Avertir le modérateur

08/06/2013

Pour en finir avec certains arguments "chouardistes"

 

etienne chouard,chouardisme,antifa,fascisme,extrême-droite,soral,landeux,faurisson,blanrue,polémique

Ceci figure une tempête.

 

La polémique autour des "méthodes" d'Etienne Chouard connaît, depuis quelques temps, un "regain de vitalité".

Nombre de blogueurs, intrigués par ces fameuses "méthodes", qui consistent - entres autres - à emprunter de bien boueux chemins pour épandre Sa Sainte Parole, ont fini par s'emparer du sujet.

La "frange antifa" de ces derniers; qui s'intéresse au sujet depuis ses prémisces; connaît d'indéniables errements, il faut bien le reconnaître. Certains de ces membres associent désormais à l'extrême-droite nombre de personnalités et/ou de médias, pourtant au-dessus de tous soupçons, à cet égard.

Si l'on doit effectivement admettre que ceux-ci finissent par voir des fascistes (au sens large du terme) absolument partout; voire particulièrement où il n'y en a point; les errements du "camp chouardiste" sont tout aussi inquiétants.

Chacune des deux "factions" a; dans cette forme de bataille rangée qui caractérise désormais quasi-tout débat politique sur le Ternet; fini par sombrer dans un espèce de délire paranoïaque, résumable fissa à ça:

"Si tu n'es pas d'accord avec moi, c'est que tu es un crypto-fasciste adepte de la résurgence nazillarde masquée par ton apparent gauchisme stratégiquement feint", (version antifa puristamor),

à opposer à:

"Si tu n'es pas d'accord avec moi, c'est que tu es un agent de l'Empire de la CIA du Système de la conspiration des Puissants qui contrôlent le Monde dans l'ombre", (version "chouardiste" convictionellement inébranlable).

...

Ami lecteur, tu l'as bien compris, je ne me sens appartenir à aucun de ces deux camps...

Pourtant, certains des arguments employés par le camp des "chouardistes", sans cesse les mêmes et, surtout, hors du véritable débat, finissent par être presque plus pénibles que le délire d'une infime partie de leurs ennemis antifas, parmi les plus égarés:

Argument récurrent n°1:

"Etienne Chouard place la Liberté d'expression au-dessus de toute autre valeur. Ceux qui critiquent ou questionnent l'action politique d'Etienne Chouard, en sont donc les ENNEMIS!"

Soyons sérieux une seconde...:

Personne n'interdit à Etienne Chouard et/ou aux "chouardistes" de s'exprimer. Il suffit, pour preuve de cet état de fait, de constater à quel point les soi-disant baillonés jouissent dudit droit, à longueur de Ternet.

Et critiquer l'action politique du personnage en question n'est, finalement, qu'exercer cette Liberté. Qu'on peut, d'ailleurs, ce faisant, éventuellement placer au-dessus de toutes autres, comme Lui...

Argument récurrent n°2:

"Etienne Chouard débat avec tout le monde, Lui. Ceux qui critiquent ou questionnent l'action politique d'Etienne Chouard sont d'abominables idéologues intégristes, dépourvus de la moindre ouverture d'esprit!"

Soyons sérieux deux secondes (juste, pas plus...):

On ne débat pas avec l'extrême-droite, quand bien même elle aurait une apparente bonne idée. L'extrême-droite, on la combat. Pour l'entièreté du reste de ses "idées", précisément.

Et critiquer la curieuse propension d'Etienne Chouard à s'appuyer, si régulièrement, sur les écrits et propos de l'extrême-droite demande d'ailleurs, JUSTEMENT, une certaine ouverture d'esprit:

Il en faut - tout de même plus d'une infime part, carrément- pour se fader les multiples vidéos, interviews, écrits et autres morceaux de propagande, de ladite faction politique, choisis régulièrement par Etienne Chouard, au nom de cette fameuse ouverture d'esprit, au si large dos...

De même qu'il en faut des tonnes de putains de caisses pour tenter de continuer de débattre, lorsque les arguments opposés sont de cet acabit.

Plus généralement, si exprimer son désaccord avec quelqu'un fait, SYSTEMATIQUEMENT, de celui qui agit ainsi, un effroyable coincé du bulbe, alors autant armer tout le monde tout de suite. Et ainsi faire l'économie de longs débats totalement, et définitivement, stériles.

User d'un tel argument est, enfin,  assez paradoxal - notons le au passage - pour d'ardents défenseurs de cette fameuse ouverture d'esprit...

Argument récurrent n°3:

"Etienne Chouard fait preuve de discernement, dont est capable tout un chacun, d'ailleurs. Si l'extrême-droite a une bonne analyse sur un point, il ne faut pas hésiter à l'écouter, voire à relayer son discours, sur ce point précis. Cela ne fait pas d'Etienne et de ses défenseurs d'épouvantables nostalgiques du IIIème reich! Ceux qui critiquent ou questionnent l'action politique d'Etienne Chouard sont d'abominables adeptes de l'entre-soi, dépourvus de la moindre capacité de discernement!"


Soyons sérieux trois secondes (c'est pas facile-facile, certes, mais il le faut...):

Prétendre défendre une liberté absolue et s'associer, dans ce but précis, aux pires salopards, nés des plus sinistres courants politiques, dont le but premier est de lui écraser la gueule à grand coups de bottes -à la Liberté- ne relève pas d'un quelconque "discernement".

Cela relève, au mieux, d'une certaine naïveté, et au pire, d'une flagrante incohérence...

Toutefois, être en désaccord avec les défenseurs d'Etienne Chouard ne signifie pas, nécessairement, penser que ces derniers sont d'affreux néo-nazis. On peut aussi, simplement, être fasciné par ce périlleux exercice de contorsion intellectuelle. Déjà.

Les "chouardistes" qui en appellent régulièrement à ce fameux "discernement", dont tout un chacun serait capable, selon eux, douteraient justement, que leurs "opposants" n'en soient dotés?

Etrange. Pour le moins.

Argument récurrent n°4:

"Etienne Chouard est attaqué sur sa personne même, sur ces fréquentations, plutôt que sur ces idées. Ceux qui critiquent ou questionnent l'action politique d'Etienne Chouard sont d'affreux agents du système, dont on n'est pas sûr que certains-ne-seraient-pas-carrément financés-par-d'obscurs-fonds-délivrés-par-d'opaques-organismes-experts-en-matière de-caisses-noires-de-ce-genre, qui ont bien compris qu'Etienne menace leur Pouvoir!"

Soyons sérieux quatre secondes (c'est plus long que les autres fois, oui, mais l'argument avancé mérite minimum ça, tellement il est énorme...):

Je n'ai que foutre d'Etienne Chouard en tant que personne, pour la simple et bonne raison que je ne le connais pas. L'inverse ne changerait pas bézef' non plus, notez bien, puisque c'est bel et bien la forme qu'il a choisi de donner à son action politique que je combats.

Ce qu'Etienne Chouard fait du reste de sa vie m'importe autant que celle de mes voisins.

Il est TOUT A FAIT tant qu'IRREMEDIABLEMENT POSSIBLE, par ailleurs, de questionner l'action politique d'Etienne Chouard, et les formes qu'il a décidé de lui donner, et d'être, dans le même temps, profondément anti-capitaliste!

Quant au fait d'être convaincu que les Puissants de ce Monde se sentent menacés par les thèses d'Etienne Chouard, et qu'ils puissent financer une "contre-attaque idéologique" à ce sujet, il constitue, sans doute, le premier pas vers l'idolâtrie et ses dérives.

Et l'on peut affirmer cela, tout en ne doutant aucunement qu'il existe, effectivement, certaines initiatives de ce genre, à d'autres sujets...

Argument récurrent n°5:

"Ceux qui critiquent ou questionnent l'action politique d'Etienne Chouard, en se présentant comme antifascistes, sont en fait les véritables fascistes, dont l'intolérance confine au racisme!"


Soyons sérieux cinq secondes (après c'est fini, et pour le coup, c'est même beaucoup trop, vu le ridicule de ce cinquième argument...):

Employé par Etienne Chouard lui-même, à plusieurs reprises, cet argument-ci est sans doute le plus aberrant, particulièrement dans le parallèle qu'il établit avec le racisme. Ou alors Etienne Chouard est une origine ethnique à lui tout seul.

Ce qui paraît peu probable, à bien y réfléchir.

Une seule chose est certaine, finalement, dans ce non-débat tempêtueux dans un verre d'eau, ce n'est pas avec pareils arguments que:

1. Les détracteurs de Chouard seront convaincus de leurs éventuelles erreurs d'analyse quant à l'action politique du bonhomme;

2. L'on finira, effectivement, par débattre des hypothétiques bonnes idées du bonhomme.

Sur ce dernier point, il est quelques questions dont je sais - pour les avoir souvent posées - qu'elles restent en suspend:

Pourquoi Etienne Chouard, alors même qu’il sait son “combat” menacé par les polémiques qui en naissent immanquablement, continue-t-il de citer régulièrement les propos de “figures” de l’Extrême-droite (Philippe Landeux étant l’un des derniers exemples en date)?

Pourquoi, alors même qu’il est persuadé d’avoir trouvé “la Cause des causes” et donc peut-être la Solution des solutions, prend-il le risque de voir son propos parasité par des polémiques annexes, qu'il serait si faciles d'éviter, en cessant d'abondamment citer les pires figures de l'extrême-droite française (mais pas que)?

 

etienne chouard,chouardisme,antifa,fascisme,extrême-droite,soral,landeux,faurisson,blanrue,polémique

Ceci est un verre d'eau.

14/10/2011

"Ouvrir son esprit" n'est point "Vendre son âme". Faudrait voir à pas tout mélanger. Quand même.

 

Il n'est pas chose aisée, pour un étriqué fasciste de la bien-pensance, de saisir dans son entière entièreté, l'impérieuse nécessité d' "ouvrir son esprit", s'il veut; SERIEUSEMENT; qu'advienne; ENFIN; une PLEINE et REELLE Démocratie.

Celle avec un grand "D" et du poil autour.

Fort heureusement, quelques Hommes, des vrais (avec des poils, aussi, et habitués à l'honorer, la Démocratie, alors que t'avais encore des posters du Che dans ta chambre, petit con) sont là pour guider ces droitdel'hommiste égarés sur les tortueux chemins du gauchisme boboïde.

Dieu sait que, pourtant, la tâche est ingrate. Ô combien, même.

Ainsi en-est il d'Etienne Chouard, à qui l'on attribue, injustement, de sombres desseins fascistes.

Alors qu'il n'est nationaliste, finalement, que par obligation de lutter contre l'ultra-libéralisme (sioniste, 'videmment).

 

NationalComingOut.jpg

 

Position courageuse, et même, allez, HEROIQUE, tant la bien-pensance est répandue de nos jours.  Dieu que ce saint Homme doit souffrir, bâillonné qu'il est, à l'instar de tous ses compagnons de combat...

Un sain(t) point de vue qu'il défend jusque sur sa page Facebook, où les gauchiss', encore totalement pétris de leur pavlovienne méfiance anti-natios, viennent le sommer de s'expliquer sur ce point.

Le fascisme intellectuel de ces gens-là n'a pas de limites, assurément.

Au point que ceux-ci continuent de voir dans l' "ouverture d'esprit" d'Etienne Chouard, qui le pousse; par ABSOLUE NECESSITE dans sa quête de l'immaculé esprit démocratique, tant que par une inébranlable HONNETETE INTELLECTUELLE, inscrite dans une démarche totalement apartisane; à mettre en ligne, sur cette même page Facebook, une vidéo de Nigel Farage, co-président du groupe Europe Libertés Démocratie, au sein du parlement européen.

Formation comptant dans ses rangs, mais ce n'est qu'un point de détail, La Ligue du Nord.

 

FarageEldLigueDuNord.jpg

 

Une exigeante quête de la Vraie Véritable Démocratie qui le pousse, également, à défendre la croisade entreprise par Robert Ménard, autre héraut de la liberté d'expression, laquelle le pousse, lui (avec la nausée, 'videmment, hein) à participer à de répugnantes festivités néo-nazies.

 

 

 

MenardCeHeros.jpg

 

Nul doute que les gauchiss', incorrigiblement étroits dans leurs têtes, verront dans le fait de citer Noam Chomsky, une habile déformation de "l'affaire Faurisson", dans laquelle l'intellectuel américain fût déjà "utilisé" et ses propos déjà "détournés" de leur sens et buts initiaux.

Le fascisme intellectuel de ces gens-là n'a pas de limites, définitivement.

Au point que ceux-ci n'hésiteront pas à voir dans la collaboration d'Etienne Chouard à la rédaction du manifeste de "La Dissidence", une preuve flagrante que son "ouverture d'esprit", inlassablement proclamée, n'est pas que le fruit d'une insatiable curiosité intellectuelle, mais bel et bien celui d'une volonté d'aider activement une organisation politique tentant de remettre le national-socialisme au goût du jour.

 

ChouardCollaborationDissidente.jpg

 

Le gauchiss' est ainsi.

Frileux à l'idée d' "ouvrir son esprit", de peur de perdre son âme, par la même occasion.

Force est de constater qu'il ne l'a pas aussi grande qu'Etienne, doit-on reconnaître cependant. Et qu'il n'est pas donné à tout le monde d'avoir d'aussi fréquents rapports avec l'extrême-droite sans adhérer à ses idées.

Il faut, pour ceci, être doué d'une infinie conscience de l'absolue nécessité de la liberté d'expression, seule garante de la Réelle Démocratie qu'est Vraie.

Quitte à fricoter régulièrement avec ceux qui ont en sainte horreur et l'une, et l'autre, malgré une rhétorique très élaborée, assurant le contraire...

 

 

 

 

11/03/2010

Fissa. Et c'est déjà beaucoup. Trop.

"Affreux, Sale, Bête et Méchant" te fait gagner du temps (et n'en perd pas, par la même occasion).

Voilà la couverture du dernier ... livre d' E. Zemmour.

 

 

Vertigo.jpg

 

Alors, toujours envie de le lire?

 

 

 

02/10/2009

Moralement de Droite, Socialement de Gauche, Totalement à l'Ouest

 

Commentaire lu aujourd'hui sur un site d'infos, retranscrit ici dans son intégralité:

"Vous y aller fort avec Alain Soral ! Je doute qu’il soit d’extrême droite, lui-même se revendique comme moralement de droite et socialement de gauche."

A rapprocher de ce qui suit, trouvé ailleurs:

"Le regroupement familial ne fut pas une naïveté humaniste de grand bourgeois qui plane, mais un projet pervers, dégueulasse : transformer les banlieues rouges à très forte conscience et solidarité de classe (avec un Parti communiste français à 30 %) en banlieues beurs. On ne dira jamais assez à quel point la maghrébisation, l’africanisation, la tiers-mondisation de la France ont fait baisser vertigineusement le niveau de civisme et de civilité de la population française. À quel point ce recul du niveau de conscience démocratique fut voulu par le patronat et le pouvoir : des voyous et des abrutis plutôt que des ouvriers conscients de leurs droits... et de leurs devoirs. Il y eut un procès Pétain, on peut rêver d’un procès Giscard."

Alain Soral, 2002, dans « Banlieue. Des banlieues rouges aux banlieues beurs », Jusqu'où va-t-on descendre ? Abécédaire de la bêtise ambiante."

Et:

"Seul le nationalisme possède les fondamentaux pour incarner une véritable alternative économique et sociale (...) à la déferlante mondialiste et ultra libérale. (...) Je pense que si Marx était vivant aujourd'hui il appellerait à voter Jean-Marie Le Pen, (...) [le Front national, qui] agrège des ouvriers, des petits patrons, des artisans [est] le parti du peuple [et porte] l'esprit de la Commune."

Alain Soral, le 6 février 2007, au Salon panoramique du Concorde Lafayette, Paris, dans Pour l'écrivain Alain Soral, rallié au FN, « Marx voterait aujourd'hui Le Pen », Le Monde, paru le 7 février 2007, Christiane Chombeau.

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu