Avertir le modérateur

29/01/2011

Ce courage tapi dans l'ombre (et qui ferait chialer, presque).

 

Il est de ces héros qui ne seront jamais reconnus pour leur courage. Ingrat destin d'une vie passée à agir dans l'ombre, noblement, sans jamais espérer la moindre reconnaissance, ni la moindre admiration en retour.

Oeuvrant à l'expansion de la Paix, de la Liberté tant que de la Fraternité en général (rien de moins), il est de ces hommes et de ses femmes zhéroïques qui défendent leurs concitoyens, humblement, quand bien même leurs actions quotidiennes, ce combat de tous les jours contre une injustice qui n'en finit plus d'étendre ses tentaculaires brides sur nos vies, seraient perçues comme fondamentalement inverses aux valeurs du dit combat.

Dans un climat qu'ils jugent désormais dangereux pour leurs frères d'armes, et conscients que la Lutte passe dorénavant par un sabotage interne aux mécanismes d'oppression, ces "guerriers de l'arrière-plan" n'hésitent plus à passer, eux-même (Aaaaah! Comble de l'ingratitude...) pour les agents de l'oppresseur contre lequel ils se battent.

Ainsi en est-il de certains représentants de l'Etat en pays gardois, qui, choqués par l'ampleur que peut prendre la répression policière en ces terres et en ces temps (et inversement), rappellent officiellement qu'il convient pour tous les fonctionnaires territoriaux des services de l'Etat, "(...) dès le lundi 14 Février, d'éviter de participer aux manifestations publiques susceptibles de présenter un caractère pré-électoral, soit par les discussions qui pourraient s'y engager, soit en raison de la personnalité des organisateurs ou de leurs invités" et de "(...) s'abstenir de participer à toute cérémonie publique, à l'exeption des commémorations Nationales."

S'ils sont conscients qu'une telle stratégie d'évitement de l'affrontement direct (en supprimant tout risque de celui-ci) peut être mal comprise, ces courageux résistants n'en sont pas moins fiers d'éviter ainsi que leurs camarades opposants soient à nouveau molestés par les forces de l'Ordre.

Une guerre larvée, donc, et qui peut aller très loin dans sa biaise façon d'attaquer l'Ennemi.

Ainsi la prochaine opération secrète de résistance menée par ces zhéros zincompris sera-t-elle de convaincre l'ensemble des troupes de voter  massivement pour les représentants du parti au Pouvoir lors des prochaines élections, afin que, comme le disait l'un de ces fiers héros de l'Ombre (notre contact dans ce milieu), accablé par le poids des sacrifices actuels:

"Comme ça, ces chiens d'oppresseurs ne nous verrons pas venir. Endormir leur vigilance nous permettra alors de reprendre rapidement le Pouvoir. Dès lors, nos camarades de Lutte reconnaîtront leurs erreurs et la juste valeur de notre courage, comprenant enfin le sens de nos actes passés. Et peut-être, peut-être l'Histoire nous donnera-t-elle notre place. Enfin."

Puis notre contact nous quittera alors sur ces mots, "Y' m'reste des OQTF à valider pour éloigner tous ces pauvres sans-papiers des griffes de la police, faut que j'te laisse. LA LUCHA SIGUE, CAMARADE!".

Avant que de s'éloigner dans la froideur de ces bureaux de la République Nouvelle, héros solitaire et, pour l'instant, incompris...

 

 

Découvrez la playlist Noir Désir avec Noir Désir

05/06/2010

Grand Incompris

Jean-Louis Masson n'est pas tant le dangereux censeur que tente de décrire la (vilaine tant que diffamatrice) blogosphère, qu'un homme accablé, désireux de mener à bien la (sainte) mission sénatoriale dont il est investi.

Mais qui cache, en fait (et pudiquement), la réalité de l'ingratitude de pareille tâche.

Car ce n'est pas tant ce que dit Jean-Louis Masson qui est intéressant, que ce qu'il ne dit pas.

Ce que Jean-Louis tait, tout en maxillaires serrées, fièrement, c'est la presssion permanente des lobbies divers et variés, prêts à toutes les turpitudes stratégiques pour assurer, à ceux dont ils défendent les intérêts, un maximum de pognon, au travers de lois favorables au bon engraissement de leur business (et c'est pas une grandeur d'âme à deux balles et un sens de l'intérêt commun au rabais dont il faut être doté afin que de résister aux sirènes des comptes en Suisse, mâ'ame Michu).

Tout comme Jean-Louis, drapé dans son abnégation, tait la violence des cadences infernales subies par le sénat, le rythme  diabolique des projets de lois qui se succèdent à une échevelante vitesse, qui ferait passer celle d'une chaîne de production pour celui d'un run-trainer utilisé  par une limace sous Valium.

Pareille pudeur est infiniment émouvante.

Tant la (terrible) Vérité, concernant ces (terribles) conditions de travail (terriblement) inhumaines, atteste du Courage avec lequel ces héros de la République officient, opiniâtrement, dans l'ombre, pour être ensuite copieusement diffamés, voire grassement insultés sur LeTernet.

Des conditions de travail déshumanisantes puisqu'elles ne te laissent pas même une (poignée de) minute(s) pour consulter le dernier buzz sur Twitter.

Pas plus que le temps d'acquérir l'Ipad flambant neuf que ton fils t'a réclamé, les yeux humides,  il ya quelques jours, depuis que tous ses camarades ont décrété qu' "en étant dépourvu, il est un parfait trou du cul" (oui, parfois le jeune Geek s'exprime en vers, lol ptdr).

Quant à espérer penser pouvoir hypothétiquement peut-être éventuellement écouter un bon Sardou sur Deezer...

 

 

Voilà.

Voilà l'étendue de ce que Jean-Louis Masson épargne à ses concitoyens.

Et à ses camarades (dans un grand élan de retenue qui tire les larmes) brisés par les cadences infernales, comme lui,  qui devront profiter d'une retraite bien méritée bien plus tard que prévu. Non sans avoir consenti à une baisse de salaire, vraisemblablement, avant que n'arrive cette trêve salvatrice.

Mais un député, comme un ministre, se doit d'être exemplaire, c'est ainsi.

Alors qu'en son for intérieur, Jean-Louis serre ses petits poings, rageusement, et voudrait, de toute son âme, avoir tout simplement LE TEMPS.

LE TEMPS de VERITABLEMENT pouvoir se pencher sur les problèmes dont il a la très haute charge.

De ce temps, Ô luxe incommensurable, qui permettrait de comprendre que l'anonymat sur Internet est une vaste plaisanterie, DANS LE FOND.

Qu'il suffit, concernant la plupart des blogueurs, de leur adresser un mail (ou de le faire expédier par sa sécrétaire qui, elle, l'a le temps, la bougresse) afin qu'il ne te révêlat leur identité véritable. Qu'il y a extrêmement souvent un lien permettant de le faire sur leurs infâmes blogs noircis de leur infâme prose.

Que la plupart d'entre eux ne chercheront nullement à se soustraire à une action en justice, pour la simple et bonne raison qu'il ne sont ni Mesrine, ni Carlos.

Et pour l'autre et simple bonne raison itou que la Justice, parfois, pourrait même débouter leurs poursuivants.

Que les moyens légaux de poursuivre ceux qui n'appartiendrait pas à cette catégorie de gens censés, simplement soucieux de profiter du peu de liberté d'expression et des lambeaux de moyens d'action qu'il leur reste, existent déjà. Et qu'il n'ait point besoin de surcharger un emploi du temps, déjà dantesque, afin que de s'atteler à cette tâche.

Que les services de renseignements et de police adéquats oeuvrent déjà pleinement en ce sens.

Que finalement, on est toujours le con de quelqu'un. Particulièrement lorsqu'on occupe des fonctions politiques.

Qu'eu égard à la dignité de celles-ci, il convient de prendre quelque hauteur. Particulièrement lorsque ladite critique se résume à un flot d'insultes.

De ce temps, Ô luxe incommensurable,  qui permettrait de comprendre que, dans ce cadre-ci, particulièrement, il vaut mieux laisser dire qu'on est un con, plutôt que de s'en offusquer.

Et de ne point laisser le moindre doute à ce sujet (comme le disait, à peu près en ces termes, le regretté Coluche. Qui aurait  vraisemblablement eût beaucoup de peine à s'exprimer, en des temps aussi troublés, en matière de Liberté d'expression, que les nôtres).

De ce temps, Ô luxe incommensurable, qui permettrait à nos fiers sénateurs d'étudier les textes qu'ils votent, et la moindre de leurs implications. De ne plus menacer une carrière politique exemplaire en dénoncant, courageusement, à l'instar de Charles de Courson, député Nouveau Centre de la Marne qu': "On n’a pas le temps d’examiner correctement les textes. Le gouvernement nous ensevelie sous les projets de loi".

De profiter pleinement, une fois ce temps reconquis, des diverses sources d'information que constituent LeTernet.

De pouvoir prouver, par un rapide clic, qu'en matière d'anonymat, on en connaît un rayon. Quand même.

M. Masson, "Affreux, Sale, Bête et Méchant" est de tout coeur derrière vous.

Courage.

Ca va être dur.

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu