Avertir le modérateur

19/09/2011

Un homme à la mer?

 

Les nombreux liens et références utilisés par Etienne Chouard, figure notoire de la lutte anti-TCE en 2005, créent dernièrement un malaise certain chez nombre de ses anciens (zénouvo) "fans".

Malaise d'autant plus vif que ce dernier s'engage depuis peu auprès des Indignés, constitués -pour le moment encore- de militants (ou "citoyens" comme ils préfèrent souvent se dénommer eux-mêmes) plutôt diamétralement opposés, sur l'échiquier politique, à ceux d'extrême-droite.

Il est vrai que ses références, nombreuses et fréquentes; tant que volontiers élogieuses; à Alain Soral, François Asselineau, Jacques Cheminade et/ou aux sites tels que "Le Réseau Voltaire", "Le Grand Soir",  "Mondialisation.ca", "Enquête & Débat", et autres "Oulala.net", ont de quoi laissé un fort doute quant à son adhésion aux thèses qui sont défendues par les tristes personnages sus-mentionnés et/ou sur les sites en question.

Malaise qui n'a pas tardé à se répandre sur "la toile", en ces temps où les frontières extrême-gauche/extrême droite semblent de plus en plus perméables. Et ce, pour diverses raisons. Dont certaines ont déjà été évoquées ici notamment, dans le document relayé par le (court) billet de ce matin.

Point besoin d'y revenir, donc (ou alors une autre fois. On va pas tout mélanger, non p'u, merci).

Il peut être intéressant, en revanche, de s'attarder sur les deux billets rédigés par Etienne Chouard, en réponse à ce mini-buzz ternetesque, en ce qu'ils peuvent constituer un début de réponse à la véritable question que pose ledit mini-buzz:

Etienne Chouard adhère-t-il aux idées prônées par les divers mouvements d'extrême-droite qu'il cite OU est-il victime de ce qu'il présente comme une innocente (et plutôt Xtra-large) ouverture d'esprit?

Le premier de ses deux billets démarre plutôt maladroitement.

D'une maladresse dont on peut raisonnablement se demander, aux vues des capacités intellectuelles supposées de l'auteur, si elle n'est pas habilement feinte.

Ainsi Etienne Chouard se lance-t-il dans une tentative de définition de l'extrême-droite.

Qu'il base essentiellement sur le sens initial; à proprement parler basique;  de ce terme qui désigne une famille politique dont il ne peut ignorer qu'elle n'a cessé d'évoluer, de tous temps.

Et dont il sait à l'évidence; puisqu'il l'écrit lui-même; qu'il est rigoureusement impossible de la décrire "en deux mots".

Malgré cette indéniable impossibilité, Etienne Chouard avance un premier argument:

"(...) le projet d'extrême droite est un projet de domination d'une bande de riches privilégiés, au moyen d'un chef unique pas ou peu contrôlé par "son" peuple : l'extrême droite veut un homme fort, un leader maximo, un duce, un führer, un roi, un dieu."

Face à cette première affirmation, on est en droit de se demander si l'auteur de ces lignes a bien écouté et regardé les vidéos d'Alain Soral, par exemple, qu'il relaie fréquemment.

Le personnage en question, sous des discours aux accents faussement "gauchistes", présente tous les symptômes d'une mégalomanie difficilement maîtrisée. Ce qui le fait totalement correspondre avec le portrait du "dieu" brossé par Etienne Chouard, et que l'extrême-droite appelle, effectivement, de tous ses voeux.

Et si le "mouvement soralien" combat, en apparence, l'autre caractéristique de l'extrême-droite dépeinte par l'auteur, à savoir le "(...)projet de domination d'une bande de riches privilégiés", c'est, justement, parce que celui-ci emprunte sa stratégie d'accession au Pouvoir à l'une des nombreuses variantes des mouvements d'extrême-droite: Le National-socialisme, en l'occurrence.

Auquel Soral et ses disciples ont apporté quelques "touches personnelles", évidemment.

Qu' Etienne Chouard soit dupe de "l'apparent gauchisme" d'un mouvement tel qu'"Egalité & Réconciliation" est pour le moins hallucinant.

Sinon fortement suspect.

Et si M. Chouard est réellement convaincu qu'il faut "(...) mettre tous les aspirants chefs sous le contrôle quotidien de ceux qu'ils prétendent dominer", alors ce dernier se trompe lourdement quant au choix de ses "amis". Invitons-le à visionner de nouveau les vidéos qu'il met en ligne sur nombre de ses interventions. Invitons-le à se pencher, vraiment, sur les liens existants entre "Egalité & Réconciliation" et le FN. Et sur les personnages gravitant autour de l' "UPR", parti de François Asselineau, dont il semble apprécier moultes idées.

Quant aux revendications nationalistes, pour ne pas dire xénophobes, des mouvements en question, celui-ci devrait s'interroger sur leur compatbilité avec les idéaux qu'il dit défendre.

Il semble y avoir là quelques incohérences manifestes, indignes d'un défenseur d'une "société radicalement démocratique".

La dernière partie de la réponse d'Etienne Chouard s'appuie sur le fait qu'on l'accuse d'être "anti-PS"; par le simple fait de minorer l'importance des revendications du parti en question; et donc d'être un "fasciste".

Nous serons d'accord avec lui sur ce point. Il ne suffit pas d'éxécrer le PS pour être fasciste. Il s'agit là d'un argument au moins aussi faible que ceux qu'il avance afin de démontrer sa non-appartenance à une certaine extrême-droite, convenons-en.

Pour autant, il écrit à cette occasion certaines "choses" particulièrement troublantes, tant dans le fond, que dans la forme:

"- je ne suis pas raciste et je pense que le racisme LA PLUPART DU TEMPS est une erreur, une peur mal fondée, une opinion politique qui peut être changée par un débat respectueux et approfondi — alors que cette pensée politique (raciste) s'endurcit quand elle est sottement caricaturée et criminalisée par des Torquemada arborant frauduleusement l'étendard "antiraciste"

Il y aurait un "bon racisme" et un "mauvais racisme". La "pensée politique (raciste)", basée sur les pires inepties et les plus infondées des considérations, ne doit pas être caricaturée ("sottement"), au risque de la renforcer: ceux qui combattent le racisme le nourrissent, "inversisme" caractéristique du discours extrême-droitier. Premier point... Etonnant.

La sémantique elle-même, utilisée par M. Chouard, rappelle par ailleurs, celle que l'on trouve quotidiennement dans les commentaires des sites tels que "Fdesouche", pour ne citer que celui-ci. "Torquemada", notamment, est une des insultes favorites de ses commentateurs, notamment. Lorsque l'on cherche à prouver que l'on n'adhère pas aux idées défendues par lesdits sites, il apparaît bien curieux d'en utiliser le vocabulaire. Second point... Troublant.

Etienne Chouard clotûre d'ailleurs son premier billet en entonnant une rengaine bien connue de ceux qui scrutent les sites d'extrême-droite:

"On" cherche à le faire taire, ceux qui l'accusent de fascisme sont eux-mêmes des fascistes:

"(...) il s'agit de salir, par la vieille technique de la calomnie, ceux qui résistent aux projets de domination du moment. La liberté de penser sur les attentats du 11 septembre est un marqueur très intéressant, et je commence à identifier ceux qui traitent les autres de "conspirationnistes" comme des COMPLICES objectifs du système en formation.

Ce qui devrait conduire à se poser cette question : les auteurs de telles calomnies sont-ils bien "de gauche" ? Ou ne sont-ils, pas précisément, des faux-nez des privilégiés s'affublant de l'étiquette frauduleuse "antifasciste" ?"

Ne manque que l'emploi des mots "agents de l'Empire" ou autres locutions Dieudonniaises, et la "panoplie" serait complète.

Curieuse démonstration, décidément, pétrie de troublantes similitudes langagières et d'assez grossières définitions parcellaires...

Le titre même du second billet d'Etienne Chouard, relatif aux accusations qu'il entend combattre, "Le fascisme n'est pas assimilable à l'antisémitisme", provoque également un indéniable malaise.

"Et alors?" a-t-on spontanément envie de répondre.

L'un est-il plus condamnable que l'autre?

Et à l'inverse, l'une de ces saloperies serait-elle plus acceptable que celle à laquelle l'oppose M. Chouard?

Il convient toutefois, pour tenter de saisir sa pensée, d'aller plus loin dans la lecture dudit billet.

L'auteur s'y lance, en premier lieu, dans une longue démonstration visant à prouver que les "antiracistes" ainsi que les "antifascistes" sont, dans le fond, aussi condamnables que les racistes et les antisémites qu'ils combattent:

"Un mot d'abord de l'antisémitisme. À mon sens, l'antisémitisme est, comme le racisme — mais aussi comme l'antiracisme, ou même l'antifascisme, je m'en aperçois aujourd'hui à l'occasion de cette calomnie —, UNE ERREUR DE JUGEMENT QUI CONSISTE À TOUT MÉLANGER, AMALGAMER, simplifier à l'excès : on considère que tous les juifs, ou tous les noirs, ou tous les phallocrates, ou tous les racistes, sont LES MÊMES et méritent LE MÊME TRAITEMENT. C'est manichéen, c'est bête, car le monde n'est pas noir ou blanc."

Propos étayés par une habile manoeuvre consistant à pointer le fait, indéniable, qu'une grille de lecture simpliste ne peut rendre compte de la complexité de pareils "phénomènes socio-politiques".

Toutefois (mais c'est là une opinion toute personnelle, accordons-le à M. Chouard), les éventuels erreurs de jugement des "antiracistes" ou des "antifascistes" semblent, pour le moins, être le fruit de causes bien plus nobles, A LA BASE, dans ce qui les a engendré, que celles qui défendent la supériorité d'une race, ou d'une religion, sur une autre.

Et mine que rien, c'est une différence de taille...

Etienne Chouard parle d'ailleurs egalement de "sens du discernement", et écrit que "(...)TOUS LES RACISTES NE SONT PAS DES FANATIQUES. Si l'on veut pacifier le monde, il me semble important de garder son sens du DISCERNEMENT et éviter de diaboliser tout le monde : la plupart des racistes, des antisémites, des phallocrates, des homophobes, etc. le sont modérément et peuvent encore changer d'avis, si on prend le temps de parler, d'argumenter, de démontrer (au lieu d'agresser et d'insulter)."

Lorsque l'on se réfère régulièrement à l'Histoire pour recontextualiser certaines notions, il paraît évidemment curieux d'oublier qu'historiquement, justement, dédiaboliser certaines idées, peut conduire au pire.

De la part d'un intellectuel comme M. Chouard, encore une fois, la position paraît difficile à maintenir.

En poussant son raisonnement jusqu'au bout, les excès de l'antisémitisme et du racisme, seraient aussi nuisibles que ceux du camp opposé.

Sauf que l'on a rarement vu des "bisounours antiracistes et antifas" alimenter un four crématoire ou procéder à une purification ethnique...

Lorsque l'on crie sans cesse au "manque de discernement", curieuse posture, une fois de plus...

Etienne Chouard se fourvoie également, c'est une opinion toute personnelle bis, lorsqu'il énonce qu'il est possible de décoreller la pensée d'un auteur antisémite de certaines de ses thèses.

Comment imaginer qu'un auteur qui rêve, plus ou moins secrètement, de "casser du youpin" peut écrire un ouvrage sur le système bancaire sans, en arrière plan, avoir en tête l'image de "la pieuvre juive" étendant ses tentacules sur la finance mondiale?

Encore une fois, lorsque l'on met en avant la nécessité impérieuse de contextualiser certaines idées, la démarche peut paraître, pour le moins, étonnante.

Une incontournable et impérieuse nécessité de contextualiser "les choses" selon que cela sert son propos ou non?

Qui pousserait Etienne Chouard à préciser que, OUI, l'on peut relayer les idées d'auteurs antisémites en occultant l'opinion desdits auteurs, mais que, NON, il est impossible de combattre l'antisémitisme sans le replacer dans son contexte socialo-historique:

"Je voudrais ensuite souligner que la "chasse à l'antisémite" que nous vivons aujourd'hui en France est toute récente et qu'il n'y a pas si longtemps, toute la société était animée par un antisémitisme banal et qu'il n'était donc, à l'époque, pas du tout répréhensible de l'être. Comme en d'autres domaines, il est donc ANACHRONIQUE (ET DONC INJUSTE) de juger les acteurs d'une époque passée avec les valeurs d'aujourd'hui."

Etonnant grand écart particulièrement périlleux...

Une fois admise cette absolue nécéssité de ne jamais oublier ce qui a poussé un auteur à écrire certaines choses, à émettre certaines opinions, alors, OUI, celui-ci peut-être lu.

Mais considérer l'antisémitisme d'un auteur, d'un politicien comme simplement annexe aux idées qu'il avance, NON. Définitivement NON.

Et affirmer l'inverse est diablement dangereux.

Parce que ce serait aborder, PARTIELLEMENT, sa pensée.

Et occulter qu' "au bout du bout" de celles-ci, les plus dangereuses des idéologies sont tapies.

Ce serait manquer d'autant de discernement qu'en assimilant les "antifascistes" et les "antiracistes" à "(...)des inquisiteurs intégristes, des fous de dieu à leur manière, intransigeants et intolérants, complètement fermés à l'idée que, peut-être, c'est eux qui se trompent", et qui "(...)considèrent qu'il y a des gens avec qui il ne faut parler —ou qu'il ne faut lire— à aucun prix."

Ce serait manquer d'autant de discernement qu'en pensant que les "gens de Gauche" font "(...)DE L'ANTISÉMITISME OU DE L'ANTIRACISME L'ALPHA ET L'OMÉGA D'UNE POLITIQUE DE GAUCHE".

Ce qui, curieusement, est une opinion fortement ancrée sur les rives de l'autre "extrême bord"...

Ce serait oublier que ceux-ci lisent Proudhon, évidemment, en tenant compte de l'antisémitisme dudit bonhomme.

Et que, certes, si, comme l'écrit Etienne Chouard, "(...)CETTE APTITUDE À LIRE TOUT LE MONDE EN DISTINGUANT LES IDÉES DE L'AUTEUR NE FAIT PAS DE MOI UN ANTISÉMITE", la démarche de "n'éclairer" que certaines idées de ces auteurs, couplée à un relais et une promotion d'un certain nombre d'autres, finit par apparaître, fatalement,  éminemment suspecte.

Le foisonnement et l'accumulation de certaines références semblant, au final, le fruit d'une certaine volontée, la résultante d'un but pour le moins trouble...

On pourra penser qu'il s'agit là de l'inévitable éceuil sur lequel finissent par échouer ceux qui, à force de naviguer, finissent par le faire en eaux troubles, totalement perdus au milieu d'une mer de 1500 ouvrages.

"Je lis et travaille sur (aujourd'hui) plus de 1 500 livres, de façon active, dynamique, quotidienne ; je me sers de ces livres (qui traitent tous, de près ou de loin, du pouvoir et des abus de pouvoir) comme d'un outil formidable pour concevoir et mettre au point une alternative solide et durable aux injustices sociales. Je m'alimente avec ces milliers de livres (en plus des milliers de documents que je trouve sur le net et des milliers de lignes de controverses auxquelles je participe sur les forums)."

Avant de se vanter de tous ces rivages sur lesquels on accoste, de toutes ces mers qu'on sillonnent, peut-être serait-il impératif de se doter d'une bonne carte, avec de solides repères, lors de l'embarquement?

Peut-être faut-il se souvenir que la première qualité d'un marin est l'humilité?

Dans le cas inverse, naviguer à vue peut provoquer un sévère malaise au sein des passagers, et une véritable trouille, voire une franche hostilité, chez les équipages des navires qu'on vient à croiser, voyant bien que les manoeuvres sont peu assurées.

On pourra considérer qu'il est inéluctable de se perdre totalement, et que, privé d'eau et de vivres, le délire arrive inexorablement. Brutalement.

Qu'écrire que "(...) NOTRE PROBLÈME, CE N'EST PAS HITLER, NOTRE PROBLÈME C'EST QUI A FINANCÉ HITLER" ne peut-être que le résultat de pareil délire.

Parce que le problème a été, évidemment, ET Hitler, ET ceux qui ont permis son avènement.

Par le biais de moyens financiers, politiques, électoraux.

Et tous ceux qui ont permis qu'il prenne le Pouvoir. 

Qui, avec des visées évidemment idéologiques, n'hésitaient sans doute aucunement à dire des juifs qu' "(...)il ne faut pas que cette judéité nous empêche de les accuser, n'est-ce pas ? Il n'y a pas de raison pour que le fait d'être juif serve de protection à ceux des juifs qui sont des salauds (car il y en a quelques uns qui le sont évidemment, ce serait quand même aberrant de le nier)."

Alors qu'il suffirait de dire ou d'écrire que ce sont des salauds.

Qu'ils soient juifs, musulmans, catholiques, noirs, blancs, ou que sais-je encore. Mais des salauds, avant tout. Dont il n'est nul besoin de qualifier ethniquement, culturellement les origines pour lutter contre les sombres desseins.

Alors oui, le malaise subsiste, les explications d'Etienne Chouard, énoncées dans les deux billets évoqués ici, paraissant aussi troubles que les eaux dans lesquelles il fait désormais avancer sa frêle embarcation.

Le naufrage n'est sans doute pas loin.

 

Dissection bis

Reçu par mail ces jours-ci (merci camarade ;-D), un document particulièrement édifiant, issu du site "L'Alsace Libertaire", qui complètera, autant qu'il l'étoffera brillament, ce billet-ci.

Et lorsque le boulot est aussi bien fait, pourquoi ne pas en profiter, huh?

23/08/2011

Au bal... Au bal masqué... Oï, Oï!

 

Nous l'avons évoqué ici à plusieurs reprises, à travers moults exemples, l'une des caractéristiques de l'extrême-droite, particulièrement depuis que celle-ci souhaite ardemment être reconnue comme "fréquentable", est d'avancer masquée.

Vieille technique, antique stratégie qu'elle met en oeuvre dans "la vraie vie" depuis la nuit des temps, et qu'elle décline à travers tout le Net, sur tous les sites, nombreux, qu'elle infeste de ses "nauséabondes idées" (expression gaucho typique inside. Totalement assumée, en outre).

Il faut reconnaître que cette "mascarade idéologique" lui est indispensable, pour ne pas dire inévitable, afin de recruter de nouveaux militants.

Et on le comprend aisément.

Parce qu'il apparaît évident que c'est là sa seule chance d'attirer qui que ce soit, de but en blanc, en dehors de fêlés d'ores et déjà convaincus, du type d'Anders Behring Brevik.

Parce qu'il apparaît totalement limpide que "Chacun chez soi, dehors les métèques" est on ne peut plus brutal, pour un premier contact, comparé à: "Il faut tout simplement agir en partenaire avec l'Afrique, avec les peuples d'Afrique. C'est seulement la compréhension mutuelle et la coopération positive qui résoudront efficacement et durablement les problèmes liés à l'immigration." [1]

Ou comment prôner l'immigration zéro, "la France, c'est pas une poubelle, merde!", tout en ayant des larmes dans le fond des yeux "parce que, bon, les bougnoules les nègres les étrangers, c'est quand même des Hommes. Pas français, mais des Hommes."

Parce qu'il est évident que "l'engeance youpine tient les cordons de la finance mondiale, c'est pour ça que tu crèves, camarade prolétaire" est moins "accrocheur" que "le lobby sioniste trouve dans l’origine ethno-confessionnelle de beaucoup d’agents impériaux de par le monde un terrain privilégié pour défendre la place de l’État d’Israël parmi les centres de domination". [2]

Reconnaissons quand même que c'est plus "lisse". Et qu'on s'approche ainsi plus -en apparence seulement, 'videmment'- de l'analyse politique que des propos de comptoirs.

Ce que sont pourtant ces déclarations tirées du blog d' "Egalité & Réconciliation" et du blog personnel de Vincent Vauclin (nous y reviendrons plus tard, ne t'inquiètes pas si tu ne connais point, tu regretteras bien assez tôt d'avoir comblé cette lacune...)

Parce que "rejoins notre fière et pure communauté afin de combattre, concrètement, l'allogénisation de la race blanche" est bien plus alarmant, pour qui n'est pas foncièrement raciste, que "l'association participe à la sauvegarde et favorise la pérennité de l'environnement et du patrimoine commun des peuples européens" [3] (NDLR: Mais plutôt blanc, quand même. Et chacun chez soi, 'videmment).

Parce que "confiez-nous vos enfants, qu'on les élève, enfin, dans l'amour et la gloire de la race blanche" est moins anxiogène, pour qui éprouve encore quelques réticences à l'égard de la notion de "race pure", que "nous souhaitons aider les parents à éviter à leurs enfants les lectures inutiles ou nuisibles, dans lesquelles la préoccupation pour la « diversité » devient la seule obsession et tient lieu de pensée". [4]

On l'aura compris, donc, depuis toujours, en vue de "faire de nouvelles recrues", l'extrême-droite a recours aux plus tortueuses techniques de "lissage" de son discours "politique".

La soi-disante fraternité entre frères de sang étant plus vendeuse que les coups de lattes dans la gueule qu'elle ne manquera pas d'engendrer envers ceux qui n'en sont pas.

Viendra ensuite le moment d'amener les nouveaux sympathisants vers ces pratiques là, une fois qu'ils auront adhéré à la cause.

Chaque chose en son temps, mein kamarad.

"Egalité & Réconciliation", mouvement fondé par Alain Soral, ex-idéologue du Front National (après avoir été ex-communiste) est sans doute l'une des organisations d'extrême-droite qui a poussé le plus loin ce concept et ses techniques.

C'est d'ailleurs Alain Soral lui-même qui initia la "bonnefréquentisation" du Front National.

Au point que le flou permanent caractérisant la "sémantique soralienne" finit par entraîner dans son sillage, et dans celui d' "Egalité & Réconciliation", un public aussi divers que varié, un public qu'on aurait pu croire, par ailleurs, rompu à l'exercice de "décodage" des discours "propagando-idéologiques".

Au point que le discours anti-capitaliste, aux accents quasi-révolutionnaires du bras droit d' "Egalité & Réconciliation", finit même par trouver écho auprès de "militants de la rive opposée".

Ainsi le mouvement des Indignés, que l'on peut raisonnablement situé plutôt extrêmement à Gauche, compte-t-il dans ses rangs certains naïfs éléments qui tendent une oreille approbatrice lorsque Soral s'exprime à travers les mots de son sbire, Vincent Vauclin.

Vincent Vauclin est le co-fondateur, avec d'autres associations et partis aussi charmants que "Union Nationale Démocrate, Alternative Populaire, le Parti des Républicains, Libertitude, Socialisme et Souveraineté, Mouvement Agir pour l'Avenir" [5], d'une organisation nommée "La Dissidence".

Ne nous y trompons pas.

Malgré les accents révolutionnaires pris par l'organisation en question, malgré les mots "classe ouvrière", "prolétariat" et autres "luttes des classes", utilisés à tort et de à travers à longeur d'interventions dudit Vauclin sur le Net, il s'agit bel et bien d'une organisation d'extrême-droite.

Vincent Vauclin, lorsque l'on gratte (il n'est même point besoin de gratter fort) le vernis dont il recouvre sa rhétorique, apparaît tel qu'il est:

Le bras droit, pas encore armé (ou pas) d' "Egalité & Réconciliation". Sinon un grand ami, au moins un disciple d'Alain Soral. Il emploie d'ailleurs à l'égard des membres d' "E&R", le terme de "camarades", ôtant, pour un instant, sa sombre cagoule.

"Ami politique" dont il partage, au-delà des idées, un certain goût du tournage de veste, puisqu'il a, selon ses dires connu la même dérive d'un bord de l'Extrême Gauche à celui, diamétralement opposé, de l'extrême-droite.

"Ami politique" dont il a particulièrement bien retenu les leçons, notamment en matière de "camouflage idéologique" et d'infiltration des mouvements contestataires.

Et qu'il met en oeuvre, aidé de quelques tristes sbires, sur le forum "Réelle Démocratie" et autres pages fessebouc relatives au mouvement des Indignés. [6]

Si les exaltés ainsi que les plus naïfs d'entre nous peuvent, de prime abord, être dupés (j'ai moi-même fait les frais des "manigances lexicales" de Vincent Vauclin et ai relayé, un temps, un texte du triste sire s'adressant aux forces de l'ordre), ceux qui liront ce billet ne le seront plus.

Ou alors adhèrerons aux thèses du mouvement fachoïde de "La Dissidence" et donc d' "E&R", en toute connaissance de causes.

Les autres pourront relayer ce billet, s'ils le souhaitent et le jugent utile.

Le message à transmettre est clair, limpide, à l'opposé de la façon de faire de ces néo-nazillons cryptos-fachos:

"Egalité & Réconciliation" est un mouvement d'extrême-droite, "La Dissidence" également.

Qui n'a rien à voir avec le mouvement des Indignés et quelques autres initiatives de Gauche, qu'elles soient radicales, extrêmes ou pas.

Foutons les dehors.

L'air sera plus pur.

Le reste?

On s'en bat la race, cousin.

 


Detournement par le fn du clip la rage par alexalex31340

[7]

 

 

 

 

[1] "La grande hypocrisie de l'immigration", Blog personnel de Vincent Vauclin, 26/01/2009.

[2] "Qu'est-ce que l'Empire?", Blog "Egalité & Réconciliation", Thomas Boussion, 21/08/2011.

[3] Blog de l'association "Des racines et des elfes" ("Européens, libres, fiers, enracinés et solidaires"), page décrivant l'objet de ladite association.

[4] Blog de "L'école des Elfes", branche "éducation" de l'association citée ci-dessus.

[5] Page capturée sur le forum "Convergences" (tiens, un terme de gauchiss'...), forum dédié à "La Dissidence" et ses disciples, trompés ou convaincus.

[6] Page Facebook des Indignés de Montpellier.

[7] Illustration sonore de détournement extrême-droitier (suivi de la réponse qui lui fût adressée). On notera que les cyber-nazillons n'hésitent pas à "chasser" là où, à priori, on les attend le moins...

 

Pourquoi le taulier nous emmerde-t-il avec ces renvois en fin de page? Deux raisons à cela:

L'essentiel des "références" ci-dessus, elles-mêmes citées dans le billet, renvoie à des sites vers lesquels je me refuse de créer des liens. Dénoncer les manipulations de cette engeance là est une chose, leur faire de la pub en n'ayant, pour mes lecteurs qu'à cliquer sur un lien les envoyant là-bas en est une autre. Par ailleurs, non content d'avancer masqués, les fafs ont tendance à tenter de supprimer leurs traces une fois découverts. Le billet sur "La Desouchière" s'est-il ainsi vu, au fil du temps, renvoyer vers un paquet de liens morts, ce qui devrait ne plus se produire en procédant ainsi.

Si toutefois quelqu'affreux passant ici remettait en cause la véracité de ces citations, il lui suffira de copier-coller les textes cités, mots à mots, dans le premier Google venu. En général, le faf n'est pas doué pour le ménage...

 

 

 

[Edit du 01.09.2011]

CoinDissidenceSoralienne.jpg

 

Riante mise en scène photographique d'Alain Soral, capturée sur le site d' "Egalité et Réconciliation", ce jour. Gageons que l'emploi du terme "Dissident" n'est que le fruit d'une malheureuse coïncidence lexicale... Forcément.


02/10/2009

Moralement de Droite, Socialement de Gauche, Totalement à l'Ouest

 

Commentaire lu aujourd'hui sur un site d'infos, retranscrit ici dans son intégralité:

"Vous y aller fort avec Alain Soral ! Je doute qu’il soit d’extrême droite, lui-même se revendique comme moralement de droite et socialement de gauche."

A rapprocher de ce qui suit, trouvé ailleurs:

"Le regroupement familial ne fut pas une naïveté humaniste de grand bourgeois qui plane, mais un projet pervers, dégueulasse : transformer les banlieues rouges à très forte conscience et solidarité de classe (avec un Parti communiste français à 30 %) en banlieues beurs. On ne dira jamais assez à quel point la maghrébisation, l’africanisation, la tiers-mondisation de la France ont fait baisser vertigineusement le niveau de civisme et de civilité de la population française. À quel point ce recul du niveau de conscience démocratique fut voulu par le patronat et le pouvoir : des voyous et des abrutis plutôt que des ouvriers conscients de leurs droits... et de leurs devoirs. Il y eut un procès Pétain, on peut rêver d’un procès Giscard."

Alain Soral, 2002, dans « Banlieue. Des banlieues rouges aux banlieues beurs », Jusqu'où va-t-on descendre ? Abécédaire de la bêtise ambiante."

Et:

"Seul le nationalisme possède les fondamentaux pour incarner une véritable alternative économique et sociale (...) à la déferlante mondialiste et ultra libérale. (...) Je pense que si Marx était vivant aujourd'hui il appellerait à voter Jean-Marie Le Pen, (...) [le Front national, qui] agrège des ouvriers, des petits patrons, des artisans [est] le parti du peuple [et porte] l'esprit de la Commune."

Alain Soral, le 6 février 2007, au Salon panoramique du Concorde Lafayette, Paris, dans Pour l'écrivain Alain Soral, rallié au FN, « Marx voterait aujourd'hui Le Pen », Le Monde, paru le 7 février 2007, Christiane Chombeau.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu