Avertir le modérateur

21/02/2012

Y'A que les conquis ne changent pas d'avis...

Amis lecteurs et -trices, veuillez nous excuser pour cette interruption momentanée de la période de retraite définitive que nous annonçions ici.

Y'a qu'on s'est planté en l'annonçant. Tout bonnement.

Mais, comme dit mon pote qui parle vachement mieux latin que la moyenne: "Errare humanum est, persevare diabolicum, mon gars".

Il convient donc, et promptement, de reconnaître cette erreur.

Sinon, "Diabolicum". Tout de même.

Veuillez bien croire que cette décision de mettre fin, même temporairement, à une retraite bien méritée est indépendante de notre volonté. On aurait franchement préféré continuer à se tourner les pouces des doigts de pied en éventail, 'videmment.

Mais Un problème subsiste. Un de taille. Voire Un franchement monumental, même:

 

Y'A que les conquis ne changent pas d'avis!

 

Les conquis du fascisme néo-libéral qui mettent en pratique, en ce moment même, leurs rêves idéologiques les plus humides, au nom d'une dette créée, pour une grande part, par leurs frères d'armes.

En 2010, déjà, ces conquis là ne comprenaient pas un message pourtant énoncé très clairement.

 

 

Ils persistent. Encore aujourd'hui. Il est même tout à fait autorisé de parler de récidive, désormais.

Un lot de conquis que nous avons également en France, qui loin des cocktails molotovs et autres gazs lacrymogènes, n'ont aucune raison de voter des lois qui viendraient contrarier les desseins de leurs maîtres.

Avec à leur tête, un chef des conquis qui continue, sourire aux lèvres, de nous prendre pour des cons, de plus en plus brutalement, allant jusqu'à s'auto-proclamer "candidat contre lézélite" (alors qu'on croyait, naïvement, qu'il s'agissait de LaPen, la candidate héritière contre Lézélite, depuis qu'elle avait fait prendre à son parti d'extrême-droite un virage soralien...)

Lézélite, qui dans le même temps, à peine remis de l'inextinguible fou rire qu'a pu déclencher la déclaration dudit chefaillon, sont sur le point d'entériner la DICTATURE des marchés, qui basculera ainsi définitivement du factuel au LEGAL.

Donc, bon, 'ffectivement, "Errare humanum... Etc". C'est pas le moment de faiblir.

Sans parler du bruit de bottes permanent qu'on peut entendre un peu partout, des quatres coins du Ternet, à ceux des cafés du commerce de la vraie vie véritable dehors...

"Affreux, Sale, Bête et Méchant", c'est donc reparti.

Pour chier dans les droites bottes des Grands, et faire (un peu) la joie des Petits.

Quoi qu'il en soit, on pourra pas dire qu'on a pas essayé...

Désespérément.


 RunSmithRun.jpg

 

 

 

05/11/2009

Guerre civile patriotico-musicale

Or, donc, voilà.
Point de blog qui ne se respectât sans une contribution au grand débat.

LE grand Débat.

Le Seul, l'Unique, celui tout DROIT sorti de l'esprit pathologiquement patriotique (encore que ce sentiment chez lui paraisse totalement feint, et définitivement empreint de manoeuvres bassement électorales) d'Eric Besson-tout-y-compris-et-surtout-notre-pantalon-pourvu-que-ça-buzze-et-fasse-voter-l'essstrême-drouate-pour-Nous.

D'autant plus, que le Chatel, ministre du bourrage de crâne de nos chères têtes blondes (mais pas que, au grand Dam de B. Hortefeux) de l'Education Nazionale, vient d'annoncer que les écoliers se joindront, la main sur le coeur (oui, c'est obligatoire), au grand Débat.

LE grand Débat.

Outre le fait que cette participation de dernière minute -qui fleure bon les jeunesses patriotiques sur le point d'être constituées- promet de belles perles, ("Eleve Michu, qu'entendez-vous par "Liberté, Egalité, Scooter ?"), celle-ci nous a définitivement convaincu d'y participer (Avec joie, même. Et la main sur le coeur, on t'a dit que c'était obligé, citoyen).

Tu commences à nous connaître, nous ne sommes pas qu' "Affreux, Sales et Méchants", nous sommes "Bêtes", également, voire surtout.

Ce qui nous contraint à réduire au strict minimum toute tentative de réflexion.
Ce qui peut avoir comme effet bénéfique (bien qu'involontaire), de ramener les débats, que nous tentons péniblement d'aborder, à l'essentiel.

Et l'essentiel, dans la question qui t'es posée par le maréchal Besson, Peuple de France, peut se poser en ces termes:
"C'est quoi donc qui fait qu'on est français, dis-donc, mon con?"

Un premier élément de réponse réside sans doute dans l'hymne nazionale.

Et justement, c'est là que le bât blesse.
Parce que la question de l'identité nazionale, traitée sous cette angle, risque bel et bien de donner naissance à une véritable guerre civile.
Et du coup, le (saint) but poursuivi par E. Besson la-garde-y-compris-face-au-FN, noble au départ (mais si, mais si, puisqu'on te dit que c'était sincère), de rassembler autour de cette fameuse identité française risque d'échouer, à l'instar de l'occupation, en son temps.

Parce que voilà, en matière d'hymne nazionale, tu as deux options:

La version barbe de trois jours, oeil vitreux mais plume géniale tant que subversive, et qui "redonne à la Marseillaise son sens initial".

OU

La version coupe de veuxch' playmobil, oeil hagard, d'admiration, qui ferait chanter n'importe quoi avec n'importe qui, pourvu que ça rapporte et vite (du cash en premier lieu, pour la chanteuse concernée, et des voix des nationaliss' pour le petit président, en second lieu).
(Cette version là, souviens-t-en, avait été précédée ou suivie, la chronologie importe peu, d'un "Ah qu'elles sont jolies les filles de Sarkozy!", par E. Macias, chanteur de Droite à l'oeil humide de cocker triste. Une grande marrade, entrecoupée de cris de rages, qui apaisa, un tant soit peu, la catastrophe nationale de cette soirée-là).

Et tu comprends aisément, à l'aune de cette analyse patriotico-musicale; même affreux, sale, bête et méchant que tu es de venir lire pareilles inepties; qu'entre les deux camps, point de paix possible.

Définitivement.

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu