Avertir le modérateur

24/06/2011

Don't feed the troll! (Ou alors à la Strychnine)

L'humour grinçant est, sans doute, l'une des formes les plus délicates à manier de ce difficile art qui consiste à faire se bidonner son auditoire.

Vraisemblablement celle qui requiert la plus fine maîtrise dans le domaine de "l'alchimie de la vanne".

Le genre de discipline dans laquelle, avant que de parvenir à transformer la plus vile et puante des formules en "pur joyau du bon mot", le néophyte devra maîtriser chacune des étapes de la transmutation, connaître le secret de chacun des ingrédients qu'il manie.

Et comme toute discipline nécessitant telle précision, lorsque le geste n'est pas sûr, le résultat ne peut être que tout bonnement catastrophique.

Désastreux.

Dégueulasse.

Indigeste.

Une main un peu lourde sur la dose de provocation ne fera que générer indignation et colère, peu propices, faut r'connaître, à une bonne marrade expiatoire.

Un zeste trop appuyé de mauvais goût, et l'effet comique recherché n'aura finalement comme bête résultat que de provoquer une bien désagréable nausée.

Des proportions mal maîtrisées d'amertume et de cynisme, et le résultat est simplement à gerber.

Un art aussi difficile qu'il est ingrat, par ailleurs, en ce qu'il ne doit ne peut se partager qu'entre fines gueules de la boyaunnade.

Le genre de mets qu'on ne doit servir que si l'on est bien certain que les convives sauront apprécier à sa juste valeur son amertume, son arrière goût de bile "juste ce qu'il faut", sa pointe de rage bien présente mais méticuleusement dosée, parfums et goûts ô combien complexes à manier sans qu'ils ne prennent le dessus sur l'explosion de réflexion, plus profonde, que doit procurer l'ensemble des saveurs contenues dans le divin plat.

L'humour grinçant est au rire ce qu'un fromage qui "fouette velu mais pas trop quand même" est aux plaisirs de la table.

Comme un bon coup de gnôle qu'a un putain de petit parfum subtil juste après t'avoir arraché la moitié de la gueule.

Un plaisir qui nécessite, pour être savamment maîtrisé, un brin de maturité. Et qui impose d'avoir d'autres repères que le MacDalle en matière de gastronomie, si l'on veut poursuivre dans la métaphore culinaire.

Qui se partage entre personnes disposant de suffisamment de recul pour comprendre que certains sujets NECESSITENT de rire pour ne point céder à l'envie d'hurler. Que certains démons ne peuvent être exorcisés que par le rire, quand bien même ce dernier paraît, A PREMIERE VUE, faire écho aux ricanements desdits démons.

"Un truc d'homme", en somme. (Note aux féministes intégristes: Il s'agit là d'une expression, bien évidemment. Et pose ce sécateur, tu m' fais peur. Merci madame).

Un truc qui, du coup, a tendance à exciter la glande provocatrice hypertrophiée de nombre d'adolescents qui, troipoilus du menton, se prennent pour des grizzly adultes. Le genre toutes griffes dehors, "t'vas voir les vieux, comment qu'on va leur pourrir leur paisible retraite".

Le genre qui, ayant braqué la bouteille de sainte gnôle sus-évoquée dans le bar à Papa, se retrouve fort vite ennivrés. Salement bourrés voire.

Le genre "noeliste".

Et qui aurait alors, grisé par la puissance de l'Interdit,  tendance à confondre finesse et provocation.

Et qui met en ligne sa flaque de vomi encore tiède, "MDR trop LOL, t'vas voir comment qu'y va grave flipper le bourgeois d'base quand y' va percuter comment qu'on enc... les interdits, NOUS".

 

 

Handicap.jpg

 

Ce qui est assez éloigné des traits d'esprits taillés au laser d'un Pierre Desproges dont pourtant notre jeune noeliste débordant de provocatrices hormones n'hésite pas à se réclamer.

Jeune con.

Alors que cet être en transformation (dont on pardonnera les errements en souvenir de nos propres dérèglements hormonaux durant cette même période de notre existence) se place, ce faisant, à l'exact opposé du grand homme qu'il véner même post-mortem vénère.

Parce que TROIS POINTS, FONDAMENTAUX, oppose la démarche de ces jeunes "foufous de la blague qui pue bien et qu'outrage le bourgeois" [1] à celle entrepris naguère par le Grand Maître.

Le premier, évidemment, est que sans point de talent, à arpenter les minuscules sentiers du Mont Provoc', on finit par sombrer immanquablemment dans les ravins du mauvais goût. N'est pas maître des sommets qui veut.

Le second réside dans le but poursuivi par celui qui pratique l'humour "cynico-blasphématoire". Si celui-ci n'est pas d'expulser l'insoutenable de la tripaille de son public, principalement, ce sera inévitablement un fiasco.

Le troisième, sorte de mantra suprême que devrait se répéter à l'infini tout jeune pèlerin empruntant les sentiers escarpés en question : "On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui."

Et c'est là que le bât blesse le plus, d'ailleurs, dans cette pitoyable tentative de (soi-disant) pure provocation, constituée par la mise en ligne de cette nauséabonde page facebook (de merde).

Il ne suffit pas de jouer avec les tabous de l'eugénisme, de l'antisémitisme [2] et du racisme [1] pour être un génial provocateur subversif. Cela se saurait. Et les génies de l'humour seraient légion à bien des repas familiaux tant que dominicaux. Ce qui est loin d'être le cas, c't'évident.

Et à ne jouer qu'avec cela, d'ailleurs, l'on finit fatalement à se tenir les côtes en compagnie de tristes sires, aussi puants et malsains qu'une sale blague très "limite" [1].

Du genre d'individus qui pratiqueraient plutôt le premier degré lorsqu'ils balancent ou rient de bonnes grosses vannes bien trash concernant les juifs [1].

Du genre d'individus qui pratiqueraient plutôt le premier degré lorsqu'ils balancent ou rient de bonnes grosses vannes bien trash concernant les handicapés.

Du genre d'individus qui prône le National-Anarchisme [2]. Et qu'a l'air d'apprécier les posters un peu étranges [2]. D'un autre temps [2]...

Du genre d'individus qui font qu'on se demande, au final, s'il s'agit bien là d'une "simple maladresse" commise par des gamins en mal de provoc'.

Du genre d'individus qui font qu'on se demande, au final, à l'instar de la poignante, tant que sempiternelle, question de la poule et de l'oeuf:

"Est-ce le facho qui a engendré le noeliste, ou bien l'inverse?"

Sans parvenir à répondre à cette question, de manière tranchée et définitive, il semblerait tout de même, qu' AU FINAL, le noelisme, a force que de jouer avec ce type d'humour, ait fini par être bel et bien insidieusement infiltré.

Que certains fafs aient trouvé dans cette démarche provocatrice l'occasion de tenter de banaliser les idées les plus dégueulasses qui constituent ce qu'ils considèrent être une "Pensée".

Et qu'il faille, au regard de ces éléments, en parler.

Même si tous les experts en matière de lutte anti-troll sont unanimes: la meilleure façon d'abattre une de ces bêtes est de ne point alimenter les pseudos-polémiques qu'elles défèquent essaiment aux quatres coins du Ternet.

Sauf que ce troll là est de la pire espèce: le "troll brun" ou "troll de troie". Un cousin très éloigné de "l'elfe brun". Autrement dit un facho qui ne dit pas son nom et qui, sous couvert de faire de la provoc' pour bousculer les conventions, tente de banaliser ses nauséabondes idées.

Il convient, donc, de le nourrir.

Grassement.

A la strychnine. Et à la louche encore.

"Jeuxvideo.com" sera peut-être ainsi contraint de se débarasser de sa carcasse puante. Et de ses congénères encore vivants.

Ce qui évitera bien des questions dérangeantes quant aux intentions des noelistes, par la même occasion.

En attendant, doucement sur la gnôle, les mômes...

 

 

 

[1] Copie écran du forum JeSuisUnJeuneFachoTropLOL.com "Jeuxvideo.com"

[2] Copie écran de comptes Facebook "Lolant à donf" à propos du groupe "Pour que les trisomiques remplacent les taureaux dans les corridas"

24/01/2011

L'école du Krime

As-tu souvenance, ami lecteur, de notre mise en garde de naguère, quant à la propension de l'eSStrême droite à avancer masquée, y compris sur le Ouaib (mais pas que)?

"Manie" qui, si l'on y regarde bien, relève plus de la stratégie que de la propension, d'ailleurs.

Ainsi te décrivions-nous zalors, les joulis sites mignons tous pleins, emplis de joulis zelfes gentils et de merveilles toutes plus mièvres les unes que les autres travestissant, en fait, les propos et agissements des plus fêlés des nazillons du Ternet.

Ainsi révélions-nous, à cette occasion, les sombres desseins des nazillons en question, qui n'étaient, ni plus, ni moins, que de croître et se reproduire entre gens de race blanche, uniquement.

Voire plutôt européens.

Exclusivement, même.

Projet répondant, notamment, au doux nom de "La Desouchière", et porté par l'association "Des racines et des elfes".
(Tu noteras, après avoir consulté le long billet d'alors, que nombre de liens illustrant ce propos ont disparu, ce qui permet de souligner ici une autre habitude des gens d'eSStrême droite, a savoir celle de se barrer fissa quand tombent les masques).

Ainsi, en est-il du lien qui existait vers le forum "Apocastase demain: Le Forum Identitaire, Ontique & Libertaire" (tout un programme...) qui permettait à nos consanguins de pure race d'exprimer leurs eugéniques desseins de manière fort explicite, lesquels décrivaient "La Desouchière" comme:
"Une réserve pour les blancs", et parlaient de "refondation patrio-géniques" (tout un programme bis...)

Qu'importe ces liens brisés, quoi qu'il en soit, puisque la technologie est à ce point avancée qu'elle permet désormais de conserver l'ensemble de leurs échanges sur une bête clé USB.

Et il eût été dommage, tu en conviendras, forcément, de ne plus pouvoir jouir de pareille prose.

Comme il eût été dommage de ne point garder trace de l'interview de leur chef qui s'exprimait (entre autres joyeusetés) sur la déliquescence de l'Education Nationale, à laquelle il souhaitait remédier, le brave homme, par la mise en place d'une nazionale éducazion, digne de ce nom, et surtout, surtout, tout à la gloire de la grandeur des peuples européens.

Il eût été FORT dommage de ne point en garder trace, anéfé, puisque dans le cas inverse, nous n'aurions pu relier ces bruns sombres projets à leur mise en oeuvre, relativement récente, qui a donné naissance à cette saloperie cérébro-lavante qu'est "L'école des elfes".

Il faut en convenir, certes, le nazillon du web (et d'ailleurs) manque cruellement d'imagination. Et nous refait donc le coup du gentil nelfe, mignon tout plein, même si ton oeil désormais aguerri ne manquera pas de reconnaître l'hideuse face de la Bête, quand bien même celle-ci continuerait d'avancer masquée.

Et ne doutons pas, en outre, que la grande majorité des pauvres gosses confiés à ces grands malades nostalgiques du IIIe Reich le seront en toute connaissance de causes, leurs parents partageant sans aucun doute la même idéologie nauséabonde que les créateurs de l'association "Des racines et des elfes", fondateurs de "L'école des elfes".

Non, n'en doutons point.

Définitivement.

Mais l'habileté de ces webo-fascistes peut encore duper quelques parents, qui pourraient ne voir aucune malice chez ces elfes là lorsque ceux-ci écrivent (sur leur jouli petit site mignon tout plein avec plein des chères têtes BLONDES en photos) qu' "(...) il faut encore rappeler que l’école est devenue l’objet d’un investissement idéologique fort discutable, comme le montrent par exemple les derniers programmes d’Histoire, où la préoccupation, a priori légitime, pour la « diversité » de l’Humanité cache bien mal une tentative de diluer toute référence à la civilisation de l’Europe dans un bouillon global et d’introduire par la même occasion le nouveau concept de « gouvernance », qui s’oppose aux fondements de la vie démocratique, tels que les ont énoncés nos anciens Grecs. Hélas, bien d’autres initiatives vont dans le même sens, dès l’école primaire, comme par exemple les ridicules tentatives pour initier les plus jeunes élèves à des langues parfaitement exotiques dont ils ne retiendront rien. Mais tous savent que la prétendue « ouverture sur le monde » n’est que le paravent des grands intérêts économiques mondialisés qui cherchent à détruire toutes les entraves territoriales et, dans le domaine politique, la justification du laisser-aller et du déclin des exigences intellectuelles."

Ces parents là (dont le propos n'est pas de savoir s'ils sont simplement naïfs et/ou indécrottablement tant que niaisement profondéments aveugles "gentils") ne doivent pas se leurrer:

Non, il ne s'agit pas d'une simple association d'aide aux enfants en difficulté scolaire, remettant (à tort ou à raison) en cause les méthodes de l'enseignement public.

Oui, vous êtes bien, en vous rendant sur le site de "L'école des elfes", sur le point de prendre contact avec ce qu'il reste d'une poignée d'allumés, continuant à rêver de domination de la race blanche, par quelque moyen que ce soit.

Sortez du site en question.

Et faîtes tourner l'info:
Les fachos font (aussi) la sortie des écoles...

 

10/06/2010

Rances purs

Ami voyageur des "Terres du Ouaib", toi qui entre ici, abandonne toutes cartésiennes convictions.

Défais toi, avant que de parcourir les lignes qui vont suivre, de toutes les rationnelles certitudes qui ont pu, jusqu'ici, forger ton âme.

Tu t'apprêtes, toi qui te tiens là; hésitant; à la frontière de ce monde, à pénétrer dans un sombre univers, où tout devient possible.

TOUT.

ABSOLUMENT TOUT.

De l'existence des elfes, créatures issues de la mythologie nordique, au retour des plus viles théories eugénistes, naguère développées, et parfois mises en oeuvre, par les hordes nazies, ivres d'idéologie raciste.

TOUT, te dis-je.

ABSOLUMENT TOUT.

Y compris l'odieux mélange de ces deux notions dont tu pensais, pour la première, qu'elle n'existait point, et dont tu étais viscéralement convaincu, pour la seconde, qu'elle ne pourrait JAMAIS PLUS venir souffler son insupportable et fétide haleine à la face de l'Humanité.

Sache, pourtant, qu'enfanté par âme plus noire que celle de Sauron en personne, cet improbable salmigondis est en train de prendre corps.

Sache, toutefois, qu'engendré par esprit plus fol que celui d'Himmler lui-même, cette répugnante union est sur le point d'être célébrée.

Le terrifiant périple que tu t'apprêtes à vivre débutera; et c'est là l'un des plus pernicieux atours de cette vicieuse invitation au voyage; par ce qui ressemble à une envoûtante escapade dans le fantastique univers de J.R.R Tolkien.

Ce que l'obscure volonté, qui meut l'ensemble du projet, ricanant dans l'ombre, s'efforce de te faire croire, afin que de t'attirer dans son antre.

Terrifiant périple, donc, qui te mènera initialement, en ces lieux.

Reconnais, intrépide aventurier, qu'aussi rompu aux stratégies de l'Ennemi que tu sois, le "paysage" peut paraître apaisant, lorsque l'oeil fatigué du voyageur ne s'y attarde point trop.

Admets qu'harassé par tes longues chevauchées, sur les innombrables et tortueux sentiers des "Terres du Ouaib", tu puisses être abusé par la douce mélopée qui s'ouït en ces lieux:

"Consommation responsable", "Détente", "Nature", "Produits de terroir", "Solidarité", "ASSOCIATION", ...

Reconnais itou que tu refuses également (et fièrement, d'ailleurs) de t' "(...)agenouiller devant l'autel de l'uniformisation et du matérialisme le plus forcené"...

Que toi de même, tu crois, de toute ta foi, en "un mode de vie alternatif", puisque tu as décidé, du fond de ton âme, de briser l'allégeance qui te liait au ténébreux Prince Kapitalism, le dévoreur de mondes. Et que tu souhaiterais "agir concrètement" de concert, puisque tu as décidé, vaillamment de te battre, toi aussi ...

 

 

Ami voyageur, saches cependant que tu es abusé, tout bonnement.

Que ce chant, ces paysages, ces images ne reflètent en rien l'immonde bête qui s'en pare.

Que ta colère t'aveugle et t'égare, et que ta fougue est sur le point de servir un bien sordide et répugnant Ennemi.

L'Ennemi.

Historique.

Eternel.

Que tu as cru légendaire, sans doute...

Détourne ton regard, voyageur. Plonge tes yeux dans les miens. Et suis les chemins qui s'y dessinent.

Les elfes que tu viens de découvrir appartiennent à la pire espèce (qu'il convient de pourfendre sans pitié aucune, en ces "Terres du Ouaib") :

Celle des elfes NOIRS (oui, cela devrait particulièrement leur seoir, et c'est grande joie que d'y penser...), particulièrement maléfiques.

De celle dont on ne peut comprendre les réelles motivations qu'en étudiant leur proche cousinée.

Celle des Desouche.

Autrement appelés Souchiens (tu prendras garde de bien prononcer ce terme de la langue Elfique, branche brune, d'un seul trait. Ce qui, dans l'inverse cas, est perçu comme une insulte, que l'on peut traduire, approximativement, par "Sous-Chiens". Reconnais que ce n'est point flatteur...).

Tu découvriras, à l'aune de telle étude, que les habitants du "Royaume des racines et des elfes", si paisibles et si peu belliqueux en apparence soient-ils, sont désignés chez les "sous-chiens" (aaaarh... Oui, il n'est point aisé de maîtriser cette langue prestement...) comme le peuple de la "Desouchière".

Comme se fera lumière, une fois l'oracle "Google" consulté, qu'il n'est nullement exagérance que de parler d'eugénisme, quant au mode de vie qu'ils prétendent développer. Et de vomitive idéologie, donc, inhérente au concept de "Race pure" qu'ils prétendent préserver.

Mais je vois, maintenant que tes yeux sont plongés dans les miens, que tu doutes de mes paroles.

Que tu me penses fou dans ma cabesse. Ou bien aveuglé par la colère. Ou encore simple disciple de la "philosophie gauchistodroitdel'hommiste", comme ils ont coutume de la désigner, dans cette langue qui leur est propre.

Mais, pour qui sait chercher, les signes foisonnent.

Car l'elfe noir est aussi intrinsèquement idiot que l'elfe blanc est naturellement bon. Au point qu'il parsème les "Terres du Ouaib" de multiples échos des funestes desseins qui l'anime:

 

 

 

Sois attentif jusqu'au bout, concentre-toi, même s'il est grande peine d'ouïr pareille sordideries.

Et lorsque leur chef évoque ici l'éducation de leurs petits elfes  (07:53), écoute le attentivement.

Avant que d'aller lire cette missive du sieur CSP.

Tu comprendras alors les raisons pour lesquelles le triste personnage s'exprimant sur "Radio Courtoisie" (sur laquelles s'est longtemps exprimé, et vomit sa haine s'exprime encore parfois l'un des leurs, d'une branche différente, celle des elfes masqués) évoque "(...)les carences du système scolaire, notamment en Histoire".

Tu prêteras également attention au fait que le nazillon chefaillon qui s'exprime là (12:08) évoque d'autres foyers d'un mal qui tend visiblement à se répandre.

Mais je pressens que tu doutes toujours.

Il est vrai que vouloir vivre entre elfes noirs, et éduquer les pitis zelfes noirs "comme il faut" ne fait pas de cette espèce, certes quelque peu particulière, des disciples du démon Himmler, comme l'évoquait initialement ce long texte (quasi-épique, pour le coup).

Certes.

Et c'est grande justerie de raisonnement, tout à ton honneur, que d'exiger preuves de pareilles accusations.

Chausse tes guêtres, voyageur, nous allons emprunter désormais des chemins particulièrement fangeux, dans lesquels les elfes noires s'ébrouent et se répandent quelque peu.

Je t'emmène désormais sur "Apocastase demain: Le Forum Identitaire, Ontique & Libertaire" où tu peux lire ceci, après une présentation du projet de blason de la "Desouchière":

"Proposition 4: "La signification du blason est la suivante: Au centre, un symbole européen connu de tous : la louve nourricière avec Remus et Romulus. Mon principal souci était d'utiliser une image clairement européenne pour symboliser la fécondité, la fécondité étant tout à la fois la fin et le moyen. Nous souhaitons perpétuer notre peuple, et c'est une "arme" relativement facile et à portée de tous (ou presque)."

Puis, plus loin, dans une boueuse déclaration de plus, à propos du projet, en général:

"C'est une "reserve" pour les blancs, conscient de la réalité quand à l'allogènisation de notre europe."

En poursuivant, prudemment, ton chemin, en page 2, tu trouveras également les termes de "refondation patrio-géniques".

Des termes (que les elfes noirs le reconnaissent ou non) qui font furieusement écho à la définition de l'eugénisme, tel qu'il fût défini au sein de l'Allemagne nazie, lequel visait à:

" (...)favoriser la fécondité des humains considérés comme supérieurs (politique nataliste, soutien familial, pouponnières..."

Voilà donc, ami voyageur, maintenant que tu es mis en garde, que cette pénible aventure touche à sa fin.

N'oublie pas de consulter l'oracle "Google" régulièrement.

Celui-ci t'indiqueras sans faillir, si tu sais lever le voile des mots, les lieux maudits, qui peuvent, à l'instar de ceux que nous venons d'arpenter, cacher les dangereux elfes noirs. Comme ceux qui sont longuement évoqués ici.

Qui te révèlera que les elfes démoniaques que tu viens de croiser n'hésitent pas à s'adresser directement à ta progéniture, en des espaces tels que le forum de "jeuxvidéo.com". Ou qui te permettra de découvrir que "Miniville", jeu en ligne apparemment inoffensif, compte des bourgades virtuelles au nom bien évocateur, pour un esprit désormais éveillé, tel que le tien...

Et il se peut qu'il t'indique également plus sereines places, de valeureux guerriers peuplées, à qui il conviendra de prêter main forte, en ces "terres du Ouaib", dont les elfes noirs aimeraient s'assurer la suprématie.


27/10/2009

"Pose ce sécateur, tu m'fais peur"

A l'UMP, on aime les histoires.
Mais pas n'importe lesquelles:

A l'UMP, on aime les BONNES GROSSES HISTOIRES.

Celles avec du sanzédélarme dedans. Et s'il y flotte un ou deux glaviots, en sus, c'est un bonheur ineffable qui s'empare des rangs de la majorité (du sein desquels il devient quasi-impossible de retenir F. Lefevbre; penseur chevelu bien que réactionnaire, et inversement; pour qu'il ne s'empresse de s'y vautrer avec joizéfrénézie).

Mais Fredéric est déçu, cette fois.
Car ce n'est pas lui que le Maître a désigné pour alimenter la dernière polémique de comptoirs (de beaufs), et les prochaines engueulades de chaumières (de gueux), où l'on n'a point encore sa rolex, même à 50 ans, mais un gigot sur la table quand même, pour s'étriper joyeusement autour, le dimanche.

Notre conteur gouvernemental, cette fois, c'est Michelle Alliot-Marie.
MAM, pour les intimes, genre président de la République et fils; Michelle A.M, future ministre de la hache (émoussée) et du sécateur (rouillé), pour les autres.

Celle-ci vient d'être désignée,donc, par le Chef de la Nation (Gloire à lui) pour allumer le dernier contre-feu, qui fera buzzer (dans le vide), et qui permettra, par une habile manoeuvre dont sont coutumiers nos (fiers) représentants de masquer:

Le chômage de masse (Oui, mais c'est la crise, mâ'ame Michu?) ;
Les profits zonteux des banquiers qui s'en collent plein les fouilles, malgré que le président il les a grondé fort fort fort , ces vilains;
Le mensonge de l'"H1N1 Qui qu'en veut d'mes vaccins?";
Les magouilles zélectorales du député décomplexé du kimono;
L'attentat de Karachi, rien de moins qu'une affaire d'Etat (Qui a dit "De plus?");
Le renvoi d'hommes, femmes et enfants dans des pays en guerre (Mais pas trop, selon E. Besson, pis tous frais d'hôtels payés, faut pas déconner, on est pas des bêtes non plus, même l'identité nazionale à un petit coeur qui bat, qu'est ce que tu crois?).
(Liste non exhaustive)

Campagne d'enfumage façon artillerie lourde et polémique à deux balles (mais en plomb, quand même) en perspective, donc.

MAM, (sur une idée de Francis Evrard, violeur récidiviste) déclarait, il y a peu (entre deux embastillements de dangereux ultra-anarcho-autonomes encagoulés):

"Pour l'instant, la castration physique est interdite en France, mais elle existe ailleurs. Je pense que cela mérite une analyse et qu'aujourd'hui la question de la castration physique peut se poser et être débattue, y compris au Parlement".

Chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", plusieurs questions nous taraudent, depuis...:

Hannibal Lecter va-t-il, à l'instar du triste personnage P. Evrard, devenir consultant/conseiller/membre d'une quelconque commission pour le gouvernement?
Si oui, nous avons d'ores et déjà quelques sujets de réflexion à lui soumettre...

A quel exemple précis se réfère MAM en déclarant :"(...)mais elle existe ailleurs"?

Parce qu' après moultes recherches, force est de constater que les nations qui raccourcissent leurs consultants délinquants sexuels ne sont pas légions:
La Suisse, le Canada et la République Tchèque, selon l'un des rares journalistes à s'être penché sur cette aspect de la déclaration de MAM (qui ne sait sans doute elle-même, au moment où elle profère ces paroles, si celles-ci sont belles et bien fondées, mais qu'importe, pourvu que ça agite les médias...).

Et encore faudrait-il savoir, de surcroît, dans quelles proportions? (On parle ici de pourcentage de peines de ce type, et non pas de centimètres, tu l'auras compris, les détails importent peu ici).

Voyant notre nouveau griot UMPien dans la peine, "Affreux, Sale, Bête et Méchant", dans un grand élan du coeur, a décidé de voler à son secours.

Point d'exemples géographiques frappants?
Foutre, que c'est gênant!
La polémique qui devait détourner l'attention des boeufs risque de retomber comme le brushing de F. Lefebvre sous les crachats du peuple.

A moins que plutôt que d'en appeler à la Géographie, il ne faille se référer à l'Histoire?

(Avec un grand "H". Comme dans "Hache", oui).

Car là, oui, les exemples ne manquent pas et foisonnent littéralement, de (joyeuses) contrées où les (joyeux) régimes en place eûrent recours au coupage de balloches déviantes et anormales.

Allemagne, Etats-Unis, Suède, Pérou, Japon, etc...


Toutes ces fières nations, naguère (mais dans un naguère assez proche, toutefois), pratiquèrent la castration physique, pour diverses raisons, plus vomitives les unes que les autres.
Ce qui n'empêchera pas MAM, sois-en certain, de garder la tête haute, et de pouvoir affirmer, sans crainte, que "cela s'est fait, ou se fait ailleurs", et que donc, "Partant de là, mâ'ame Michu, pourquoi donc qu'on leur couperait pas, nous non p'u? Hein? Pourquoi donc? Gégé, tu r'mettras un jaune."

Un passage attire l'attention, particulièrement, lorsque l'on se penche plus avant, sur ces fiers exemples, puisqu'il traite précisément de la castration physique des délinquants sexuels dans l'Allemagne nazie:

"En 1935, le code pénal est modifié pour permettre la castration "volontaire" des délinquants sexuels condamnés au titre du Paragraphe 175. Le 20 mai 1939, le Reichsführer-SS Himmler autorise la castration forcée des délinquants sexuels. Leur consentement n'est pas requis, explique-t-il, car ces détenus savent qu'ils pourront être libérés une fois l'intervention réalisée avec succès".
"Hidden Holocaust? Gay and lesbian persecution in Germany 1933-45", Günter Grau (ed.).

De quoi être définitivement rassurés:

Le buzz va être de GROS, très GROS calibre.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu