Avertir le modérateur

05/06/2010

Grand Incompris

Jean-Louis Masson n'est pas tant le dangereux censeur que tente de décrire la (vilaine tant que diffamatrice) blogosphère, qu'un homme accablé, désireux de mener à bien la (sainte) mission sénatoriale dont il est investi.

Mais qui cache, en fait (et pudiquement), la réalité de l'ingratitude de pareille tâche.

Car ce n'est pas tant ce que dit Jean-Louis Masson qui est intéressant, que ce qu'il ne dit pas.

Ce que Jean-Louis tait, tout en maxillaires serrées, fièrement, c'est la presssion permanente des lobbies divers et variés, prêts à toutes les turpitudes stratégiques pour assurer, à ceux dont ils défendent les intérêts, un maximum de pognon, au travers de lois favorables au bon engraissement de leur business (et c'est pas une grandeur d'âme à deux balles et un sens de l'intérêt commun au rabais dont il faut être doté afin que de résister aux sirènes des comptes en Suisse, mâ'ame Michu).

Tout comme Jean-Louis, drapé dans son abnégation, tait la violence des cadences infernales subies par le sénat, le rythme  diabolique des projets de lois qui se succèdent à une échevelante vitesse, qui ferait passer celle d'une chaîne de production pour celui d'un run-trainer utilisé  par une limace sous Valium.

Pareille pudeur est infiniment émouvante.

Tant la (terrible) Vérité, concernant ces (terribles) conditions de travail (terriblement) inhumaines, atteste du Courage avec lequel ces héros de la République officient, opiniâtrement, dans l'ombre, pour être ensuite copieusement diffamés, voire grassement insultés sur LeTernet.

Des conditions de travail déshumanisantes puisqu'elles ne te laissent pas même une (poignée de) minute(s) pour consulter le dernier buzz sur Twitter.

Pas plus que le temps d'acquérir l'Ipad flambant neuf que ton fils t'a réclamé, les yeux humides,  il ya quelques jours, depuis que tous ses camarades ont décrété qu' "en étant dépourvu, il est un parfait trou du cul" (oui, parfois le jeune Geek s'exprime en vers, lol ptdr).

Quant à espérer penser pouvoir hypothétiquement peut-être éventuellement écouter un bon Sardou sur Deezer...

 

 

Voilà.

Voilà l'étendue de ce que Jean-Louis Masson épargne à ses concitoyens.

Et à ses camarades (dans un grand élan de retenue qui tire les larmes) brisés par les cadences infernales, comme lui,  qui devront profiter d'une retraite bien méritée bien plus tard que prévu. Non sans avoir consenti à une baisse de salaire, vraisemblablement, avant que n'arrive cette trêve salvatrice.

Mais un député, comme un ministre, se doit d'être exemplaire, c'est ainsi.

Alors qu'en son for intérieur, Jean-Louis serre ses petits poings, rageusement, et voudrait, de toute son âme, avoir tout simplement LE TEMPS.

LE TEMPS de VERITABLEMENT pouvoir se pencher sur les problèmes dont il a la très haute charge.

De ce temps, Ô luxe incommensurable, qui permettrait de comprendre que l'anonymat sur Internet est une vaste plaisanterie, DANS LE FOND.

Qu'il suffit, concernant la plupart des blogueurs, de leur adresser un mail (ou de le faire expédier par sa sécrétaire qui, elle, l'a le temps, la bougresse) afin qu'il ne te révêlat leur identité véritable. Qu'il y a extrêmement souvent un lien permettant de le faire sur leurs infâmes blogs noircis de leur infâme prose.

Que la plupart d'entre eux ne chercheront nullement à se soustraire à une action en justice, pour la simple et bonne raison qu'il ne sont ni Mesrine, ni Carlos.

Et pour l'autre et simple bonne raison itou que la Justice, parfois, pourrait même débouter leurs poursuivants.

Que les moyens légaux de poursuivre ceux qui n'appartiendrait pas à cette catégorie de gens censés, simplement soucieux de profiter du peu de liberté d'expression et des lambeaux de moyens d'action qu'il leur reste, existent déjà. Et qu'il n'ait point besoin de surcharger un emploi du temps, déjà dantesque, afin que de s'atteler à cette tâche.

Que les services de renseignements et de police adéquats oeuvrent déjà pleinement en ce sens.

Que finalement, on est toujours le con de quelqu'un. Particulièrement lorsqu'on occupe des fonctions politiques.

Qu'eu égard à la dignité de celles-ci, il convient de prendre quelque hauteur. Particulièrement lorsque ladite critique se résume à un flot d'insultes.

De ce temps, Ô luxe incommensurable,  qui permettrait de comprendre que, dans ce cadre-ci, particulièrement, il vaut mieux laisser dire qu'on est un con, plutôt que de s'en offusquer.

Et de ne point laisser le moindre doute à ce sujet (comme le disait, à peu près en ces termes, le regretté Coluche. Qui aurait  vraisemblablement eût beaucoup de peine à s'exprimer, en des temps aussi troublés, en matière de Liberté d'expression, que les nôtres).

De ce temps, Ô luxe incommensurable, qui permettrait à nos fiers sénateurs d'étudier les textes qu'ils votent, et la moindre de leurs implications. De ne plus menacer une carrière politique exemplaire en dénoncant, courageusement, à l'instar de Charles de Courson, député Nouveau Centre de la Marne qu': "On n’a pas le temps d’examiner correctement les textes. Le gouvernement nous ensevelie sous les projets de loi".

De profiter pleinement, une fois ce temps reconquis, des diverses sources d'information que constituent LeTernet.

De pouvoir prouver, par un rapide clic, qu'en matière d'anonymat, on en connaît un rayon. Quand même.

M. Masson, "Affreux, Sale, Bête et Méchant" est de tout coeur derrière vous.

Courage.

Ca va être dur.

 

 

21/05/2010

Coprologias

"Le rôle du FMI, c'est de vous soigner" . (D. Strauss-Kahn, chef de file du sociallibéralisme (Mais de Gauche quand même, Ah-ah), le 20/05/10, "À Vous de juger", France 2.)

Ou comment, à l'aune de pareille déclaration, la peur qui étreint le citoyen grec s'éclaire d'un jour nouveau, puisqu'en proférant pareille énormité, Dominique (nique-nique-nique) se caresse le thermomètre -qu'il a énorme- exhibant fièrement la (gigantesque) conscience qu'il a de son devoir de "médecin des populations nécessiteuses".

Et son désir PROFOND de s'en servir.

Dans un but totalement thérapeutique, 'videmment.

 

02/12/2009

Content d'en avoir une petite

 

"Quand on voit que la France aura la plus petite récession, on doit quand même honnêtement se dire que la politique économique conduite y est pour quelque chose !"

N. Sarkozy, discours auto-congratulant, 01/12/2009.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu