Avertir le modérateur

01/07/2011

FERME TA GUEULE, ON T'A DIT!

La répression continue à Montpellier (Infos et contacts dans le billet précédent).

Les gardiens de la paix cerbères de l'ultra-libéralisme flics forces de l'Ordre Nouveau ont débarqué sur le campement à 08h00, ce matin. L'un des indignés, afin de tenter de sauver ses affaires et celles de ses camarades, s'est allongé devant les camions des éboueurs.

Il serait actuellement en garde à vue.

 

30/06/2011

Ferme ta gueule, citoyen!

 

"La Dictature, c'est "Ferme ta gueule", la Démocratie, c'est "Cause toujours!"".

Désormais, tu vas apprendre à fermer ta gueule, citoyen. Poingt dans tes dents barre dans tes côtes.

 

 

 

 

"Far West à Montpellier


Expulsion hors la loi au centre-ville de Montpellier, sur la place publique de l'Esplanade.
Les forces de l'ordre ont chassé un rassemblement de personnes.
Ceci sans jugement ni avertissement et avec une violence inouïe.


Le campement militant des indignés pour un monde meilleur, de Montpellier, réunit en permanence une trentaine de personnes.
Ce rassemblement a débuté il y a plus d'un mois et doit faire face régulièrement à de nombreuses interventions policières similaires (2 à 3 par semaine).
Leur appel national du mercredi 22 juin contre les violences policières a mobilisé un ensemble de réseaux d'une centaine de personnes, dont "Robin des Banques" du mouvement des indignés d'Espagne. Le lendemain, le campement était constitué d'environ cinquante "Indignés" et d'un nouveau tipi de 5 m venant du "campement de résistance pour la liberté" de Toulouse.


Ce jeudi 23 juin à 8h30,
Plus de 25 policiers nationaux, une dizaine de municipaux,
aidés des "nettoyeurs" de la société Nicolin et ses camions broyeurs,
ont détruit, réquisitionné et broyé
l'ensemble des structures et affaires personnelles du campement,
sans sommation, ni dialogue. avec insultes, et menaces de mort.
Une violence sans précédent des garants de nos libertés.


De nombreux militants ont été bousculés, frappés et insultés, beaucoup sont choqués et blessés. Suite aux coups deux personnes, dont un mineur de 17 ans, sont contraints à un arrêt de travail de 2 jours avec certificat médical.
"Sous nos yeux ont été détruits et broyés :
Sacs, affaires et documents personnels (cartes d'identité, papiers officiels), couchages, 1 dizaine de tentes, les toilettes sèches, la douche, le début d'une nouvelle cuisine, une structure en bambou servant de point d'information ainsi que le tipi toulousain (lieu d'habitation d'un sans domicile fixe).
En réaction à ces destructions, agressions et violences, une dizaine de personnes ont spontanément décidé d'aller à la mairie pour récupérer leurs biens (dont cartes d'identité et papiers administratifs). Cinq personnes ont été interpellées et ont passées trois heures au commissariat avec fichage, procès-verbal et empreintes digitales pour utilisation de biens publics."


Des plaintes sont aujourd'hui déposées par les victimes.


Il nous appartient à toutes et à tous de réagir face aux méthodes exécutives de l'État et de ses services. Tous les mouvements sociaux, tous les habitantEs sont concernéEs par ces passages en force du gouvernement qui cherche à bâillonner toute contestation à sa politique. État qui ne tient pas compte de la procédure dont il est le garant et de la justice qu'il est sensé faire appliquer. État qui invente des ennemis intérieurs à la nation dès que des individus remettent en cause les privilèges des riches de ce monde. État qui vend l'espace public au marché et le refuse aux citoyens. État qui pourtant a déjà été rappelé à l'ordre par la Cour Pénale d'Appel de Paris avec la confiscation des tentes du DAL (campement de la rue la Banque).


• Nous réclamons le respect du droit de manifester son opinion (article 9 de la Constitution européenne des droits de l'homme et référé du 31 mai 2011 au sujet du campement de Bayonne),
• Nous dénonçons cette expulsion sans avis d'huissier ni arrêté municipal ou préfectoral. Cette action policière illégale, exécutée sans aucun dialogue, ni sommation à quitter les lieux, ni possibilité de démonter les structures et récupérer les biens personnels. Le tout avec insultes et violence inouïe.
• Nous revendiquons la possibilité d'utiliser l'espace public pour l'expression libre de ses opinions et le débat populaire.
• Nous demandons que le gouvernement s'excuse et restitue ou rembourse les biens individuels et collectifs de ce campement.

Pour le moment, concernant le remboursement des affaires personnelles et du tipi,
un appel à la solidarité et au bénévolat est lancé.

Pour tous dons et/ou aide contactez Ivan au : 06 78 26 41 19


Merci à toutes et à tous de faire passer l'information
par tous les moyens à votre disposition et pour votre soutien à ce mouvement contestataire mondial non-violent.


Chaque jour la détermination des "Indignés" grandit, poussée par ces injustices répétées, n'hésitez pas à les rejoindre
pour faire-valoir notre droit de contestation et militer pour nos libertés avant qu'il ne soit trop tard !

Merci !


Contact info et presse : Abel : 06 34 17 22 74 ou Ivan : 06 78 26 41 19"

17/02/2010

Protéger et servir ta gueule, ingrat!

Français (véritable), réjouis-toi, l'Histoire est en marche!
Tu devrais d'ailleurs entendre poindre le doux son de ses bottes, si tu tends l'oreille.
Et cela ne manquera, nous n'en doutons point, de te plonger dans un état extatique, toi qui attendais cela depuis des siècles.

Rien ne t'empêche d'ailleurs, à cette occasion, d'entonner joyeusement, et dans une sincère ferveur patriotique, l'hymne nazional (chéri). Non sans avoir préalablement embrassé, (oui, tu peux mettre la langue, ce jour est historique, te dit-on) le saint drapeau, fier emblème de notre Patrie (chérie).
Libre à toi de te caresser, également, nous ne te jugeons pas. Et comprenons que cela te remue à ce point.

Figures-toi, français (véritable), que ta poulice (chérie), dernièrement fort décriée, alors même qu'elle cherchait simplement à faire (honnêtement) son travail, est sur le point, d'être enfin reconnue. Voire aimée.

Oui, carrément.

Est arrivé, enfin, le temps où les droits-de-l'hommiste-bobo-gauchiss' vont taire, à tout jamais, leurs critiques dégoulinantes d'idéologie communiss'.

Certes E. Zemmour, ton héros, sera contraint de se trouver un credo différent pour ses brillantes et éclairées chroniques matinales.
Mais ne tremble point. Les combats à mener contre la bien-pensance sont légions. Eric Z., ton vengeur masqué, a de beaux jours devant lui.

Ainsi, comme tu le sais, les hordes d'étrangers continuent-elles de déferler sur notre patrie (chérie), invasion encouragée, je ne te l'apprends pas, par la politique humaniste (il l'avoue lui-même, le pleutre!), et donc intrinsèquement laxiste, d' E. Besson.


Oui, tu as raison, vivement qu' A. Soral prenne la tête du ministère...

N'as tu point noté, français (véritable), qu'un tendre rapprochement s'opère, ces derniers jours, particulièrement, entre les civils (jusque là zinsoumis) et ta poulice vénérée?

Comme un début de communion.
Comme une osmose naissante.

Les preuves se multiplient, pour qui sait les voir.
Et nous ne doutons point de tes capacités, en ce domaine, toi l'un des derniers résistants clairvoyants, en ce monde déliquescent, au sein duquel se terre la femme voilée, à l'ombre (menaçante) des minarets (qui pullullent).

Tu ne manqueras pas de t'émouvoir du fait que les forces de l'Ordre (Nouveau) n'hésitent plus à participer, avec force joie, aux riantes festivités de la population. (De quelque nature qu'elles soient, d'ailleurs, les manifestations sportives étant également une occasion de s'aimer, TOUS).

Tu constateras, la larme à l'oeil, que la poulice (chérie) défend, corps et âmes, le droit du Peuple à accéder, librement, à la Culture, et notamment au septième art (quand bien même canettes, sandwichs et enfants n'ayant rien à faire dans une salle obscure se dresseraient contre elle).

Tu noteras, avec toute l'émotion légitime que te procureras ce constat, que celle-ci n'hésitera pas à venir chez toi, sur ton propre ordinateur, afin de te montrer la voie des sites fréquentables, et te protéger des autres, tel un bon patriarche, sévère mais juste, veillant sur sa progéniture avec bienveillance et amour.

Tu seras touché, en ton petit coeur bleu-blanc-rouge, que celle-ci n'hésite plus à venir en aide aux parents démissionnaires, afin de corriger, avec amour aussi, et toujours, les comportements déviants, et ce, dès leurs plus tendres années, des enfants de la République (Nouvelle).

Le Pays (tant aimé) ne pourra continuer à être aveugle et sourd à ces grands élans d'amour (encore, et encore).
Enfin.

Français (véritable), oui, réjouis-toi, l'Histoire est bel et bien en marche!
Au pas.

Vive la France (Surveillée Protégée), vive la Poulice (De la pensée Chérie), vive l'Ordre (Rétabli Nouveau)!

 

 

 

[Edit de 21h00 et des bananes: Tu ne manqueras point également, ami de l'Ordre, de t'esbaudir du fait que la poulice nous aime à ce point qu'elle vienne jusque chez nous, en de forts matinales heures; du genre de celles auxquelles ont lieu les perquisitions; afin de s'assurer que nous avons de SAINES lectures, de DROITS amis et d'ACCEPTABLES opinions. Tant d'Amour était, il y a encore peu, inenvisageable...]

 

09/12/2009

Mal élevés et pleins d'air

Parce que rien n'est trop beau pour toi, lecteur (dont le nombre est méchamment en hausse, ces derniers temps), "Affreux, Sale, Bête et Méchant" s'est lancé dans une enquête de terrain (boueux, celui-ci) comme on dit dans le jargon journalistique (et au café du coin, aussi).

ASBM a donc retrouvé, pour TOI (et les amis que tu ne manqueras pas d'inviter ici, enthousiasmé jusqu'au déraisonnable que tu es par les heures de joyeuses bidonnades que tu passes en lisant ce blog), Monsieur Raymond Poulaga, éléveur de poulets de père en fils. Le "papa", en quelque sorte, des deux flics méchants-pas-beaux-zéripoux qui volent des téléphones portab' en direct sur le ninternet.

 Deux policiers filmés en flagrant délit de vol
envoyé par Europe1fr . - L'actualité du moment en vidéo.

"ASBM -Raymond, vous êtes éleveur de poulets, qui courent en plein air depuis qu'y sont tout petits, et qu' ça leur donne bonne mine (on le voit bien sur la vidéo qui tourne un peu partout sur le net, d'ailleurs, ces deux là pètent la forme).
Les deux joyeux lurons qui sont au centre de la polémique (et prochainement au centre de la cour de promenade d'une maison d'arrêt surpeuplée et inhospitalière, surtout pour eux), actuellement, sont deux de vos ouailles, alors, Raymond, qu'est-ce qu'il s'est passé, dis-donc, mon Raymond, dis-donc?

R.P -Bah ça, mon pov' gars, figure-toi qu'c'était un peu prévisib', quand même...

ASBM -Ah? Euh... Vous pouvez développer, mon Raymond, steplé?

R.P -Bah oui, qu'est ce que j'veux dire, c'est que Gomez et Tavarez, on les connaît bien, nous à l'élevage. Z'ont jamais été très éveillés, si tu vois c'que j'veux dire...

ASBM -Pas éveillés, certes, on le conçoit aisément, (le choix d'orientation de leur carrière étant, entre autres, un premier indice) mais aller braquer un magasin sous vidéo surveillance avec un brassard de poulice, faut être franchement limités...

R.P -Aaaaaaaaah, oui, oui, c'est le moins fin des deux, ça. Heckle a toujours été plus con que Jeckle, c'est comme ça qu'on les différenciait. L'a jamais compris qu'le brassard, tu le mets APRES être sorti du magasin, à une bonne dizaine de mètres. Comme ça, au pire, si on cherche à entraver (oui, n'a du vocabulaire en Creuse, qu'est-ce tu crois, con de blogueur) ta fuite , tu fais le flic en enquête, t'embarques le commerçant en disant qu'il a plus tous ses esprits, qu'il t'accuse à tort, sous le choc, pis tu t'en occupes tranquillement au poulailler poste. Ou dans la bagnole, si t'as un autre racket à organiser d'autres affaires à traiter.

ASBM -Sinon, comme ça, pour savoir, ça arrive souvent ce genre de problèmes?

R.P -Non, non, en général, l'éducation finit par rentrer. Y' sont prudents, y' z'appliquent bien qu'est-ce qu'on leur apprend. Et si vraiment y'a des soucis, on les r'cycle.

ASBM -"Recycle", c'est à dire?

R.P -Bah, on leur trouve un poste différent. En même temps, des fois, ça pose des problèmes aussi. Tiens, le Dédé Valentin, "Calimero" qu'on l'appelait, l'aut' fois, il nous a fait marrer avec Jeanine. L'a confondu l'micro qu'on lui tendait avec un tonfa. Du coup, l'a cru qu'il était avec des collègues et qu'y pouvait s' lâcher.


 

«Ils sont déjà 10 millions»: un maire UMP au débat de Besson
envoyé par 20Minutes. - L'info internationale vidéo.

La Jeanine, l'a failli en crever, bon dieu. C'te marrade! Faut croire que maire c'était pas une bonne idée au moment de le recaser. On avait pas pensé au coup des micros. On peut pas tout prévoir non pu... Tiens, c'est comme la fois où y'en a un qui s'était fait piéger avec une caméra cachée. Saleté de journalistes...

ASBM -Et les causes de cet état de fait, sont-elles identifiées, M. Poulaga? (Nous aussi on peut causer élégant, con d'éleveur!)

R.P -Pourquoi donc qu'y sont agressifs? C'est-y ça que tu veux signifier, gamin?

ASBM -Oui.

R.P -Bah c'est assez simple. Ces enfoirés de l'agro-alimentaire, pour faire des économies, à compter de 2005, ils nous livraient plus qu'en "Kozy". Des trucs avec des OGM dedans, une vraie saloperie. Ca nous a rendu les bêtes agressives. On en avait qui tournaient en rond dans le champ, en répétant des trucs comme: "Vous voulez qu'on vous en débarrasse de cette racaille, hein?" ou "Nous ne sommes pas des travailleurs sociaux" Et après, ça s'est empiré, même. En ce moment, on les nourrit au "Trefeux". Qu'on doit mixer avec de la "Besson". C'est pas naturel tous ces trucs là. Tiens, maintenant, t'as qu'a voir, y' z'ont plus d'odorat, pis de sérieux problèmes de vue. Une véritable hécatombe. Y' z'en sont rendus à bouffer de la bourgeoise. Si c'est pas un signe, ça...

ASBM -Raymond, merci pour cette interview. Et pour la gnôle. Bisous à Jeanine."

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu