Avertir le modérateur

21/02/2012

Y'A que les conquis ne changent pas d'avis...

Amis lecteurs et -trices, veuillez nous excuser pour cette interruption momentanée de la période de retraite définitive que nous annonçions ici.

Y'a qu'on s'est planté en l'annonçant. Tout bonnement.

Mais, comme dit mon pote qui parle vachement mieux latin que la moyenne: "Errare humanum est, persevare diabolicum, mon gars".

Il convient donc, et promptement, de reconnaître cette erreur.

Sinon, "Diabolicum". Tout de même.

Veuillez bien croire que cette décision de mettre fin, même temporairement, à une retraite bien méritée est indépendante de notre volonté. On aurait franchement préféré continuer à se tourner les pouces des doigts de pied en éventail, 'videmment.

Mais Un problème subsiste. Un de taille. Voire Un franchement monumental, même:

 

Y'A que les conquis ne changent pas d'avis!

 

Les conquis du fascisme néo-libéral qui mettent en pratique, en ce moment même, leurs rêves idéologiques les plus humides, au nom d'une dette créée, pour une grande part, par leurs frères d'armes.

En 2010, déjà, ces conquis là ne comprenaient pas un message pourtant énoncé très clairement.

 

 

Ils persistent. Encore aujourd'hui. Il est même tout à fait autorisé de parler de récidive, désormais.

Un lot de conquis que nous avons également en France, qui loin des cocktails molotovs et autres gazs lacrymogènes, n'ont aucune raison de voter des lois qui viendraient contrarier les desseins de leurs maîtres.

Avec à leur tête, un chef des conquis qui continue, sourire aux lèvres, de nous prendre pour des cons, de plus en plus brutalement, allant jusqu'à s'auto-proclamer "candidat contre lézélite" (alors qu'on croyait, naïvement, qu'il s'agissait de LaPen, la candidate héritière contre Lézélite, depuis qu'elle avait fait prendre à son parti d'extrême-droite un virage soralien...)

Lézélite, qui dans le même temps, à peine remis de l'inextinguible fou rire qu'a pu déclencher la déclaration dudit chefaillon, sont sur le point d'entériner la DICTATURE des marchés, qui basculera ainsi définitivement du factuel au LEGAL.

Donc, bon, 'ffectivement, "Errare humanum... Etc". C'est pas le moment de faiblir.

Sans parler du bruit de bottes permanent qu'on peut entendre un peu partout, des quatres coins du Ternet, à ceux des cafés du commerce de la vraie vie véritable dehors...

"Affreux, Sale, Bête et Méchant", c'est donc reparti.

Pour chier dans les droites bottes des Grands, et faire (un peu) la joie des Petits.

Quoi qu'il en soit, on pourra pas dire qu'on a pas essayé...

Désespérément.


 RunSmithRun.jpg

 

 

 

02/11/2009

De "Johnny Raffarin" à "Jean-Pierre La fronde"

Jean-Pierre Raffarin, résistant en treillis (depuis peu) et emmaquisé (fraîchement) dans les caves du Sénat, prend la tête d'une bien curieuse résistance.

De celle qui te ferait presque regretter de ne pas avoir pris ta carte à l'UMP, afin de faire partie du commando (de vieux, et, de Droite majoritairement) qui se dresse soudainement, mais pas tant que fièrement, contre les sombres desseins du monarque entrôné depuis le 06 Mai 2007:

Supprimer la taxe professionnelle, rien que ça, mâ'ame Michu.

Et c'est vrai qu' "au bon vieux temps du Wock'n'woll", fallait pas les lui briser au J.P, dit "Johnny Raffarin", à l'époque.

JpLeOuf.jpg

Dans le plus pur esprit "revival", donc, Jean-Pierre reprend ses airs de rebelles d'alors.

Et s'oppose (en apparence, on va le voir), farouchement, quasi-violemment même (tout en remettant un coup de peigne à sa banane et un coup de bandana "Chanel" sur ses tiags "Versace" clinquantes), à la réforme de la taxe professionnelle, menant même une véritable "fronde" contre le gouvernement, selon nos médias (qui mentent, une fois de plus).

Parce qu'au delà des "éléments de langage" que ceux-ci répètent jusqu'à plus soif, la "fronde" évoquée par ces derniers n'est jamais qu'une sorte de tempête dans un verre d'eau. (Ou de Ricard de "Charlie la poukave". Et encore, petit, le verre.)

Mais bon, faisons comme si.

Comme si J.P était à la tête d'une révolte qui gronderait, menaçante, ourdie sournoisement depuis les bancs même du Sénat (là, tu dois commencer à flipper, normalement).

Parce que bon, c'est vrai qu'il s'agit d'une revendication dont la violence pourrait faire trembler le pouvoir en place, tellement que c'est subversif:

"Si le volet "allègement fiscal" pour les entreprises ne nous pose pas de problème et peut donc être voté rapidement, en revanche le travail relatif au volet territorial de la réforme n’est pas achevé."

Thierry, expert en collant, aurait même déclaré: "Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'en terme de fronde, ça pose grave, cousin".

 

thierry-la-fronde-tv-03-g.jpg

 

C'est tout?

Bah oui, c'est tout, mâ'ame Michu.

En fait, Raffarin et 23 sénateurs figurants jouent les d'jeuns révoltés (sur un air de Jauni) et feraient trembler la monarchie française, empêchant cette dernière de pomper un peu plus (impunément) les gueux, sur fond d'injustice fiscale flagrante.

Les mêmes qui t'annonceront, fièrement, qu'une bataille a été gagnée. Que finalement, la réforme hardcore annoncée ne sera pas si violente que ça, que, tu vois, il y a encore un contre-poids au pouvoir présidentiel dans la monarchie République française.

Mais que bon, pour contre-balancer le manque à gagner, on étudie sérieusement le rétablissement de la dîme, la gabelle, la taille et la corvée.

Parce qu'on peut tout à fait être frondeur et réformiste, bordel.

Pour te le dire autrement, et de manière plus directe, la "fronde" de l'ami J.P n'est ni plus, ni moins, que la vaseline qu'il manquait à la prochaine sodomie fiscale que tu vas devoir subir, venant de la Droite décomplexée à la tête ce pays, et qui tient en cinq mots:

"Suppression de la taxe professionnelle".

 

 

 

 

 

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu