Avertir le modérateur

20/06/2010

Magistrale leçon d'Elegance

C'est d'un sourcil d'à peine un quart levé (et encore, le moins épais) que nous avions, chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", accueilli l'envolée du toujours très lyrique (tant que poètique) Nicolas Anelka, lorsque celui-ci s'adressait à Raymond Domenech, en ces termes:

 

"Va te faire enculer, sale fils de pute!".

 

Et en première page, de surcroît, du nauséabond quotidien sportif "L'Equipe".

Relais médiatique bruyant qui finissait de ne point nous étonner, aux vues des pratiques journalistiques (?) habituelles dudit torchon.

Parce que découvrir, et s'indigner, qu'un type qui déclare, par ailleurs, pareilles âneries, manifeste sa colère avec si peu d'originalité dans le verbe, serait, mettons, comme s'offusquer du fait que LeBorgne et ses amis considèrent que les chambres à gaz sont "un point de détail" de la seconde guerre mondiale.

Par exemple.

Parce qu'il faut tout de même être lecteur assidu de pareil torchon pour encore s'exciter vainement sur pareil pseudo-scandale en Une.

Qui n'a de but que d'attirer le Robert moyen en maison de la presse, dès sa sortie du café des sports, avec pareils propos orduriers, étalés en couverture. Propos qui seront répétés avec délectation, à loisir et à Raymonde, une fois le chemin du doux foyer retrouvé, malgré une alcoolisation tant massive qu'anisée:

"Tu t'rends compte, maman, comment qu'y cause à c' con de Domenech, le grand échalas douteux du point de vue de l'identité nazionale, non, mais quand même, c'qu'tu t'rends compte?"

En clair, les mots orduriers d'un crétin dont on se doutait, fortemement, qu'il ne fût le nouveau Beaudelaire de sa génération (pas plus que le nouveau Pelé), relayés par des journalistes dont on se doutait, clairement, qu'ils ne fûrent les héritiers d'Albert Londres, conspués par des blaireaux dont on se doutait, évidemment, qu'ils ne fûrent capables de s'intéresser à autre chose qu'au foutrebaule, en cette période pré-estivale, propice à la mise en place de réformes estivales, elles, bien ultra-libérales, tant que bien profondes, dans ton postérieur de citoyen.

A peine le quart de sourcil évoqué précédemment sur le point de retomber, que notre attention fût attirée par les déclarations du philosophe le plus haut perché sur le mont Vérité, Alain Finkielkraut himself, qui n'hésite pas à les froncer (les sourcils) lui, et plus qu'à son tour.  

Tendu.jpg

Et prouve, une fois de plus, qu'en matière d'Elégance, le type est à lui seul, LA référence, l'Unique Etalon qui vaille en cette France moralement déliquescente.

Parce qu'à l'inverse de notre beauf anisé, qui s'offusque en tenant d'àpeuprèzidentiques propos que l'Anelka qu'il fustige, Alain Finkielkraut s'offusque, certes, mais pare l'immonde vulgarité des siens d'une sémantique moins "colorée", de celle qu'on ne verra sans doute jamais en Une de "L'Equipe", attendu que "c'est pas super-vendeur comme accroche, Coco! Fais nous du Anelka, bordel!".

Alors qu'en y regardant de plus près, c'est chez "Minute" que pareille diatribe devrait être publiée. Et que plutôt que l'horreur des mots, c'est bel et bien de celle des idées dont il s'agit là.

A la question assez... Goûtue du journaliste qui l'interroge (accroche-toi, c'est du très très lourd) :

"On se dit les grecs et les portugais ont les mêmes pépins du point de vue social, mais les grecs ne veulent pas mourir et jouer au ballon, les portugais sont dignes, mais nous, non seulement on a plus d'industrie mais on est la risée du monde entier en foot! Que FAIRE?"

(Essaie de lire cette question sans rire. Ou pleurer.)

Le sportif philosophe Alain Finkielkraut répond, tous sourcils froncés et poings serrés, tant la menace planant sur la République est grande, qu' "(...) il faut prendre acte de ce qui se passe, des divisions qui minent cette équipe, ces clans, ces divisions ethniques, ces divisions religieuses".

(Essaie de lire cette réponse sans vomir. Ou crier.)

Et reconnais, entre deux hauts le coeur, que Robert ne l'eût formulé ainsi.

Que nenni.

Robert eût, pour sa part, préféré quelque sentence frappée au coin du bon sens racisto-patriotique, du type de celle-ci:

"Sûr qu'en faisant jouer de bons et braves français d'souche avec des bougnoules métèques, pis de dangereux musulmans barbus zintégristes islamistes en plus, pas très catholiques, ça peut pas fonctionner, ma pauv' Raymonde..."

Ce qui est tout de même, reconnais le, vachement moins "Gentlemen", en termes de prose.

Car c'est ça, vois-tu, l'Elégance selon Saint Alain:

Parer les plus nauséabonds des propos d'une trompeuse apparence d'appel à la Morale.

 

03/05/2010

Le Phare

Lorsqu'Alain Finkielkraut, du haut des cimes de LA vérité (de celles-là même d'où le saint philosophe embrasse d'un seul regard les terres de LA Liberté, et t'en dépeint une à une les frontières, avant que de t'enjoindre à ne les point franchir) déclare:

"Le rire contemporain ne relève plus de l’humour. Il est, entre l’injure et le crachat, une forme d’incivilité."

Tu es sommé, homme de petite pensée, qui n'a plus guère d'autre choix que d'avoir recours à cette forme-ci (dérisoire) de rebellion, de cesser de cracher et d'injurier, je te prie.

De là-haut (et de surcroît), Alain ne t'entend pas, quoi qu'il en soit.

Et esquive donc, sans peine aucune, le moindre de tes piètres glaviots humoristiquement zincivils.

C'est donc peine perdue que de tenter d'entrer en contact, de cette manière, avec personnage si haut perché. Et c'est Vérité qu'à telles altitudes, tu parais  bel et bien tant inefficace que ridicule.

Définivitement, petit homme.

Doù la nécessité absolue de saisir ton courage à deux mains, dans le même temps que ton bâton de pélerin, et de commencer la longue ascension du Mont Vérité.

Et si tu n'atteins pas le degré de sagesse escompté, une fois à ses côtés, demande lui donc de se taire.

Ce sera toujours ça de pris.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu