Avertir le modérateur

13/05/2012

Liberté, Egalité, Communautés

Evidemment, LA JOIE EST LA.

Nous venons de tourner la page de cinq années d'une casse sociale telle qu'elle n'avait plus été pratiquée en France depuis de TRES nombreuses années.

Accompagnée de l'arrogance et de l'incohérence stratégiquement nécessaires à sa mise en oeuvre, rendant particulièrement difficiles les combats à mener contre cette saloperie à l'état pur.

Pour autant, à l'image de la "gauchitude" du gouvernement qui va se mettre en place, cette joie là ne peut être, évidemment, que modérée.

Parce qu'Hollande et le parti "socialiste" ne paraissent évidemment pas être à la hauteur des pressions qui s'exerceront sur eux, et donc sur nous.

Parce que quoi qu'il en soit, ils n'entendent pas y résister avec la vigueur d'une véritable Gauche...

Et puis, surtout, parce que le gouvernement que nous allons foutre à la porte dans peu de temps, à force que d'avoir été se vautrer dans la fange de l'extrême-droite, laisse le pays dans un état bien pire que celui dans lequel il l'a trouvé.

Avec l'odeur de merde qui va avec.

La HONTE coupable d'être raciste, puisqu'il était encore évident, il y a peu, que souscrire à pareille idéologie relevait d'un archaïsme intellectuel proprement indéfendable, a été HABILEMENT et STRATEGIQUEMENT transformée en FIERTE revendiquée d'être plus français que "les Autres".

Revendiquée par les plus hauts représentants de la Nation, exaltée par ces pseudos défenseurs de la Patrie qui, agissant ainsi, déféquaient littéralement sur ces deux notions dont ils reniaient les fondements mêmes.

La Liberté, l'Egalité et la Fraternité souillées par ceux-là mêmes qui prétendaient en être les fervents défenseurs, en somme.

La Liberté réduite à celle de s'exprimer des pires raclures racistes.

L'Egalité résumée à celle d'être aussi cons les uns que les autres dans un communautarisme encouragé.

La Fraternité pratiquée, entre eux, des membres de chacune desdites communautés.

Point barre.

Parce qu'outre le fait d'avoir "décomplexé" un racisme déjà existant chez une partie des français dits "de souche"; et par là même, de permettre qu'il ne se répande à d'autres portions de cette même population qui ne partageaient pas jusque là les mêmes idées; la mise en avant permanente du "politiquement insalubre" a fini par avoir les mêmes effets au sein des tranches de population déclarées adverses.

Parmi lesquelles ils existaient, jusque là, les mêmes proportions d'imbéciles.

Mais dont le discours xénophobe, rendu apparemment légitime par la politique UMPFNiste de ces dernières années, a fini par se répandre, à échelle égale, au sein de ladite population.

En clair, et pour le dire plus simplement:

Pilier de la stratégie du sarkozysme, la tactique consistant à dresser les français les uns contre les autres a fonctionné à plein régime...

Particulièrement dans une période de "Grande Krise", dont l'une des caractéristiques est la nécessité absolue de désigner un Ennemi, un Responsable.

Absolue nécessité exploitée jusqu'au trognon par les divers groupuscules "crypto-fachos" et/ou "réaco-intégristes" qui ont bien compris qu'ils avaient là une "carte à jouer"...

Au sein desquels on n'entend plus désormais parler que de "rassemblement trans-mouvements", de "dépassement du clivage Gauche-Droite" et autres termes à la con trouvant écho auprès de leurs disciples, pauvres gens bouffés par l'angoisse plus à plaindre qu'a blâmer, se lançant dans le militantisme "dans l'urgence" et sans aucun "bagages".

Une manière assez grossière de tenter de rendre crédible le "gloubiboulga idéologique" dont ils abreuvent lesdits disciples, cibles priviligiées parce que victimes idéales...

La "convergences des brutes" est engagée, donc, et pas mal avancée, déjà.

Et pour ceux qui refuseront de choisir leur camp -ennemis désignés des deux factions parce que ne se reconnaissant dans aucune de leurs crétines horreurs- ne restera plus qu'à raser les murs.

Parce que, bien que l'Unité qu'ils appellent de tous leurs voeux n'aura pas lieu (trop de différences dans leurs haines respectives, malgré tout), il finira bien par se dégager, après diverses luttes intestines, deux factions.

Puisque c'est la condition même de l'existence de ce type de mouvements.

Il suffit de tendre l'oreille à n'importe quel coin de rue, dans la vraie vie, ou de parcourir le premier site un peu fréquenté sur le Ternet, pour constater la montée en puissance de ces racisme"s" et de ces intégrisme"s" de tous bords.

Ce qui explique sans doute mon aversion pour certains "néo-penseurs" du Net, expliquant tranquillement que "la lutte contre le racisme n'est pas une priorité".

Qu'il convient de lutter, avant tout, contre l'ultra-libéralisme et que, quasi-automatiquement, les problèmes liés au"x" communautarisme"s" disparaitront d'eux mêmes.

Cette théorie là me ferait bien rire si je ne pouvais m'empêcher de penser à une image un peu tordue:

Un zenti défenseur de la théorie sus-nommée expliquant aux racistes d'un bord et de l'autre que "Oui, mais bon, 'comprenez Camarades, l'Ennemi, c'est le Grand Kapital!", le tout au milieu d'abrutis haineux s'étripant joyeusement...

Et bien que j'ai longtemps partagé ce point de vue, il est temps désormais d'ouvrir les yeux,  les choses s'étant très nettement aggravées par rapport à l'époque durant laquelle ce type de raisonnement était encore valable. Et qu'il est temps, désormais, de VRAIMENT combattre ces malades là...

Ce qui n'empêche pas, d'ailleurs, de continuer, encore et toujours, de lutter contre les sources du mal en question.

Puisqu'évidemment, je n'en doute pas, les racines de ces saloperies là sont bel et bien économiques, et donc sociales, avant tout.

Mais continuer d'ignorer que les conséquences des inégalités dont on parle ici sont, dorénavant, devenues au moins aussi dangereuses que leurs causes, serait proprement suicidaire...




Saian supa crew - la preuve par 3 par Wouafam

21/02/2012

Y'A que les conquis ne changent pas d'avis...

Amis lecteurs et -trices, veuillez nous excuser pour cette interruption momentanée de la période de retraite définitive que nous annonçions ici.

Y'a qu'on s'est planté en l'annonçant. Tout bonnement.

Mais, comme dit mon pote qui parle vachement mieux latin que la moyenne: "Errare humanum est, persevare diabolicum, mon gars".

Il convient donc, et promptement, de reconnaître cette erreur.

Sinon, "Diabolicum". Tout de même.

Veuillez bien croire que cette décision de mettre fin, même temporairement, à une retraite bien méritée est indépendante de notre volonté. On aurait franchement préféré continuer à se tourner les pouces des doigts de pied en éventail, 'videmment.

Mais Un problème subsiste. Un de taille. Voire Un franchement monumental, même:

 

Y'A que les conquis ne changent pas d'avis!

 

Les conquis du fascisme néo-libéral qui mettent en pratique, en ce moment même, leurs rêves idéologiques les plus humides, au nom d'une dette créée, pour une grande part, par leurs frères d'armes.

En 2010, déjà, ces conquis là ne comprenaient pas un message pourtant énoncé très clairement.

 

 

Ils persistent. Encore aujourd'hui. Il est même tout à fait autorisé de parler de récidive, désormais.

Un lot de conquis que nous avons également en France, qui loin des cocktails molotovs et autres gazs lacrymogènes, n'ont aucune raison de voter des lois qui viendraient contrarier les desseins de leurs maîtres.

Avec à leur tête, un chef des conquis qui continue, sourire aux lèvres, de nous prendre pour des cons, de plus en plus brutalement, allant jusqu'à s'auto-proclamer "candidat contre lézélite" (alors qu'on croyait, naïvement, qu'il s'agissait de LaPen, la candidate héritière contre Lézélite, depuis qu'elle avait fait prendre à son parti d'extrême-droite un virage soralien...)

Lézélite, qui dans le même temps, à peine remis de l'inextinguible fou rire qu'a pu déclencher la déclaration dudit chefaillon, sont sur le point d'entériner la DICTATURE des marchés, qui basculera ainsi définitivement du factuel au LEGAL.

Donc, bon, 'ffectivement, "Errare humanum... Etc". C'est pas le moment de faiblir.

Sans parler du bruit de bottes permanent qu'on peut entendre un peu partout, des quatres coins du Ternet, à ceux des cafés du commerce de la vraie vie véritable dehors...

"Affreux, Sale, Bête et Méchant", c'est donc reparti.

Pour chier dans les droites bottes des Grands, et faire (un peu) la joie des Petits.

Quoi qu'il en soit, on pourra pas dire qu'on a pas essayé...

Désespérément.


 RunSmithRun.jpg

 

 

 

27/01/2011

Réponse de l'insurgé à LA sécuritaire

Les blogueurs de gôche sont vraiment d'incivilisés sauvages, décidément.  Et le Ternet une bien vile immorale fange dans laquelle ceux-ci s'ébrouent, assurément.

Sinon comment expliquer l'acharnement desdits blogueurs à ne pas reconnaître la qualité du fascinant numéro d'équilibriste de l'intervention de Michèle Alliot-Marie, depuis le tollé provoqué par ses propos en date du 11 Janvier 2011, alors même que le Peuple tunisien s'apprêtait à violemment faire choir le dictateur Ben Ali:

«Nous proposons que le savoir-faire qui est reconnu dans le monde entier de nos forces de sécurité permette de régler des situations sécuritaires de ce type.

C'est la raison pour laquelle nous proposons aux deux pays [Algérie et Tunisie, ndlr de Rue89], dans le cadre de nos coopérations, d'agir en ce sens pour que le droit de manifester puisse se faire en même temps que l'assurance de la sécurité.»

Et MAM de s'en tirer quasi-élégamment, bien que chaussée de (très très) gros sabots, d'être contrainte de préciser sa pensée, qu'elle a limpide pourtant.

Mais quoi d'étonnant, dans le fond, que la bande d'arriérés numériques qui peuplent le Ouaib même pas civilisé (et de gôche, de surcroît) ne remette en doute que MAM était, EN FAIT"(...) bouleversée par les tirs à balles réelles contre un certain nombre de manifestants et contre les victimes qui ont résulté de ces tirs".

Ce qui, à l'aune de la déclaration initiale, paraît limpide, stévident. (Mais une explication aide bien, tout de même, tant le blogueur de gôche a mauvais esprit ainsi qu'une fâcheuse tendance a déformer et décontextualiser des propos sans ambiguité AUCUNE, ou si peu. Et pis ta gueule, on t'a dit.)

Au lieu de quoi cette sauvage engeance que sont les webo-trotskystes ont préféré voir, dans le texte ci-dessous, la réelle manifestation d'une sincère volonté de protéger le peuple d'une latente mais tyrannique oppression, en France: 

"Je reviens de Tunisie où j’ai la tête encore pleine de nos libertés, de nos fraternités, je reviens fier, droit comme un i, tête haute, et je me dis que j’ai de la chance de vivre entre deux pays… libres.

Je repense à  la vie avant. Je repense à ce ammar404 ; ce droit le plus élémentaire de naviguer librement sur le net, nous ne l’avions pas. Une dictature finalement, ça ne fait pas dans le détail, on coupe l’accès, point barre. On pense le peuple anesthésié… il était juste en train de s’organiser.

Je rentre donc à  Paris, et je regarde ce que dit la presse, après une si longue absence. Et je suis interpellé par ce Hadopi, je lis, je me documente, et je trouve ça tout de même très limite. Puis je tombe sur un papier qui parle de la LOPPSI. Je lis, je me documente et je trouve que ça commence à faire beaucoup. Mais bon, je suis encore sous l’euphorie, alors je me trouve des prétextes pour ne pas considérer tout ça dramatique. Puis je tombe sur un article sur le CSA qui veut également intervenir sur le web. Je lis, je me documente et je me dis qu’il faut peut être quand même envisager de regarder tout ça de plus près. Je m’apprête à refermer mon journal pour aller effectuer mes recherches sur le net quand je tombe sur l’ARJEL. Je lis, je me renseigne. Je referme mon journal et je me dis que la France a peut-être refusée l’asile à Ben Ali, mais ammar404 est bien en France et il s’est drôlement bien intégré celui-là.
Je résume.

Avec Hadopi on est responsable de son accès internet. Et si quelqu’un s’y connecte pour commettre un délit, c’est le propriétaire de l’accès internet qui est juridiquement responsable. Et vous savez quoi ? La défense n’est possible qu’une fois la sanction mise en œuvre. Ça s’appelle, en droit, une présomption de culpabilité. Présomption simple, c’est à dire qui tombe sous la preuve contraire. Et la preuve contraire, c’est soit dénoncer l’auteur, soit prouver qu’on a tout faire pour l’empêcher, mais qu’on n’a pas réussi. Ça s’appelle une obligation de moyen. Vous n’êtes pas tous informaticien ? Pas de panique, l’état va nous fournir un petit logiciel de sécurité, et ce petit logiciel de rien du tout va surveiller votre trafic sur le web pour censurer les sites dont les contenus sont illégaux.

Ce logiciel, même Ben Ali n’aurait pas osé.

Il manque 404. Ne bougez pas, on a tout prévu. LOPPSI. Il faut lutter contre la pédophilie, nous sommes tous d’accord. Et pour ça, le ministère de l’intérieur communiquera aux FAI une liste secrète de sites à interdire. Il n’y a que des sites pédophiles dans la liste ? On ne sait pas elle est confidentielle on vous a dit. Mais ne vous inquiétez pas, elle sera auditée dans 2 ans. En même temps je suis prêt à accepter ce risque de censure discrétionnaire, parce que ça permet que d’innocents petits enfants ne se fassent plus ignoblement abuser… Quoi ? Comment ça, ça ne change rien ? Ce n’est pas parce que ce n’est plus diffusé sur internet qu’il n’y aura pas pédophilie ? Ben oui, c’est évident. Je suis désolé, mais dans mon autre pays, ça fait dix ans qu’on nous bloque internet pour ne pas qu’il n’y ait d’islamistes, alors pour nous quand on ne voit plus, ça n’existe plus. On a encore quelques mauvais réflexes, désolé. Bien sur que ça ne règle rien au problème et que la pédophilie continuera à exister, sinon à prospérer.

Pendant qu’on y est, on contrôle aussi grâce à l’ARJEL les sites de jeux et on censure ceux qui ne paient pas leurs redevances à l’état français. Le CSA qui lève le doigt aussi et veut pouvoir contrôler la VOD, pour le moment. Mais les élections approchent, et à mon avis les sites qui ne respecteront pas le temps de parole des politiques, censurés.

Et vous savez quoi, ils ont voulu fusionner tout ce petit monde.

Alors moi, je vais vous dire une chose, nous autres tunisiens, nous ne savons peut être pas encore grand chose de la démocratie, mais en revanche on sait comment un régime autoritaire s’installe gentiment dans l’inconscient collectif,  on en connaît les ficelles, les mécanismes, les attributs. Certes, nous ne serons jamais sous la dictature d’un homme en France, mais une dictature est sournoise et peut prendre plusieurs formes, croyez nous. Et l’une de ces formes, c’est aussi la dictature de l’État, la dictature du Système. Mes chers amis du Parti Pirate, il n’est pas très loin le jour où vous devrez agir à partir de la Tunisie. Et vous pourrez compter sur notre coup de main comme nous avons pu compter sur le votre. Car au delà d’être peuple d’un pays, nous sommes tous le peuple de la terre, libre de choisir notre destin, mais il faut choisir.

En France, on pense le peuple anesthésié, mais s’il était en train de s’organiser?"

(Texte de Karim Guellaty.)

Une évidente et criante mauvaise foi qui confirme l'absolue nécessité de civiliser la jungle de Le Ternet, pour qu'enfin, entre autres (joyeuses) choses, soit reconnu le savoir-faire français en matière de lutte contre l'oppression.

Et Fissa, même.

 

19/09/2010

Dangereuses liaisons

A l'instar des voix italiennes qui se sont élevé afin d'enjoindre S. Berlusconi (seul réel soutien à N. Sarkozy, désormais) à consulter un médecin, chez "Affreux, Sale, Bête et Méchant", nous nous avouons particulièrement inquiets de l'état de santé du Cavaliere.

 

Ainsi peut-on voir, sur les images ci-dessus, le calvaire d'un homme (?) qui semble souffrir (atrocement) de ce qui paraît être une forme particulièrement douloureuse d'arthrite, s'attaquant principalement aux articulations du coude des vieilles raclures fascistes.

C'est à peine si le pauvre vieux facho parvient encore à tendre le bras, totalement.

Alors qu'il en crève d'envie, visiblement.

 

 

13/09/2010

Sur leur tête que c'est trop pas eux!

LaHaine.jpg
Déclaration de F. Lefebvre, porte flingue fardeau lourde croix parole de l'UMP:
Franchement1.jpg

 

Franchement3.jpg

CoupleDeFranchement.jpg
Non. Je ne crois pas. Et je vais vous dire, même, j'en suis sûr. Et je vais vous expliquer POURQUOI!

Franchement1er.jpg


Et là, mâ'ame Michu, Robert, et les autres, vous vous fourrez le doigt dans l'oeil de la République, jusqu'aux menottes.

En plus, soupconner à partir du physique, uniquement, en dehors de toute accumulation suspecte tant que foisonnante de soupçons, c'est pas joli-joli, je vais vous dire.

En tous cas, c'est pas des choses qu'on se permettrait de faire, Nous, à l'UMP."

 

23/08/2010

Sous le clavier, la rage (et les pavés...)

 

molot.jpg

 

 

 

Manifestations samedi 4 septembre à l'appel de plus de 50 organisations!

 

 

- A 14 h Maison carrée à Nimes;

- A 17h  au Cratere à Ales;

- Réunion préparatoire à Nimes, au "Prolé", 20    rue J. Reboul, le 26 aout 17h30 

 

 

Le PCF, Parti de Gauche, NPA, ATTAC, les Alternatifs, UD CGT et plusieurs syndicats CGT, RESF, Forum gardois des migrants ont déja annoncé  leur présence! 

 

 

-Suivie d'une conférence de presse à 18h30;

-Contact affreuxsale@orange.fr (Qui fera suivre!)

 

 

 

" Paris, le 4 août 2010,

 

Une avalanche de discours et d’annonces provocatrices s’est abattue depuis plusieurs jours sur notre pays. Jusqu’au plus haut niveau de l’Etat, on entend des propos qui étaient jusqu’à présent l’apanage de l’extrême droite. Le président de la République, lui-même, montre du doigt des communautés et des groupes sociaux entiers, stigmatise les Roms, les Gens du voyage, les étrangers, les Français qui ne sont pas « de souche », les parents d’enfants délinquants, etc. Ce faisant, il ne lutte en rien contre la délinquance, qui est répréhensible pour tout individu sans distinction de nationalité ou d’origine : il met délibérément en cause les principes qui fondent l’égalité républicaine, alors que déjà une crise sociale et économique d’une extrême gravité menace la cohésion de la société tout entière.

 

En quelques jours, les plus hautes autorités de l’Etat sont passées de l’exploitation des préjugés contre les Gens du voyage au lien, désormais proclamé, entre immigration et délinquance, puis à la remise en cause de la nationalité française dans des termes inédits depuis 1945. Ce qui est à l’œuvre dans cette démarche s’inscrit dans une logique de désintégration sociale porteuse de graves dangers. 

Il ne s’agit plus du débat légitime en démocratie sur la manière d’assurer la sûreté républicaine, mais bien d’une volonté de désigner comme a priori dangereuses des millions de personnes à raison de leur origine ou de leur situation sociale. Quelle que soit la légitimité que confère l’élection, aucun responsable politique n’a reçu mandat de violer les principes les plus élémentaires sur lesquels la République s’est construite.

 

Parce que le seuil ainsi franchi nous inquiète pour l’avenir de tous, nous, organisations associatives, syndicales et politiques diverses mais qui avons en commun l’attachement aux principes fondamentaux de la République laïque, démocratique et sociale, rappelons avec force que l’article 1er de la Constitution « assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion », et que toutes propositions qui méconnaîtraient cette règle fondatrice de la démocratie constituent une atteinte à la paix civile.

 

Nous n’accepterons sous aucun prétexte que le nécessaire respect de l’ordre public soit utilisé pour créer des distinctions entre les habitants de ce pays et désigner des boucs émissaires.

 

Nous appelons donc l’ensemble des citoyens de ce pays à manifester publiquement leur opposition aux stratégies de stigmatisation et de discrimination et aux logiques de « guerre » qui menacent le vivre ensemble. A cet effet, nous proposerons dans les prochains jours à la signature en ligne un « Appel citoyen » refusant toute politique de la peur ou de la haine. Et nous appelons à un grand rassemblement citoyen à l’occasion du 140ème anniversaire de la République, le samedi 4 septembre Place de la République à Paris, à 14h00, et partout en France, pour dire ensemble notre attachement à la liberté, à l’égalité et à la fraternité qui sont et qui resteront notre bien commun."

 

 

Signataires : AC ! Agir ensemble contre le chômage, Les Alternatifs, Les amoureux au banc public, Association de défense des droits de l’Homme au Maroc (ASDHOM), Association France Palestine Solidarité (AFPS), Association des Marocains en France (AMF), Association nationale des Gens du voyage catholiques (ANGVC), Association républicaine des anciens combattants (ARAC), ATTAC, Autremonde, Cedetim, Confédération française démocratique du travail (CFDT), Confédération générale du travail (CGT), La Confédération Paysanne, La Cimade, Le Cran, Droit au logement (DAL), Emmaüs France, Europe Ecologie, Fédération pour une alternative sociale et écologique (Fase), Fédération des associations de solidarité avec les travailleurs immigrés (FASTI), Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS), Fédération SUD Education, Fédération syndicale unitaire (FSU), Fédération des Tunisiens pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), FNASAT-Gens du voyage, Fondation Copernic, France Terre d’Asile, Gauche unitaire, Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI), Les Jeunes Verts, Ligue des droits de l’Homme (LDH), Ligue de l’enseignement, Marches européennes, Médecins du Monde, Le Mouvement de la Paix, Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), le Parti communiste français (PCF), le Parti de Gauche, le Parti socialiste (PS), Réseau d'alerte et d'intervention pour les droits de l'Homme (RAIDH), Réseau Education Sans Frontière (RESF), SNESUP-FSU, SOS Racisme, Syndicat des avocats de France (SAF), Syndicat de la magistrature (SM), Union syndicale Solidaires, Les Verts.

 

13/08/2010

ALERTE ENDOCTRINEMENT

" L'ONU (en personne) recherche activement cet individu:

 

 

Attends.jpg

 

Celui-ci aurait tenu le 6 mai 2007, un discours suivi par des millions de complices victimes naïfs crétins cassandre abasourdies et suicidaires citoyens français, leur tenant à peu près ce langage (08:00):

 

 

 

"Je veux lancer un appel à tous ceux, qui dans le Monde, croient aux valeurs de la TOLERANCE, de la LIBERTE, de la DEMOCRATIE, de l'HUMANISME,

A tous ceux qui sont persécutés par les TYRANNIES,  par les DICTATURES,

Je veux dire à tous les ENFANTS à travers le Monde,

A toutes les FEMMES MARTYRISEES dans le Monde,

Je veux leur dire que la FIERTE et le DEVOIR de la FRANCE sera d'être à leurs côtés.

(...) La France n'abandonnera pas les FEMMES qu'on condamne à la BURQA[1], (...), la France sera du côté des OPPRIMES DU MONDE [2],

C'est le message de la FRANCE, c'est l'Identité de la FRANCE, c'est l'HISTOIRE de la FRANCE".

Les derniers témoignages sont malheureusement confus, la personne recherchée ayant apparemment tenté de marcher sur l'eau, au cri de "Suis moi, Peuple d'Amour".

La tentative en question échouant lamentablement, évidemment, il semblerait qu'elle fût sauvée, in extremis, par un homme dont nombres de témoins s'accordent tout de même à dire qu'il fût borgne.

Merci de signaler à l'ONU toutes informations en votre possession. "

 

 

 

 

 

[1] Elle les condamnera elle même, en sus.

[2] DU côté. Arrière. Juste derrière. Profond, quoi. Mais avec le sourire.

05/06/2010

Grand Incompris

Jean-Louis Masson n'est pas tant le dangereux censeur que tente de décrire la (vilaine tant que diffamatrice) blogosphère, qu'un homme accablé, désireux de mener à bien la (sainte) mission sénatoriale dont il est investi.

Mais qui cache, en fait (et pudiquement), la réalité de l'ingratitude de pareille tâche.

Car ce n'est pas tant ce que dit Jean-Louis Masson qui est intéressant, que ce qu'il ne dit pas.

Ce que Jean-Louis tait, tout en maxillaires serrées, fièrement, c'est la presssion permanente des lobbies divers et variés, prêts à toutes les turpitudes stratégiques pour assurer, à ceux dont ils défendent les intérêts, un maximum de pognon, au travers de lois favorables au bon engraissement de leur business (et c'est pas une grandeur d'âme à deux balles et un sens de l'intérêt commun au rabais dont il faut être doté afin que de résister aux sirènes des comptes en Suisse, mâ'ame Michu).

Tout comme Jean-Louis, drapé dans son abnégation, tait la violence des cadences infernales subies par le sénat, le rythme  diabolique des projets de lois qui se succèdent à une échevelante vitesse, qui ferait passer celle d'une chaîne de production pour celui d'un run-trainer utilisé  par une limace sous Valium.

Pareille pudeur est infiniment émouvante.

Tant la (terrible) Vérité, concernant ces (terribles) conditions de travail (terriblement) inhumaines, atteste du Courage avec lequel ces héros de la République officient, opiniâtrement, dans l'ombre, pour être ensuite copieusement diffamés, voire grassement insultés sur LeTernet.

Des conditions de travail déshumanisantes puisqu'elles ne te laissent pas même une (poignée de) minute(s) pour consulter le dernier buzz sur Twitter.

Pas plus que le temps d'acquérir l'Ipad flambant neuf que ton fils t'a réclamé, les yeux humides,  il ya quelques jours, depuis que tous ses camarades ont décrété qu' "en étant dépourvu, il est un parfait trou du cul" (oui, parfois le jeune Geek s'exprime en vers, lol ptdr).

Quant à espérer penser pouvoir hypothétiquement peut-être éventuellement écouter un bon Sardou sur Deezer...

 

 

Voilà.

Voilà l'étendue de ce que Jean-Louis Masson épargne à ses concitoyens.

Et à ses camarades (dans un grand élan de retenue qui tire les larmes) brisés par les cadences infernales, comme lui,  qui devront profiter d'une retraite bien méritée bien plus tard que prévu. Non sans avoir consenti à une baisse de salaire, vraisemblablement, avant que n'arrive cette trêve salvatrice.

Mais un député, comme un ministre, se doit d'être exemplaire, c'est ainsi.

Alors qu'en son for intérieur, Jean-Louis serre ses petits poings, rageusement, et voudrait, de toute son âme, avoir tout simplement LE TEMPS.

LE TEMPS de VERITABLEMENT pouvoir se pencher sur les problèmes dont il a la très haute charge.

De ce temps, Ô luxe incommensurable, qui permettrait de comprendre que l'anonymat sur Internet est une vaste plaisanterie, DANS LE FOND.

Qu'il suffit, concernant la plupart des blogueurs, de leur adresser un mail (ou de le faire expédier par sa sécrétaire qui, elle, l'a le temps, la bougresse) afin qu'il ne te révêlat leur identité véritable. Qu'il y a extrêmement souvent un lien permettant de le faire sur leurs infâmes blogs noircis de leur infâme prose.

Que la plupart d'entre eux ne chercheront nullement à se soustraire à une action en justice, pour la simple et bonne raison qu'il ne sont ni Mesrine, ni Carlos.

Et pour l'autre et simple bonne raison itou que la Justice, parfois, pourrait même débouter leurs poursuivants.

Que les moyens légaux de poursuivre ceux qui n'appartiendrait pas à cette catégorie de gens censés, simplement soucieux de profiter du peu de liberté d'expression et des lambeaux de moyens d'action qu'il leur reste, existent déjà. Et qu'il n'ait point besoin de surcharger un emploi du temps, déjà dantesque, afin que de s'atteler à cette tâche.

Que les services de renseignements et de police adéquats oeuvrent déjà pleinement en ce sens.

Que finalement, on est toujours le con de quelqu'un. Particulièrement lorsqu'on occupe des fonctions politiques.

Qu'eu égard à la dignité de celles-ci, il convient de prendre quelque hauteur. Particulièrement lorsque ladite critique se résume à un flot d'insultes.

De ce temps, Ô luxe incommensurable,  qui permettrait de comprendre que, dans ce cadre-ci, particulièrement, il vaut mieux laisser dire qu'on est un con, plutôt que de s'en offusquer.

Et de ne point laisser le moindre doute à ce sujet (comme le disait, à peu près en ces termes, le regretté Coluche. Qui aurait  vraisemblablement eût beaucoup de peine à s'exprimer, en des temps aussi troublés, en matière de Liberté d'expression, que les nôtres).

De ce temps, Ô luxe incommensurable, qui permettrait à nos fiers sénateurs d'étudier les textes qu'ils votent, et la moindre de leurs implications. De ne plus menacer une carrière politique exemplaire en dénoncant, courageusement, à l'instar de Charles de Courson, député Nouveau Centre de la Marne qu': "On n’a pas le temps d’examiner correctement les textes. Le gouvernement nous ensevelie sous les projets de loi".

De profiter pleinement, une fois ce temps reconquis, des diverses sources d'information que constituent LeTernet.

De pouvoir prouver, par un rapide clic, qu'en matière d'anonymat, on en connaît un rayon. Quand même.

M. Masson, "Affreux, Sale, Bête et Méchant" est de tout coeur derrière vous.

Courage.

Ca va être dur.

 

 

20/05/2010

Apéros Facebook: Gueule de bois en perspective au plus haut de l'Etat?

Après les pitbulls sauvagéécumantsderage des faits divers (mais qui mordent TOUT le monde & TOUT le temps, quand même, méfie-toi, Citoyen. D'ailleurs, je crois qu'on grogne dans ton dos...); après les femmes en burqa qui sont toutes de dangereuses terroriss'  afghanes (piskon peut même pas voir c'qu'elles cachent dessous, mais que c'est sûrement pas la déclaration des droits de l'Homme, réfléchis deux secondes, je t'en prie. Quand bien même tu ferais partie du Conseil Constitutionnel. Faut pas déconner, non plus); le gouvernement vient de décréter qu' 'AAAAAAAA 'y 'est:

Voici venu le temps des rires et des chants!

Le temps des rires de des chants, certes (mon bon Brice), mais des rires et des chants:

ZEN-CA-DRES.

SE-CU-RI-SES.

PO-LI-CI-SES.

Parce que ce temps là, c'est comme celui des cerises, ça peut vite tourner à l'orage, lorsque les rires et les chants en question émanent d'une bande de dangereux révolutionnaires (c'est ce qu'en disent les anciens, 'tous cas, et reconnais qu'ils disent rarement des bullshits [1]).

Dangereux terroristes qu'on croise sur le dangereux Ternet, notamment. Et plus particulièrement cette engeance là:

L' organisateur d'apéro Facebook!!! (Qu'il convient d'isoler médiatiquement, avant qu'en cellule, en parlant de lui au singulier, note bien).

Que même que: "Si, c'est pas une preuve de la dangereuse emprise totale des ultra-anarcho-autonomes du clavier sur cette horreur gauchisto-fasciste qu'est LeTernet, mâ'ame Michu, ben j'sais pas ce que c'est!" aurait déclaré F. Lefebvre, illustre pourfendeur chevelu de toutes formes d'incivilités déviantes tant que numériques.

Gageons que dans les jours à venir, le refrain (appelé également "éléments de langage") repris en choeur, par la majorité (et ce, jusqu'à plus soif) sonnera un peu comme ça:

"L'ALCOOL (prochainement prohibé pour le bien-être de ta santé), c'est le Diable, Citoyen. Point barre. Preuve en est, même, que les fessoubekiens et fessboukiennes, une fois enivrés, lui embrasseraient le fondement, lors de diaboliques sabbats (et ce, comble du satanisme, avant que de de jeter bas la Démocratie, sans même la moindre autorisation préfectorale)".

 

KissMyRedAss.jpg

 

Ou quelque chose d'approchant.

Cependant, (et afin de ne point dévier du sacro-saint principe d'objectivité absolue qui caractérise ce blog) force est de constater que certaines (pseudo-)tentatives d'attentats apérotesques ont d'ores et déjà eu lieu. Dans un passé très proche, même.

Et qu'aux vues de celles-ci,  plutôt ambiance "A contester avec modération", l'idée d'un apéro Facebook à l'Elysée, (par exemple, le 14 Juillet prochain), puisse faire trembler le Pouvoir en place.

Dans la mesure où, jusqu'ici, la violence de la lutte éthylico-révolutionnaire donna, à peu près, ceci:

 

RebellePunch.jpg

Guerillero (à droite) fortement contrarié -limite explosion sociale, mais contenue, tout de même- parce qu'il ne reste que quelques malheureuses cahouètes, "que c'est scandaleux, même".

 

RebelleDuchesne.jpg

Guerillero (toujours à droite) déposant les armes puisque "Bon, le Canard-Duchêne du patron, finalement, avec les cacahuètes, ç'eût été une fort mauvaise idée. Voire une alliance douteuse, Ah-ah."

Et que, par ailleurs, les déclarations de guerre (Oh-oh) qui en ont découlées (à flot), donnèrent à peu près ceci.

Ne doutes point, donc, qu'à l'idée de quelques 20.000 (?) invités surprise, le Pouvoir ne tente, comme à son habitude, d'engloutir le phénomène, par quelque moyen que ce soit.

Pour l'assimiler. L'intégrer. Le maîtriser. Le réorienter. Le refaçonner.


VerDune.jpg(Clique&Lis)


A moins que...

Le fameux 14 Juillet...

Le fameux "verre de trop"? [2]

 

TropPlein.png

[2] Merci de ne pas parler de, ni faire allusion à ce jeu de mot pourri en relation avec l'image le précédant. Ne serait-ce que par bonté d'âme, tout simplement.

 

21/04/2010

In bus with Nicolas

On s'offusque souvent (et ce jusqu'à Droite) des formes que peut prendre "l'humour" présidentiel.

Jusqu'à une partie de la majorité, murmure-t-on,  pour qui les vannes du président, jugées maladroites et déplacées seraient "vachement éloignées du trait d'esprit gaullien, qu'avait une aut' gueule quand même, nom de Dieu, Bernadette!". (C'est dire le degré d'offuscation atteint...).

On s'indigne, donc.

Au motif que l'humour en question serait constitué, notamment, de plaisanteries... Plutôt... Grasses. Disons.

De celles dignes de tes pires repas de famille, mettons.

De celles aux tables desquelles fleurissent les propos les plus décomplexées. De plus en plus fréquemment. (Au point que, ne cherche même pas à le nier, tu vois parfaitement ce qui est évoqué ici. Malheureusement).

Familles toutes unanimes, également, quant au fait qu'on puisse, dorénavant, ouvertement vomir proférer les (pires) blagues racistes au nom du fait que "C'est de l'humour quoi, merde! Arf-Arf..."

De cet humour que ne désavouerait pas Tonton Gégé qui s'est laissé aller, dimanche dernier, entre gigot et Côtes du Rhône, à une décomplexitude certaine en matière de vannes pas claires (ou trop, peut-être?). Celui durant lequel il a cru bon de faire profiter Nordine, le nouveau petit copain de la cousine Valérie, de son humour labellisé "Terroirs d'antan". Une manière, selon lui, de "Partager avec les gens d'ailleurs. Aaaaaaah! Ah! ALors! Tu vois biiien qu'on est pas racistes!

Que même que j'te plaindrais presque. Pass'que ca va pas être facile avec un prénom comme Nordine, Arf-Arf. T'as des papiers au moins?... J'dis ça, j'dis rien. J' suis pas raciste, j'te diiis. J'ai même un pote musulman, t'as qu'a voir... Mais bon, un seul, hein. Quand y'en a un, ça va encore... Arf-Arf. Reuuuuu... S'cuzez, belle maman, la bière... Ou le 51, Arf-Arf".

Juste avant que Tonton Gégé ne réalise que ce genre de "saillie", en matière de "partage avec les gens d'ailleurs", s'avère être une méthode assez peu adaptée lorsque ton interlocuteur, en l'occurrence NORDINE, se révéle originaire du village d'à côté...

Mais donc, pour en revenir à nos moutons (qu'on égorge dans la baignoire, à l'ombre des minarets, selon Saint Kozy et Saint Roselmack,  priez pour nous, pauvres DeSouches), Comment s'offusquer d'un tel... "Humour"?

Quand il est manié par le président d'une majorité dont certains membres ne rechignent pas plus à l'idée d'une alliance (finalement) assumée avec un parti comme celui du Front National? (Et dont nombre de membres, également, appartenaient à Occident , mouvement dont ils n'auraient pas gardé que la nostalgie et les bottes, mais bel et bien les convictions et les méthodes, au vu de certaines politiques menées actuellement.) Après le système des franchises, dans lequel l'UMP fournissait boutiques et plan marketing au parti d'extrême droite sus-cité, LA FUSION, pure et simple. Business is bussiness, baby. What Helze?

Pourquoi s'étonner également que cet "humour" ne se manifeste parfois en de forts solennelles circonstances. Et en de bien symboliques endroits, a priori fort peu appropriés pour cela?

Comme lors de la première visite de Nicolas Sarkozy aux plateaux des Glières, haut lieu commémoratif de la Résistance française, par exemple.

Puisque ce rire-ci, à bien y regarder, faisait simplement écho à la joie, à peine dissimulée, qu'il manifeste (régulièrement) en piétinant (sans relâche), un à un, avec ses amis prédateurs néo-libéraux, les acquis sociaux mis en place par le Conseil National de la Résistance, au sortir de la seconde guerre mondiale.

Non, décidément, tout cela est bel et bien cohérent. Et plutôt que de s'offusquer, il conviendrait de s'incliner. Devant tant de génie comique.

Le chef de la Nation, guide suprême de la vanne ultime, est au sommet de son art. Puisqu'il n'hésite pas (même un instant, c'est dire) à partir à la conquête des terres vastemenzinconnues du... Tin-tin-tin:

Comique de situation.

Et à déclarer, la main sur le coeur (qu'il a gros malgré tout), à un public atterré bailloné drogué pour l'occasion sans voix face à tel génie du mal propagandesque de la Comédie:

"Nous ne laisserons personne au bord de la route".

...

Imagine. Et savoure. Tu peux rire, évidemment, oui. (Ce qui t'évitera d'en pleurer, peut-être?).

Le même type, celui-là même qui ne se déplace plus nulle part sans bloquer une ville toute entière -ne serait-ce que pour la bête raison qu'il ne reste plus aucune place pour se faufiler entre les cars de keufs présidentiels CRS- ce type là, donc, VA TE PRENDRE EN STOP, ami démuni!

...

Savoure, oui, et incline toi respectueusement (plutôt que de t'agacer bêtement, en pensant que décidément, on te prend pour un con) devant pareille maîtrise du comique de situation. Parce que fatalement, avec le MONDE qui va se retrouver sur le bord de ladite route, dans très peu de temps, c'est en bus que tu vas voyager avec Nicolas Sarkozy, mon ami! Et les échanges imaginaires qui pourraient naître de pareille équipée sauvage (tant qu'absolument improbable) sont savoureux d'absurdité et de loufoqueries.

Un voyage au cours duquel ses passagers auraient, à loisir, tout le temps de lui faire part de quelques rumeurs:

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui refuse (l'ingrat) de travailler jusqu'à ce que mort s'en suive.

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère des "travailleurs  pauvres" (les idiots) dont le "nom" même est une aberration, dans un système qui donnerait, comme on le répète à l'envie en hauts lieux, une chance à TOUS.

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui finit par comprendre (qu'il est lent) que le sacro-saint système kapitaliste qui rend heureux ne serait pas ce qu'on lui a dit.

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui est de plus en plus dans la merde, victime d'injustices intrinsèques au beau système qui rend heureux (mais surtout la classe dominante).

La rue gronderait, monsieur le président, des cris de colère du Peuple qui refuse, violemment, par absence d'autres choix, d'être licencié afin que son employeur n'aille exploiter d'autres travailleurs du même système, plus démunis encore.

Qu'y a-t-il de drôle dans tout cela? (Légitime question. Que l'on pourra se poser, entre deux arrachages (rageurs) du peu de cheveux qu'il nous reste. A force.)

La situation, nous te le disions, en premier lieu.

Nicolas Sarkozy, au volant de ce bus, qui s'acharne à prétendre ne vouloir "laisser personne au bord de la route". Et la seule réaction qu'il puisse avoir, une fois au volant de son engin salvateur (et quasi-providentiel), face aux flots (qui ne font pas que clapoter) de revendications de ses passagers. Attirer l'attention sur la seule et unique rumeur qu'il pense pouvoir maîtriser qui semble l'intéresser, LUI:

"Et pour ma femme, vous êtes au courant?"

Force est de reconnaître qu'en termes de comique de situation, ça déchire grave velu.  D'autant que celui-ci est doublé d'une forme d'humour supplémentaire, maîtrisée (au laser) également par Rigolo 1er:

Le comique de répétition.

Parce que le coup du "bord de la route" a déjà été utilisé par l'artiste. Durant la campagne présidentielle, entre les deux tours, plus précisément:

"Vous voulez une France fraternelle, une France qui ne laisse personne au bord de la route, une France qui aide les plus fragiles, les personnes handicapées, les personnes âgées, les exclus, ceux qui traversent une période difficile, une France, au fond, où ceux qui sont forts mettent leur force, leur talent et leur énergie au service de ceux qui sont faibles."

Et l'on mesure bien là toute l'étendue du talent de Nicolas Kozy.

Comme l'on voit très nettement qu'en imaginant ce tour (salutaire) en bus avec le président qui ne veut "laisser personne sur le bord de la route", "Affreux, Sale, Bête et Méchant" ne se fait que l'humble serviteur de ce génie comique. "Affreux, Sale, Bête et Méchant" ne se fout pas de ta gueule à toi, lecteur, que tu sois révulsé (de Gauche) ou offusqué (de Droite).

Non, non. 

Ou, quoi qu'il en soit, nous y allons vachement moins fort que LUI.

 

sarkoChamp.jpg

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu