de plus décédé.

 

SchistAvril.jpg

 

Nous devrions.

Mais point de regrets, ici, en vérité.

Pas plus que nous n'honorerons sa mémoire, d'ailleurs, à cette grosse tanche au QI de demi-bullot asphyxié.

Puisque cet abruti n'en a eu que battre de nos avertissements, laissant s'installer, sans jamais point s'opposer, une bien dégueulasse et bien meurtrière société pétrolière (par l'odeur de gaz de schiste alléchée), tout contre sa rivière, naguère immaculée...

Non, en vérite, de regret, nous ne pourrions en éprouver qu'un:

Celui, éventuel, de découvrir que les lecteurs croisés ici, ont le même QI que cette grosse tanche désormais crevée.

Et qu'ils n'auront rien fait pour empêcher un meurtre prémedité l'apocalypse le désastre annoncé.

En même temps, il sera alors trop tard pour en éprouver, des regrets.

...

Voyez c'qu'on veut dire?

 

Gaz.jpg

 

Ou pas?

 

 

 

 

[Edit de 21:01: "Affreux, Sale, Bête et Méchant" se devait de rétablir la vérité. Il semblerait que le meurtre de "Poisson d'Avril" ait été signalé ici précédemment. Toutefois, bien que les images diffèrent, l'horreur du crime reste la même..."

23/03/2011

Ils y pensent tous les matins. En se rasant.

Dire des candidats du Front National (alors même qu'on en fait partie) qu' "Ils ne sont globalement pas très intelligents, sauf quelques exceptions" est tout bonnement IN-JU-STE.

Avec tout le mal que la plupart d'entre eux se donnent, répétant, et ce jusqu'à l'écoeurement, le programme du Parti tous les matins devant la glace (en dépit, de surcroît, d'un léger "parasitage" dû à leurs turpitudes personnelles, si humaines, FiNalement):

 

 

Tsss.

IN-JU-STE, on te dit.

 

...

 

Mais tellement vrai.

Dans le frontd.

 

21/03/2011

Grand moment de finesse

Spéciale kassdédi à tous les politico-dégénérés qui ont voté pour les "En brun", dimanche.

 

Luis Rego, la journée d'un fasciste réquisitoire par susacacon

 

Saluons leur souplesse, tout de même, en premier lieu: Glisser son bulletin dans l'urne avec le bras tendu n'est pas donné à tout le monde...

Et reconnaissons leur sens de l'originalité, en second lieu: Habituellement, "la vague bleue" est censé nettoyer la merde.

 

BleuMarine.jpg

Pas la répandre.

 

 

08/03/2011

La (courte) balade de Confucius

Confucius, qu'était pas le premier baltringue venu en matière de proverbes chinois période pré-christique, aurait vraisemblablement moultes occasions d'exercer son art, s'il revenait de nos jours.

D'autant qu'il lui suffirait, quant à certains sujets, de se replonger dans ses notes de l'époque (encore que la relecture de notes vieilles de quelques siècles peut nécessiter un effort certain, il faut en convenir)...

"Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt" avait-il l'habitude de dire, y' paraît, les soirs de ciel vachement dégagé.

De ces soirées lumineuses... Dont tu peux rentrer passablement grave vénèr, même quand t'es Grand Sage. Parce que t'as dû expliquer à tes crétins de disciples -qui te suivent tout le temps et partout- que « MAIS NON...! Quand je vous montre la Lune -super belle-, c'est pas sur mon doigt qu'y' faut s'extasier, tas d'abrutis dégénérés!».

Mais de ces soirées, également, où dans ta grande sagesse, tu trouves la force de transformer la crétinerie quasi-congénitale de tes quasi-apôtres, en leçon de vie, voire de jeter les bases d'une philosophie qui traversera les âges.

Ce qui n'est pas donné à tout le monde.

Et qui permet, entre autres choses, de reconnaître un Grand Sage.

Confucius, donc, s'il revenait d'entre les Philosophes morts, comme nous le disions, pourrait désigner du doigt les troubles agissements de nos gouvernements, comme autant de déséquilibres possible dans « l'harmonie des relations humaines », sujet qui lui tenait particulièrement à coeur, semble-t-il.

Ainsi en serait-il, sans doute, de:

  • des larcins quotidiens du « gang des actionnaires » (pickpockets tristement célèbres qui viennent te faire les poches jusque dans le bureau du grand groupe qui t'emploie);
  • Du pillage, au vu et au su de tous, des acquis sociaux de millions de citoyens;

Hélas, s'apercevant que nombre de citoyens, plutôt que de s'inquiéter de l'Insécurité aux plus hauts niveaux de l'Etat, préfèrent relever le numéro d'immatriculation de « la camionnette pas zhabituelle dans le quartier », Confucius piquerait sans doute une bonne grosse colère bien hardcore.

 



Parce que toutes ces conneries peuvent finir par être lassantes. Même pour un Grand Sage. Surtout lorsque ce dernier fait l'effort de revenir d'entre les Philosophes morts.

Faut pas déconner, non plus.

Et le grand sage finirait fatalement par dégainer un autre doigt.

Le majeur.

Et bien tendu.

Qu'il promènerait au vu et au su de tout le monde, parce qu'après tout, l'enseignement philosophique, la sagesse, l' « Harmonie des relations humaines», tout ça..., avec pareils aveugles, autant pisser dans le premier violon venu.

Réflexions profondes, tant qu 'amères, qui l'empêcherait de voir arriver, et donc de fuir, le fourgon de police venu les ramasser, son majeur tendu et lui-même,  pour «Troubles à l'ordre public». Ou un truc approchant.

Signalés tous deux par un honnête « citoyen vigilant », qui aura décrit que « y'a un vieux niakoué qui erre dans le village, en faisant des gestes obscènes et en réclamant qu'on lui amène un violon. C'est pas clair, ça, voire franchement suspect, m'sieur l'agent ». Ou un truc approchant.

 

Sale époque pour les Grands Sages.





29/01/2011

Ce courage tapi dans l'ombre (et qui ferait chialer, presque).

 

Il est de ces héros qui ne seront jamais reconnus pour leur courage. Ingrat destin d'une vie passée à agir dans l'ombre, noblement, sans jamais espérer la moindre reconnaissance, ni la moindre admiration en retour.

Oeuvrant à l'expansion de la Paix, de la Liberté tant que de la Fraternité en général (rien de moins), il est de ces hommes et de ses femmes zhéroïques qui défendent leurs concitoyens, humblement, quand bien même leurs actions quotidiennes, ce combat de tous les jours contre une injustice qui n'en finit plus d'étendre ses tentaculaires brides sur nos vies, seraient perçues comme fondamentalement inverses aux valeurs du dit combat.

Dans un climat qu'ils jugent désormais dangereux pour leurs frères d'armes, et conscients que la Lutte passe dorénavant par un sabotage interne aux mécanismes d'oppression, ces "guerriers de l'arrière-plan" n'hésitent plus à passer, eux-même (Aaaaah! Comble de l'ingratitude...) pour les agents de l'oppresseur contre lequel ils se battent.

Ainsi en est-il de certains représentants de l'Etat en pays gardois, qui, choqués par l'ampleur que peut prendre la répression policière en ces terres et en ces temps (et inversement), rappellent officiellement qu'il convient pour tous les fonctionnaires territoriaux des services de l'Etat, "(...) dès le lundi 14 Février, d'éviter de participer aux manifestations publiques susceptibles de présenter un caractère pré-électoral, soit par les discussions qui pourraient s'y engager, soit en raison de la personnalité des organisateurs ou de leurs invités" et de "(...) s'abstenir de participer à toute cérémonie publique, à l'exeption des commémorations Nationales."

S'ils sont conscients qu'une telle stratégie d'évitement de l'affrontement direct (en supprimant tout risque de celui-ci) peut être mal comprise, ces courageux résistants n'en sont pas moins fiers d'éviter ainsi que leurs camarades opposants soient à nouveau molestés par les forces de l'Ordre.

Une guerre larvée, donc, et qui peut aller très loin dans sa biaise façon d'attaquer l'Ennemi.

Ainsi la prochaine opération secrète de résistance menée par ces zhéros zincompris sera-t-elle de convaincre l'ensemble des troupes de voter  massivement pour les représentants du parti au Pouvoir lors des prochaines élections, afin que, comme le disait l'un de ces fiers héros de l'Ombre (notre contact dans ce milieu), accablé par le poids des sacrifices actuels:

"Comme ça, ces chiens d'oppresseurs ne nous verrons pas venir. Endormir leur vigilance nous permettra alors de reprendre rapidement le Pouvoir. Dès lors, nos camarades de Lutte reconnaîtront leurs erreurs et la juste valeur de notre courage, comprenant enfin le sens de nos actes passés. Et peut-être, peut-être l'Histoire nous donnera-t-elle notre place. Enfin."

Puis notre contact nous quittera alors sur ces mots, "Y' m'reste des OQTF à valider pour éloigner tous ces pauvres sans-papiers des griffes de la police, faut que j'te laisse. LA LUCHA SIGUE, CAMARADE!".

Avant que de s'éloigner dans la froideur de ces bureaux de la République Nouvelle, héros solitaire et, pour l'instant, incompris...

 

 

Découvrez la playlist Noir Désir avec Noir Désir

28/01/2011

Moubarak dégage!

Reçu par mail ce soir, ce message A DIFFUSER.

Ce qui est une piètre (bien que rigoureusement indispensable) contribution au combat du peuple égyptien, certes.

Mais qui permet tout de même (également) de chier dans les droites bottes de tous ceux qui veulent faire taire le(s) Peuple(s).

Et y'en a.

 

"La population a été placée sous le régime de l'état de siège gouvernemental. Le régime de Moubarak a interdit Facebook, Twitter, et tous les autres sites Internet populaires.

L'internet est complètement bloqué en Egypte.


Demain, le gouvernement va bloquer le réseau 3 de téléphonie mobile. Certaines informations précisent que même les lignes fixes de téléphonie seront coupées demain, pour éviter tout suivi des événements.

La ville de Suez est déjà en état de siège. Le gouvernement a coupé l'approvisionnement en eau et en électricité. Les gens, y compris les enfants et les personnes âgées souffrent là-bas. Les patients dans les hôpitaux ne peuvent pas obtenir des soins médicaux urgents. Les manifestants blessés gisent dans les rues et la police anti-émeute empêche les gens de les aider.

Les familles des manifestants tués ne peuvent pas obtenir le corps de leurs fils pour les enterrer. Même situation dans le nord de Saini (El-Cheikh ville zoyad) et dans l'ouest de l'Egypte (Al-slalom). La police anti-émeute a réprimé les manifestants à Ismaïlia, Alexandrie, Fayoum, Shbin Elkoum, et au Caire, la capitale, dans de nombreux quartiers de la ville.

Le gouvernement se prépare à la répression contre les manifestants dans toutes les villes égyptiennes. Ils utilisent des bombes de gaz lacrymogène, des balles en caoutchouc, des produits chimiques comme le gaz moutarde contre les manifestants.

Plusieurs manifestants ont été tués aujourd'hui par les véhicules blindés de la police anti-émeute. Des fonctionnaires en civil portant des couteaux sont venus intimider les manifestants. Des bandes armées déployées par le ministère égyptien de l'Intérieur errent dans les rues du Caire et mettent le feu ... pour diaboliser les manifestants et justifier les brutalités policières et la torture d'État.

Tout cela a eu lieu au cours des trois derniers jours lors des manifestations pacifiques au Caire et dans d'autres villes. Maintenant, avec le silence suspect des médias locaux et le manque de couverture des médias internationaux, Moubarak et son gang bloquent tous les canaux qui pourraient dire au monde ce qui se passe.

Les gens qui appellent pour leur liberté ont besoin de votre soutien et votre aide. Allez-vous leur donner un coup de main?

Les militants sont en train d'inonder le net (YouTube et autres sites) avec des milliers de photos et des vidéos montrant des tirs de la police anti-émeute sur les personnes désarmées. La police a commencé à utiliser des munitions contre les manifestants. Une jeune fille de 15 ans a été blessée et un autre homme de 25 ans a reçu une balle dans la bouche.

Rien de tout cela n'est apparu dans les médias, et il va se passer encore plus de choses demain. Allez-vous garder le silence? Allez-vous vous taire face à toutes ces actions inhumaines et la cruauté ?

Nous ne demandons pas grand-chose, juste la diffusion de ce qui se passe."



"The people in Egypt are under governmental siege. Mubarak regime is banning Facebook, Twitter, and all other popular internet sites Now, the internet are completely blocked in Egypt.

Tomorrow the government will block the 3 mobile phone network will be completely blocked. And there is news that even the phone landlines will be cut tomorrow, to prevent any news agency from following what will happen.

Suez city is already under siege now. The government cut the water supply and electricity, people, including, children and elderly are suffering there now. The patients in hospitals cannot get urgent medical care. The injured protesters are lying in the streets and the riot police are preventing people from helping them. The families of the killed protesters cannot get the bodies of their sons to bury them.

This picture is the same in north Saini (El-Sheikh zoyad city) and in western Egypt (Al-salom). The riot police is cracking down on protesters in Ismailia, Alexandria, Fayoum, Shbin Elkoum, and Cairo, the capital, in many neighborhoods across the city.

The government is preparing to crackdown on the protesters in all Egyptian cities. They are using tear gas bombs, rubber and plastic pullets, chemicals like dilutes mustard gas against protesters.

Several protesters today have been killed when the armored vehicles of the riot police hit them. Officials in plain clothes carrying blades and knives used to intimidate protesters. Thugs deployed by the Egyptian Ministry of Interior are roaming the streets of Cairo, setting fire on car-wheels as means of black propaganda to demonize protesters and justify police beatings and state torture.

All this has been taken place over the past three days during the peaceful demonstrations in Cairo and other cities. Now, with the suspicious silence of the local media and the lack of coverage from the international media, Mubarak and his gang are blocking all the channels that can tell the world about what is happening.

People who call for their freedom need your support and help. Will you give them a hand?

The activists are flooding the net (youtube and other sites) with thousands of pictures and videos showing the riot police firing on armless people. The police started to use ammunition against protesters. 15-year old girl has been injured and another 25 year old man has been shot in the mouth.

While nothing of these has appeared in the media, there is more to happen tomorrow. Will you keep silent? Will you keep your mouth shut while seeing all these cruelty and inhumane actions?

We don’t ask for much, just broadcast what is happening.
"

Le rassemblement anti-LOPPSI2 comme si tu y étais

L'exceeeeeeeeellente chronique audio de William Gosselin et Sophie Servais, militants de l'AG Nîmes.

Que tu pourras compléter par la lecture de ce billet-ci.

27/01/2011

Réponse de l'insurgé à LA sécuritaire

Les blogueurs de gôche sont vraiment d'incivilisés sauvages, décidément.  Et le Ternet une bien vile immorale fange dans laquelle ceux-ci s'ébrouent, assurément.

Sinon comment expliquer l'acharnement desdits blogueurs à ne pas reconnaître la qualité du fascinant numéro d'équilibriste de l'intervention de Michèle Alliot-Marie, depuis le tollé provoqué par ses propos en date du 11 Janvier 2011, alors même que le Peuple tunisien s'apprêtait à violemment faire choir le dictateur Ben Ali:

«Nous proposons que le savoir-faire qui est reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type.

C'est la raison pour laquelle nous proposons aux deux pays [Algérie et Tunisie, ndlr de Rue89], dans le cadre de nos coopérations, d'agir en ce sens pour que le droit de manifester puisse se faire en même temps que l'assurance de la sécurité.»

Et MAM de s'en tirer quasi-élégamment, bien que chaussée de (très très) gros sabots, d'être contrainte de préciser sa pensée, qu'elle a limpide pourtant.

Mais quoi d'étonnant, dans le fond, que la bande d'arriérés numériques qui peuplent le Ouaib même pas civilisé (et de gôche, de surcroît) ne remette en doute que MAM était, EN FAIT"(...) bouleversée par les tirs à balles réelles contre un certain nombre de manifestants et contre les victimes qui ont résulté de ces tirs".

Ce qui, à l'aune de la déclaration initiale, paraît limpide, stévident. (Mais une explication aide bien, tout de même, tant le blogueur de gôche a mauvais esprit ainsi qu'une fâcheuse tendance a déformer et décontextualiser des propos sans ambiguité AUCUNE, ou si peu. Et pis ta gueule, on t'a dit.)

Au lieu de quoi cette sauvage engeance que sont les webo-trotskystes ont préféré voir, dans le texte ci-dessous, la réelle manifestation d'une sincère volonté de protéger le peuple d'une latente mais tyrannique oppression, en France: 

"Je reviens de Tunisie où j’ai la tête encore pleine de nos libertés, de nos fraternités, je reviens fier, droit comme un i, tête haute, et je me dis que j’ai de la chance de vivre entre deux pays… libres.

Je repense à  la vie avant. Je repense à ce ammar404 ; ce droit le plus élémentaire de naviguer librement sur le net, nous ne l’avions pas. Une dictature finalement, ça ne fait pas dans le détail, on coupe l’accès, point barre. On pense le peuple anesthésié… il était juste en train de s’organiser.

Je rentre donc à  Paris, et je regarde ce que dit la presse, après une si longue absence. Et je suis interpellé par ce Hadopi, je lis, je me documente, et je trouve ça tout de même très limite. Puis je tombe sur un papier qui parle de la LOPPSI. Je lis, je me documente et je trouve que ça commence à faire beaucoup. Mais bon, je suis encore sous l’euphorie, alors je me trouve des prétextes pour ne pas considérer tout ça dramatique. Puis je tombe sur un article sur le CSA qui veut également intervenir sur le web. Je lis, je me documente et je me dis qu’il faut peut être quand même envisager de regarder tout ça de plus près. Je m’apprête à refermer mon journal pour aller effectuer mes recherches sur le net quand je tombe sur l’ARJEL. Je lis, je me renseigne. Je referme mon journal et je me dis que la France a peut-être refusée l’asile à Ben Ali, mais ammar404 est bien en France et il s’est drôlement bien intégré celui-là.
Je résume.

Avec Hadopi on est responsable de son accès internet. Et si quelqu’un s’y connecte pour commettre un délit, c’est le propriétaire de l’accès internet qui est juridiquement responsable. Et vous savez quoi ? La défense n’est possible qu’une fois la sanction mise en œuvre. Ça s’appelle, en droit, une présomption de culpabilité. Présomption simple, c’est à dire qui tombe sous la preuve contraire. Et la preuve contraire, c’est soit dénoncer l’auteur, soit prouver qu’on a tout faire pour l’empêcher, mais qu’on n’a pas réussi. Ça s’appelle une obligation de moyen. Vous n’êtes pas tous informaticien ? Pas de panique, l’état va nous fournir un petit logiciel de sécurité, et ce petit logiciel de rien du tout va surveiller votre trafic sur le web pour censurer les sites dont les contenus sont illégaux.

Ce logiciel, même Ben Ali n’aurait pas osé.

Il manque 404. Ne bougez pas, on a tout prévu. LOPPSI. Il faut lutter contre la pédophilie, nous sommes tous d’accord. Et pour ça, le ministère de l’intérieur communiquera aux FAI une liste secrète de sites à interdire. Il n’y a que des sites pédophiles dans la liste ? On ne sait pas elle est confidentielle on vous a dit. Mais ne vous inquiétez pas, elle sera auditée dans 2 ans. En même temps je suis prêt à accepter ce risque de censure discrétionnaire, parce que ça permet que d’innocents petits enfants ne se fassent plus ignoblement abuser… Quoi ? Comment ça, ça ne change rien ? Ce n’est pas parce que ce n’est plus diffusé sur internet qu’il n’y aura pas pédophilie ? Ben oui, c’est évident. Je suis désolé, mais dans mon autre pays, ça fait dix ans qu’on nous bloque internet pour ne pas qu’il n’y ait d’islamistes, alors pour nous quand on ne voit plus, ça n’existe plus. On a encore quelques mauvais réflexes, désolé. Bien sur que ça ne règle rien au problème et que la pédophilie continuera à exister, sinon à prospérer.

Pendant qu’on y est, on contrôle aussi grâce à l’ARJEL les sites de jeux et on censure ceux qui ne paient pas leurs redevances à l’état français. Le CSA qui lève le doigt aussi et veut pouvoir contrôler la VOD, pour le moment. Mais les élections approchent, et à mon avis les sites qui ne respecteront pas le temps de parole des politiques, censurés.

Et vous savez quoi, ils ont voulu fusionner tout ce petit monde.

Alors moi, je vais vous dire une chose, nous autres tunisiens, nous ne savons peut être pas encore grand chose de la démocratie, mais en revanche on sait comment un régime autoritaire s’installe gentiment dans l’inconscient collectif,  on en connaît les ficelles, les mécanismes, les attributs. Certes, nous ne serons jamais sous la dictature d’un homme en France, mais une dictature est sournoise et peut prendre plusieurs formes, croyez nous. Et l’une de ces formes, c’est aussi la dictature de l’État, la dictature du Système. Mes chers amis du Parti Pirate, il n’est pas très loin le jour où vous devrez agir à partir de la Tunisie. Et vous pourrez compter sur notre coup de main comme nous avons pu compter sur le votre. Car au delà d’être peuple d’un pays, nous sommes tous le peuple de la terre, libre de choisir notre destin, mais il faut choisir.

En France, on pense le peuple anesthésié, mais s’il était en train de s’organiser?"

(Texte de Karim Guellaty.)

Une évidente et criante mauvaise foi qui confirme l'absolue nécessité de civiliser la jungle de Le Ternet, pour qu'enfin, entre autres (joyeuses) choses, soit reconnu le savoir-faire français en matière de lutte contre l'oppression.

Et Fissa, même.

 

26/01/2011

La peur change de camp: le Pouvoir montre les dents!

C'est d'un oeil semi-amusé, semi-révulsé (oui, c'est possible) que chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant" nous contemplons les luttes en cours, en cette belle région gardoise, présentement.

Si le mouvement social contre la réforme des retraites a embrasé ladîte région, il est notable que ce n'est là pas le seul effet qu'il eut sur icelle.

Ainsi les braises de cette insurrection qu'a failli venir sont-elles encore brûlantes et de nombreux foyers de contestation restent encore vivaces, auprès desquels il fait bon se réchauffer la couenne contestataire.

Mais, comme nous l'évoquions, il s'agit là d'une simple partie des effets qu'a eu ce micro-incendie social.

Son autre effet notable est la mise en place, depuis, d'une importante présence policière lors de chaque mouvement de contestation, que celui-ci soit d'ampleur ou non (et force est de constater que, malgré la colère provoquée par l'injustice sociale de la réforme des retraites, ceux-ci sont plutôt "ou non").

Amusant, dès lors, de constater la peur qui agite la police dans la région, à chaque fois qu'une soixantaine de personnes, -certes parmi les plus enragées, ce qui ne signifie pas nécessairement les plus dangereuses, m'sieur l'agent, posez ce tonfa, vous m'faîtes peur- fait le déplacement pour mener une action.

C'est ce qu'il se passa le mardi 18 Janvier 2011, à l'occasion d'un rassemblement anti-LOPPSI2, ou la police, la veille, bouclait une partie d'un quartier, lequel abrite le centre de vidéo-flicage surveillance -protection nîmois.

Casqué, flash-ball dégainé, appareil photo armé, aux aguets tel le chien de prairie de base par l'imminence du danger zalerté (Surveillance partout, Liberté nulle part...), l'agent de police est en faction, ainsi qu'en nombre.

Derrière les barrières dressées pour l'occasion.

Dans le hall d'entrée de l'immeuble contenant les locaux du fameux centre de vidéo-flicage surveillance -protection. (N'y réprimant pas un dangereux rassemblement d'individus suspects, que nenni, mais bel et bien l'organisant, pour une fois).

Sur les côtés des bâtiments, plus ou MOINS planqués.

Nombre d'entre eux semblent pris d'une inextinguible soif de "tirage de portraits de gôchiss' ", les flashs crépitent derrière les fenêtres, laissant penser que, même si dans la police ils aiment aussi les soirées diapos, visiblement, celles-ci ne doivent pas avoir pour objet  principal les dernières vacances du collègue René.

Passion a priori partagée par quelques salariées du dit centre de vidéo-flicage surveillance -protection. A moins que la promesse d'une prime  au "nomb' de cliché d' gauchos" n'explique ce soudain amour du "portrait photo"?

D'autant qu'à distance, de nuit, avec des agités permanents comme sujets, c'est pas facile-facile, faut r'connaît'...

Et force est de constater, après avoir pu comparer les deux cas de figure, qu'on vise vachement mieux à bout portant.

Quand bien même il s'agit d'envoyer une substance (moins) volatile (qu'irritante) dans la gueule du premier braillard de gôche venu, pourvu que ledit braillard soit pacifiquement assis (ou même légèrement en contrebas, ça marche aussi).

Expérience gendarmesque à l'appui, réalisée à Anduze, le 21 Janvier 2011, (à 06:21 de la vidéo ci-dessous, pour les impatients et/ou les mordus de recherche et développement en matière de "gaz dans la face"):



manif gare d'Anduze 21jan11

Flics énervés, gazeuse dégoupillées, matraques allègrement utilisées contre des manifestants (comportant un nombre certains d'élus), à l'occasion d'une lutte locale, dont l'objet n'est pas le propos de ce billet. (Mais si cela t'intéresse, il y a des infos ici et . Non, ne me remercie pas.)

Scénario identiquement déroulé, ou peu s'en faut, à Saint-Jean-du-Gard, le même jour (!), lors d'une action initiée par le collectif alésien "Fuckloppsi", qui en prépare actuellement le récit et dont "Affreux, Sale, Bête et Méchant" se fera évidemment l’écho...

Collectif qui signale également que les passsages en rase-motte d'hélicoptères de la gendarmerie se multiplient au-dessus des "habitats hors-normes" en Cévennes, habitats auxquels l’Etat entend bien faire la guerre du bulldozer, appliquant les articles de loi contenus dans cette saloperie liberticidement sécuritaire qu'est "la LOPPSI2".

Présence des ex-RG (le nom a changé, après moultes fusions avec divers services de renseignement/espionnage/flicage. Mais peu importe, dans le fond) et d'un car de CRS, égalementtencorétoujours, au Centre de Rétention Administrative nîmois (tu sais, ces endroits où l'on enferme des étrangers, voire leurs gosses, parce qu'ils ont la criminelle outrecuidance  de ne pas avoir de papiers), le jeudi 20 Janvier 2011.

Ceci à l'occasion d'un rassemblement pour exiger la libération d'Abdel, qui, outre l'outrecuidance évoquée entre parenthèses ci-dessus, a le courage (qu'il convient donc de briser) de MILITER et de ne point se résigner face à tant d'administrative injustice.

Reconnaissons qu'il y a toutefois à cette présence policière , une explication géographique toute simple:
Le centre de rétention se trouve tout contre l'école de police nîmoise, ce qui a de multiples avantages, dont celui de pouvoir envoyer deux ou trois étudiants flicaillons pour des travaux pratiques, lorsque les citoyens ont le culot de manifester pacifiquement leurs désaccords avec les pratiques gouvernementales d'immigration, en vigueur dans leurs pays.

La Justice n'est pas en reste, pour sa part, puisque nombre de militants sont poursuivis, suite au mouvement social contre la réforme des retraites.

Au point que les tribunaux d'Alès et Nîmes n'ont plus de secrets pour nombre d'autres militants qui soutiennent les premiers, conscients du fait que ce genre de rendez-vous leur pend au nez, en notre belle Nouvelle France.

On peut être effaré (au minimum) à travers le récit rapide de ces diverses mobilisations, de la présence massive, voire des intervention brutales tant disproportionnées qu'infondées, des forces de l'ORDRE.

On doit, même. Sans doute aucun.

Mais on peut également se demander si la peur n'est pas en train de changer de camp...

Et couplée à l'indignation que peuvent soulever les méthodes évoquées ici, cette question peut également permettre de se trouver de bonnes raisons de continuer.

Voire d'en rajouter.

 

 

24/01/2011

L'école du Krime

As-tu souvenance, ami lecteur, de notre mise en garde de naguère, quant à la propension de l'eSStrême droite à avancer masquée, y compris sur le Ouaib (mais pas que)?

"Manie" qui, si l'on y regarde bien, relève plus de la stratégie que de la propension, d'ailleurs.

Ainsi te décrivions-nous zalors, les joulis sites mignons tous pleins, emplis de joulis zelfes gentils et de merveilles toutes plus mièvres les unes que les autres travestissant, en fait, les propos et agissements des plus fêlés des nazillons du Ternet.

Ainsi révélions-nous, à cette occasion, les sombres desseins des nazillons en question, qui n'étaient, ni plus, ni moins, que de croître et se reproduire entre gens de race blanche, uniquement.

Voire plutôt européens.

Exclusivement, même.

Projet répondant, notamment, au doux nom de "La Desouchière", et porté par l'association "Des racines et des elfes".
(Tu noteras, après avoir consulté le long billet d'alors, que nombre de liens illustrant ce propos ont disparu, ce qui permet de souligner ici une autre habitude des gens d'eSStrême droite, a savoir celle de se barrer fissa quand tombent les masques).

Ainsi, en est-il du lien qui existait vers le forum "Apocastase demain: Le Forum Identitaire, Ontique & Libertaire" (tout un programme...) qui permettait à nos consanguins de pure race d'exprimer leurs eugéniques desseins de manière fort explicite, lesquels décrivaient "La Desouchière" comme:
"Une réserve pour les blancs", et parlaient de "refondation patrio-géniques" (tout un programme bis...)

Qu'importe ces liens brisés, quoi qu'il en soit, puisque la technologie est à ce point avancée qu'elle permet désormais de conserver l'ensemble de leurs échanges sur une bête clé USB.

Et il eût été dommage, tu en conviendras, forcément, de ne plus pouvoir jouir de pareille prose.

Comme il eût été dommage de ne point garder trace de l'interview de leur chef qui s'exprimait (entre autres joyeusetés) sur la déliquescence de l'Education Nationale, à laquelle il souhaitait remédier, le brave homme, par la mise en place d'une nazionale éducazion, digne de ce nom, et surtout, surtout, tout à la gloire de la grandeur des peuples européens.

Il eût été FORT dommage de ne point en garder trace, anéfé, puisque dans le cas inverse, nous n'aurions pu relier ces bruns sombres projets à leur mise en oeuvre, relativement récente, qui a donné naissance à cette saloperie cérébro-lavante qu'est "L'école des elfes".

Il faut en convenir, certes, le nazillon du web (et d'ailleurs) manque cruellement d'imagination. Et nous refait donc le coup du gentil nelfe, mignon tout plein, même si ton oeil désormais aguerri ne manquera pas de reconnaître l'hideuse face de la Bête, quand bien même celle-ci continuerait d'avancer masquée.

Et ne doutons pas, en outre, que la grande majorité des pauvres gosses confiés à ces grands malades nostalgiques du IIIe Reich le seront en toute connaissance de causes, leurs parents partageant sans aucun doute la même idéologie nauséabonde que les créateurs de l'association "Des racines et des elfes", fondateurs de "L'école des elfes".

Non, n'en doutons point.

Définitivement.

Mais l'habileté de ces webo-fascistes peut encore duper quelques parents, qui pourraient ne voir aucune malice chez ces elfes là lorsque ceux-ci écrivent (sur leur jouli petit site mignon tout plein avec plein des chères têtes BLONDES en photos) qu' "(...) il faut encore rappeler que l’école est devenue l’objet d’un investissement idéologique fort discutable, comme le montrent par exemple les derniers programmes d’Histoire, où la préoccupation, a priori légitime, pour la « diversité » de l’Humanité cache bien mal une tentative de diluer toute référence à la civilisation de l’Europe dans un bouillon global et d’introduire par la même occasion le nouveau concept de « gouvernance », qui s’oppose aux fondements de la vie démocratique, tels que les ont énoncés nos anciens Grecs. Hélas, bien d’autres initiatives vont dans le même sens, dès l’école primaire, comme par exemple les ridicules tentatives pour initier les plus jeunes élèves à des langues parfaitement exotiques dont ils ne retiendront rien. Mais tous savent que la prétendue « ouverture sur le monde » n’est que le paravent des grands intérêts économiques mondialisés qui cherchent à détruire toutes les entraves territoriales et, dans le domaine politique, la justification du laisser-aller et du déclin des exigences intellectuelles."

Ces parents là (dont le propos n'est pas de savoir s'ils sont simplement naïfs et/ou indécrottablement tant que niaisement profondéments aveugles "gentils") ne doivent pas se leurrer:

Non, il ne s'agit pas d'une simple association d'aide aux enfants en difficulté scolaire, remettant (à tort ou à raison) en cause les méthodes de l'enseignement public.

Oui, vous êtes bien, en vous rendant sur le site de "L'école des elfes", sur le point de prendre contact avec ce qu'il reste d'une poignée d'allumés, continuant à rêver de domination de la race blanche, par quelque moyen que ce soit.

Sortez du site en question.

Et faîtes tourner l'info:
Les fachos font (aussi) la sortie des écoles...

 

17/01/2011

Souriez, vous êtes LOPPSIés

A défaut d'une indispensable synthèse du projet de loi LOPPSI 2; à défaut d'un nécessaire travail de recensement des plus pertinentes publications sur la question; à défaut d'une chiadée étude sur les différents textes de lois et travaux parlementaires à ce sujet; "Affreux, Sale, Bête et Méchant" attire ton attention sur le fait qu'il y a, ENCORE ET TOUJOURS, des résistants et ne doute aucunement que, si t'es dans le coin (et après avoir pris connaissance du monde de demain qu'on te prépare dans l'ombre), tu seras des leurs:

RASSEMBLEMENT MARDI 18 JANVIER 2011
Contre la
Loi d'Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure (LOPPSI 2)
votée et re-modifiée par l'assemblée nationale le 21/12/10
 


Depuis plusieurs semaines, nombres de citoyens inquiets de l'aggravation de la politique sécuritaire et répressive menée par le gouvernement, se rassemblent et tentent de s'organiser afin de lutter contre celle-ci. LOPPSI 2 en est, à ce jour, l'expression la plus brutale :

 

 
Criminalisation de la précarité et de l'habitat alternatif, qu'il soit choisi ou subi;
renforcement d'un arsenal juridique de répression conséquent :
surveillance généralisée;
levée du secret professionnel et assermentation de certains agents de l'administration;
vision répressive de la sécurité routière;
stigmatisation des mineurs en danger et pénalisation des familles en difficulté;
instauration d'un délit de vente à la sauvette;
démagogie sécuritaire dans les quartiers sensibles;
élargissement du pouvoir de saisie;
justice rendue par visio-conférence;
amendement sur la double peine;
contrôle des communications.


Dans le Gard, des collectifs se mobilisent conjointement afin de faire face à l'avenir liberticide qui nous est promis. Ils appellent toutes les organisations concernées à les rejoindre.


Rassemblement le mardi 18 janvier à 18h30,
devant le centre municipal de vidéo-surveillance, immeuble Colisée, derrière piscine Nemausa


Premiers signataires : CNT, Sud Solidaires, Fédération Anarchiste, NPA, Alternatifs, AG de Nîmes, No pasaran...


07/01/2011

Militant, pas voyou!

Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", tu l'as compris, on soutient ceusses qui en ont, plutôt que ceusses qui s'en trouvent dépourvus, (qu'ils n'en aient plus, ou qu'ils n'en aient jamais eu).

Du Courage.

C'est pourquoi nous relayons l'appel du secrétaire de l'Union locale CGT d'Alès, à être présents lors de la conférence de presse qui se tiendra le lundi 10 Janvier 2011, 11H30, à la salle Mayodon (de la rue du même nom), à Alès.

Celle-ci "portera sur la criminalisation des luttes syndicales et politiques sur notre bassin d’ALES faisant suite à la lutte menée contre la réforme injuste des retraites conduite par le gouvernement SARKOSY.
En effet, entre le 10 et le 14 janvier 2011, ce sont à nouveau 3 syndiqués CGT qui sont en voie d’être convoqués au commissariat dont les 2 principaux responsables de l’Union Locale CGT.

Le 14 janvier, deux camarades devront répondre à leurs convocations devant le tribunal correctionnel d’ALES.


Un rassemblement est prévu à partir de 8H30 devant le Palais de Justice d’ALES afin de soutenir ces deux camarades.

Cette conférence de presse se fera en présence de nombreux élus et responsables politiques, syndicaux et associatifs."

Thibault Bernard n'a pas dit s'il serait là, malheureusement. Contrairement au dernier apéro qu'il a révolutionnairement dédaigné après avoir prévenu, fâché "tout rouge", qu'il partageait pas ses cahouètes avec n'importe qui, faut pas déconner non pu.

Dédain dans lequel le journal (?) "Le Monde" voit un message.

Alors qu'il n'est sans doute pas à exclure que le champ' de la dernière fois fût vraiment dégueulasse.Juste. En fait.

 


06/01/2011

Mise à mort

Le collectif "AG Nîmes", issu du mouvement social contre la réforme des retraites et ouvert à toutes et tous, organise une action publique et spectaculaire, en la ville de Nîmes:

SAMEDI 8 JANVIER 2011, 15H00, Place aux herbes.

Une déambulation gesticulée est prévue (place aux herbes, place de l'horloge, place du crocodile et arènes).

Nicolas Sarkozy, Laurence Parisot et Dominique Strauss-Khan tenteront la mise à mort tauromachique des retraites, de la sécurité sociale et des libertés…

31/12/2010

Ouais, et bonne année. Pendant qu'on y'est.

Après t'avoir souhaité un "Joyeux Noël. Evidemment" -et comment veux-tu faire autrement?- voici venu le temps des inévitables, des immanquables, des indépassables mais pas tant qu'inusables... :

 

RESOLUTIONS POUR L'ANNEE A VENIR!


Youpi. Tralala.

Ne gâchons point (pas plus que ne cachons), donc, notre joie.

Youpi bis. Tiens, même.

D'autant que cette année (pour qui saura la bien entamer), les séculaires voeux (et résolutions), formulés à cette occasion, auront une toute autre saveur que ceux traditionnellement subis, les (débuts d') années passés:

 


Les vœux de Stéphane Hessel pour 2011 sur Mediapart
envoyé par Mediapart. - L'info video en direct.

Hein?

Alors?

On t'avait prévenu.

Pourquoi donc, alors dès lors, employer ce ton quelque peu blasé, genre "c'est bon, on m'l'a fait plus avec le coup des résolutions (à la con)"?

Pourquoi donc?

Parce que, ..., autant nous sommes ravis, il faut bien le reconnaître, d'enfin transmettre, pour une fois, des voeux un tant soi peu réalistes et sensés, ..., autant, à bien y tout peser, il n'était pas nécessaire d'espérer cette putain de nouvelle "nouvelle année" pour mettre en oeuvre les bonnes résolutions qui y sont exprimées.

Et que même, ça date...

Puisqu'il suffisait, pour ce faire, d'avoir déjà entendu un premier appel, lancé en 2004, en plein mois de Mars (ce qui est audacieux en matière de résolutions pour la "nouvelle année", tu en conviendras aisément), et d'avoir répondu à celui-ci, ou, tout au moins, d'avoir tenté d'en appliquer les BONNES RESOLUTIONS, déjà, à l'époque...



"Créer c'est résister, Résister c'est créer..." - CNR
envoyé par Baptiste_L06. - Regardez les dernières vidéos d'actu.


Et donc de S'INDIGNER. Et donc de RESISTER.

Et force est de constater, bien que ça fasse iéch grave en ces périodes d'optimisme festif universel (et au risque de péter l'ambiance), que, proportionnellement à l'ampleur du masssacre de nos acquis sociaux par la Droite Extrême, peu de citoyens sont sortis de leur léthargie ces dernières années, au final.

Mais soyons fous. Allez.

Ouf au point d'y croire, cette fois. Pour 2011.

 

Parce qu'il n'y a pas d'autre issue.

 

Ouais, et bonne année. Pendant qu'on y'est.

 

Découvrez la playlist Hocus Pocus

26/12/2010

Joyeux Noël. Evidemment.

Tous les ans, rituellement, parce qu'un type qui a fini sa vie sur une croix (entre deux brigands crucifiés itou) aurait changé la face d'un du Monde, on fête son anniversaire. Au mec. (Version longue ici.)

...

Bon.

...

Donc, puisque c'est rituel:

Joyeux Noël (*).

'Videmment.

Et il faut bien admettre que, cette année, même sur-protégé par un épais cuir de cynisme, tanné au soleil de la désillusion à force que de contempler, jusqu'à la nausée, l'absurdité du Monde qui refuse de changer (non, ce n'est pas facile tous les jours)... Cette année, donc, plus particulièrement, on a envie d'aimer tout le monde, de Piti Jésus à Piti Papa Noël, en passant par Toupiti Frederic Lefebvre (carrément).

C'EST NOEL, ON T'A DIT!

Le temps des contes merveilleux.

Et comment pourrait-on, anéfé, ne point se réjouir de voir tirer des griffes du choléra la maigre ribambelle de chérubins haïtiens, récemment (enfin) adoptés, en cette sainte terre d'accueil qu'est la patrie des droits de l'Homme?

Comment?

Hein?

C'est bien simple: On ne peut pas. Ce ne se peut. Ou alors tu n'es point humain.

Parce que, oui, 'videmment, les gamins qui viennent d'arriver sont mieux là que dans un pays ravagé par la misère (version longue ici bis).

Et parce que c'est Noël, aussi. Parce que ça tombe trop bien. Parce que c'est trop beau, point barre. Les médias te l'ont expliqué, répété, enfoncé dans le crâne à grands coups de dépêches et d'images plus alleluïesques les unes que les autres. Et tu es bien entendu prié de te joindre à la joie collective, une p'tite larme étant de bon goût, même, C'EST NOEL, MERDE! quand vas-tu enfin le comprendre?

A moins...

A moins que l'épais cuir sus-cité (quelque peu lyriquement) ne te protège des nocives radiations émises par ces attaques médiatiques répétées zéincessantes, et que nullement aveuglé par le leurre médiatico-politique qu'on t'agite sous le nez, tu n'aies été lire ça.

Et que, fatalement, l'esprit de Noël en ait méchamment pris un grand coup dans sa mignonne petite gueule, après pareille lecture.

Et que, du coup, les quelques larmes que tu as presque failli verser, emporté par la ferveur collective du moment, ne soient chassées par d'autres, vachement plus amères, puisque de rage abreuvées, en apprenant que la chasse aux haïtiens qui a repris a Cayenne sépare à nouveau des familles.

Des enfants de leurs parents.

Loin des caméras et de la Grand' Messe médiatique.

Comme le seront sans doute les mômes haïtiens sur-médiatisés de ces derniers jours, lors du premier contrôle de police qu'ils auront à subir, et pour lequel ils feraient bien d'avoir des papiers sur lesquels on les reconnaît facilement, la capacité de certains représentants des forces de l'ordre aux frontières de cette sainte terre d'accueil qu'est la patrie des droits de l'Homme étant inversement proportionnelle à leur certitude que "les noirs y' se ressemblent tous, chef! Faut reconnaît'! ".

Alors oui, bon:

Joyeux Noël (*). Evidemment.

Mais quand même...

 

TuVasEtreContentSaleGosse.jpg

 

 

Découvrez la playlist Jacques Dutronc
(Souhaiter "Joyeux Noël"  le 26 Décembre est, par ailleurs, un plaisir dont aucun athée fainéant ne devrait se priver).

17/12/2010

Erratum desolum, deconnum gravum

On nous signale suite à un nombre de réponses n'allant pas assez du tout mais carrément vraiment trop pas dans le bon sens que la question suivante, initialement formulée en ces termes (sur le site de l'UMP):

 

" Pour plus de compétitivité et donc à terme plus d’emploi et de pouvoir d’achat, doit-on définitivement sortir des 35H comme durée légale du travail ?"

 

Aurait dû être rédigée comme suit:

 

Pour plus de compétitivité et donc à terme, c't'évident mon con, réfléchis deux secondes, veux-tu!, plus d’emploi et de pouvoir d’achat, doit-on définitivement sortir des 35H comme durée légale du travail ?"

 

Chers amis militants de l'UMP, veuillez nous excuser pour ce désagrément ayant pu provoquer quelques violents maux de tête à certains d'entre vous, eu égard aux multiples possibilités de réponses qu'offrait la première version de cette question.

 

 

 

 

 

(Indice supplémentaire: La réponse correcte est l'inverse de "Non").

 

Kapital Holocaust

Ami lecteur (et inversement), ouvre grand tes sinus, et inspire profondément.

Ne sens-tu point ce léger parfum de chrysanthèmes, n'humes-tu pas cette petite pointe de naphtaline, subtilement teintée d'une infime fragrance de chloroforme qu'il y a dans l'air, en ce moment même?

Ami lecteur, ouvre grand tes yeux, et scrute l'horizon.

Ne vois-tu point venir à toi les hordes de soldats du revival?

N'as-tu point remarqué (ou alors tu le fais exprès) ami moqueur, la horde de non-morts (mais pas loin quand même...) qui déferlent présentement sur tes médias préférés (ou pas)?

Dans un grand rite sacrificiel aux dieux zAudience et 'Dimat, Presse, Télévision, sites du Ternet -parce que l'un d'entre eux s'y employa avant les autres et que cela s'avéra payant- versent tous dans la profanation de sépultures, dans le réveil surnaturel de quasi-morts, et autres incantations rituelles visant à ramener à la vie ce qui n'est plus. Ou PRESQUE plus.

Ce qui n'est plus médiatiquement, et ce qui ne va pas tarder à ne plus être civilement (et définitivement).

Une mode lancé par le président de la République en personne, qui, en cette funeste soirée du 6 Mai 2007, avait littéralement envoûté tous les accrocs à la naphtaline, adeptes de la Nostalgie et du "C'était mieux avant", en ramenant à la vie, l'inconscient, la chanteuse aux cheveux playmobil.

Ainsi doit-on s'envoyer, nauséeux; "paske c'est la modeeeee"; "du Sardou 2010" et du "Champ Elysées" du même cru (d'ores et déjà moisi).

Ainsi se murmure-t-il également qu' Hervé Vilard (si, si) serait sur le point de résurrectionner, carrément.

Idem en matière de septième art (?), où remakes dénaturants et suites insipides envahissent les écrans.

Le monde pubard, jamais en reste quand il s'agit de surfer sur la première vague venue, y va de son air d'antan itou avec le retour de deux vieux reacs aux hideuses accointances politiques monstres sacrés du grand écran (fraaaaaaaannnnnnnçais, monsieur), désormais VRP pour de fortunés (mais vulgaires) commerçants de parfum, milieu dans lequel, décidément, ça cocotte sévère le facho, ces derniers temps.

Sans parler des nouveautés musicales qui ne sont pas plus l'une que l'autre, au final, puisque celles-ci sont principalement constituées de repompages fadasses tout justes bons à être classés au "TOP daube deumiiiiiiile". Et encore.

Et que penser de l'actualité politique et sociale, où le bond en arrière est tel que l'on ne s'étonne même plus de croiser VGE (Chief mummies) à chaque détour de plateau télé, alors même que celui-ci adressait, à la France entière, son célèbre "Au revoir", il y a fort longtemps, déjà.

C'est dire l'ampleur de la lame de fond nostalgico-gérontophile qui submerge actuellement les medias.

Un retour dans le temps passé tel que le spectacle Politique a désormais des airs de vieux classiques du cinéma gore, du calibre d'un "Cannibal Holocaust", rien que ça, qui; comparé à la violence actuellement faîte à nos acquis sociaux; relèvait plus, finalement, de "Candy et Casimir aux pays des schtroumpfs gentils" que d'un film dans lequel les foutages de tripes à l'air succèdaient aux scènes d'émasculations artisanales, sans anesthésie.

Ainsi assiste-t-on, médusés, de la même manière que les premiers spectateurs du film sus-cités le furent alors, aux rites Peuplophage d'une étrange tribu méconnue, il y a encore peu, parce qu'agissant jusque là (beaucoup plus) dans l'ombre: les Blingblingos, directs descendants de celle des Décomplexos.

Et comme dans l'oeuvre originale, les scènes auxquelles assistent le public, incrédule, sont d'une rare violence:

Sécurité sociale empalée vivante;

DansTonCulLaSecu.jpg

Droit de grève dévoré vif;

YaBonLaGreve.jpg

Droit d'accès à l'Education pour tous allègrement violé;

TuLaSensMaGrossePrivatisation.jpg

Retraite par répartition joyeusement démembrée;

OldFood.jpg

Droit du Travail sur le point d'être englouti (accompagné de sa sauce, façon XIXème);

LeBouillon.jpg

L'avantage indéniable de la remise au goût douteux du jour de ce grand classique du gore étant qu'il n'y aura, cette fois, aucune polémique stérile: Les scènes en question étant belles (hem...) et bien REELLES!

Il semblerait d'ailleurs que celles-ci créent un émoi certain en Grèce, en Italie, en Angleterre et ailleurs encore, le remake de ce  chef-d'oeuvre du cinéma provoco-violent étant projeté en maints endroits.

La tendance revival connaissant un succès incontesté et incontestable, la reprise de "La guerre du feu" est donc, tout naturellement, fort attendue en V.F dans les mois qui viennent.

 

 

Patience...

 

18/11/2010

Incassables

 

LouRevoltaïou.jpg

 

14/11/2010

ON LACHE RIEN!

 

 

JamasVencido.jpg

 

REUNION

de l'AGNIMES

LUNDI 15 NOVEMBRE 2010

18H

A PABLO NERUDA

1 Place Hubert Rouger, 30900 Nîmes

NÎMES

Contact:

ag.nimes@laposte.net

 


 

12/11/2010

Joyeux Noël. DTC.

"Harrods propose un calendrier de l'avent d'une valeur d'un million de dollars (720.000 euros), comprenant notamment un bateau et une cuisine, a annoncé aujourd'hui le prestigieux magasin londonien.

Le calendrier, conçu par le constructeur allemand de voitures de sport Porsche, a été fabriqué en cinq exemplaires, un pour chaque continent. Celui vendu chez Harrods est le seul disponible en Europe. Le calendrier est en fait un immense parallélépipède de 1,75 m de hauteur, et à la place des chocolats cachés derrière les 24 fenêtres du calendrier de l'avent, se cachent une série de cadeaux de luxe, dessinés par Porsche.

L'une des fenêtres renferme une montre d'une valeur de 100.000 euros (140.000 dollars), une paire de lunettes de soleil en or ou encore des boutons de manchette. Les cadeaux les plus importants, comme une cuisine et un bateau de 8,5 mètres de long, sont simplement représentés par des images sur des assiettes illuminées.

Interrogé pour savoir si le calendrier était dans l'esprit de Noël, un porte-parole de Harrods a répondu: "Nous nous adressons à tous nos clients, à ceux qui veulent un ours en peluche pour 25 livres (29 euros ou 40 dollars) ou un produit d'un million de dollars comme celui-là".

Source: "Le Figaro.fr"

L'Ennemi (de Classe) n'ayant plus aucune limite, visiblement, tant en matière d'obscénité que d'indécence, "Affreux, Sale, Bête et Méchant" se devait de placer la barre haut, itou.

C'est pourquoi, camarade pauvre, toi qui ne pourra payer à tes gueux mouflets qu'un "ours en peluche pour 25 livres", nous te proposons de participer à un réveillon un peu spécial, tu vas voir.

Au moins pourras-tu t' marrer un peu l' soir de l'anniversaire au p'tit Jésus. Toi aussi.

"Affreux, Sale, Bête et Méchant" est sur le point de finaliser la mise en place d'une opération secrète (ne le répètes pas, merci), visant à remplacer le cadeau de la dernière mignonne pitite fenêtre de cet aaaaabssooooooooolouteliiiiiiiiiiiiii fabiouleux calendrier de l'avent, M. Harrods&Porsche, par une bande de gueux excédés des outrances de L'Ennemi (de Classe).

Et prêts à le faire profondément savoir.

Le genre de mecs capables de tenir des jours planqués là-dedans (un problème d'espace subsiste, certes, mais devrait être solutionné d'ici le 24 Décembre), déguisés en renne, sous les ordres d'un chef d'opération spéciale, lui même grimé en Père Noël.

Il s'agira, une fois ta liberté retrouvée, à l'ouverture de la fenêtre cidessuzévoquée, de faire subir les derniers outrages à l'acquéreur de cet aaaaabssooooooooolouteliiiiiiiiiiiiii fabiouleux calendrier de l'avent, M. Harrods&Porsche.

Lequel aura déjà subi les assauts de ton supérieur, (grimé en Père Nöel; souviens-t-en; ce détail te permettant de le reconnaître, et de ne point donc commettre d'impairs) qui obligera sa victime à copier 30 000 fois les définitions des mots "Obscénité" et "Indécence", avant que de te céder la place à toi et tes amis rennes d'un soir.

Nous restons attentifs à toutes propositions qui viendraient étoffer ce projet.

Les costumes de rennes sont à retirer à la sortie de ce blog.

 

 

TaGueuleMarieChantal.jpg

 

10/11/2010

Cojones?

Oui, c'est vrai, tu as raison: "Syndicats-Caca".

Oui, c'est vrai, tu as raison, les syndicats ne font rien qu'a baisser les bras (qu'ils ont petits). Et ce nullement dans l'intention, de surcroît, de remonter un froc qu'ils ont baissé eux-mêmes, bien docilement.

Oui, c'est vrai, tu as raison, allez.

Tant sur le plan national, sur lequel s'est jouée une mascarade qui, bien qu'elle ait été mise en scène fort originalement cette fois-ci, n'en reste pas moins déjà vue, revue et contre-vue; que sur le plan local, où l'on a pu à nouveau le constater, les trahisons n'ont pas manqué.

Ainsi, (Ô surprise!) dans la "France Syndicale d'en haut", Shérek le Jaune finissait-il par s'entendre, il y a peu, avec Dame Parisot, sainte patronesse des patrons.

Ainsi Bernard Thibault, quelque peu grisé sans doute par sa dernière coupette, mais bien lucide quant à la stratégie communicationnelle à appliquer, continuait-il, encore récemment, de jouer les rebelles trasho-hardcore, évitant ainsi de perdre la face aux yeux d'une base quelque peu grisée, elle, par sa propre rage.

Ainsi "Faux" "FO"... "FO"? ... Oui. Tout est dans le nom. Finalement.

Oui, t'as pas tort, donc.

Puisque sur le plan local itou, dans notre belle région gardoise: "Syndicats-Caca". Aussi.

Et peut-être même, SURTOUT.

Oui, c'est vrai, lors de la manifestation du 28 Octobre, à Nîmes, alors que militants et citoyens faisaient face aux forces encasquées, l'un des représentants locaux d'un syndicat que nous ne nommerons pas (mais dont l'acronyme commence par "C" et se termine par "GT"), prenait tranquillement un pot avec ses amis, attendant que le brouillard des gaz lacrymogènes ne se dissipe, au seul motif que "Sinon, ça flingue le goût du pastis" (ou quelque chose d'approchant).

Et découragait ensuite nombre de camarades prêts à se mobiliser devant le commissariat nîmois, afin de soutenir les trois manifestants violemment interpellés lors des échauffourées post-manif, au seul motif que " 'Ttends, c'est celle du patron, là, quand même" (ou quelque chose d'approchant bis repetita).

 

 

Oui, t'as pas tort, en fait.

Puisque le même ("Encore?". Oui, encore...) envoyait ses "gros bras" (Et là, il ne s'agit pas d'une image) pour faciliter le passage du directeur du Crédit Agricole dont le siège (du Crédit Agricole, pas du Directeur) était bloqué par d'authentiques contestataires, LE LENDEMAIN MEME.

Donc, oui, a priori, comme ça, tu as raison: "Syndicats-Gros-Caca".

Sauf que.

Non, la déclinaison de la mascarade nationale évoquée plus haut est loin d'avoir lieu partout, bien au contraire, Gilbert.

Non, tu ne peux t'en sortir aussi facilement, planqué derrière ce confortable alibi que: "D'façons, ça sert à rien, les syndicats, y' sont vendus, tout ça est préalablement entendu... Etc... Tout ça... Contestation... Mon cul..."

Et ce pour deux raisons évidentes.

NON, tu ne peux évoquer cette futile raison, puisqu'il subsiste un peu partout de vrais combattants dans les rangs des syndicats, quoi que t'en dise le lecteur moyen (très très moyen voire) du Figaro ainsi que l'analyse aussi plus que encore plus franchement très moyenne, également, de J.P Pernault, mettons.

Non, tu ne peux te cacher derrière ce honteuzargument, puisque s'y accrocher serait te comporter de manière rigoureusement identique à ceux que tu décries violemment. Et en termes de cohérence, excuse-moi, Benoit, mais ça la fout mal. Quand même.

Non, tu ne peux te défiler de la sorte, puisque tu le dis toi-même: Rien à attendre de ceusses décrits dans la série de "Oui" sus-mentionnés plus haut, dans le présent billet.

Il serait donc paradoxal d'invoquer leur manque de couilles cojones courage politique afin que de justifier le tien.

D'autant plus que, et nous en venons à la seconde raison qui te prouvera, définitivement, qu'il va falloir arrêter de chouiner lâchement sur l'inefficacité des syndicats: Nul besoin d'être syndiqué pour agir et te battre.

Non, les collectifs qui se montent un peu partout (et notamment en région gardoise) ne sont pas constitués que de véritables syndicalistes qui, malgré les habitudes moutonnières de leurs représentants, continuent de se battre.

NON. DEFINITIVEMENT.

Puisqu' ils comptent également, dans leurs rangs, de nombreux citoyens, un peu comme toi.

Mais qui, plutôt que de baisser les bras au seul motif que "Les autres aussi", continuent de les lever, un poing bien rageur aux bouts de ceux-ci. Et qui finissent, TOUS, par s'organiser, syndiqués, non-syndiqués, travailleurs, non-travailleurs, lycéens, étudiants, afin de lutter contre ce gouvernement au service des riches.

Que tu ferais bien de ne point écouter lorsqu'il te dit que la lutte est finie.

Puisqu'elle ne fait que commencer, René. 

Et que ne pas y participer relève bien, définitivement, d'un choix de ta part. 

 

31/10/2010

Quoi que la Bête fasse et quoi qu'elle couine

 

 

Ainsi, donc, le mouvement "s'essoufflerait" comme aime à le répéter la presse aux ordres, psalmodiant la litanie en question, à l'unisson de la voix de ses maîtres, dans la même désespéréezépathéthik tentative d'en convaincre l'opinion publique.

On pourrait penser que les médias, à force que de singer la  pseudo-dialectique du Pouvoir, qui se tient définitivement tant que peureusement à l'écart de la Rue, souffrent désormais des mêmes difficultés à comprendre la Réalité de cette dernière, auto-hypnotisés par ses propres laïus propagandofoireux.

Car se méprendre à ce point sur ce qui a lieu, en ce moment même, dénote d'une bien faible capacité à prendre le pouls de la situation, encore moins que d'une totale incompétence à percevoir la révolte qui souffle désormais sur l'ensemble du Pays.

Mais il s'agit sans doute bien moins d'une incapacité comme celle évoquée ici, que d'une dernière tentative de se persuader que le Peuple qui les talonne est, ENFIN, (Mon Dieu, ENFIN!), sur le point d'abandonner sa course obstinée.

Pouvoir, médias et Forces de répression fuient désormais côte à côte, hideux monstre à trois têtes, la bave rageuse des uns mêlée à celles des autres, à l'instar de leurs communs intérêts, intimement enchevêtrés, depuis si longtemps, désormais.

Une course folle de "Pue-la-peur", talonnée par la horde des "Pue-la-sueur", qui, enfin, cherchent à planter, profond, son piquant désespoir dans la carotide d'un système, dont les arrogants hochements de menton ont par trop exposé une gorge particulièrement tentante.

Ainsi la presse tente-t-elle inlassablement d'échapper à la Réalité qui la rattrappe, implacablement, par le biais des informations circulant sur le réseau.

Le site du 7Septembre2010, ainsi qu'une pléthore de sites locaux rendent compte des actions citoyennes, tant que quotidiennes qui ont lieu, et continuent ainsi d'obliger les médias du Pouvoir à redoubler de déclarations propagandesques afin que de tenter de masquer la Réalité, brute, celle-là, et qui même fait chouiner Jean-Pierre Pernault.

Le "mouvement", pour reprendre les termes des médias qui marchent au pas, NE S'ESSOUFFLE(RA) PAS.

Calant sa foulée sur celle de sa proie, il a bien senti que le puant gibier en a encore un peu dans le ventre, et que celui-ci, jette ses dernières forces dans la bataille, alors même que le contenu de ses entrailles ne s'échappe de son for intérieur, pitoyablement.



Julianne Charton lycéenne VS Estrosi [ITW] MC 241010
envoyé par peanutsie. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

 

Mais il a bien humé, le "mouvement", que ça empeste la peur à plein nez, également.

Que le Pouvoir est blessé au point de ne plus prendre la peine de masquer ses traces.

Les grandes battues cèdant aux (glorieuses) embuscades, du côté des chasseurs; les assourdissants grondements se muant en couinement apeurés, du côté du monstre:

De toutes parts, la Bête est assaillie.

 

 

 

Les preuves de son inextinguible et destructrice voracité sont désormais flagrantes, ses victimes gisant ça et , à la vue de Tous.

Et la colère ne cesse de monter, nullement masquée par les ridicules jappements d'une Bête désormais plus proche d'un caniche Bettencourdien que d'un effrayant monstre hantant les vastes étendues du Gevaudan.

 

 

PropangandeBestiale.jpg

 

Le feu crépite.

 

23102010162.jpg

 

Le dépeçage est proche.

Quoi que la Bête fasse et quoi qu'elle couine.

 

 

 

 

15/10/2010

France: Radicalisation du mouvement Etatico-patronalo-policier

En France, comme l'avaient prévu nombre d'observateurs, le mouvement en cours se radicalise.
L'envoyé spécial d'"Affreux, Sale, Bête et Méchant", nous a fait parvenir la retranscription intégrale (au péril de sa vie) d'un discours (secret) du chef des insurgés:
CheSarkovara.jpg

 

" Camarades dominants, Camarades patrons, Camarades banquiers, Chers bras armés et cervelles encasquées de la Révolution Ultra-Libérale,

Il est temps désormais, face à la surdité de la Rue, de radicaliser le mouvement.

Nous ne souhaitions évidemment pas en arriver là (ça coûte un bras, ces conneries), mais l'obstination du petit Peuple (de merde) nous y pousse inexorablement.

Son incapacité à comprendre que Nous, représentants et défenseurs de la classe dominante, ne renoncerons à aucun de nos fondamentaux acquis, les mènera à leur perte!

Gardez espoir!

Car comment imaginer, camarades, comment envisager; ne serait-ce qu'un instant; que ce formidable mouvement, initié naguère, ne prenne fin maintenant? Et que nous cessions, brutalement, de profiter du travail du petit peuple (de merde), faisant fructifier chaque centime d'euro que nous lui volons?

Ne pas voler le moindre centime d'euro qui peut l'être est tout simplement I-NEN-VI-SA-GEA-BLEEEEEEE, camarades!

C'est la ligne que nous suivons depuis toujours. Ensemble.

La destruction du système de retraite par répartition, engagée par nos aïeux, doit aller jusqu'au bout.

Le Capital ne renoncera pas!

Nous avions pourtant prévenu.

Le camarade Luc Chatel, ministre de la destruction de l'Ecole Publique, qui permettrait l'ouverture d'un nouveau marché à nos camarades directeurs d'écoles privées, avait pourtant été clair, lors de ses dernières déclarations: "manifester sur la voie publique est dangereux".

Face à l'obstination du petit peuple (de merde), je déclare solennellement, aujourd'hui que déplacer des poubelles sur la voie publique l'est devenu tout autant (bordel)!

Et je demande, également, solennellement, aux camarades CRS de ne plus tolérer que l'on puisse avoir l'apparente hauteur d'esprit de ne point répondre à leurs provocations.

La Lutte doit se radicaliser!

La Rue est sourde zéaveugle!

J'enjoins les camarades patrons, et plus particulièrement ceux des grands groupes, que nous avons toujours soutenu, au travers d'une politique sans cesse favorisant le Capital plutôt que le Travail du petit peuple (de merde), à durcir les intimidations contre les éventuels grévistes.

Je sais pouvoir compter en cela sur vos managers, qui ont opiniâtrement préparé le terrain en ce sens, formatant les esprits, façonnant ceux qui souhaitaient adhérer, et brisant ceux qui ne soutenaient pas la Révolution en marche.

Merci à eux.

J'appelle les camarades banquiers à maintenir la pression sur le petit peuple (de merde), au travers des nombreux outils qui ont été mis à leur disposition: découverts autorisés, agios, interdits bancaires, crédits en veux-tu, en voilà, et toutes ces armes affutées qu'ont pu leur fournir les artisans de la Révolution, afin que chacun des clients-salariés de leurs nobles établissements ne puissent mener quelque mouvement de grève que ce soit.

Camarades, unissons nos forces, Gloire au Capital, la Révolution Ultra-Libérale est sur le point de remporter l'une des batailles les plus importantes de toute son Histoire!

J'appelle, une nouvelle fois, les camarades CRS, à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que les manifestations à venir s'enveniment. Nos services de propagande travaillent, d'ores et déjà (et d'arrache-pied) afin de faire en sorte que ce soient les manifestants qui soient présentés comme dangereux.

Bien sûr, nous enverrons, de ci, de là, des agitateurs, dans le même but.

Et ce, dès les prochaines manifestations.

A bas le petit peuple (de merde), à bas les travailleurs!

Et vive la Révolution Ultra-Libérale, Vive la Nouvelle France et vive le Capital!"

 

11/10/2010

Collectif Unitaire Gardois, AG mardi 12 Octobre 2010

 

 

Une mobilisation est à construire !

 

COLLECTIF UNITAIRE POUR LE RETRAIT DU PROJET GOUVERNEMENTAL DE DESTRUCTION DES RETRAITES

 

ORGANISONS LA CONVERGENCE

DES LUTTES !

 

Le Collectif Unitaire, pour le retrait et

la grève générale, appelle à un rassemblement,

à l'issue de la manifestation du 12 octobre,

devant la gare de Nîmes (environ 18H).

 

Venez participer à une

ASSEMBLEE GENERALE,

afin d'élaborer des actions, en vue

d'organiser la convergence des luttes.

 

Apportez votre pique-nique !

 

************

Pendant la manif : Distribution de tracts,

devant l'agence "Midi Libre",

en face des Jardins de la Fontaine.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu