Avertir le modérateur

13/05/2012

Liberté, Egalité, Communautés

Evidemment, LA JOIE EST LA.

Nous venons de tourner la page de cinq années d'une casse sociale telle qu'elle n'avait plus été pratiquée en France depuis de TRES nombreuses années.

Accompagnée de l'arrogance et de l'incohérence stratégiquement nécessaires à sa mise en oeuvre, rendant particulièrement difficiles les combats à mener contre cette saloperie à l'état pur.

Pour autant, à l'image de la "gauchitude" du gouvernement qui va se mettre en place, cette joie là ne peut être, évidemment, que modérée.

Parce qu'Hollande et le parti "socialiste" ne paraissent évidemment pas être à la hauteur des pressions qui s'exerceront sur eux, et donc sur nous.

Parce que quoi qu'il en soit, ils n'entendent pas y résister avec la vigueur d'une véritable Gauche...

Et puis, surtout, parce que le gouvernement que nous allons foutre à la porte dans peu de temps, à force que d'avoir été se vautrer dans la fange de l'extrême-droite, laisse le pays dans un état bien pire que celui dans lequel il l'a trouvé.

Avec l'odeur de merde qui va avec.

La HONTE coupable d'être raciste, puisqu'il était encore évident, il y a peu, que souscrire à pareille idéologie relevait d'un archaïsme intellectuel proprement indéfendable, a été HABILEMENT et STRATEGIQUEMENT transformée en FIERTE revendiquée d'être plus français que "les Autres".

Revendiquée par les plus hauts représentants de la Nation, exaltée par ces pseudos défenseurs de la Patrie qui, agissant ainsi, déféquaient littéralement sur ces deux notions dont ils reniaient les fondements mêmes.

La Liberté, l'Egalité et la Fraternité souillées par ceux-là mêmes qui prétendaient en être les fervents défenseurs, en somme.

La Liberté réduite à celle de s'exprimer des pires raclures racistes.

L'Egalité résumée à celle d'être aussi cons les uns que les autres dans un communautarisme encouragé.

La Fraternité pratiquée, entre eux, des membres de chacune desdites communautés.

Point barre.

Parce qu'outre le fait d'avoir "décomplexé" un racisme déjà existant chez une partie des français dits "de souche"; et par là même, de permettre qu'il ne se répande à d'autres portions de cette même population qui ne partageaient pas jusque là les mêmes idées; la mise en avant permanente du "politiquement insalubre" a fini par avoir les mêmes effets au sein des tranches de population déclarées adverses.

Parmi lesquelles ils existaient, jusque là, les mêmes proportions d'imbéciles.

Mais dont le discours xénophobe, rendu apparemment légitime par la politique UMPFNiste de ces dernières années, a fini par se répandre, à échelle égale, au sein de ladite population.

En clair, et pour le dire plus simplement:

Pilier de la stratégie du sarkozysme, la tactique consistant à dresser les français les uns contre les autres a fonctionné à plein régime...

Particulièrement dans une période de "Grande Krise", dont l'une des caractéristiques est la nécessité absolue de désigner un Ennemi, un Responsable.

Absolue nécessité exploitée jusqu'au trognon par les divers groupuscules "crypto-fachos" et/ou "réaco-intégristes" qui ont bien compris qu'ils avaient là une "carte à jouer"...

Au sein desquels on n'entend plus désormais parler que de "rassemblement trans-mouvements", de "dépassement du clivage Gauche-Droite" et autres termes à la con trouvant écho auprès de leurs disciples, pauvres gens bouffés par l'angoisse plus à plaindre qu'a blâmer, se lançant dans le militantisme "dans l'urgence" et sans aucun "bagages".

Une manière assez grossière de tenter de rendre crédible le "gloubiboulga idéologique" dont ils abreuvent lesdits disciples, cibles priviligiées parce que victimes idéales...

La "convergences des brutes" est engagée, donc, et pas mal avancée, déjà.

Et pour ceux qui refuseront de choisir leur camp -ennemis désignés des deux factions parce que ne se reconnaissant dans aucune de leurs crétines horreurs- ne restera plus qu'à raser les murs.

Parce que, bien que l'Unité qu'ils appellent de tous leurs voeux n'aura pas lieu (trop de différences dans leurs haines respectives, malgré tout), il finira bien par se dégager, après diverses luttes intestines, deux factions.

Puisque c'est la condition même de l'existence de ce type de mouvements.

Il suffit de tendre l'oreille à n'importe quel coin de rue, dans la vraie vie, ou de parcourir le premier site un peu fréquenté sur le Ternet, pour constater la montée en puissance de ces racisme"s" et de ces intégrisme"s" de tous bords.

Ce qui explique sans doute mon aversion pour certains "néo-penseurs" du Net, expliquant tranquillement que "la lutte contre le racisme n'est pas une priorité".

Qu'il convient de lutter, avant tout, contre l'ultra-libéralisme et que, quasi-automatiquement, les problèmes liés au"x" communautarisme"s" disparaitront d'eux mêmes.

Cette théorie là me ferait bien rire si je ne pouvais m'empêcher de penser à une image un peu tordue:

Un zenti défenseur de la théorie sus-nommée expliquant aux racistes d'un bord et de l'autre que "Oui, mais bon, 'comprenez Camarades, l'Ennemi, c'est le Grand Kapital!", le tout au milieu d'abrutis haineux s'étripant joyeusement...

Et bien que j'ai longtemps partagé ce point de vue, il est temps désormais d'ouvrir les yeux,  les choses s'étant très nettement aggravées par rapport à l'époque durant laquelle ce type de raisonnement était encore valable. Et qu'il est temps, désormais, de VRAIMENT combattre ces malades là...

Ce qui n'empêche pas, d'ailleurs, de continuer, encore et toujours, de lutter contre les sources du mal en question.

Puisqu'évidemment, je n'en doute pas, les racines de ces saloperies là sont bel et bien économiques, et donc sociales, avant tout.

Mais continuer d'ignorer que les conséquences des inégalités dont on parle ici sont, dorénavant, devenues au moins aussi dangereuses que leurs causes, serait proprement suicidaire...




Saian supa crew - la preuve par 3 par Wouafam

30/03/2012

Racisme partout, Justice nulle part

 

TuLasSentiOuPas.jpg

 

«La France est un pays de merde, c'est une boîte de merde et en plus on est servi que par des immigrés.»

Il est vrai que l'on pourrait s'interroger, à l'instar de M. Guerlain qui, paraît-il, aurait du nez en ces matières, sur le fait que «La France [soit devenu] un pays de merde"...

"Un pays de merde", donc, dans lequel une ancienne sommité de l'industrie du parfum, qui voulait juste faire rigoler une journaliste, est condamné à verser 6000 euros d'amendes.

Ce qui doit bien la faire marrer, l'ancienne sommité, du haut de sa haute finesse d'esprit et du, sans doute, très haut de sa, vraisemblablement, très haute épargne.

C'est un pays de merde, 'ffectivement, Jean-Paul, Foutre, que tu as raison, en ce sens que les inégalités y sont flagrantes en matière de Justice.

Parce qu'un blogueur peu fortuné, mettons, mais particulièrement écoeuré de ta propension à vomir ta haine raciste à la moindre occasion, prendrait sans doute proportionnellement vachement plus cher s'il venait à dire, mettons toujours, c'est un exemple, hein, qu'il faut vraiment être une "vieille ordure raciste" pour tenir pareils propos (et ce, de manière multirécidivante).

'Ffectivement, en quelque sorte, c'est pas juste.

Parce que si c'était le cas, il faudrait bien reconnaître, entre autres choses bien dégueulasses, qu'une "Imbécilité" n'est pas sanctionnée de la même manière, en Nouvelle France, selon qu'elle émane d'un imbécile fortuné ou pas.

24/03/2012

L'oeil du cyclone?

Oubliée, la Trouille qu'ils avaient, il y a quelques jours encore, concernant les motivations du "Monstre".
Bafouée, la Dignité qui leur a toujours été étrangère et qu'il osaient, soudainement, exiger de Tous.
Expulsée, à grands coups d'idéologies dans la gueule, la Prudence qu'ils nous demandaient d'adopter.

Le tueur était "un fou d'Allah".
Pas d'Adolf.

Pas cette fois.

Que l'inverse ait été envisagé, quasi-unanimement, par tant d'"observateurs", aux point de vues parfois (voire souvent) divergents, ne questionnera plus personne.

Que la question elle-meme ait pu être une réponse ne sera pas envisagé.

IL N'Y A JAMAIS EU DE QUESTION.

Alors même que, par prudents calculs, les desouches couinaient à longueur d'internet que "C'était l'oeuvre d'un FOU, PEUT-ETRE d'extrême-droite, certes, mais d'un FOU, AVANT TOUT", les mêmes répètent désormais en boucle que "l'islam, quand même, on sait bien où ça mène, hein. ON L'AVAIT DIT!... D'ailleurs, on le dit tout le temps..."

Le débat, quant au climat raciste dans lequel la France sombre indéfiniment, depuis des années, s'éloigne aussi vite qu'une dépêche AFP chasse l'autre...
Que ce climat puisse finir par déclencher de véritables tempêtes n'inquiète plus personne, puisqu'on sent bien, d'ailleurs ils l'ont dit à la télé, que le vent vient d'en face.
 
Il suffit de lui tourner le dos pour s'en protéger. Ou de se barricader chez soi.
Paraît que ça va souffler fort, ils l'ont dit aussi dans le poste...

Que cette haine montante, éprouvée par une partie de la population, et hissée au plus haut de l'Etat , par ses responsables mêmes, légitimes représentants de la population votante, ait seulement pu être à l'origine de crimes racistes n'est plus la PEUR du jour.

On a retrouvé la PEUR de TOUS les (autres) jours.
L'Ennemi est bel et bien celui qu'on désigne depuis tant de temps. Constance et répétition finissant par être perçues comme vérité, qui, par essence, ne laisse place à aucune question. 

Ni celles que l'on pourrait se poser quant aux divers visages de l'intégrisme religieux.
Ni celles qui pourraient surgir à la vue de ceux, variés également, du racisme et de l'antisémitisme.

 

racisme,racisme d'etat,racistes,extrême-droite,montauban,toulouse,école,militaires,xénophobie,intégrisme,terrorisme



Si ce n'était si dramatique, et si l'on était pas au bord de l'abîme, aussi proche de basculer qu'on ne l'a jamais été, il serait sans doute particulièrement drôle de constater que le racisme puisse avoir autant de visages...
 
Mais il devient de plus en plus difficile ne serait-ce que de sourire.
Et si "l'humour est la politesse du désespoir", on va tellement nous désespérer dans les mois qui viennent, qu'il va falloir se convaincre d'hurler de rire chaque jour un peu plus, afin de ne point les envoyer se faire tous enculer.
Ce qui n'est pas poli dutoudutou, il faut en convenir, mais peut être, effectivement, la marque d'un profond désespoir, dans le cas présent...

D'une indomptable colère devant le constat flagrant que le Pouvoir, celui qui parlait de décence il y a encore quelques jours, n'hésitera pas à manier à nouveau, les plus dégueulasses des amalgames, les plus abjects des raccourcis, sur un chemin qui ne tolère aucune halte pour s'interroger sur le fait que le monstre ait pu être un fou raciste.

Que le prochain le sera peut-être.
Ce n'est pas UTILE à ceux là même qui n'hésitent pas à prendre ces risques, la marche au pas cadencé qu'ils nous imposent ne souffrant aucune baisse de régime.

Ils ne s'interrogeront pas sur ces fous, de Dieu ou de Guerre, qui ont tant de points communs, finalement.
Qui sont les produits, en dehors de leurs différences purement formelles, de causes qui sont identiques.

L'intégrisme religieux et le racisme véhiculent des idées qui, au bout du bout, aboutissent à détruire celui qui ne pense pas de la même manière que soi. Il est désespérément drôle de constater que, bien souvent, celui qu'on hait le plus est curieusement très semblable à soi, au moins dans la force de sa haine.

Convenir de l'existence de ces troublantes similitudes serait admettre que l'on est perdants dans les deux cas, que Mohamed ait été un fanatique religieux flinguant de sang froid, ou un néo-nazi délirant défouraillant a tout va.

Que cet humain devenu monstrueux, au nom d'un intégrisme religieux, sera encore parmi "Nous", fanatique d'une doctrine nazillone dans le fond identique, une fois le sanguinaire intégriste expulsé ou éliminé à coup de rétablissement de la peine de mort, au nom d'une "Justice faite... Et bien faite."

L'effet rigoureusement inverse de ce que l'on recherche lorsque l'on embrasse ces thèses là.
Qui revient à fuir une peur en se jettant dans les bras d'une autre, en somme.

Qui va les ouvrir grands, très grands dans les mois à venir...

19/03/2012

Liberté surveillée

La Droite Extrême qui nous gouverne (dans un grand hochement de menton, accompagné de son claquement de bottes idoine) peut s'enorgueillir d'un succès incontestable:

La parole a été libérée.

Et avec elle, bien PLUS encore.

Ce qui était fatalement, tant que totalement, inéluctab' à bien y regarder quand même (et en arrière, surtout).

Il y a désormais, en cette belle France qu'on finirait presque par avoir envie de quitter, des tables auxquelles on ne peut plus s'asseoir qu'à condition « d'être de la bonne couleur ».

Les Blancs avec les Blancs, les Noirs avec les Noirs...

 

FontHaine.jpg

 

Comme un lugubre écho à cet article de Rue89 (et aux diverses images qu'il peut évoquer), un ami me faisait part, il y a peu, qu'un prof de sa connaissance, s'était fait insulter pour s'être assis à « la mauvaise table », lui aussi.

D'origine maghrébine, le prof en question avait commis l'erreur de s'asseoir à la table de ses élèves dits « de souche », au lieu-dit « La cantine ». Laquelle erreur était immédiatement et subtilement soulignée, dans ce style propre à tous racistes, de quelques origines qu'ils soient:

« Tu bouffes avec ces chiens de français???!!!»

Les Arabes avec les Arabes, les Français avec les Français...

On notera (pour rire, un peu et tant bien que mal, parce qu'au moins ça évite un temps d'en vomir des paquets de rage impuissante) que ladite subtile remarque lui était adressée par une élève d'origine maghrébine, sans doute  bien française elle aussi, quoi qu'elle en pense.

Ce qui permet (second rire amer) de rapprocher le niveau intellectuel de la demoiselle en question de celui de nos « racistes bien d' chez nous ».

Ceux qui mangent à la table des Blancs.

Qui continuent d'ignorer -et ce n'est pas chose aisée tant est conséquent l'amas de preuves inverses- que les vagues d'immigration successives qui ont construit le Peuple français, ont sûrement vachement nuit à leur pureté ethnique fantasmée.

(Et qu'il va falloir prévoir un budget maousse pour racheter des tables, si l'on continue à vouloir faire manger ensemble les « Que pareils », accessoirement).

Ignorance commune donc, qui leur permet les uns et les autres, de se vomir leur haine, les uns sur les autres, et vice-versa.

(Dans le fond, les racistes sont, du point de vue de la bêtise idéologique qui les anime, extrêmement proches... Réflexion qu'il conviendra de formuler doucement, en détachant bien chaque mot, si toutefois vous tentez d'entamer le dialogue avec l'un d'entre eux. Ne riez plus, à ce moment là).

Une parole libérée, donc, qui a entraîné dans son profond sillage, des actes.

De ceux du quotidien.

Comme manger ensemble. Ou plus. Du tout.

Et, peut-être d'autres, moins quotidiens, heureusement, puisque constitués des pires atrocités.

Comme celles qui consisteraient à tuer froidement un gamin parce qu'il est juif. Ou encore à abattre un homme parce qu'il est d'origine maghrébine.

Une parole libérée qui fait que les atrocités en question, même si celles-ci ne s'avéreraient avoir aucun rapport avec un acte raciste, pourraient y être étroitement liées.

Au point que l'on l'envisage sérieusement cette hypothèse.

Une parole libérée, contre laquelle toute critique est irrecevable, puisque s'y opposant, c'est la Liberté qu'on veut tuer, selon ses adeptes.

Une parole libérée alors qu'elle est peut-être coupable, dans le fond.

Peut-être coupable de pousser certains jeunes français à ne plus manger avec d'autres jeunes français, parce qu'on leur répète à tous et à l'envie, qu'ils sont « d'autres » avant d'être français.

Peut-être coupable du fait que certains Français ne défendent plus certains autres Français, parce que la liberté d'expression des uns serait devenue subitement supérieure, à leurs yeux, aux droits fondamentaux des autres (dont ils oublient qu'ils s'appliquent à eux d'ailleurs, également...)

Visiblement coupable, aux yeux de beaucoup, quoi qu'il en soit, de rendre pensable qu'on puisse encore tuer « pour des questions d'origine ou de religion », au XXIème siècle, en France.

Une bien effroyable liberté que celle soi-disant portée par cette "parole".

Qui, qu'elle s'avère coupable ou non d'avoir poussé un fou à tuer ses semblables et à dévaster la vie de leurs familles, à tout l'air de pouvoir en être à l'origine.

Ce qui est en soi amplement suffisant pour qu'elle soit condamnée.

Définitivement.

16/08/2011

L'Etat meurtrier



Le 13 août 2011, Marius B., un Roumain de 45 ans qui était détenu au centre de rétention de Nîmes depuis le 31 juillet s’est donné la mort par pendaison.

Le Réseau Education Sans Frontières(RESF30) appelle à un rassemblement en sa mémoire:

 

Le lundi 22 août, à 18 h 30, devant le centre de rétention de Nîmes.

 

Nous tenons également à dénoncer la politique dévastatrice que mène le gouvernement au travers de la loi relative à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité (dite loi "Besson"), et des quotas fixés par Claude Guéant qui ne cessent d’augmenter (au minimum 30 000 pour 2011).

Tout ceci entraine des drames humains et familiaux qui ne sont pas supportables dans notre pays dit des « Droits de l’Homme ».

 

Nous demandons la suppression de la Loi Besson et la fermeture des Centres de rétention (CRA).

 

 

Article du 13/08/2011

Un Roumain se donne la mort au centre de rétention

La victime ne comprenait pas pourquoi, en tant que citoyen européen, il avait été enfermé au centre de rétention.

Un Roumain de 45 ans qui était détenu au centre de rétention de Nîmes depuis le 31 juillet s’est donné la mort par pendaison. Le suicide a été découvert aujourd’hui, à 6 h.

Ce Roumain, qui était en France depuis deux ans et travaillait sur des chantiers, indique la Cimade, ne voulait pas revenir dans son pays qu’il avait quitté en vendant tout ce qu’il y possédait. Il ne comprenait pas non plus pourquoi, en tant que citoyen européen, il avait été enfermé au centre de rétention, dans l’attente de son expulsion de France.

La nouvelle de ce suicide provoque une vive émotion au sein des associations, mouvements et collectifs divers agissant pour venir en aide aux sans-papiers.

 

 

 

 

 

Adresse mail : resf30@laposte.net

Contacts :
RESF ALES 06 47 75 23 81
RESF NIMES 06 20 46 36 27

Blog RESF30 : http://lewebpedagogique.com/resf30/
Liste de diffusion : resf30-info@rezo.net 

Pour s'y abonner : http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf30-info

24/06/2011

Don't feed the troll! (Ou alors à la Strychnine)

L'humour grinçant est, sans doute, l'une des formes les plus délicates à manier de ce difficile art qui consiste à faire se bidonner son auditoire.

Vraisemblablement celle qui requiert la plus fine maîtrise dans le domaine de "l'alchimie de la vanne".

Le genre de discipline dans laquelle, avant que de parvenir à transformer la plus vile et puante des formules en "pur joyau du bon mot", le néophyte devra maîtriser chacune des étapes de la transmutation, connaître le secret de chacun des ingrédients qu'il manie.

Et comme toute discipline nécessitant telle précision, lorsque le geste n'est pas sûr, le résultat ne peut être que tout bonnement catastrophique.

Désastreux.

Dégueulasse.

Indigeste.

Une main un peu lourde sur la dose de provocation ne fera que générer indignation et colère, peu propices, faut r'connaître, à une bonne marrade expiatoire.

Un zeste trop appuyé de mauvais goût, et l'effet comique recherché n'aura finalement comme bête résultat que de provoquer une bien désagréable nausée.

Des proportions mal maîtrisées d'amertume et de cynisme, et le résultat est simplement à gerber.

Un art aussi difficile qu'il est ingrat, par ailleurs, en ce qu'il ne doit ne peut se partager qu'entre fines gueules de la boyaunnade.

Le genre de mets qu'on ne doit servir que si l'on est bien certain que les convives sauront apprécier à sa juste valeur son amertume, son arrière goût de bile "juste ce qu'il faut", sa pointe de rage bien présente mais méticuleusement dosée, parfums et goûts ô combien complexes à manier sans qu'ils ne prennent le dessus sur l'explosion de réflexion, plus profonde, que doit procurer l'ensemble des saveurs contenues dans le divin plat.

L'humour grinçant est au rire ce qu'un fromage qui "fouette velu mais pas trop quand même" est aux plaisirs de la table.

Comme un bon coup de gnôle qu'a un putain de petit parfum subtil juste après t'avoir arraché la moitié de la gueule.

Un plaisir qui nécessite, pour être savamment maîtrisé, un brin de maturité. Et qui impose d'avoir d'autres repères que le MacDalle en matière de gastronomie, si l'on veut poursuivre dans la métaphore culinaire.

Qui se partage entre personnes disposant de suffisamment de recul pour comprendre que certains sujets NECESSITENT de rire pour ne point céder à l'envie d'hurler. Que certains démons ne peuvent être exorcisés que par le rire, quand bien même ce dernier paraît, A PREMIERE VUE, faire écho aux ricanements desdits démons.

"Un truc d'homme", en somme. (Note aux féministes intégristes: Il s'agit là d'une expression, bien évidemment. Et pose ce sécateur, tu m' fais peur. Merci madame).

Un truc qui, du coup, a tendance à exciter la glande provocatrice hypertrophiée de nombre d'adolescents qui, troipoilus du menton, se prennent pour des grizzly adultes. Le genre toutes griffes dehors, "t'vas voir les vieux, comment qu'on va leur pourrir leur paisible retraite".

Le genre qui, ayant braqué la bouteille de sainte gnôle sus-évoquée dans le bar à Papa, se retrouve fort vite ennivrés. Salement bourrés voire.

Le genre "noeliste".

Et qui aurait alors, grisé par la puissance de l'Interdit,  tendance à confondre finesse et provocation.

Et qui met en ligne sa flaque de vomi encore tiède, "MDR trop LOL, t'vas voir comment qu'y va grave flipper le bourgeois d'base quand y' va percuter comment qu'on enc... les interdits, NOUS".

 

 

Handicap.jpg

 

Ce qui est assez éloigné des traits d'esprits taillés au laser d'un Pierre Desproges dont pourtant notre jeune noeliste débordant de provocatrices hormones n'hésite pas à se réclamer.

Jeune con.

Alors que cet être en transformation (dont on pardonnera les errements en souvenir de nos propres dérèglements hormonaux durant cette même période de notre existence) se place, ce faisant, à l'exact opposé du grand homme qu'il véner même post-mortem vénère.

Parce que TROIS POINTS, FONDAMENTAUX, oppose la démarche de ces jeunes "foufous de la blague qui pue bien et qu'outrage le bourgeois" [1] à celle entrepris naguère par le Grand Maître.

Le premier, évidemment, est que sans point de talent, à arpenter les minuscules sentiers du Mont Provoc', on finit par sombrer immanquablemment dans les ravins du mauvais goût. N'est pas maître des sommets qui veut.

Le second réside dans le but poursuivi par celui qui pratique l'humour "cynico-blasphématoire". Si celui-ci n'est pas d'expulser l'insoutenable de la tripaille de son public, principalement, ce sera inévitablement un fiasco.

Le troisième, sorte de mantra suprême que devrait se répéter à l'infini tout jeune pèlerin empruntant les sentiers escarpés en question : "On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui."

Et c'est là que le bât blesse le plus, d'ailleurs, dans cette pitoyable tentative de (soi-disant) pure provocation, constituée par la mise en ligne de cette nauséabonde page facebook (de merde).

Il ne suffit pas de jouer avec les tabous de l'eugénisme, de l'antisémitisme [2] et du racisme [1] pour être un génial provocateur subversif. Cela se saurait. Et les génies de l'humour seraient légion à bien des repas familiaux tant que dominicaux. Ce qui est loin d'être le cas, c't'évident.

Et à ne jouer qu'avec cela, d'ailleurs, l'on finit fatalement à se tenir les côtes en compagnie de tristes sires, aussi puants et malsains qu'une sale blague très "limite" [1].

Du genre d'individus qui pratiqueraient plutôt le premier degré lorsqu'ils balancent ou rient de bonnes grosses vannes bien trash concernant les juifs [1].

Du genre d'individus qui pratiqueraient plutôt le premier degré lorsqu'ils balancent ou rient de bonnes grosses vannes bien trash concernant les handicapés.

Du genre d'individus qui prône le National-Anarchisme [2]. Et qu'a l'air d'apprécier les posters un peu étranges [2]. D'un autre temps [2]...

Du genre d'individus qui font qu'on se demande, au final, s'il s'agit bien là d'une "simple maladresse" commise par des gamins en mal de provoc'.

Du genre d'individus qui font qu'on se demande, au final, à l'instar de la poignante, tant que sempiternelle, question de la poule et de l'oeuf:

"Est-ce le facho qui a engendré le noeliste, ou bien l'inverse?"

Sans parvenir à répondre à cette question, de manière tranchée et définitive, il semblerait tout de même, qu' AU FINAL, le noelisme, a force que de jouer avec ce type d'humour, ait fini par être bel et bien insidieusement infiltré.

Que certains fafs aient trouvé dans cette démarche provocatrice l'occasion de tenter de banaliser les idées les plus dégueulasses qui constituent ce qu'ils considèrent être une "Pensée".

Et qu'il faille, au regard de ces éléments, en parler.

Même si tous les experts en matière de lutte anti-troll sont unanimes: la meilleure façon d'abattre une de ces bêtes est de ne point alimenter les pseudos-polémiques qu'elles défèquent essaiment aux quatres coins du Ternet.

Sauf que ce troll là est de la pire espèce: le "troll brun" ou "troll de troie". Un cousin très éloigné de "l'elfe brun". Autrement dit un facho qui ne dit pas son nom et qui, sous couvert de faire de la provoc' pour bousculer les conventions, tente de banaliser ses nauséabondes idées.

Il convient, donc, de le nourrir.

Grassement.

A la strychnine. Et à la louche encore.

"Jeuxvideo.com" sera peut-être ainsi contraint de se débarasser de sa carcasse puante. Et de ses congénères encore vivants.

Ce qui évitera bien des questions dérangeantes quant aux intentions des noelistes, par la même occasion.

En attendant, doucement sur la gnôle, les mômes...

 

 

 

[1] Copie écran du forum JeSuisUnJeuneFachoTropLOL.com "Jeuxvideo.com"

[2] Copie écran de comptes Facebook "Lolant à donf" à propos du groupe "Pour que les trisomiques remplacent les taureaux dans les corridas"

23/03/2011

Ils y pensent tous les matins. En se rasant.

Dire des candidats du Front National (alors même qu'on en fait partie) qu' "Ils ne sont globalement pas très intelligents, sauf quelques exceptions" est tout bonnement IN-JU-STE.

Avec tout le mal que la plupart d'entre eux se donnent, répétant, et ce jusqu'à l'écoeurement, le programme du Parti tous les matins devant la glace (en dépit, de surcroît, d'un léger "parasitage" dû à leurs turpitudes personnelles, si humaines, FiNalement):

 

 

Tsss.

IN-JU-STE, on te dit.

 

...

 

Mais tellement vrai.

Dans le frontd.

 

21/03/2011

Grand moment de finesse

Spéciale kassdédi à tous les politico-dégénérés qui ont voté pour les "En brun", dimanche.

 

Luis Rego, la journée d'un fasciste réquisitoire par susacacon

 

Saluons leur souplesse, tout de même, en premier lieu: Glisser son bulletin dans l'urne avec le bras tendu n'est pas donné à tout le monde...

Et reconnaissons leur sens de l'originalité, en second lieu: Habituellement, "la vague bleue" est censé nettoyer la merde.

 

BleuMarine.jpg

Pas la répandre.

 

 

03/09/2010

Souviens toi, la France libre...

 

 

 

"Le monde est une vraie porcherie
Les hommes se comportent comm'des porcs
De l'élevage en batterie
A des milliers de tonnes de morts
Nous sommes à l'heure des fanatiques
Folie oppression scientifique
Nous sommes dans un état de jungle
Et partout c'est la loi du flingue
Prostitution organisée
Putréfaction gerbe et nausée
Le Tiers-Monde crève les porcs s'empiffrent
La tension monte, les GI griffent
Massacrés dans les abattoirs
Brûlés dans les laboratoires
Parqués dans des citées-dortoir
Prisonnier derrière ton parloir

Et au Chili les suspects cuisent Dans les fours du gouvernement
En Europe les rebelles croupissent
Dans les bunkers de l'isolement
Un homme qui éclate en morceaux
Dynamité par des bourreaux
Des singes conduits à la démence
Beethov' devient ultra-violence
D'un côté l'système monétaire
De l'autre l'ombre militaire

Tout fini en règlement d'compte
A coup de schlagues le sang inonde
Flics armée
Porcherie
Apartheid
Porcherie
DST
Porcherie
Et l'enculé de gros Le Pen
Porcherie!!!


La Jeunesse emmerde le Front National!

La Jeunesse emmerde tous les Nazis

Jeunesse française, jeunesse immigrée, solidarité!


La jeunesse emmerde le Front National!
"

 

 

 

 

29/08/2010

Les résistants? Quand y'en a un, ca va...

"Quand des hommes politiques ont totalement abdiqué devant la complexité du réel pour imposer l'ineptie comme vérité et la haine de l'Autre comme programme politique, ils ne méritent plus, en démocratie, le respect dû à leur fonction. Et quand ils ne cessent de déformer et d'instrumentaliser l'histoire dans un grand révisionnisme de la pensée, ils doivent s'attendre à des dénonciations vigoureuses, à la hauteur de leurs impostures. Il est grand temps, vraiment, de ne plus rien laisser passer à ce gouvernement.

Aussi la journée de rassemblements citoyens du 4 septembre sera-t-elle décisive. Celle du 7 septembre contre la réforme des retraites ne le sera pas moins. Les deux sont étroitement liées car nous savons bien que la violence et la xénophobie d'Etat font système avec la violence économique et sociale d'un gouvernement qui, en un peu plus de deux années, aura appauvri les plus pauvres, enrichi les plus riches, persécuté les plus fragiles et détruit la moitié des services publics pour les brader aux intérêts du privé. Les pétitions et les tribunes sont des armes essentielles pour alerter l'opinion publique, mais elles ne suffiront pas. On n'arrêtera pas cette folle machine sécuritaire et xénophobe sans un véritable sursaut citoyen, sans une prise de conscience individuelle et collective, sans un engagement de tous, c'est-à-dire un engagement de chacun.

L'enjeu n'est plus seulement nos libertés démocratiques fondamentales, mais ce qui les conditionne : notre liberté de penser, notre liberté d'expression, aujourd'hui remises en cause. Le temps n'est pas loin où une réflexion libre sur la violence pure sera condamnée pour « délit d'opinion » et censurée par un Etat dont la politique fait le lit de la barbarie. Mais le temps n'est pas loin non plus où les citoyens démocrates qui n'auront pas cédé à la peur, à l'indifférence ou au fatalisme, prendront leurs responsabilités, exerceront leur devoir avec courage et détermination et entreront en résistance pour mettre un terme à la politique du pire."

 

Pascal Maillard, Strasbourg, Août 2010

 


Kenny Arkana - desobéissance civile
envoyé par karine510. - Regardez les dernières vidéos d'actu.


 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu