Avertir le modérateur

09/12/2009

Mal élevés et pleins d'air

Parce que rien n'est trop beau pour toi, lecteur (dont le nombre est méchamment en hausse, ces derniers temps), "Affreux, Sale, Bête et Méchant" s'est lancé dans une enquête de terrain (boueux, celui-ci) comme on dit dans le jargon journalistique (et au café du coin, aussi).

ASBM a donc retrouvé, pour TOI (et les amis que tu ne manqueras pas d'inviter ici, enthousiasmé jusqu'au déraisonnable que tu es par les heures de joyeuses bidonnades que tu passes en lisant ce blog), Monsieur Raymond Poulaga, éléveur de poulets de père en fils. Le "papa", en quelque sorte, des deux flics méchants-pas-beaux-zéripoux qui volent des téléphones portab' en direct sur le ninternet.

 Deux policiers filmés en flagrant délit de vol
envoyé par Europe1fr . - L'actualité du moment en vidéo.

"ASBM -Raymond, vous êtes éleveur de poulets, qui courent en plein air depuis qu'y sont tout petits, et qu' ça leur donne bonne mine (on le voit bien sur la vidéo qui tourne un peu partout sur le net, d'ailleurs, ces deux là pètent la forme).
Les deux joyeux lurons qui sont au centre de la polémique (et prochainement au centre de la cour de promenade d'une maison d'arrêt surpeuplée et inhospitalière, surtout pour eux), actuellement, sont deux de vos ouailles, alors, Raymond, qu'est-ce qu'il s'est passé, dis-donc, mon Raymond, dis-donc?

R.P -Bah ça, mon pov' gars, figure-toi qu'c'était un peu prévisib', quand même...

ASBM -Ah? Euh... Vous pouvez développer, mon Raymond, steplé?

R.P -Bah oui, qu'est ce que j'veux dire, c'est que Gomez et Tavarez, on les connaît bien, nous à l'élevage. Z'ont jamais été très éveillés, si tu vois c'que j'veux dire...

ASBM -Pas éveillés, certes, on le conçoit aisément, (le choix d'orientation de leur carrière étant, entre autres, un premier indice) mais aller braquer un magasin sous vidéo surveillance avec un brassard de poulice, faut être franchement limités...

R.P -Aaaaaaaaah, oui, oui, c'est le moins fin des deux, ça. Heckle a toujours été plus con que Jeckle, c'est comme ça qu'on les différenciait. L'a jamais compris qu'le brassard, tu le mets APRES être sorti du magasin, à une bonne dizaine de mètres. Comme ça, au pire, si on cherche à entraver (oui, n'a du vocabulaire en Creuse, qu'est-ce tu crois, con de blogueur) ta fuite , tu fais le flic en enquête, t'embarques le commerçant en disant qu'il a plus tous ses esprits, qu'il t'accuse à tort, sous le choc, pis tu t'en occupes tranquillement au poulailler poste. Ou dans la bagnole, si t'as un autre racket à organiser d'autres affaires à traiter.

ASBM -Sinon, comme ça, pour savoir, ça arrive souvent ce genre de problèmes?

R.P -Non, non, en général, l'éducation finit par rentrer. Y' sont prudents, y' z'appliquent bien qu'est-ce qu'on leur apprend. Et si vraiment y'a des soucis, on les r'cycle.

ASBM -"Recycle", c'est à dire?

R.P -Bah, on leur trouve un poste différent. En même temps, des fois, ça pose des problèmes aussi. Tiens, le Dédé Valentin, "Calimero" qu'on l'appelait, l'aut' fois, il nous a fait marrer avec Jeanine. L'a confondu l'micro qu'on lui tendait avec un tonfa. Du coup, l'a cru qu'il était avec des collègues et qu'y pouvait s' lâcher.


 

«Ils sont déjà 10 millions»: un maire UMP au débat de Besson
envoyé par 20Minutes. - L'info internationale vidéo.

La Jeanine, l'a failli en crever, bon dieu. C'te marrade! Faut croire que maire c'était pas une bonne idée au moment de le recaser. On avait pas pensé au coup des micros. On peut pas tout prévoir non pu... Tiens, c'est comme la fois où y'en a un qui s'était fait piéger avec une caméra cachée. Saleté de journalistes...

ASBM -Et les causes de cet état de fait, sont-elles identifiées, M. Poulaga? (Nous aussi on peut causer élégant, con d'éleveur!)

R.P -Pourquoi donc qu'y sont agressifs? C'est-y ça que tu veux signifier, gamin?

ASBM -Oui.

R.P -Bah c'est assez simple. Ces enfoirés de l'agro-alimentaire, pour faire des économies, à compter de 2005, ils nous livraient plus qu'en "Kozy". Des trucs avec des OGM dedans, une vraie saloperie. Ca nous a rendu les bêtes agressives. On en avait qui tournaient en rond dans le champ, en répétant des trucs comme: "Vous voulez qu'on vous en débarrasse de cette racaille, hein?" ou "Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux" Et après, ça s'est empiré, même. En ce moment, on les nourrit au "Trefeux". Qu'on doit mixer avec de la "Besson". C'est pas naturel tous ces trucs là. Tiens, maintenant, t'as qu'a voir, y' z'ont plus d'odorat, pis de sérieux problèmes de vue. Une véritable hécatombe. Y' z'en sont rendus à bouffer de la bourgeoise. Si c'est pas un signe, ça...

ASBM -Raymond, merci pour cette interview. Et pour la gnôle. Bisous à Jeanine."

02/12/2009

Content d'en avoir une petite

 

"Quand on voit que la France aura la plus petite récession, on doit quand même honnêtement se dire que la politique économique conduite y est pour quelque chose !"

N. Sarkozy, discours auto-congratulant, 01/12/2009.

Spéciale Dédicace

Question d'un des plus jeunes membres de la bande d' "Affreux, Sale, Bête et Méchant" (ASBM représente!), visiblement très content de sa vanne (laquelle est d'une qualité certaine, il est vrai):

"Papa, Tu crois que s'ils font appel à l'armée pour l'H1N1, c'est qu'ils vont nous sniper à coup de vaccins?"

Une bonne marrade de gang, donc, qui permet également de découvrir, avec surprise mais non sans joie, que jouer à Counter Strike toute la journée permet, aussi, de développer un sens de l'humour certain. Entre deux frags.

 

 

CounterH1N1.jpg

 

" - Chef, la prochaine cible le patient suivant est dans ma ligne de mire entre dans le gymnase. Terrain dégagé, angle de tir parfait, seringue hypodermique engagée. Je demande le feu vert pour procéder à la vaccination.

- OK, recrue Bachelot. Bien reçu. Procédez à la vaccination!

...

- Faîtes Feu, Bachelot!

...

- FEU, BORDEL! On va louper la cible le patient! Qu'est-ce que vous foutez Bachelot, c'est pas la fête du slip, là, BORDEL. ' Vais vous faire envoyer en Afghanistan, Bachelot! Et là-bas, vous allez en bouffer du sniping médical de la vaccination!

...

- Joli tir. Putain, Bachelot, vous m'avez fait peur, qu'est-ce qui vous a pris, nom de Dieu?

- Désolé, chef. Un doute passager. Mais ça va. Ca va maintenant, ouais. Putain de guerre, quand même."

01/12/2009

Tyrannie de la Mémoire

"Une maladie qui nattaque les neurones?
Bah, 'n' a qu'a en utiliser moins!
".

C'est en ces termes que s'est exprimé la ministre du nez qui coule, des maux de tête et du thermomètre qui pète un score, apprenant qu'en sus de son rôle de VRP pour l'industrie pharmaceutique, elle allait devoir se coltiner une bonne grosse lutte à bras le corps (et face aux caméras) avec une vraie maladie, du genre pathologie lourde neurodégénérative: "l'Alzheimer", qui fait (vraiment) peur, elle.

Parce que celle-ci progresse, évoluant sans cesse, les preuves sont là, sous nos yeux (emplis d'effroi).
Presqu'aussi vite qu'un virus A-H1N1-MAIS-PUTAIN-QUAND-VAS-TU-COMPRENDRE-QU'ON-VA-TOUS-CREVER-MERDE! dans les couloirs d'un quotidien de la presse qui ment, c'est dire.

Alors même que l'A-H1N1-MAIS-PUTAIN-QUAND-VAS-TU-COMPRENDRE-QU'HORS-DE-LA-VACCINATION-POINT-DE-SALUT? est en passe de fondre sur la population apeurée, donc, la maladie qui te boullote insidieusement le tissu cérébral repointe (salement) le bout de son nez dégénérescent.
Sous une forme particulièrement virulente, de surcroît.

De mémoire (pour ceux à qui il en reste encore) d'expert, même, y' paraîtrait (d'après ce qu'en a compris Roselyne) qu'une évolution si rapide -et si violente- n'aurait jusqu'ici jamais été constatée.
Que l'épidémie de grippe de l'hiver à venir, à côté, ce serait même pas du niveau d'un malaise vagal présidentiel.

Et il est vrai que l'étendue des troubles dont souffrent les patients atteints de cette nouvelle forme d'Alzheimer serait du genre a te faire flipper sévère jusqu'aux tréfonds de ton âme (pour ceux à qui il en reste encore, bis).
Cette saloperie s'attaquait jusque là, dans ses premières manifestations, à la mémoire immédiate, dixit Wikipédia.

Genre t'oublies la dernière déclaration de F. Lefebvre, quasi-immédiatement, par exemple.

On objectera ici, à raison, qu' "Et alors, je vois pas où est le problème?", dans la mesure où cet oubli permet, il est vrai, un grand repos de l'esprit (et des nerfs, aussi).
Certes.
Sauf que.
Sauf que, le triste sire a la fâcheuse habitude de braire dans le premier micro venu. De sorte que le patient atteint de la pathologie en question sera étreint d'une rage sans cesse renouvellée, et ce à chaque occasion que le chevelu porte parole aura de l'ouvrir dans les medias.
Et y'en a...

Or, vois-tu, le malade avait jusqu'ici la possibilité de se replonger dans ses plus doux souvenirs, une fois la rage passée.
Et de se laisser aller à une douce nostalgie, bercée par l'évocation mentale de... Ses tartines de confiote de quand il était petit, au goûter, et qu'il pleut dehors, mettons. De l'époque bénie à laquelle le vil (surtout de la mèche) porte-parole de l'UMP "il causait pas dans le poste", pour y dire des conneries plus énormes que son brushing.

Sauf que.
Sauf que les experts sont formels, la maladie évolue, et salement, disait-on.
S'attaquant à des sujets de plus en plus jeunes.
Et détruisant leurs souvenirs les plus lointains, de plus en plus tôt, de plus en plus vite. Impitoyablement.

Ainsi, ce fier ministre de l'immigration (mais pas chez nous, alors), Eric B., drapé dans sa plus belle identité nazionale, lui n'a plus de glorieux que ce bel habit moralement patriote, le pauvre bougre, tellement qu'il a la mémoire qui flanche.
Qu'elle soit (quasi-)immédiate ou, atteint de plein fouet qu'il est par cette nouvellle forme de la maladie, nettement plus lointaine.

On sera également horrifié par le cas de cet autre représentant du patronat de l'Etat, Christian E., frappé d'une perte irrémédiable des notions de vocabulaire les plus élémentaires, et qui n'a absolument plus aucune idée de ce que peut évoquer le mot "Courage".
Pas plus que celui de "Décence".

Tout comme le précédent patient qui lui, bute sur des notions aussi fondamentales que celles de "Justice" et d' "Humanité".
Triste. Extrêmement triste.

Comment ne pas être touché, par ailleurs, par les efforts surhumains du chef des chefs lui-même (Gloire à Lui), qui luttant contre la maladie, parvient tant bien que mal à se souvenir que lui aussi fût adopté par notre fière Patrie.
Et qu'il convient, donc, de refuser d'associer habilement, sans avoir l'air d'y toucher "Immigration" et "Délinquance".

Hélas, point d'issue heureuse face à la vorace Alzheimer.
Point de vaccin, point de remèdes miracles mis au point par les amis de Roselyne B. l'industrie pharmaceutique.
Tout n'est pas aussi simple que face à l'H1N1, au grand dam de Roselyne.

Qui toutefois a une SOLUTION, comme nous l'évoquions en début de billet:

"Une maladie qui nattaque les neurones?
Bah, n'a qu'a en utiliser moins!
"

C'est donc en collaboration avec le ministre de la Culture remaniée l'Education, Luc C., que Roselyne a décidé, au vu des problèmes de mémoire qui ne tarderont pas à les frapper eux aussi, de ne plus surcharger inutilement l'espace cérébral de nos futurs scientifiques, dès le lycée. [1]

Pour commencer.
Puisqu'il faut bien regarder la réalité en face: à terme, c'est bien l'ensemble de la population qui sera frappé par ce terrible fléau.
Dont il faudra également aérer la boîte cranienne.

Brice H., ministre de l'intérieur et de l'Humour Décomplexé, mettra lui aussi la main à la pâte, estimant que le fait de retenir ce que signifie "CNDS" n'est pas indispensable au citoyen, malade en devenir.
Il supprimera donc, incessamment, sous peu, la "Comission Nationale de Déontologie de la Sécurité", dont nous ne parviendrons plus, dans quelques temps (très proches) à retenir les termes. "Pis la "Défenseure des enfants aussi, pisque, dit-il, Les pauvres gens, d'ici peu, seront incapables de se souvenir qu'il faut mettre un "e" à "Défenseure".

De biens beaux exemples pour la Patrie. Décidemment.

Des mesures simples, mais efficaces, mises en place par une équipe soudée, solidaire, alors même que la (terrible) maladie creuse inexorablement ses rangs.

Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", on en chanterait presque la Marseillaise, debout, la main sur le coeur.
Si on avait pas oublié les paroles.

Putain d'Alzheimer.

 

 

[1] Et comme dit Brice, qui a toujours plus d'une bonne vanne dans son sac d'auvergnat: "Pis ce qu'on leur demande, dans le fond, c'est de savoir compter et de remplir les quotas d'arrestations, de rafles et d' expulsions, pas de nous emm... avec leurs références historico-intello-gauchiss' à de "sombres périodes de l'Histoire", comme y' disent. Arf, arf." Ce qui fait bidonner joyeusement Eric B., aussi, d'ailleurs.

27/11/2009

C'est pour mieux te vacciner, mon enfant

 

GML.jpg

 

"Soit un groupe d'individus de 2.000.000 et des bananes, atteint par le virus de la grippe A H1N1 Du Cochon Du Mexique Qui Va Tuer l'Humanité Toute Entière Sauf En Cas De Vaccination Massive En France (AH1N1DCDMQVTHTESECDVMEF);
Soit 68 cas (dramatiques, il n'est pas question de le contester, même sur un blog "Affreux, Sale, Bête et Méchant") de décès imputables au dit virus;
Soit 94 millions de doses de vaccin censé prémunir la population dudit virus;

Questions:
a. Au vu des données énoncées ci-dessus, quel est le taux de mortalité des patients atteints du virus AH1N1DCDMQVTHTESECDVMEF?
b. Au vu des tests (peu pratiqués) censés distinguer les patients atteints du virus AH1N1DCDMQVTHTESECDVMEF de ceux atteints de son cousin saisonnier, quel est le taux de mortalité réel des patients atteints du AH1N1DCDMQVTHTESECDVMEF?
c. Au vu des deux questions précédentes, Roselyne B. est-elle:

c1. Une grosse quiche en maths?
c2. Une grosse truffe en comm'?
c3. A la botte de l'industrie pharmaceutique?
c4. Tremblante a l'idée d'avoir déboursé un gros paquet de brouzoufs pour rien?
c5. Un peu tout ça à la fois?

Mettez vos masques, merci de ne pas vous moucher dans les copies, utillisez votre manche comme indiqué par Notre Saint Gouvernement qui veille sur tout, même sur nos bronches.
Nous rappelons que tout élève pris à éternuer sera abattu sur le champ.

(Non, élève Lefebvre, "sur le champ", c'est une façon de parler, il sera éxécuté ici, dans la salle d'examen. Lefebvre, qu'est-ce qu'on va bien pouvoir faire de vous...?)

Ramassage des copies dans 4 heures, s'il y a des survivants."

 

20/11/2009

J'ai une Rolex, donc je vous emmerde

"Je me révolte, donc je suis."

Albert Camus, "L'été", 1954.

La lumière est venue de Thierry Henry!

Il n'y avait guère qu'un humoriste intellectuel (et inversement) comme Pierre Desproges pour penser et oser dire, en son temps, que les footballeurs sont de gros cons décérébrés. [1]
Supportés par une bande de boeufs au QI d'huître (et inversement bis), dont la principale occupation serait de répèter, en beuglant et sans les comprendre, des slogans braillés par leurs meneurs, eux-même fort dépourvus en matière d'intelligence (lorsque le coup d'envoi fût venu).

Et il faut bien reconnaître qu'au vu des derniers JT qui font peur, (le soir, devant la soupe notamment) que Monsieur "Rions intelligent mais pas avec n'importe qui, y'a des limites" semblait avoir footrement raison.

Entre les "ennemis" [2] du camp adverse écrabouillés à grands coups de pare-chocs et ceux qui foutent la ville à feu et à sang après le match (sans oublier les gros cons qui tendent le bras façon salut néo-nazi "Adolf reviens ils sont pas comme nous"), il y avait de quoi penser, comme ça, de prime abord, qu'il n'avait pas tort, le bougre.

 

Fafs.jpg


Mais...
Mais, vient d'avoir lieu le match "France-Irlande".
Celui-là même dont la victoire devait Nous assurer l'accession à la coupe du monde, (saint graal moderne bien que simplement sportif), le menton haut, l'oeil humide durant l'hymne nazional.

Match dont tu ne peux être sans connaître le triste dénouement.

Ou bien il convient urgemment de règler ton téléviseur, ton poste de radio, ta connexion internet.
Ou de te mettre à t'intéresser aux zinfos, tout simplement.
D'ailleurs, si tu n'aimes pas le foot, ni ne regarde religieusement les zinfos, saches que c'est grandement suspect, au passage.

Mais admettons que tu fasses partie des mauvais citoyens sus-évoqués, et ne te laissons pas dans une ignorance crasse, avant que de t'envoyer la maréchaussée (c'est pour ton bien, n'en doutes point. Pour le salut de ton âme forcément déviante. Tu le reconnaîtras une fois rééduqué. Si,si.):

Thierry Henry, capitaine de l'équipe de France de football (chérie), a triché!
Et c'est cette tricherie qui permet à l'équipe de France (chérie) de jouer la coupe du Monde 2010.



Main de Thierry Henry contre l'irlande, 18/10/2009
envoyé par garath31. - Découvrez les dernières vidéos de sport.

 

Et le supporter français moyen de se sentir honteux.
Merdeux.
INDIGNE.

Et de s'apprêter à suivre, l'écharpe tricolore en berne, le chant guerrier en sourdine, l'évolution de son équipe nazionale en Afrique du Sud, la tête basse (comme le capitaine de ladite équipe).

Parce que Non, NON, mâ'ame Michu, en FranceFootball, on est DIGNE.
On ne joue pas avec les mains.
On ne vole pas.
On ne triche pas!

En un mot comme en cent, on RESPECTE les conventions.

Et c'est là, sur cet aspect précis de la polémique qui n'en finit plus de secouer, dans ses fondements même, la FranceFootball, que l'espoir renaît.

"La lumière est venue de Thierry Henry" aurait sans doute dit un autre Thierry (Gilardi, celui-ci), en son temps.
Réconcilliant, du même coup, les zintellectuels zumoristes et les hordes de supporters à vue basse qui se déplacent, foulistiquement, autour des stades.

Parce que si les "travers" du capitaine de l'équipe nazionale peuvent provoquer l'indignation d'un pays tout entier, au point que celui-ci ne se dresse fièrement pour défendre, de toute son âme, le respect des règles, des conventions, alors nul doute que le même pays ne manquera pas de se révolter, de s'indigner contre le viol permanent, en son sein, d'une autre convention, dont on fête aujourd'hui le vingtième anniversaire:

La convention internationale relative aux droits de l'Enfant.

Dont l'article 3 énonce, lui aussi, un nombre certains de règles fondamentales:

1. Dans toutes les décisions qui concernent les enfants, qu'elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être une considération primordiale.

2. Les États parties s'engagent à assurer à l'enfant la protection et les soins nécessaires à son bien-être, compte tenu des droits et des devoirs de ses parents, de ses tuteurs ou des autres personnes légalement responsables de lui, et ils prennent à cette fin toutes les mesures législatives et administratives appropriées.

3. Les États parties veillent à ce que le fonctionnement des institutions, services et établissements qui ont la charge des enfants et assurent leur protection soit conforme aux normes fixées par les autorités compétentes, particulièrement dans le domaine de la sécurité et de la santé et en ce qui concerne le nombre et la compétence de leur personnel ainsi que l'existence d'un contrôle approprié.


Regles fondamentales qui sont bafouées, piétinées, régulièrement, journellement (et joyeusement de surcroît), par la politique d'immigration appliquée par M. Besson.
Qui lui est échue de M. Hortefeux.
Qu'il tenait lui-même de M. Sarkozy.

Ainsi, dans nombre de centres de rétentions français, en cette belle journée d'anniversaire de la convention internationale relative aux droits de l'Enfant, dans ce fier pays qui réclame à corps et à cris l'application stricte et MORALE des règles en vigueur, en matière de foutreball, sont maintenus enfermés pleins de petits nenfants, sous prétexte que leurs parents ne sont pas en règle, d'un point de vue purement administratif.

 

BebeReten.jpg


Et puisque nous en sommes à établir des parallèles, réclamons également dans ce domaine, le "recours à la vidéo".
Parce qu'il est vrai que sans images, dans nos sociétés zévolués surmédiatiques, point d'existence à un phénomène, même viscéralement révoltant.


Et puisqu'un pays entier se lève, le coeur au bord des lèvres, pour une main qui se tend (alors qu'elle ne devrait pas), ne doutons pas qu'il s'étouffera de rage à la vue de celles des gamins derrière les grilles qui, eux, la tendent légitimement.

Exhortons les journalistes à "promener" leurs caméras dans les centres de rétention de la République (de la Nouvelle France).
Enjoignons les à remplacer (avantageusement) les yeux des caméras de surveillance par ceux de leurs caméras à eux.

Le Peuple réclame, après tout, la preuve par l'image, persuadé que c'est là la garantie d'une Justice infaillible, sur un terrain de football.
Alors pourquoi pas sur celui du Droit des mômes?

Et si cela ne suffisait pas, remplaçons l'ONU par la FIFA.





[1] Bien évidemment, il le disait vachement mieux que ça.

[2] "L'ennemi est un con, il croit que c'est Nous l'ennemi alors que c'est lui." P. Desproges

 

18/11/2009

Votez SEBASTIEN!

Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", lorsque nous apprîmes que Patrick Sébastien allait se "lancer en Politique", nous nous réjouîmes chaudement, évidemment.

On allait (enfin) avoir un ministère du tournage de serviettes, de la charcuterie et de la boyaunnade.
Sans compter le Secrétariat aux Droits du p'tit bonhomme en mousse.

Ré-joui-ssant!

Puis on a découvert cette vidéo.

 

 


 


Et réalisions alors, dépités, que notre futur candidat n'avait aucune chance.
Il faut se rendre à l'évidence, son principal concurrent est beaucoup trop fort.

Et NON, on ne parle pas de Dany "Hamidou, bon, quand même... Va faire une carrière avec ça..." Boon.

On parle de l'autre, évidemment.

Il faudra donc instaurer la "République Sébastienne" par la force, nous le craignons.

Ardemment.

 

17/11/2009

Rhume de cerveau

NeedYou.jpg

Ceci est un communiqué du ministère de la peur, de la grosse flippe et du mouchoir qui tremble, à l'intention des citoyens, et plus particulièrement des citoyens ++ que sont les chefs de Nentreprise, Zommes politiques et RESPONSABLES de tous (et avec des) poils (autour).
Ceux qui comptent, quoi. VRAIMENT.

"Responsables de santé, si vous transmettez le virus à un patient et qu’il en décède, votre responsabilité, au moins morale, sera engagée. Ne banalisez pas votre métier, vous avez des responsabilités importantes, pas toujours reconnues à leur juste valeur, il est vrai, mais ne tombez pas dans le piège de la banalisation et de la déresponsabilisation de votre métier.

Il en va de même pour les responsables d’entreprise ou politiques. Si votre staff de dirigeants est atteint, la direction de votre entreprise ne sera-t-elle pas compromise et vos actionnaires en droit de vous demander des comptes ?

Responsables politiques, une épidémie importante ne risque-t-elle pas d’entraîner une vacance du pouvoir et votre responsabilité n’est-elle pas de vous faire vacciner ?

Responsables, qui que vous soyez, vous avez aussi la responsabilité de vous faire vacciner pour protéger votre fonction.

Vous en sortirez grandis, votre fonction aussi et vous serez protégés contre la grippe au prix d’un vaccin dont les effets secondaires, s’ils existent, sont bien moindres que ceux de la grippe elle-même."

 

 

Parodie? Caricature? Pastiche? Oui, en partie.

La grande tirade entre guillemets, qui fait super peur (et pas qu'aux enfants qu'ont le nez qui coule), elle, est belle et bien réelle.

Elle est extraite d'une lettre d'Emmanuel Cuny (Chef du service de neurochirurgie B au CHU Pellegrin, en la belle ville (?) de Bordeaux) parue sur le site des "Echos", le 13 Novembre 2009). (1)

Mais oui, oui, tu peux en rire aussi.

Quand même.

Surtout, d'ailleurs...

 

 

(1) Et lorsqu'il n'écrit pas aux "Echos", des lettres qui font glaglater des dents, dans le noir, la nuit mais pas que, M. Cuny donne des conférences devant ses amis curés, ceci expliquant peut-être (?), en partie, cela.

14/11/2009

Liquidation MONSTRE, tout(e critique) doit disparaître!

Eric Raou(l)t, futur ministre de la pensée juste ET autorisée, vient d'interdire (au sortir d'un rêve humide de dictature décomplexée tant que débridée) l'usage des mots "Monstre(s)", "Streum(s)" (1), "Monstrueux" et "Monstrueusement" sur l'ensemble de son fief du Raincy.

Ainsi ne dira-t-on plus "C'était une fête monstre!" mais "J'ai croisé le prix Goncourt, hier soir!".

La phrase "Elle a un talent monstre!" sera remplacée (avantageusement) par "Elle ferait bien de respecter, enfin, son devoir de fermage de gueule réserve!".

Les sauvageons ("incontrôlables, mais faudra bien, quand même, qu'ils plient face aux flash-ballz, Mâ'ame Michu") des quartiers populaires devront également se soumettre à ce révisionnisme sémantique. "Ta soeur, c'est trop un streum!" étant désormais bannie, ceux-ci diront "Ta soeur, elle a trop des airs de Ndiaye!".

"C'est monstrueux!" se dira, désormais, "C'est excessif!".

"Je suis monstrueusement gêné..." se dira, dorénavant, "Je crois que je vais respecter mon devoir de réserve, vous avez raison, Eric ...".

Ces éléments de langage seront transmis à toutes les écoles de la ville, dès le Lundi 16 Novembre 2009, avec  invitation ordre aux fainéants gauchiss' enseignants de les appliquer immédiatement dans leurs lieux de propagande classes.

Par ailleurs, Eric (R)Ha-ouuuu (2) instaurera une journée de festivités communales baptisée "La Droite, c'est la vie et pis ta gueule!", durant laquelle un pantin (grandeur nature et en cire, c'est plus joli quand ça brûle) de Marguerite Duras sera jugé ET mis à mort en place publique,  pour ces mots désormais tristement célèbres: "La Droite, c'est la mort!".

 

 

Carnaval.jpg

 

(1) Monstre(s) en verlan (dialecte utilisé par les sauvageons, du Raincy et d'ailleurs, qui consiste à inverser; par esprit de rebellion, sans nul doute; les syllabes du bon et juste François, seule langue reconnue autorisée en Sarkozie).

(2) Ici, avec une bande de potes, virilement corrects:

 

10/11/2009

Guerre des g(l)an(d)gs

"La France a peur" disait en 1976, Roger Gicquel (l'homme qui naquit triste).
"Nos banlieues ne sont plus sûres, mâ'ame Michu" pourrait écrire en 2009, Eric Zemmour (l'homme qui naquit réac').

Après qu'il eut constaté qu' "Affreux, Sale, Bête et Méchant"  n'avait que très peu de moyens (tant intellectuels que financiers), ce dernier refusa (catégoriquement et définitivement); alors que nous le sollicitions (admiratifs et quasi transis d'amour), toute idée même de collaboration avec nous.
La vexation passée (d'autant qu'un refus de sa part -en matière de collaboration- semble extrêmement rare, note bien), il fallut bien que nous trouvâmes une solution (dans ta face, Eric, le passé simple. Tu regrettes, hein? Tu regrettes, oui. Amèrement même...)

Aucun autre grand reporter socio-philosophe penseur des pages "Société" du "Figaro" n'ayant daigné illuminer ce blog de ses éclairantezéjustes analyses, nous avons fait avec ce que nous avions sous la main.

C'est donc Charles-Gilles de la Trombinière (rencontre impromptue, tant que charmante, du dernier séminaire  "Alcoolisme ou Journalisme, il faut choisir" auquel nous ayons assisté), pigiste pour "Le Parisien" (et "Détective", des fois, précise l'intéressé) qui s'y colle:

 



"DANS L'ENFER DES GANGS DU 9-2, PLONGEE DANS UNE GUERRE URBAINE:

 

En banlieue parisienne, la guerre des gangs fait rage.

L'honneur bafoué d'un membre d'entre eux (Pierre Sarkozy, dit "Mc P.S") serait à l'origine d'une rixe entre deux bandes rivales, la "TDOEMF", "Les trop des oufs à l'Elysée, mon frère", connue également des services de poulice sous le nom de "Neuilly représente", et la "SCPP", bande moins connue des dits-services, jusqu'ici.

Les deux factions rivales s'opposent violemment, après que le chef du "TDOEMF" ait réclamé à la "SCPP" le versement de 10 000 euros à "Mc P.S".
Pratique usuelle, dans ce milieu, où l'emprise d'un gang sur un territoire se mesure, en grande partie, aux "contributions" qu'il parvient à extorquer à ses concurrents.

Tentative d'intimidation qui intervient peu de temps après "La guerre de la Défense", comme l'ont appelé les services de poulice spécialisés, chargés de suivre l'évolution de ces véritables guerillas urbaines entre bandes organisées, qui se disputent les terres neuilléennes et ses alentours.

Ce qui inquiète particulièrement nos vénérables fonctionnaires de l'Ordre, est la dernière provocation de "Zébulon Staïly", qui aurait été jusqu'à "taguer" (1) le fief de ses ennemis, la MJC de Neuilly.
Le sauvageon se serait, de surcroît, fait photographier par ses "Homeboys" (2), photos envoyées à Marc Guez dit "VynileMan", chef de la SCPP.

Une provocation qui pourrait bien mettre le feu aux poudres.
"Affreux, Sale, Bête et Méchant" a pu se procurer le cliché en question.

 

SarkoTag.jpg

 

Bien que de mauvaise qualité, la photographie en question confirme indubitablement qu'il s'agit bel et bien de "Zébulon Staïly", chef du "TDOEMF". Nul doute n'est possible, "il y était et il l'a fait, le boss", prouvant qu'il n'est pas un "Mytho" (3) et qu'il a bien des "Yeucous" (4), comme le disent, employant un langage bien à eux, ses "Homeboys" (2).

La poulice craint le pire quant à la suite, l'affrontement armé entre les deux clans paraissant inévitable.
Une preuve supplémentaire, s'il en fallait, que l'insécurité progresse INEXORABLEMENT dans les banlieues françaises.

 Charles-Gilles de la Trombinière pour ASBM, en direct du 9-2.

 

 

(1) Action d'écrire ILLEGALEMENT sur un mur, avec un marqueur de calibre certain, généralement dérobé à la supérette du coin.

(2) Membres du gang, généralement détenteur d'un casier judiciaire épais.

(3) Menteur pathologique. De banlieue. Généralement.

(4) Parties génitales. Généralement hypertrophiées à force de sollicitation manuelles incessantes, particulièrement chez les rapeurs. Eric Zemmour en parle très bien d'ailleurs, dans sa dernière OEUVRE : "Sous-culture et gonades" aux Editions "C'était mieux avant!".

 

 

 

09/11/2009

Sans sûr

"Il n'y a aucune censure".

Eric Besson, ministre des immigrés (mais loin, alors).

débat sur le net : NKM vs Besson
par LePostfr

05/11/2009

Guerre civile patriotico-musicale

Or, donc, voilà.
Point de blog qui ne se respectât sans une contribution au grand débat.

LE grand Débat.

Le Seul, l'Unique, celui tout DROIT sorti de l'esprit pathologiquement patriotique (encore que ce sentiment chez lui paraisse totalement feint, et définitivement empreint de manoeuvres bassement électorales) d'Eric Besson-tout-y-compris-et-surtout-notre-pantalon-pourvu-que-ça-buzze-et-fasse-voter-l'essstrême-drouate-pour-Nous.

D'autant plus, que le Chatel, ministre du bourrage de crâne de nos chères têtes blondes (mais pas que, au grand Dam de B. Hortefeux) de l'Education Nazionale, vient d'annoncer que les écoliers se joindront, la main sur le coeur (oui, c'est obligatoire), au grand Débat.

LE grand Débat.

Outre le fait que cette participation de dernière minute -qui fleure bon les jeunesses patriotiques sur le point d'être constituées- promet de belles perles, ("Eleve Michu, qu'entendez-vous par "Liberté, Egalité, Scooter ?"), celle-ci nous a définitivement convaincu d'y participer (Avec joie, même. Et la main sur le coeur, on t'a dit que c'était obligé, citoyen).

Tu commences à nous connaître, nous ne sommes pas qu' "Affreux, Sales et Méchants", nous sommes "Bêtes", également, voire surtout.

Ce qui nous contraint à réduire au strict minimum toute tentative de réflexion.
Ce qui peut avoir comme effet bénéfique (bien qu'involontaire), de ramener les débats, que nous tentons péniblement d'aborder, à l'essentiel.

Et l'essentiel, dans la question qui t'es posée par le maréchal Besson, Peuple de France, peut se poser en ces termes:
"C'est quoi donc qui fait qu'on est français, dis-donc, mon con?"

Un premier élément de réponse réside sans doute dans l'hymne nazionale.

Et justement, c'est là que le bât blesse.
Parce que la question de l'identité nazionale, traitée sous cette angle, risque bel et bien de donner naissance à une véritable guerre civile.
Et du coup, le (saint) but poursuivi par E. Besson la-garde-y-compris-face-au-FN, noble au départ (mais si, mais si, puisqu'on te dit que c'était sincère), de rassembler autour de cette fameuse identité française risque d'échouer, à l'instar de l'occupation, en son temps.

Parce que voilà, en matière d'hymne nazionale, tu as deux options:

La version barbe de trois jours, oeil vitreux mais plume géniale tant que subversive, et qui "redonne à la Marseillaise son sens initial".

OU

La version coupe de veuxch' playmobil, oeil hagard, d'admiration, qui ferait chanter n'importe quoi avec n'importe qui, pourvu que ça rapporte et vite (du cash en premier lieu, pour la chanteuse concernée, et des voix des nationaliss' pour le petit président, en second lieu).
(Cette version là, souviens-t-en, avait été précédée ou suivie, la chronologie importe peu, d'un "Ah qu'elles sont jolies les filles de Sarkozy!", par E. Macias, chanteur de Droite à l'oeil humide de cocker triste. Une grande marrade, entrecoupée de cris de rages, qui apaisa, un tant soit peu, la catastrophe nationale de cette soirée-là).

Et tu comprends aisément, à l'aune de cette analyse patriotico-musicale; même affreux, sale, bête et méchant que tu es de venir lire pareilles inepties; qu'entre les deux camps, point de paix possible.

Définitivement.

 

 

 

02/11/2009

De "Johnny Raffarin" à "Jean-Pierre La fronde"

Jean-Pierre Raffarin, résistant en treillis (depuis peu) et emmaquisé (fraîchement) dans les caves du Sénat, prend la tête d'une bien curieuse résistance.

De celle qui te ferait presque regretter de ne pas avoir pris ta carte à l'UMP, afin de faire partie du commando (de vieux, et, de Droite majoritairement) qui se dresse soudainement, mais pas tant que fièrement, contre les sombres desseins du monarque entrôné depuis le 06 Mai 2007:

Supprimer la taxe professionnelle, rien que ça, mâ'ame Michu.

Et c'est vrai qu' "au bon vieux temps du Wock'n'woll", fallait pas les lui briser au J.P, dit "Johnny Raffarin", à l'époque.

JpLeOuf.jpg

Dans le plus pur esprit "revival", donc, Jean-Pierre reprend ses airs de rebelles d'alors.

Et s'oppose (en apparence, on va le voir), farouchement, quasi-violemment même (tout en remettant un coup de peigne à sa banane et un coup de bandana "Chanel" sur ses tiags "Versace" clinquantes), à la réforme de la taxe professionnelle, menant même une véritable "fronde" contre le gouvernement, selon nos médias (qui mentent, une fois de plus).

Parce qu'au delà des "éléments de langage" que ceux-ci répètent jusqu'à plus soif, la "fronde" évoquée par ces derniers n'est jamais qu'une sorte de tempête dans un verre d'eau. (Ou de Ricard de "Charlie la poukave". Et encore, petit, le verre.)

Mais bon, faisons comme si.

Comme si J.P était à la tête d'une révolte qui gronderait, menaçante, ourdie sournoisement depuis les bancs même du Sénat (là, tu dois commencer à flipper, normalement).

Parce que bon, c'est vrai qu'il s'agit d'une revendication dont la violence pourrait faire trembler le pouvoir en place, tellement que c'est subversif:

"Si le volet "allègement fiscal" pour les entreprises ne nous pose pas de problème et peut donc être voté rapidement, en revanche le travail relatif au volet territorial de la réforme n’est pas achevé."

Thierry, expert en collant, aurait même déclaré: "Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'en terme de fronde, ça pose grave, cousin".

 

thierry-la-fronde-tv-03-g.jpg

 

C'est tout?

Bah oui, c'est tout, mâ'ame Michu.

En fait, Raffarin et 23 sénateurs figurants jouent les d'jeuns révoltés (sur un air de Jauni) et feraient trembler la monarchie française, empêchant cette dernière de pomper un peu plus (impunément) les gueux, sur fond d'injustice fiscale flagrante.

Les mêmes qui t'annonceront, fièrement, qu'une bataille a été gagnée. Que finalement, la réforme hardcore annoncée ne sera pas si violente que ça, que, tu vois, il y a encore un contre-poids au pouvoir présidentiel dans la monarchie République française.

Mais que bon, pour contre-balancer le manque à gagner, on étudie sérieusement le rétablissement de la dîme, la gabelle, la taille et la corvée.

Parce qu'on peut tout à fait être frondeur et réformiste, bordel.

Pour te le dire autrement, et de manière plus directe, la "fronde" de l'ami J.P n'est ni plus, ni moins, que la vaseline qu'il manquait à la prochaine sodomie fiscale que tu vas devoir subir, venant de la Droite décomplexée à la tête ce pays, et qui tient en cinq mots:

"Suppression de la taxe professionnelle".

 

 

 

 

 

 

 

01/11/2009

Le côôôchemar a déjà commencé

 


"Affreux, Sale, Bête et Méchant" les a vu.
Pour nous, tout a commencé par une nuit sombre, le long d'un site internet, alors que nous cherchions un raccourci (clavier) que jamais nous ne trouvâmes.
Cela a commencé par des documents compromettants diffusés sur le net, et par une équipe restée trop longtemps sans sommeil pour continuer de surfer.

Cela a commencé par l'élection d'une chose venue d'une autre galaxie.

 

 

 

Maintenant, nous savons que les envahisseurs sont là, qu'ils ont pris forme humaine.
Nous savons que nous devons convaincre un monde incrédule que le côôôchemar a vraiment commencé.

La réalité, on te le dit depuis un moment, a définitivement dépassé la fiction.
Les preuves s'accumulent, ILS SONT PARMI NOUS!

Mais Dieu merci, nos agents nous ont signalé un défaut dans l'enveloppe humaine utilisée par les zenvahisseurs venus de la galaxie UMP060507, qui permet de les identifier à coup sûr:

Le majeur de celle-ci, pour une raison que nous ignorons, reste raide en permanence, comme le prouvent les documents suivants.


Eric Besson fait-il (encore) un doigt d'honneur à Canal+?
envoyé par LePostfr. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

 

 

Sarko_unef-320x452.jpg.png



Ne te laisse pas abuser par la désinformation ambiante, orchestrée par les médias, qui tente de prouver qu'il s'agit d'une raideur contextuelle.
Ou que celle-ci ne serait pas le fait exclusif des habitants de la galaxie UMP060507.

915912-1132055.jpg

 

Benoit-Hamon-doigt-d-honneur-Yann-Barthes.jpg



Et note bien, futur résistant, que la nouvelle version de l'enveloppe humaine utilisée par nos colonisateurs n'a corrigé que partiellement la faille de la première, puisque c'est l'index de l'E.T qui est raide:

 

 

xavier bertrand- reformes-retraites.jpg


Autre information capitale, leur chef, lui, doit se régénérer dans un caisson d'isolement lui permettant de retrouver l'atmosphère de sa planète d'origine (qui, dit-on, aurait une légère odeur de salle des marchés):

douchecapture1.jpg

douchecapture3.jpg

 

Dans le cas contraire, celui-ci se met à se comporter de manière particulièrement étrange, et répète, notamment, des phrases qu'il a déjà prononcées, sans même s'en rendre compte.

 




Ne te reste plus, terrien, maintenant que tu es dans le secret, qu'à te joindre à nous, et bouter l'ennemi hors de notre planète, puisqu'il menace notre sainte identité INTERNATIONALE.

27/10/2009

"Pose ce sécateur, tu m'fais peur"

A l'UMP, on aime les histoires.
Mais pas n'importe lesquelles:

A l'UMP, on aime les BONNES GROSSES HISTOIRES.

Celles avec du sanzédélarme dedans. Et s'il y flotte un ou deux glaviots, en sus, c'est un bonheur ineffable qui s'empare des rangs de la majorité (du sein desquels il devient quasi-impossible de retenir F. Lefevbre; penseur chevelu bien que réactionnaire, et inversement; pour qu'il ne s'empresse de s'y vautrer avec joizéfrénézie).

Mais Fredéric est déçu, cette fois.
Car ce n'est pas lui que le Maître a désigné pour alimenter la dernière polémique de comptoirs (de beaufs), et les prochaines engueulades de chaumières (de gueux), où l'on n'a point encore sa rolex, même à 50 ans, mais un gigot sur la table quand même, pour s'étriper joyeusement autour, le dimanche.

Notre conteur gouvernemental, cette fois, c'est Michelle Alliot-Marie.
MAM, pour les intimes, genre président de la République et fils; Michelle A.M, future ministre de la hache (émoussée) et du sécateur (rouillé), pour les autres.

Celle-ci vient d'être désignée,donc, par le Chef de la Nation (Gloire à lui) pour allumer le dernier contre-feu, qui fera buzzer (dans le vide), et qui permettra, par une habile manoeuvre dont sont coutumiers nos (fiers) représentants de masquer:

Le chômage de masse (Oui, mais c'est la crise, mâ'ame Michu?) ;
Les profits zonteux des banquiers qui s'en collent plein les fouilles, malgré que le président il les a grondé fort fort fort , ces vilains;
Le mensonge de l'"H1N1 Qui qu'en veut d'mes vaccins?";
Les magouilles zélectorales du député décomplexé du kimono;
L'attentat de Karachi, rien de moins qu'une affaire d'Etat (Qui a dit "De plus?");
Le renvoi d'hommes, femmes et enfants dans des pays en guerre (Mais pas trop, selon E. Besson, pis tous frais d'hôtels payés, faut pas déconner, on est pas des bêtes non plus, même l'identité nazionale à un petit coeur qui bat, qu'est ce que tu crois?).
(Liste non exhaustive)

Campagne d'enfumage façon artillerie lourde et polémique à deux balles (mais en plomb, quand même) en perspective, donc.

MAM, (sur une idée de Francis Evrard, violeur récidiviste) déclarait, il y a peu (entre deux embastillements de dangereux ultra-anarcho-autonomes encagoulés):

"Pour l'instant, la castration physique est interdite en France, mais elle existe ailleurs. Je pense que cela mérite une analyse et qu'aujourd'hui la question de la castration physique peut se poser et être débattue, y compris au Parlement".

Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", plusieurs questions nous taraudent, depuis...:

Hannibal Lecter va-t-il, à l'instar du triste personnage P. Evrard, devenir consultant/conseiller/membre d'une quelconque commission pour le gouvernement?
Si oui, nous avons d'ores et déjà quelques sujets de réflexion à lui soumettre...

A quel exemple précis se réfère MAM en déclarant :"(...)mais elle existe ailleurs"?

Parce qu' après moultes recherches, force est de constater que les nations qui raccourcissent leurs consultants délinquants sexuels ne sont pas légions:
La Suisse, le Canada et la République Tchèque, selon l'un des rares journalistes à s'être penché sur cette aspect de la déclaration de MAM (qui ne sait sans doute elle-même, au moment où elle profère ces paroles, si celles-ci sont belles et bien fondées, mais qu'importe, pourvu que ça agite les médias...).

Et encore faudrait-il savoir, de surcroît, dans quelles proportions? (On parle ici de pourcentage de peines de ce type, et non pas de centimètres, tu l'auras compris, les détails importent peu ici).

Voyant notre nouveau griot UMPien dans la peine, "Affreux, Sale, Bête et Méchant", dans un grand élan du coeur, a décidé de voler à son secours.

Point d'exemples géographiques frappants?
Foutre, que c'est gênant!
La polémique qui devait détourner l'attention des boeufs risque de retomber comme le brushing de F. Lefebvre sous les crachats du peuple.

A moins que plutôt que d'en appeler à la Géographie, il ne faille se référer à l'Histoire?

(Avec un grand "H". Comme dans "Hache", oui).

Car là, oui, les exemples ne manquent pas et foisonnent littéralement, de (joyeuses) contrées où les (joyeux) régimes en place eûrent recours au coupage de balloches déviantes et anormales.

Allemagne, Etats-Unis, Suède, Pérou, Japon, etc...


Toutes ces fières nations, naguère (mais dans un naguère assez proche, toutefois), pratiquèrent la castration physique, pour diverses raisons, plus vomitives les unes que les autres.
Ce qui n'empêchera pas MAM, sois-en certain, de garder la tête haute, et de pouvoir affirmer, sans crainte, que "cela s'est fait, ou se fait ailleurs", et que donc, "Partant de là, mâ'ame Michu, pourquoi donc qu'on leur couperait pas, nous non p'u? Hein? Pourquoi donc? Gégé, tu r'mettras un jaune."

Un passage attire l'attention, particulièrement, lorsque l'on se penche plus avant, sur ces fiers exemples, puisqu'il traite précisément de la castration physique des délinquants sexuels dans l'Allemagne nazie:

"En 1935, le code pénal est modifié pour permettre la castration "volontaire" des délinquants sexuels condamnés au titre du Paragraphe 175. Le 20 mai 1939, le Reichsführer-SS Himmler autorise la castration forcée des délinquants sexuels. Leur consentement n'est pas requis, explique-t-il, car ces détenus savent qu'ils pourront être libérés une fois l'intervention réalisée avec succès".
"Hidden Holocaust? Gay and lesbian persecution in Germany 1933-45", Günter Grau (ed.).

De quoi être définitivement rassurés:

Le buzz va être de GROS, très GROS calibre.

 

26/10/2009

Possible indigestion

"Affreux, Sale, Bête et Méchant" vous propose son menu du jour:

 

 

En entrée, le chef vous suggère sa petite mignardise musicale, (très) sobrement intitulée (sur une proposition de F. Mitterrand, Homeboy rapophile célèbre):

"J'nique la faim dans le Monde

Qui sera suivie de ce:

"Rappel de l'essentiel sur son lit de brouhaha mé(r)diatico-politique"

(Cliquez sur l'image avec votre fourchette) 

FamineOpulence.jpg

En dessert, quelque chose de plus léger (mais pas que...) :  

 "Petite carreterie dans sa crème de rigolade


Les Nuls - Equathon
par auteuil92

 

 

La direction vous souhaite une bonne digestion, et vous rappelle, à cette occasion, que vous avez l'indécent privilège, en cette belle année 2009, d'éventuellement en avoir une mauvaise.

23/10/2009

Electric Novlangue

TaserDoux3.jpg

Dans la vraie vie, tu décèdes d'une "crise cardiaque". A Taserland, où tout le monde parle couramment le novlangue,  tu subis "un évènement cardiaque négatif".

On dit également, dans ces belles contrées électriquement sécuritaires, que les 351 décès dûs à l'utilisation du Taser par les forces de l'ordre (électrifiées), entre 2001 et 2008 , sont des "évènements  à létalité réduite accrue".

Et tout de suite, c'est tout de même moins brutal (dans les mots), à défaut  de ne pas être mortel (dans la réalité).

 

 

22/10/2009

Désespérément drôles

On murmure ici et là (et par là-bas, un peu aussi), qu'une étrange vague de dépressions frapperait actuellement nos humoristes, caricaturistes, chroniqueurs, blogueurs drôles (ou tentant de l'être), déconneurs anti-régime de Droite décomplexée et autres clowns politiquement engagés.

Que ce serait pire que la grippe A-H1N1-DUPOULET-DUCOCHON-DUMEXIQUE-MAIS-PAS-QUE.

Que Stéphane Guillon serait au bord du suicide, qu'il envisagerait, à seule fin de réussir celui-ci, de prendre sa carte à l'UMP, même.
Que Didier Porte serait sur le point de se lancer dans une carrière de rappeur, "genre underground pur t'as vu, autoproduit tac-tac z'y va", épaulé par Morsay, intellectuel rappiste et beatboxant, tchac tchac boum.
Christophe Alévêque penserait, quant à lui, épouser Claude Chirac. Rien de moins.
A peu près pour les mêmes raisons que Stéphane Guillon: En finir, une bonne fois pour toutes.

Force est de constater qu'au train (de réforme, mais pas que) où vont les choses actuellement, que les artistes sus-nommés n'auront (très) bientôt plus d'autres solutions que d'aller grossir les rangs des clients de Pôle Emploi (où leur compétence en matière de vannes ne sera pas de trop, notes bien, vu l'ambiance, ces derniers temps).

La bonne nouvelle, parce que quand même, il en faut bien une, c'est qu'il s'agit d'une entreprise très jeune, certes, mais vouée à un très bel avenir, il faut bien le reconnaître.
Au vu de l'état  de la foire aux bestiaux salariés du marché du travail, actuel et à venir.

Le secteur de la vanne politique est en passe de devenir, donc, disions-nous, l'un des plus concurrentiels du moment, et les candidats sont légions. Ca va dégraisser sévère.

D'autant qu'aux vues du talent des nouveaux arrivés, les ténors de la profession ont de quoi se morfondre.

Ainsi peut-on  goûter quotidiennement l'humour (fin) d'une troupe de comiques fraîchement constituée, dont le goût pour la provocation ferait pâlir d'envie le professeur Choron lui-même, si sa dernière provoc' n'eût été de nous laisser seuls, désemparés, les zygomatiques en berne.

Florilège des (derniers excellents) sketchs de nos joyeux drilles (mais néanmoins à la tête du pays), qui ferait passer le JT de  GrolandSat pour la meilleure édition de celui de LCI, tellement la réalité dépasse, et de loin, la plus énorme des vannes qu'on fera jamais ici:

"Travail, Dimanche? Ou Pôle Emploi, Lundi?":
Grosse vanne du duo Darcos-Bertrand, les Heckle et Jeckle du travail (qui rend libre!) qui est la chute d'un numéro entamé par ce dernier, alors qu'il était ministre du travail, et repris par son triste compère, prouvant par là même qu'il maîtrise à la perfection le principe du comique de répétition (ce qui confirme ,en outre, que les meilleures plaisanteries sont les plus courtes, quand même, dans le fond).

Luc Chatel en a glissé une petite aussi, c'est plus fort que lui (Il est comme ça Luc. Peut pas s'empêcher de faire marrer tout le monde...):
"Le gouvernement soutient cette proposition de loi parce que nous considérons qu’il faut donner au salarié la liberté de travailler le dimanche comme il le souhaite."

"T'en veeeeeeeeeux?":
Ou comment nos joyeux (et amusants) membres du gouvernement manient à merveille les techniques subtiles de l'art de la parodie, en singeant à la perfection les postures absurdes (et scientifiquement rétrogrades), des discours alarmisto-débiles des années 20 qui amalgamaient joyeusement tous types de drogue et l'utilisation qui peut en être faîte.

"Attends, tu vas te marrer, celle-là est énorme... Foi de Fredo l'rigolo":
Frederic Lefebvre, comique même, et surtout, d'un point de vue capillaire, est sans doute l'un des plus prometteurs de nos néo-rigolos.
Digne héritier de J.M Bigard, comique à grosses vannes de destruction massive, celui-ci applique au laser la technique du "P'u qu'c'est gros, P'u qu'ça fait tordre le boyau", et, en très grande forme, décidément, nous explique sans rire ('Tin qu'il est fort) que "les médias cherchent à détruire le président de la République".
Il s'agirait d'ailleurs de la vanne number one des rédactions, en ce moment, et plus particulièrement de celle du "Figaro", Mougeotte et Dassault ayant frôlé l'incident cardiaque, à force de se marrer.

Jean-Jacques Cros (France3 Ile de France), qui a reçu très récemment "Jean le persécuté et quasi-martyr", aurait déclaré, pour sa part:
"Ah! Le con! Il est trop fort, le Fredo!", avant de continuer à se tenir les côtes, qu'il a douloureuses depuis la sortie du comique chevelu.

Mais nous ne pouvons clore ce tour d'horizon de nos futurs talents du rire (français) sans évoquer les imitations, bluffantes, comme on dit dans le jargon, de Nicolas "C'est moi le plus drôle" Sarkozy. Et de partager avec vous cette remarquable prestation, dans laquelle il incarne un Joe Pesci (teinté de Bourvil, sa petite touche perso) ultra-convaincant (notez au passage la force du texte, la finesse de l'improvisation, bref, le talent, incommensurable de l'artiste. On en pleure à chaque fois.):
Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", nous partageons le désarroi de nos humoristes.
Et leurs inquiétudes quant à l'avenir.
Parce que c'est vrai qu'en termes de caricatures, satires et autres, la bande de joyeux lurons en place est au-delà de toutes limites.

20/10/2009

Cappelisme d'Etat

Même composé de membres qui pensent que "c'est pas "La princesse de Clèves" et autres gauchiseries littéraires qui vont Nous permettre d'accroître efficacement le Cash-Flow, mâ'ame Michu", le gouvernement n'en reste pas moins profondément zamoureux de la langue française, qu'il s'attache à réformer (avec zamour) quotidiennement:

Ainsi, on ne dira plus désormais "Tante Edvige vient d'enfanter" mais "Oh! Les jolis petits monstres!".
"Forces DE l'ordre" sera, par ailleurs, astucieusement remplacé par "Forces A l'Ordre", "Pousses AU crime" n'ayant pas été retenu, finalement.

On murmure, dans les couloirs (sombres) du château de Versailles, que Maître Capello serait sur le point de prendre la tête du "Ministère de la langue française réformée et en mieux, en plus". Le nom de Danielle Gilbert serait, selon nos sources, sur toutes les lèvres concernant le "Ministère de la Culture mais en plus simple, quand même".

Sous réserve que leur fichage respectif ne fasse apparaître quelque passé compromettant, bien évidemment.

Demain, "Affreux, Sale, Bête et Méchant" vous initiera au vocabulaire auvergnat, et à ses (fines) boutades qui font la joie des petits et des grands, surtout en fin de repas.

15/10/2009

Egalité de MA chance




Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, roi soleil de la pensée républicaine, a tout à fait raison. Et chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", nous nous réjouissons d'apprendre qu'il ne faille pas compter sur lui pour "(...)renoncer à l'excellence".

Parce qu'y renoncer nous eût privé, en premier lieu, de la plume, affûtée, des nègres élyséens. Et nous serions passés à côté de ça:

"Quand on naît avec seul héritage, les possibilités que la République vous offre, si la République vous offre moins, vous avez encore moins que les autres, qui, eux, ont l'héritage de la naissance".

Pour entendre ça: "Dites donc, les gueux, on peut pas népoter tranquille, ou bien?".

Et tu reconnaîtras, aisément, avec Nous, manant mal né, que ça a quand même moins de gueule. En terme de rhétorique.

De même qu'un discours pré-électoral, sous-titré en gueux, c'est tout de même nettement moins lyrique:

Et là, tu mesures bien, toi même, petite chose du peuple sans héritage, la tristesse d'un monde qui aurait renoncé à l'excellence, accessible à tous.

Dieu merci, Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa veille. Fièrement. Implacablement.

Puisqu'il te le dit.

 

 

 

13/10/2009

Tels pères, tels fils?


Jean Sarkozy, dit "Coeur Vaillant même à 23 ans", répond à ses détracteurs avec maestria, prouvant que s'il peut paraître immature, incompétent et honteusement pistonné quant à sa future nomination à la présidence de l'EPAD, il n'en est pas moins, comme Papa, un grand communiquant (tout le monde).

C'est le petit ? Sarkozy, dernier de la glorieuse lignée, qui, à l'instar du p'tit Louis lors de la dernière campagne présidentielle, est mis à contribution et adresse un message extrêmement touchant à son pôpa, particulièrement en cette période d'adversité, où l'on ne peut même plus népoter tranquille, ma pov' dame:

Echographie.gif
"BONNE CHANCE, MON PAPA!"


Emouvant, non?

12/10/2009

La même chose!

Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", on est comme toi.

Le jour où l'on apprit que Barack Obama s'était vu attribuer le prix Nobel de la paix 2009, on s'est resservi un verre. Parce que, quand même, attribuer tel prix au président des Etats-Unis perpétuellement z'en guerre, fallait en avoir une sacré paire, qu'on s'est dit, entre deux rasades.

Mais z'en fait, à bien y réfléchir, le "new jizuss oh my lo'd, you're gonna sève the world" élu outre-Atlantique mérite bel et bien une récompense, et non des moindres.

Parce que résister à l'envie de mettre sa (grande) main sur la (toute petite) gueule de S. Berlusconi, et son humour hortefesque ("Un président des Zuessa bronzé, ca va, c'est quand y'en a plusieurs qu'il y a des problèmes"), c'est vrai que ça mérite pareille décoration universelle.

Le type est un véritable jedi de la Paix. Un prix Nobel, quoi. En or massif.

 

 

10/10/2009

Ensemb', Tout est possib'. TOUT.

Communiqué du Ministère de l'Ordre, de la répression, du Taser et du Tonfa:

 

"Citoyens, citoyennes, forces de l'Ordre (chéries),

Tout conducteur qui serait: drogué, alcoolique, somnolent, inattentif, myope, téléphonant, riant, de Gauche, chômeur fainéant, sans-papiers du Pas-de-Calais et d'ailleurs, serial killer relâché trop tôt, sera immédiatement abattu.

La dépouille du contrevenant sera exposée au centre du carrefour le plus proche, dans le but d'exhorter chacun des autres ennemis routiers de la République à collaborer à la baisse des statistiques.

Tout membre des forces de l'ordre (chéries) refusant d'appliquer ces directives sera irrémédiablement classé dans la catégorie des délinquants évoqués ci-dessus.

Ensemble, tout est possib'. TOUT.

Vive la France, vive le président et vive le Pape. Bon week-end et bonne messe."

 

 

08/10/2009

Artistes (?) engagés et flatulents

 

Selon nos sources, Jean-Marie Bigard, pourfendeur comique du terrorisme d'Etat et expert en démolition ourdie, préparerait un nouveau pestacle.
L'artiste (?) s'y penchera à nouveau sur l'actualité, avec un sketch notamment inspiré par la technique rectale et dernier(s) cri(s) des kamikazes Al-Quaïdesques, et sobrement intitulé: "C'est qui qu'a pété?".

Je sais pas Toi, mais Nous, on a grande hâte que Laurent Gerra (?) s'y mette aussi.

07/10/2009

CheFDT

 

ShrekJaune.jpg

"Je fais partie d'une organisation syndicale qui est un contre-pouvoir".

François Chérèque, Secrétaire Général CFDT, France Inter, le 07/10/2009.

06/10/2009

Votation citoyenne à Corbeil-Essonnes: Bel élan de $olidarité

SergeCasquette.jpg

Serge D., que toute la ville de Corbeil-Essonnes a affectueusement  surnommé "Monsieur Patate$", est sauvé.

Le pauvre bougre, menacé d'expulsion par les dangereux Kommunistes du Conseil d'Etat (ces gens sont partout, c'est dire leur pouvoir sournois) ne doit son salut qu'à un magnifique élan du coeur des (fiers) Corbeil-essonnois et Corbeil-essonnoises.

Serge pourra donc continuer d'occuper (illégalement) les locaux de la Mairie, soutenu par cet émouvant mouvement de solidarité de la population.

On en pleurerait presque.
 

05/10/2009

Pansements et jambes de bois

Comme dans "Dallas", il arrive parfois que l'univers ne devienne impitoyable.

Sauf que c'est pas à la télé, et que les turpitudes de JR, ou les beuveries de Sue Helen, c'est "Week-end chez les bisounours" à côté de la réalité que tu te prends dans la gueule, tous les matins, en commettant l'erreur d'écouter écoutant "France Info, la radio de propagande qu'il te faut".

Comme si l'affreux texan au stetson blanc et sourire carnassier t'envoyait une bonne grosse décharge de son plus gros fusil (cadeau de la NRA, lorsqu'il a fait sa première communion) dans ta face.
Ou encore comme si son éponge de femme te vomissait sur les pompes, alors qu'elle vient de vider, d'un trait, les puits de pétrole de son mari, de peur que le delirium tremens ne survint.

Glauque, super glauque.

L'univers qui vire impitoyable, en vrai, ce sont ces salariés de France Telecom Orange qui sautent à l'élastique. Sans.
L'univers qui vire impitoyable, en vrai, c'est la Terre (rien que ça) qui est sur le point de devenir un véritable Enfer (rien que ça bis).

Heureusement, heu-reu-se-ment, ce ne sont pas les sauveurs de mondes qui manquent.

Qu'il s'agisse de celui de l'entreprise, ou du Monde, tout court (comme le temps qui lui reste).

Lorsque l'univers de l'entreprise devient trop impitoyable, donc, ses dirigeants réagissent.
Orange, par exemple, face à la "mode" du suicide ("Très tendance cette corde, mon p'tit Martin."), construit des immeubles anti-suicides.

Lorsque l'univers de la planète est sur le point de devenir invivable, ( "Mon p'tit Martin, je crois que vous avez les pieds dans l'eau. Et les poumons aussi.") les scientifiques réagissent. Et proposent de refroidir artificiellement la planète ("Mon p'tit Martin, passez moi le pingouin, là. Merci.")

On le voit à travers ces deux exemples des plus pragmatiques, un problème n'est pas problème, s'il n'a pas de solution.

Bêtement, nous pensions ici que les conditions de travail, le stress, tout ça...

Idiotement, nous pensions tégalement que les industriels, la pollution, tout ça aussi...

Meuh noooooon.

Il convient juste d'avoir libres et justes penseurs à portée de main, pour trouver des solutions.
Pas plus compliqué que ça, dans le fond.

C'est pourquoi, chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", nous avons décidé de réunir les plus libres et justes penseurs de l'époque actuelle, et de proposer, selon leurs avis zéclairés, cinq solutions à cinq problèmes de notre Temps.

La classe. Tout simplement.

Problème n°1: La Crise.
Trooooooop simple.
"Supprimons les pauvres qui l'ont choisi, aussi, faut r'connaître." (Patrick Balkany, magicien).

Problème n°2: Le chômage.
Bah là, pas difficile.
"Supprimons les fainéants qui refusent de travailler chômeurs." (Serge Dassault, digne héritier de la libre pensée).

Problème n°3: La violencélinsécurité.
Les doigts dans l'nez, carrément.
"Supprimons la racaille". (Raymond Karcher, ami de Nicolas Sarkozy).
Pour la violencélinsécurité policière (très exagérée), trop fado, "supprimons les droits de l'Homme" (Nicolas Sarkozy, ami de Rama Yade).

Problème n°4
: La pédophilie.
Super simple.
"Supprimons les enfants. Et internet, surtout". (Frédéric Lefebvre, libre penseur surtout d'un point de vue capillaire).

Problème n°5: La montée de l'intégrisme religieux (mais à tendance musulmano-terroriste, uniquement, les autres religions n'étant que paix et amour, bien évidemment).
Limpide.
"Tous à poil, sans chemi-zeuuuu et sans burqua!" (Christian Vanneste, fondateur du mouvement "Ensemble, contre le carnaval!")

Il devient absolument évident, au regard des solutions proposées ici, comme à la lumière de celles avancées pour Orange, la société où il fait bon vivre, même fenêtres closes, et pour la planète, où il fait bon prendre un bain de mer, même à Clermont-Ferrand, que le problème, le vrai, ce sont les gauchiss' , incapables d'égaler les hauteurs de pensée perchée de nos sauveurs de mondes sus-évoqués.
Les gauchiss' , Oui, qui font rien qu'a tout complefixier avec des mots compliqués comme "Causalité", "Origines", "Sources".

Parce qu'au fond, ce que veulent ces gens là, c'est bien réduire les formidables libertés que permettent le merveilleux système dans lequel tu vis.
Celui-là même qui te laisse le choix de te foutre en l'air si t'es viré, délocalisé ou pressurisé à mort.
Celui-là même qui te laisse le choix de regarder la planète pourrir, petit à petit.

Et toucher à la Liberté (d'entreprendre, notamment), non, ça, ce n'est pas envisageable.
Point barre.

04/10/2009

On s'téléphone, on s'moralise?

Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", on admire (profondément, mais alors pro-fon-dé-ment, hein) le président des travailleurs du dimanche.

Pour son courage, digne de celui d'un Jaurès, au hasard, face aux méchants banquiers vilains qui s'en collent plein les fouilles sur ton dos, notamment. Parce que le président, dans sa soif inextinguible de justice sociale, et dans sa quête éternelle de moralitude du Kapitalisme sauvage et décomplexé, il n'y va pas par quatres chemins, mâ'ame Michu.

Même qu'il a sommé, à 7 reprises au moins, hein, les grands patrons de la finance française, de le rencontrer. Ce qui constitue, quand même, une preuve i-rré-fu-table de sa volonté de fer de remettre de l'ordre dans le grand barnum Kapitaliste déshumanisé.

Les choses sont en train de changer. Fondamentalement.

Fini les repas gargantuesques passés en note de frais. Les choses allaient trop loin et il a fallu tout le courage et la détermination sans failles d'un N. Sarkozy pour mettre fin à ces pratiques scandaleuses. Les grands patrons, ces salauds responsabdelacrize, sont désormais contraints de manger avec le président, grand pourfendeur de l'argent roi même à table.

Et fort de ces premiers succès, l'Elysée envisagerait de leur coller des tickets restos.

Oui, comme toi, salarié pauvre, des TICKETS RESTOS! Premier pas vers l'égalité zentretouss.

La révolution est en marche, c'est indéniable, cette fois. Et son leader est à la tête de notre fière patrie, gloire à Lui.

En plus, ça simplifierait les choses pour les prochains gueletons. Parce qu'à la cour des comptes, ils seraient un peu regardant sur les frais de bouche, paraît-il.

Presqu'aussi pingres que les citoyens de la France d'en bas (qui, décidément est bien ingrate) qui font la moue quand on leur présente la note, c'est dire...

Notre fier président a décidément bien du mérite.

 

 

 

 

 

Houblon, Malt & Confusion

 

Une très récente étude, menée par le gouvernement irlandais, vient de prouver qu'une consommation excessive de houblon et de malt provoque de graves troubles comportementaux zélectoraux.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu