Avertir le modérateur

16/08/2011

L'Etat meurtrier



Le 13 août 2011, Marius B., un Roumain de 45 ans qui était détenu au centre de rétention de Nîmes depuis le 31 juillet s’est donné la mort par pendaison.

Le Réseau Education Sans Frontières(RESF30) appelle à un rassemblement en sa mémoire:

 

Le lundi 22 août, à 18 h 30, devant le centre de rétention de Nîmes.

 

Nous tenons également à dénoncer la politique dévastatrice que mène le gouvernement au travers de la loi relative à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité (dite loi "Besson"), et des quotas fixés par Claude Guéant qui ne cessent d’augmenter (au minimum 30 000 pour 2011).

Tout ceci entraine des drames humains et familiaux qui ne sont pas supportables dans notre pays dit des « Droits de l’Homme ».

 

Nous demandons la suppression de la Loi Besson et la fermeture des Centres de rétention (CRA).

 

 

Article du 13/08/2011

Un Roumain se donne la mort au centre de rétention

La victime ne comprenait pas pourquoi, en tant que citoyen européen, il avait été enfermé au centre de rétention.

Un Roumain de 45 ans qui était détenu au centre de rétention de Nîmes depuis le 31 juillet s’est donné la mort par pendaison. Le suicide a été découvert aujourd’hui, à 6 h.

Ce Roumain, qui était en France depuis deux ans et travaillait sur des chantiers, indique la Cimade, ne voulait pas revenir dans son pays qu’il avait quitté en vendant tout ce qu’il y possédait. Il ne comprenait pas non plus pourquoi, en tant que citoyen européen, il avait été enfermé au centre de rétention, dans l’attente de son expulsion de France.

La nouvelle de ce suicide provoque une vive émotion au sein des associations, mouvements et collectifs divers agissant pour venir en aide aux sans-papiers.

 

 

 

 

 

Adresse mail : resf30@laposte.net

Contacts :
RESF ALES 06 47 75 23 81
RESF NIMES 06 20 46 36 27

Blog RESF30 : http://lewebpedagogique.com/resf30/
Liste de diffusion : resf30-info@rezo.net 

Pour s'y abonner : http://listes.rezo.net/mailman/listinfo/resf30-info

26/12/2010

Joyeux Noël. Evidemment.

Tous les ans, rituellement, parce qu'un type qui a fini sa vie sur une croix (entre deux brigands crucifiés itou) aurait changé la face d'un du Monde, on fête son anniversaire. Au mec. (Version longue ici.)

...

Bon.

...

Donc, puisque c'est rituel:

Joyeux Noël (*).

'Videmment.

Et il faut bien admettre que, cette année, même sur-protégé par un épais cuir de cynisme, tanné au soleil de la désillusion à force que de contempler, jusqu'à la nausée, l'absurdité du Monde qui refuse de changer (non, ce n'est pas facile tous les jours)... Cette année, donc, plus particulièrement, on a envie d'aimer tout le monde, de Piti Jésus à Piti Papa Noël, en passant par Toupiti Frederic Lefebvre (carrément).

C'EST NOEL, ON T'A DIT!

Le temps des contes merveilleux.

Et comment pourrait-on, anéfé, ne point se réjouir de voir tirer des griffes du choléra la maigre ribambelle de chérubins haïtiens, récemment (enfin) adoptés, en cette sainte terre d'accueil qu'est la patrie des droits de l'Homme?

Comment?

Hein?

C'est bien simple: On ne peut pas. Ce ne se peut. Ou alors tu n'es point humain.

Parce que, oui, 'videmment, les gamins qui viennent d'arriver sont mieux là que dans un pays ravagé par la misère (version longue ici bis).

Et parce que c'est Noël, aussi. Parce que ça tombe trop bien. Parce que c'est trop beau, point barre. Les médias te l'ont expliqué, répété, enfoncé dans le crâne à grands coups de dépêches et d'images plus alleluïesques les unes que les autres. Et tu es bien entendu prié de te joindre à la joie collective, une p'tite larme étant de bon goût, même, C'EST NOEL, MERDE! quand vas-tu enfin le comprendre?

A moins...

A moins que l'épais cuir sus-cité (quelque peu lyriquement) ne te protège des nocives radiations émises par ces attaques médiatiques répétées zéincessantes, et que nullement aveuglé par le leurre médiatico-politique qu'on t'agite sous le nez, tu n'aies été lire ça.

Et que, fatalement, l'esprit de Noël en ait méchamment pris un grand coup dans sa mignonne petite gueule, après pareille lecture.

Et que, du coup, les quelques larmes que tu as presque failli verser, emporté par la ferveur collective du moment, ne soient chassées par d'autres, vachement plus amères, puisque de rage abreuvées, en apprenant que la chasse aux haïtiens qui a repris a Cayenne sépare à nouveau des familles.

Des enfants de leurs parents.

Loin des caméras et de la Grand' Messe médiatique.

Comme le seront sans doute les mômes haïtiens sur-médiatisés de ces derniers jours, lors du premier contrôle de police qu'ils auront à subir, et pour lequel ils feraient bien d'avoir des papiers sur lesquels on les reconnaît facilement, la capacité de certains représentants des forces de l'ordre aux frontières de cette sainte terre d'accueil qu'est la patrie des droits de l'Homme étant inversement proportionnelle à leur certitude que "les noirs y' se ressemblent tous, chef! Faut reconnaît'! ".

Alors oui, bon:

Joyeux Noël (*). Evidemment.

Mais quand même...

 

TuVasEtreContentSaleGosse.jpg

 

 

Découvrez la playlist Jacques Dutronc
(Souhaiter "Joyeux Noël"  le 26 Décembre est, par ailleurs, un plaisir dont aucun athée fainéant ne devrait se priver).
 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu